Navigation – Plan du site

Vinciane Despret, Au bonheur des morts. Récits de ceux qui restent

Lucie Jégat
Au bonheur des morts
Vinciane Despret, Au bonheur des morts. Récits de ceux qui restent, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2015, 200 p., ISBN : 9782359251258.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gaëlle Clavandier, « La crémation  : des pratiques singulières à l’élaboration d’un cadre de référe (...)
  • 2 Dominique Memmi, La revanche de la chair : Essai sur les nouveaux supports de l’identité, Paris, Éd (...)
  • 3 Michel Castra, Bien mourir. Sociologie des soins palliatifs, Paris, PUF, 2003.
  • 4 Magali Molinié, « Faire les morts féconds », Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe, 4 mars 2014, (...)
  • 5 Sigmund Freud, « Deuil et mélancolie » [1917] dans Métapsychologie, traduit par Jean Laplanche et J (...)

1La question des morts et de leur devenir semble de moins en moins devoir être la chasse gardée de la religion et de la psychologie. La question du devenir des corps1, de leur représentation2 ou encore de la « bonne mort »3 font l’actualité des travaux en sociologie comme en psychologie4. Cette nouvelle norme de la « bonne mort », de la mort apaisée, s’accompagnerait également d’un deuil apaisé : l’acceptation de la disparition des proches serait censée se faire le plus rapidement possible (rappelons que le droit du travail ne donne lieu qu’à deux jours de congés pour le décès d’un conjoint et d’un enfant, d’un seul jour pour le décès d’un parent ou d’un frère et d’une sœur, mais de quatre jours pour un mariage). L’enjeu du deuil serait de faire disparaitre les morts, qu’ils laissent vivre les vivants. Dès lors, l’expression freudienne de « travail de deuil »5 paraitrait antinomique avec les relations que les vivants continuent d’entretenir avec les morts. Mais alors, comment rendre compte des expériences individuelles qui traduisent la permanence de ce lien ?

2Dans cet ouvrage, Vinciane Despret s’inscrit en faux contre cette notion de « travail de deuil ». Au contraire, elle tend à montrer comment les acteurs endeuillés « accueillent » les défunts. Ces accueils sont autant de versions parallèles du deuil qui viennent contester la notion de « travail » dans son contenu normatif. L’auteure analyse le « travail de deuil » comme prescription normative de ce qu’elle nomme la « doxa psychologisante ». Aussi Vinciane Despret va-t-elle s’efforcer de repenser les relations que les vivants entretiennent avec les morts à nouveaux frais.

3Le premier chapitre de ce livre consiste à remettre en cause, non seulement cette doxa, mais également la dichotomie rationaliste qui l’accompagne. En effet, selon l’auteure, la nécessité du travail de deuil serait à rapprocher de la rationalisation du monde. Les sciences sociales, la psychologie et l’histoire se situeraient immanquablement du côté du « désenchantement » pour expliquer la position considérée comme celle de l’«  enchantement ». Or, comme elle le souligne, « cela est à mille lieues de constituer une description fidèle de la manière dont les personnes font l’expérience des relations avec leur défunt, avec les doutes, le scepticisme, les hésitations qui vont être les leurs pour être à la hauteur de cette expérience. En d’autres termes, ces personnes se mettent rarement dans une situation de définir leur expérience selon un simple système binaire, “le mort existe vraiment’’ ou “ ce n’est pas qu’un produit de mon imagination’’. » (p. 47) Le travail de Vinciane Despret consiste à montrer que les gens qu’elle rencontre n’adhèrent pas à une telle conception dualiste et rationaliste de la réalité, notamment en ce qui concerne leur lien avec les défunts.

  • 6 Jean Claude Passeron et Jacques Revel, Penser par cas, Paris, Les éditions de l’EHESS, 2005.

4Afin de déterminer les différents modes d’existences des morts, l’auteure va mener une enquête pour le moins originale. Sa double formation, à la fois philosophe à l’Université de Liège et diplômée de psychologie, se retrouve aussi bien dans l’objet de ce livre que dans sa mise en œuvre. En effet, d’un côté, l’ouvrage respecte le style spécifique aux travaux de psychologie qui traitent d’une question à partir de cas cliniques. Nous nous retrouvons bien ici face à un raisonnement par cas, à la différence qu’ici les cas ne sont ni sociologiquement6 ni cliniquement choisis, mais sont constitués des expériences racontées, de mises en récit faites par l’auteure. De l’autre côté, le raisonnement philosophique imprègne l’écriture qui tient davantage de l’essai que de l’écriture scientifique.

  • 7 Cet exemple est originellement cité dans Ruth Richardson, Death, Dissection and the Destitute, Univ (...)

5Cela étant, il convient de comprendre ce qu’est l’« enquête » dans ce travail. Ce terme n’est pas à entendre dans son sens empirique. L’« enquête » ici renvoie au sens policier du terme : tout l’objet du livre sera de rendre compte d’une chasse aux indices. L’auteure donne à voir des histoires, des anecdotes, mais sans en proposer d’analyse. Elle observe mais sans traduire. Une histoire ouvre le troisième chapitre : elle se passe dans un village de Mansfield en 1829 où une femme n’ayant pas pu mettre dans la tombe d’une amie les lettres écrites par son fils, décide de confier ces lettres à la tombe du facteur du village venant de décéder. La transmission se fera dans l’au-delà7. Vinciane Despret utilise cet exemple pour illustrer la force des obligations et l’inventivité à laquelle nous contraignent les morts, mais ne propose pas d’analyser plus avant les croyances ou les coutumes présentes dans cette région à cette époque.

6L’ensemble de l’ouvrage est construit sur ce mode : l’enquête ne suivra pas une démarche systématique mais sera, au contraire, le produit des conseils qu’elle recevra. Il y a, de la part de l’auteure, une véritable volonté de se laisser guider, « se laisser instruire ». Aussi a-t-elle décidé de suivre à la lettre, à partir de septembre 2007, les conseils que les gens avaient à lui donner. Ce sont ces conseils de lectures, de films, de séries ou d’histoires racontées, suivies méticuleusement jour après jour, qui constituent le matériau de ce livre : « Chacun d’eux, en quelque sorte, se forgeait une image ou une idée de ce que ma recherche devrait être, et c’est cette constellation d’images et d’idées qui allait la former. » (p.37)

7Cette forme originale d’enquête est nourrie de l’histoire personnelle de l’auteure. Entremêlé au reste du livre, un hommage familial introduit chacun des chapitres et constitue le leitmotiv de l’ouvrage : celle du grand-oncle Georges, disparu dans un accident de train et dont la mort aurait fait mourir ses parents de chagrin. De fait, à travers son histoire personnelle, histoire conçue comme un héritage paternel, Vinciane Despret entend donner en exemple son expérience propre, la mise en mouvement (incitée par son père défunt) qu’elle a décidé de suivre et qui a produit ce livre.

  • 8 Bruno Latour, Enquête sur les modes d’existence: une anthropologie des modernes, Paris, La Découver (...)

8La suite de l’ouvrage et les huit chapitres qui le composent se proposent de donner la parole aux morts, à ceux qui ne sont pas vraiment partis. Il s’agit de montrer que les défunts n’ont pas qu’une existence dans la mémoire des vivants : ce seront donc les signes, analysés comme autant de mises en évidence de ces « modes d’existences »8 qui seront relatés. L’auteure s’inspire de Bruno Latour commentant Souriau : pour ce dernier les défunts doivent être « instaurés », c'est-à-dire construits, créés, fabriqués. Mais l’instauration « insiste sur le fait que mener un être à l’existence engage la responsabilité de celui qui instaure, à accueillir une demande. […] Nous aidons les morts à être ou à devenir ce qu’ils sont, nous ne les inventons pas. » (p. 16) Cette notion d’instauration permet à Vinciane Despret de dépasser la dichotomie entre l’existence physique et l’existence psychique, dichotomie qui « ne laisse aux morts que deux destins possibles, tout aussi misérables : celui de non-existants, ou celui de fantasmes, croyances, d’hallucinations » (p. 18-19). L’auteure n’entend pas « prouver » l’existence des morts, ce qui n’aurait pas de sens et qui n’est à aucun moment le but de sa démarche. Elle va plutôt montrer comment, parfois, les morts mettent en activité les vivants.

9Les exemples mobilisés par Vinciane Despret soulignent que les morts posent davantage des questions géographiques que temporelles : il est toujours question de place, celle qu’ils occupent et celle qu’on leur laisse. Les personnes décédées réclament leur place, et ce verbe est important pour l’auteur : il s’agit d’un présent à la voix active. Les morts agissent autant qu’ils sont agis. Au contraire de la thèse du désenchantement du monde (qu’elle discute somme toute peu), elle met en avant que les morts ont besoin d’un contexte pour être « institués », qu’ils œuvrent selon des moyens limités et qui leur sont propres : rêves, apparitions, signes, objets laissés en héritage. La position de Vinciane Despret pour expliquer cet amoindrissement des signes, propre à nos sociétés contemporaines, repose davantage sur l’évolution technologique que sur le désenchantement du monde : ainsi la généralisation de l’électricité qui a remplacé les lampes à pétrole amoindrirait les possibilités d’ombres, de jeux de lumière qui donnent aux morts les moyens de se manifester.

10Toutefois, on pourrait souligner qu’en éludant la question du désenchantement du monde, Vinciane Despret ne s’y confronte pas. De même, l’auteure fait peut-être un petit peu trop rapidement l’hypothèse que « faire son deuil », c’est se débarrasser des morts. De façon similaire, à aucun moment elle ne pose la question des représentations, des croyances qui rendent possible la convocation des symboles qu’elle sollicite comme une réalité. Par exemple, son avant-dernier chapitre introduit le don d’organe comme continuation de la vie du donneur. Or, cette idée élude tout ce que comprend la valorisation de l’identité biologique dans les représentations contemporaines.

11Ces critiques semblent cependant levées dans le dernier chapitre où l’auteure souligne bien ne pas trancher entre l’existence ou la non-existence des défunts. Elle clôt son raisonnement à partir de l’utilisation rhétorique du « comme si » : « Le “comme si’’ serait alors un opérateur d’ouverture entre les possibles. Il n’est pas un retrait interprétatif, il n’est pas une mesure de prudence, mais un artifice sémantique qui permet d’affirmer et de maintenir activement plusieurs possibilités. » (p. 204) Il est alors possible de reprendre les mots de l’auteure pour souligner que tout l’intérêt de cet ouvrage est d’opposer au « travail de deuil » un travail de mémoire : le travail n’est plus seulement psychique, les morts mettent en action les vivants, il y a des choses à faire et à produire. Ce livre en est lui-même un exemple.

Haut de page

Notes

1 Gaëlle Clavandier, « La crémation  : des pratiques singulières à l’élaboration d’un cadre de référence », Études sur la mort, 2007, p. 65‑86 ; Gaëlle Clavandier, « Quels enjeux contemporains autour du cadavre et des cendres ? », Frontières. Revue québécoise en études sur la mort, 2011, vol. 22, p. 14‑18.

2 Dominique Memmi, La revanche de la chair : Essai sur les nouveaux supports de l’identité, Paris, Éditions du Seuil, 2014.

3 Michel Castra, Bien mourir. Sociologie des soins palliatifs, Paris, PUF, 2003.

4 Magali Molinié, « Faire les morts féconds », Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe, 4 mars 2014, n°62, p. 70‑81.

5 Sigmund Freud, « Deuil et mélancolie » [1917] dans Métapsychologie, traduit par Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, Paris, France, Gallimard, 1968.

6 Jean Claude Passeron et Jacques Revel, Penser par cas, Paris, Les éditions de l’EHESS, 2005.

7 Cet exemple est originellement cité dans Ruth Richardson, Death, Dissection and the Destitute, University of Chicago Press, Chicago, 2000, p. 44.

8 Bruno Latour, Enquête sur les modes d’existence: une anthropologie des modernes, Paris, La Découverte, 2012, 498 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Jégat, « Vinciane Despret, Au bonheur des morts. Récits de ceux qui restent », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 novembre 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19405

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page