Navigation – Plan du site

Isabelle Hajek et Philippe Hamman (dir.), La gouvernance de la ville durable entre déclin et réinventions. Une comparaison Nord/Sud

Julien Aimé
La gouvernance de la ville durable entre déclin et réinventions
Isabelle Hajek, Philippe Hamman (dir.), La gouvernance de la ville durable entre déclin et réinventions. Une comparaison Nord/Sud, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et territoires », 2014, 286 p., ISBN : 978-2-7535-3590-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dirigé par Isabelle Hajek et Philippe Hamman, l’ouvrage propose de questionner, avec un regard critique, le développement durable (DD), entendu comme « une tentative de conciliation entre le développement économique, le développement social et la protection de l’environnement, trois piliers qui ne coïncident pas naturellement » (p. 35). Sortant l’année où la France organise la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21), ce livre quasi-prophétique met en exergue les dynamiques de l’écologie et les théories ou notions touchant au « développement durable », à la « ville durable » et à la « gouvernance urbaine ». Il soulève également les tensions récurrentes au sujet du DD, perceptibles dans le rapport entre centre et périphérie, Nord et Sud, État et collectivités. C’est autour de trois chapitres majeurs que les auteurs, issus de disciplines aussi diverses que l’urbanisme, la sociologie, la science politique ou la géographie, organisent leurs propos.

2La première partie, « De la gouvernance au management urbain : une recomposition des logiques du DD », explore l’affaiblissement des politiques relatives à la durabilité urbaine en soulignant l’importance des différentes échelles constituant l’adage « penser global, agir local » dans la mise en place des politiques durables. Dans la première contribution, Philippe Hamman pointe le flou produit par les interactions entre les trois piliers (social, économique et écologique) qui composent le développement durable, chacun renvoyant à différentes formes de gouvernance et de pratiques localisées. Il montre aussi, à partir des théories en sciences sociales, la complexe intrication des échelles locales et globales, mettant à jour les jeux d’acteurs à différents niveaux. L’auteur conclut son propos par cette question : « comment transposer l’universel à une diversité de situations urbaines locales, et donc associer la régulation des grands équilibres et la prise en compte des variations territoriales » (p. 53-54) ?

3Jérôme Dubois observe ensuite le développement durable au regard du désengagement de l’état. En effet, il étudie, à partir du principe de subsidiarité, la façon dont l’État impose ses conditions aux collectivités territoriales et aux villes via diverses formes de rationalisation et d’injonction tout en prétendant produire plus d’autonomie dans l’échelle locale. Il évoque par exemple les lettres de cadrage envoyées par l’État aux collectivités territoriales sans qu’elles soient assorties de fonds. Par là, Jérôme Dubois montre avec efficacité les limites de « la gouvernance verte » qui souffre de « l’interdépendance finalement paralysante des différentes autorités publiques, dont aucune ne maîtrise le sens général de l’action collective » (p. 81).

4Vincent Béal annonce ensuite le déclin du développement durable au profit de la question climatique qu’il considère comme une « refonte néo-managériale de la gouvernance environnementale » (p. 93), une simplification de la théorie vers une pratique exclusive menée par un « état climatiseur » (p. 98). En fait, il montre que le glissement vers la lutte contre le réchauffement climatique est le résultat de l’échec affiché des projets de développement durable (absence de résultats concrets, complexification bureaucratique, etc.) et qu’il coïncide avec un mode de gouvernement plus proche du management que de l’accompagnement (avec ce que cela comporte d’évaluations, de notations, etc.).

5C’est Damien Vanneste qui clôt cette première partie en étudiant la complexité des politiques urbaines durables en Belgique. Elle serait due notamment à la multiplicité des acteurs et aux formes de gouvernances impulsées tant par l’Union européenne que par l’État fédéral belge. En effet, les institutions encouragent les actions durables à l’échelle de la ville tout en imposant un cadrage restrictif. L’auteur explique alors que saisir les cadres produits implicitement par les politiques urbaines permettrait de rendre plus efficaces les projets de ville durable.

6La seconde partie intitulée « De la participation standardisée à la co-production indigène d’une action collective », s’intéresse à l’impact des politiques internationales de durabilité urbaine au travers de comparaisons Nord/Sud. Madani Safar Zitoun ouvre cette partie en présentant les effets des « packages » de bonne gestion durable (p. 123) livrés et imposés par des organisations internationales dans des contextes sociaux, politiques et économiques très éloignés du cadre dans lesquels ils ont été produits. À partir des modèles du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie, il montre que le développement durable, supposant une action locale forte, doit être adapté face à l’absence de délégation des pouvoirs. D’autant que les trois pays du Maghreb possèdent un État très centralisateur, où les pouvoirs en place tendent à ne garder que l’aspect technique de projets jugés subversifs. Le chercheur conclut en affirmant qu’une bonne gouvernance des politiques urbaines aurait plus de chances de porter ses fruits si elle prenait appui sur les réseaux de solidarité traditionnels.

7Ce constat est confirmé par le travail de Lise Debout au sujet de la gestion des déchets ménagers en Égypte. Si le pays et son État fortement centralisateur empêchent peu ou prou la mise en place de la « bonne gouvernance » prônée par les bailleurs de fonds internationaux, l’auteure montre que certaines pratiques, comme le financement de projets de DD par des entreprises multinationales, permettaient aux autorités locales de récupérer des marges de manœuvre afin d’agir sur le terrain. Elle détaille ainsi la mise en place de politiques d’enlèvement des déchets en Égypte et explique comment l’État a profité de contrats ambigus pour imputer des pénalités financières extrêmement lourdes aux entreprises. Cette mauvaise gestion étatique et autoritaire a petit à petit été mise en branle par des soulèvements de population, par des organisations locales informelles de collecte des déchets et avec l’aide d’une multinationale. Ce chapitre montre une nouvelle fois l’importance de penser et d’agir localement à partir de théories globales, ainsi que la nécessité d’étudier les particularités de chaque territoire pour mettre en place des politiques durables plus adaptées.

8Le chapitre rédigé par l’équipe d’Antida Gazzola reprend les résultats d’une étude comparant deux éco-quartiers, l’un en Suède, l’autre en Italie. Les chercheurs notent que ce type de projet urbain renvoie à des expériences et des actions très diverses et que c’est essentiellement dans la façon de faire participer les habitants que les deux quartiers se différencient. Les auteurs se sont aperçus, dans le cas suédois, que l’éducation aux bonnes pratiques environnementales dès l’école et la grande liberté laissée par l’État n’entraînaient pas forcément une participation des habitants à l’administration locale du quartier. En revanche, dans le cas italien, les collectivités ont réussi à faire participer les citoyens à l’élaboration de l’éco-quartier grâce à une méthodologie d’action efficace et concertée, et malgré une culture écologique plus faible. Le propos de Marie Mangold porte ensuite sur l’implication des habitants dans des projets durables en cœur de ville, en France et aux États-Unis. Elle voit dans la participation des citadins une manière de les responsabiliser aux « bonnes pratiques » de la ville et s’intéresse au phénomène du stewardship (groupes d’usagers urbains gestionnaires d’espaces publics qu’ils doivent conserver) dans ce qu’il permet de faire coopérer les institutions et la société civile.

9La dernière partie intitulée : « Traductions, médiations, modélisations : comprendre et construire autrement la ville durable » propose de réfléchir aux diverses méthodes à mettre en place dans l’accompagnement de projets de DD. À partir de sa recherche sur l’Aéroport Notre-Dame-des-Landes, Michel Carrard propose d’étudier le jeu et le langage des acteurs du projet. Il pointe, entre autres, l’utilité de la « modélisation réflexive » (p. 225) pour comprendre le message implicite et les stratégies développées par les différents acteurs, qu’ils soient institutionnels ou associatifs. Cette méthode, à l’image du jeu de rôle, permet tantôt de confronter virtuellement les protagonistes (dans un tableau) et tantôt de réfléchir à des solutions plus consensuelles que celles trouvées dans les tables rondes classiques, produisant un durcissement des positions de chacun. Michel Carrard offre ici une véritable piste de travail pour la mise en place de projets urbains.

10Anne Carbonnel et Marie-Pierre Philippe-Dussine appellent, dans le chapitre suivant, à prendre en considération la multitude de facteurs (territorialisation, particularité des acteurs, identité sociale et représentation collectives, etc.) rendant possible la réussite des projets de DD. Les auteures mettent en avant trois méthodes pour rendre compte du « modèle multi-acteurs » : (1) la théorie des jeux, présentée ci-dessus, (2) la dynamique identitaire globale, renvoyant à la réflexion autour de la production d’une identité partagée par les habitants, élus ou associations...) et (3) « l’agir communicationnel », emprunté à Jürgen Habermas, caractérisant un système de coopération basé sur le consensus plutôt que sur la stratégie personnelle. Elles démontrent l’intérêt de ces méthodes à partir de recherches sur différents terrains et concluent à la nécessité, pour les collectivités, de produire des représentations collectives pour faciliter la coopération à des projets urbains tels que les éco-quartiers. Christine Voiron, enfin, s’appuie sur l’ensemble des contributions afin de questionner la notion d’innovation dans l’urbanisme durable. Elle y pointe le besoin de revoir les politiques urbaines en matières de DD à l’aune de nouvelles pratiques innovantes plus axées sur le local, la flexibilité, l’adaptation et, a fortiori, sur la vision d’une ville flexible et résiliente.

11Si cet ouvrage très complet souffre, à certains moments, de légères répétitions dues à la multiplicité des contributions, il offre au lecteur un regard neuf sur les questions du développement durable, de la durabilité urbaine et du déclin, voire de l’échec de ces mêmes notions. Les auteurs montrent comment le recours à une méthode pluri-disciplinaire permet d’éclairer un sujet si essentiel. Nul doute que ce livre deviendra une référence en la matière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Aimé, « Isabelle Hajek et Philippe Hamman (dir.), La gouvernance de la ville durable entre déclin et réinventions. Une comparaison Nord/Sud », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 octobre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19163

Haut de page

Rédacteur

Julien Aimé

Doctorant en sociologie urbaine, 2L2S, Université de Lorraine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page