Navigation – Plan du site

Cheryl Misak, The American Pragmatists

Thomas Gennen
The American Pragmatists
Cheryl Misak, The American Pragmatists, Oxford, Oxford University Press, coll. « The Oxford History of Philosophy », 2015, 260 p., ISBN : 9780198709374.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’instar du philosophe Willard Van Orman Quine (1908-2000).

1Dans cette « histoire encore non écrite du pragmatisme » focalisée sur sa théorie de la vérité, Cheryl Misak développe un double projet polémique. D’une part, elle dessine une ligne de fracture qui séparerait deux types de philosophies pragmatistes et elle défend la validité et l’intérêt de l’une d’elles. D’autre part, elle soutient que la philosophie analytique, loin de s’être historiquement opposée au pragmatisme comme le veut l’interprétation historique dominante, partagerait avec lui de nombreuses positions théoriques. L’argumentation se déploie au fil d’un retour historique sur l’évolution des théories pragmatistes de la vérité de leurs origines jusqu’à nos jours, et les tensions qui les traversent. Dans cette histoire novatrice, Misak inclut certains auteurs peu souvent rattachés au pragmatisme1.

  • 2 Dewey John, Comment nous pensons ?, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2004 (1916), p. 20-22.
  • 3 Cet exemple provient d’un des fondateurs du pragmatisme, Charles Sanders Peirce (1839-1914).

2Pour comprendre la philosophie pragmatiste, il faut d’abord s’interroger sur le problème à partir duquel elle s’est constituée2. Il se résume en une interrogation fondamentale que Misak prend comme point de départ pour élaborer son histoire : quelle légitimité donner à notre connaissance, sachant qu’elle dépend d’interprétations issues d’expériences actuelles et passées, expériences elles-mêmes limitées par les structures cognitives héritées du processus d’évolution de l’espèce humaine ? Le pragmatisme inclut dans l’expérience les valeurs et émotions, ainsi que l’ensemble des connaissances transmises et considérées comme allant de soi. C’est ce qui le distingue d’une de ses influences principales, l’empirisme classique issu de Hume et de Locke, selon lequel l’expérience se limite à ce que perçoivent les cinq sens. L’affirmation darwinienne que les structures cognitives sont héritées de l’évolution humaine démarque le pragmatisme de sa seconde influence principale, Kant, pour qui certains concepts issus de la raison et de l’intuition seraient indépendants de l’expérience et nécessairement vrais. Cette double position théorique implique que toute connaissance, forcément interprétative, doit être considérée à proprement parler comme une croyance faillible. Le pragmatisme est précisément une philosophie qui répond d’une façon propre à ce « faillibilisme » : pour tester la validité d’une croyance, il faut expérimenter les conséquences pratiques, directes ou indirectes, qui en découlent. Car ce qui doit permettre de distinguer nos conceptions théoriques, ce sont bel et bien les expériences dont elles sont issues, donc leurs effets directs ou indirects sur nos sens. Affirmer par exemple que « ce diamant est dur » implique pratiquement que si on le griffe, il résiste3.

  • 4 C'est du moins l’affirmation générale à laquelle se livre Misak, à la suite d’autres auteurs, bien (...)

3C’est sur ce principe d’une vérité définie de façon expérimentale, en gardant liées expérience et croyance, que les pragmatistes se sont divisés, comme le montre en détail Misak. Les philosophes se déchirent surtout sur les critères permettant de juger une croyance comme « vraie ». La définition de ces critères implique par ailleurs de s’interroger sur la légitimité des méthodes à employer et des types de « conséquences pratiques » des expériences. Par exemple William James, un des pères fondateurs du pragmatisme, semble parfois affirmer qu’une croyance est vraie si elle a pour effet pratique de satisfaire celui qui y adhère4 : dans ce cas, le critère méthodique distinguant le vrai du faux serait donc subjectif.

  • 5 Signalons que, pour la plupart des auteurs abordés, Misak discute également de leur philosophie de (...)

4À l’inverse, Peirce, autre père fondateur du pragmatisme, considère qu’une croyance est vraie à la seule condition qu’elle résiste objectivement à tout contre-argument, doute et mise à l’épreuve, aussi loin que les investigations empiriques puissent aller. Dans ce cas, la vérité se définit comme inabrogeable, inaliénable (indefeasible). C’est cette position épistémologique que défend Misak. Elle a été initiée au XIXe avec Chauncey Wright et surtout Charles Sanders Peirce, puis prolongée au XXe par Charles Morris, Clarence Irving Lewis, Hilary Putnam, et en partie Willard Van Orman Quine, détaille Misak. Selon ce courant du pragmatisme, malgré le caractère interprétatif de toute croyance et son absence de certitude, il serait possible d’atteindre une objectivité ainsi que des standards et normes de croyance communs. L’autre type de pragmatisme, auquel s’oppose Misak, tendrait au contraire à dénier l’atteinte de toute objectivité possible. Il aurait été impulsé au XIXe par William James, suivi par John Dewey et, au XXsiècle, par Richard Rorty. Pour ceux-ci, standards et normes de croyance seraient relatifs, soit à un accord actuel communément partagé mais dont on ne peut pas assurer qu’il sera toujours valide dans le futur (position de Dewey), soit à plusieurs communautés de pensée situées socio-historiquement (position de Rorty), soit enfin à l’expérience individuelle (position, au moins parfois, de James, qui aurait ouvert la voie à un subjectivisme radical)5.

5Le livre se décompose en trois parties rendant compte de l’évolution de ces positions. La première partie expose une généalogie des principes pragmatistes de base ainsi que les positions épistémologiques des trois pères fondateurs du pragmatisme, Wright (1830-1875), Peirce (1839-1914) et James (1842-1910). Misak y souligne l’assimilation faite dès le début du XXe et jusqu’à présent, du label de « pragmatisme » à la version jamesienne, considérée par ses opposants comme réduisant la vérité à des critères d’utilité et de satisfaction personnelle. L’auteure justifie à plusieurs reprises l’inclusion de certains philosophes dans son histoire du pragmatisme en rappelant que c’est justement cette assimilation qui les aurait dissuadés de se revendiquer du pragmatisme, malgré une parenté parfois indéniable.

6La deuxième partie débute par une exposition des critiques virulentes portées au pragmatisme au début du XXe, et principalement à la version jamesienne. Ainsi de l’objection soulevée par G.E. Moore : si la vérité dépend de ce qu’on peut vérifier par l’expérience, comment penser des affirmations pour lesquelles la preuve fait partie du passé ou aurait été détruite ? Ou encore de la difficulté soulignée par Bertrand Russell dans la version jamessienne de parvenir à déterminer quelles sont les conséquences pratiques effectives de l’entretien ou du rejet d’une croyance (comment démêler les effets de celui qui croit au christianisme, par exemple). Russell pointe la même difficulté dans la définition des critères permettant de juger ces conséquences pratiques bonnes ou mauvaises, arguant qu’une telle caractérisation dépend parfois de vues politiques. Après l’exposition de ces critiques, Misak se focalise sur le pragmatisme de John Dewey qui, survivant de 40 ans à ses prédécesseurs Peirce et James, a dominé le paysage philosophique américain jusqu’à ce qu’il quitte le milieu universitaire (en 1929). Son départ a marqué la fin de « l’ère classique » du pragmatisme.

  • 6 Notre traduction. En matière de philosophie analytique, c’est plus précisément « l’empirisme logiqu (...)
  • 7 Notre traduction.
  • 8 Les critères justifiant la communauté de pensée avec le pragmatisme, que Misak reprend d’Ernst Nage (...)

7Dans la troisième partie, Misak expose et argumente sa thèse selon laquelle le pragmatisme aurait une « lignée analytique forte et ininterrompue »6 (p. 1-2). Pour justifier son lien de parenté, elle définit d’abord la philosophie analytique comme une « tradition qui porte attention à la logique et promeut un mode de pensée rigoureux »7 (p. 1). Cependant, hormis quelques principes théoriques communs au pragmatisme et à la philosophie analytique8, c’est surtout au pragmatisme de Peirce que Misak se réfère lorsqu’elle affirme qu’un « pragmatisme analytique » est né avec Lewis puis Quine. Aux environs de 1950, les critiques fortes émises par Quine à l’encontre du pragmatisme, toujours publiquement assimilé à James, ont contribué à mettre à l’écart le label de « pragmatisme », jusqu’à sa revendication de nature plutôt jamesienne par Rorty.

  • 9 À savoir, pour la première partie, les positions d’Oliver Wendell Holmes, Josiah Royce et F.C.S. Sc (...)

8Chacune des trois parties du livre s’achève par une section intitulée « Compagnons de voyage », qui expose les pensées d’auteurs secondaires prenant également position dans les controverses entre pragmatistes9. Un panorama des débats épistémologiques actuels opposant les deux pragmatismes, puis la conclusion finale, clôturent l’ouvrage.

  • 10 Notre traduction.
  • 11 Ainsi par exemple lorsque Misak énonce l’objection faite par James à l’encontre des critiques princ (...)
  • 12 Certaines positions à partir desquelles ce dualisme objectif/subjectif est établi sont d’ailleurs é (...)
  • 13 Whitehead Alfred North, Procès et réalité : essai de cosmologie, Paris, Gallimard, coll. « Nrf », 1 (...)
  • 14 Notamment en mobilisant abondamment les correspondances écrites des auteurs abordés et en établissa (...)

9Pour conclure, quelques remarques sur l’argumentation des thèses s’imposent. Le projet normatif de Misak est énoncé clairement : il s’agit de « montrer ce qui est bon dans le pragmatisme »10 (p. x). De fait, le lecteur remarque rapidement le rappel constant et redondant de la supériorité conférée au pragmatisme de Peirce dans sa défense d’une objectivité théorique atteignable. Cette supériorité se traduit dans l’économie générale du texte, la part faite aux arguments de Pierce étant plus importante et plus approfondie11. Par ailleurs, il semble problématique de prendre l’opposition entre objectivité et subjectivité de la vérité12 pour principal fondement de la distinction entre les deux pragmatismes, comme le fait Misak. En effet, cette opposition est précisément déconstruite en détails par plusieurs pragmatistes identifiés au camp qu’elle attaque, notamment Dewey mais aussi Whitehead13, autre grand philosophe pragmatiste dont on s’étonne qu’il n’apparaisse que dans une note de bas de page. La thèse du rapprochement avec la philosophie analytique est quant à elle défendable dans la mesure où l’on accepte la définition volontairement large que donne Misak de la « philosophie analytique », et ses critères justifiant une communauté de pensée avec le pragmatisme. Toutefois, avec cette thèse novatrice, l’auteure garde le mérite de complexifier et de densifier les tensions de la tradition pragmatique14 en contrevenant aux interprétations historiques dominantes. Un geste qui mérite l’attention de recherches ultérieures.

Haut de page

Notes

1 À l’instar du philosophe Willard Van Orman Quine (1908-2000).

2 Dewey John, Comment nous pensons ?, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2004 (1916), p. 20-22.

3 Cet exemple provient d’un des fondateurs du pragmatisme, Charles Sanders Peirce (1839-1914).

4 C'est du moins l’affirmation générale à laquelle se livre Misak, à la suite d’autres auteurs, bien qu’elle soit consciente que James ait parfois jugé ce seul critère subjectif insuffisant pour définir la vérité d’une croyance, sauf en matière religieuse.

5 Signalons que, pour la plupart des auteurs abordés, Misak discute également de leur philosophie de l’éthique. Elle prend à nouveau parti pour la position tendant à une objectivité, qu’on peut en l’occurrence résumer en l’opposant à la célèbre affirmation nietzschéenne qu’« il n’y a pas de phénomènes moraux, seulement une interprétation morale des phénomènes » (Nietzsche Friedrich, Par delà le bien et le mal : prélude d’une philosophie de l’avenir, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 2003 (1886), p. 101.

6 Notre traduction. En matière de philosophie analytique, c’est plus précisément « l’empirisme logique », né en 1920 avec la création du Cercle de Vienne, qui a trouvé dans le pragmatisme un terreau fécond à son développement et à sa diffusion en Amérique vers 1930.

7 Notre traduction.

8 Les critères justifiant la communauté de pensée avec le pragmatisme, que Misak reprend d’Ernst Nagel, sont les suivants : l’anti-spéculation métaphysique comme discours sur des principes premiers et absolus, l’emphase sur la recherche scientifique coopérative et la nécessité de l’observation de l’observation des faits dans l’évaluation d’une théorie.

9 À savoir, pour la première partie, les positions d’Oliver Wendell Holmes, Josiah Royce et F.C.S. Schiller, pour la seconde, celles de George Herbert Mead, George Santayana, et pour la troisième, celles de Morton White, Nelson Goodman et Wilfried Sellars.

10 Notre traduction.

11 Ainsi par exemple lorsque Misak énonce l’objection faite par James à l’encontre des critiques principales portées au pragmatisme en général, et celles faites plus personnellement par Russell à son attention. James défend qu’elles sont basées sur des mésinterprétations, mais Misak se contente de dire que cette objection n’a pas impressionné ses opposants, sans la développer ni la problématiser.

12 Certaines positions à partir desquelles ce dualisme objectif/subjectif est établi sont d’ailleurs également contestables : une théorie génétique de la vérité, stipulant que la vérité est générée (que quelque chose devient vrai), n’implique pas forcément que la vérité n’est que une interprétation sans qu’il n’y ait d’objectivité atteignable par exemple. Le travail d’enquête anthropologico-philosophique de Bruno Latour sur la production des faits scientifiques l’a montré (Latour Bruno et Steve Wooglar, La vie de laboratoire, Paris, La Découverte, 1999 ; Latour Bruno, Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, Paris, La Découverte, 2012, p. 79-104).

13 Whitehead Alfred North, Procès et réalité : essai de cosmologie, Paris, Gallimard, coll. « Nrf », 1995 (1929).

14 Notamment en mobilisant abondamment les correspondances écrites des auteurs abordés et en établissant en introduction de leur présentation dans l’ouvrage une esquisse de leurs profils sociologique et philosophique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Gennen, « Cheryl Misak, The American Pragmatists », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19714

Haut de page

Rédacteur

Thomas Gennen

Diplômé d’un master en anthropologie (à finalité spécialisée), étudiant en dernière année de master en philosophie (à finalité approfondie), à l’Université libre de Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page