Navigation – Plan du site

Catherine Leclercq, Wenceslas Lizé, Hélène Stevens (dir.), Bourdieu et les sciences sociales. Réception et usages

Kevin Diter
Bourdieu et les sciences sociales
Catherine Leclercq, Wenceslas Lizé, Hélène Stevens (dir.), Bourdieu et les sciences sociales. Réceptions et usages, Paris, La Dispute, 2015, 345 p., ISBN : 978-2-84303-263-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 De notre côté de l’Atlantique, on pense entre autres à Mauger Gérard  (dir.), Rencontres avec Pierr (...)

1Depuis une dizaine d’années, les ouvrages en « hommage à » Pierre Bourdieu, comme ceux qui retracent, résument et discutent sa pensée, se sont multipliés en sciences sociales, et ce aussi bien en France qu’à l’étranger1. Que ce soit en sociologie, en science politique, en philosophie ou dans d’autres disciplines « plus éloignées », telles que le droit ou le management, le sociologue français le plus cité au monde a fait l’objet de très nombreuses recensions qui invitent, selon les cas, à l’application, à l’aménagement voire à l’amendement – plus ou moins partiel – de son cadre théorique.

2L’ouvrage collectif dirigé par Catherine Leclercq, Wenceslas Lizé et Hélène Stevens ne s’inscrit pas dans la continuité de ces travaux. Plutôt que de présenter une nouvelle introduction à l’œuvre de l’auteur de la Distinction ou d’appeler à la mise en place d’un agenda de recherche bourdieusien dans un (nouveau) sous-champ académique spécifique, les auteur-e-s rassemblé-e-s ici proposent de changer de focale et de prendre pour terrain et pour objet d’étude ces différents textes qui commentent et mobilisent la sociologie de Pierre Bourdieu. Autrement dit, plutôt que de réaliser une énième exégèse des productions scientifiques de l’ancien professeur de sociologie du Collège de France, ils suggèrent d’en analyser la réception, c’est-à-dire de décrire l’ensemble des logiques historiques et sociales qui président à la circulation et à l’appropriation de ses concepts, méthodes et idées dans différentes disciplines.

3Gardant à l’esprit que l’étude de la réception d’une œuvre ne peut faire l’économie de l’étude de ses conditions de possibilités, au risque de voir « les textes circul[er] sans leur contexte », chaque contributeur-e s’évertue d’abord à retracer ce qui dans l’état et dans les transformations du champ des sciences sociales rend (ou non) possible la production et la circulation des travaux de Pierre Bourdieu. Mais tous s’emploient également à souligner le rôle des dispositions et des trajectoires sociale et intellectuelle des chercheur-e-s des différentes disciplines étudiées dans leur plus ou moins grande appropriation et utilisation des prises de position théoriques du « maître ». En somme, les auteur-e-s proposent de penser avec Bourdieu les modalités de diffusion et d’usage de ses propres textes.

4L’ouvrage se divise en trois parties de longueurs inégales. La première, constituée de trois chapitres, donne à voir la transmission et la réappropriation du paradigme de Pierre Bourdieu en sociologie, et plus particulièrement de son souci réflexif. La deuxième, composée également de trois chapitres, décrit les réceptions différenciées de l’œuvre du sociologue au sein de disciplines dans lesquelles il est « relativement installé », ainsi que leurs conditions de félicité. La dernière partie, enfin, s’intéresse à des espaces académiques où le rapport à la sociologie (boudieusienne) est plus distant. Les six chapitres qui la forment dépeignent le (difficile) travail d’importation dont elle a fait l’objet au cours des années 1990 et en montrent les ressorts sociologiques.

5En préambule de ces contributions, on trouve un texte inédit de Pierre Bourdieu prononcé à Chicago en 1989. L’auteur y revient sur ses précédentes analyses sur la circulation internationale des idées et y appelle à la re/connaissance des lois qui régissent la production et les échanges scientifiques, afin de favoriser la création d’un vaste espace de discussion. Ce dernier permettrait selon lui d’assurer le progrès de la raison scientifique dans le domaine des sciences sociales, dans la mesure où il émousserait les obstacles que constituent les divisions artificielles entre « traditions » disciplinaires et/ou nationales.

  • 2 En abandonnant par exemple la philosophie, puis l’ethnologie, pour la sociologie. Ou encore en se d (...)

6La première partie s’ouvre sur une contribution de Gérard Mauger, dans laquelle sont mis en exergue les liens entre le « style de pensée » de Pierre Bourdieu, ses dispositions et sa trajectoire sociale. Après avoir insisté sur l’impératif de réflexivité en sciences sociales et son importance à chaque étape de la pratique scientifique, l’ancien collaborateur de Bourdieu applique ce principe méthodologique aux recherches et à la carrière de son ancien mentor. Il montre que la manière d’être sociologue de Bourdieu et son itinéraire intellectuel trouvent une explication dans son habitus clivé de transfuge de classe. Le « très fort décalage entre une haute consécration scolaire et une faible extraction sociale » a en effet souvent amené Pierre Bourdieu à « choisir le moins chic »2. Mais il l’a également conduit à développer des « dispositions éclectiques » ou « attrape-tout » qui l’ont incité à « concilier les contraires » et à dépasser les oppositions classiques entre objectivisme et subjectivisme – via le développement de concepts tels que champ ou habitus. Le chapitre de Stéphane Beaud et de Michel Pialoux, quant à lui, illustre en pratique les usages et les appropriations du cadre théorique bourdieusien et de sa vigilance réflexive. Après avoir présenté les différentes modalités de leur rencontre avec Pierre Bourdieu et/ou sa sociologie, ils mettent en évidence son rôle décisif dans leur enquête sur les usines Peugeot et révèle, plus précisément, ce qu’a signifié pour eux partir sur le terrain avec « Bourdieu en tête ». Loin de se limiter à l’application mécanique d’un modèle, travailler avec (et contre) Pierre Bourdieu leur a permis de renouveler les études sur les transformations du monde ouvrier, de questionner à nouveaux frais la politisation et le militantisme des classes populaires, et surtout d’éviter les écueils des approches misérabiliste, légitimiste et « théoréticiste » alors dominantes. Prenant pour point de départ l’inauguration d’un amphithéâtre Pierre Bourdieu à l’université de Poitiers, Bertrand Geay interroge et souligne, pour sa part, les apports de ce dernier en matière de sociologie et de science de l’éducation. S’appuyant sur la notion de « pédagogie rationnelle » élaborée en collaboration avec Jean-Claude Passeron et Monique de Saint-Martin, l’ancien doctorant de Pierre Bourdieu produit une analyse réflexive des dispositifs d’enseignement à l’université, puis dévoile les limites des pédagogies nouvelles, avant de conclure sur des propositions pratiques visant à enrayer ou limiter la reproduction des inégalités sociales.

  • 3 Selon l’expression d’Alban Bensa dans son article « L'exclu de la famille. La parenté selon Pierre (...)

7La deuxième partie s’attache à détailler les réceptions et les usages des travaux de Pierre Bourdieu dans des spécialités où la référence et les dialogues avec le(s) sociologue(s) sont relativement établis, à savoir l’anthropologie, la science politique et les études littéraires. Malgré les différences liées à leur rattachement disciplinaire, les trois contributions mettent au jour plusieurs points communs dans les processus de diffusion de l’œuvre de l’ancien professeur du Collège de France. Tout d’abord, il semblerait que les textes de Pierre Bourdieu aient fait l’objet d’une plus grande attention et reconnaissance à partir des années 1990, après avoir été largement ignorés et mis entre parenthèses durant les trois décennies précédentes. C’est ce que démontre par exemple Bastien Bosa, à partir d’un examen qualitatif et quantitatif des références faites à Pierre Bourdieu dans la revue anthropologique L’Homme. Si le sociologue peut à juste titre être considéré comme « l’exclu de la famille »3 dans les années 1970 et 1980, il en est aujourd’hui devenu membre à part entière, étant plus cité, mobilisé et discuté que beaucoup de figures historiques de la discipline. Cette évolution, commune aux différentes disciplines, peut s’expliquer par les transformations du sous-champ universitaire étudié, par la progression d’une humeur « anti-institutionnelle » et « réflexive », ainsi que que par les dispositions des chercheurs « introducteurs ». Autrement dit, la diffusion de Pierre Bourdieu semble facilitée dans les espaces où les conflits symboliques et les enjeux de lutte sont importants, comme en témoignent Boris Gobille et Bernard Pudal pour la science politique, et Paul Dirks pour la littérature. La pensée du sociologue constitue en effet pour les « passeurs » une véritable ressource permettant de subvertir les règles du jeu et de légitimer leurs (prises de) positions « hétérodoxes ». Cette stratégie, nous rappellent les auteurs, a surtout été le fait de « nouveaux entrants » et de chercheurs qui, comme Pierre Bourdieu, ont connu une trajectoire atypique et ont traversé les espaces disciplinaires et/ou sociaux. Par ailleurs, toutes les contributions indiquent que l’accroissement des usages de la théorie bourdieusienne a également été rendu possible par la consécration intellectuelle de son auteur et par la circulation internationale de ses idées, le passage par l’étranger légitimant l’œuvre et favorisant la diversification des canaux de diffusion. Enfin, toutes s’accordent également sur le fait que l’appropriation de ses travaux a été plurielle dans la mesure où les chercheurs ont aménagé la boite à outils bourdieusienne en fonction de leur objet d’étude et de leur affiliation disciplinaire, la rendant parfois difficilement reconnaissable.

  • 4 Cette troisième partie étant conséquente, nous ne rentrerons pas dans le détail de toutes les contr (...)

8La dernière partie, quant à elle, se concentre sur l’analyse de la visibilité et des lectures des textes de Pierre Bourdieu dans des espaces disciplinaires où la sociologie est peu présente et peu admise, à savoir les sciences de l’information, le droit, l’économie, l’histoire médiévale, l’histoire moderne ou encore la philosophie4. Plus précisément, elle souligne les différents obstacles à la circulation et à la diffusion des travaux sociologiques (de Pierre Bourdieu) et en explique les origines. Si la sociologie (bourdieusienne) a peu de place dans ces diverses spécialités, c’est tout d’abord lié à la position qu’elle occupe dans le champ des sciences sociales. Etant relativement dominée, il s’avère peu rentable, voire risqué, d’un point de vue symbolique de la mobiliser, comme le signalent Jean-Philippe Genet pour l’histoire et Frédéric Lebaron pour l’économie. Cette défiance des différentes disciplines peut également se comprendre comme une volonté de préserver leurs domaines de compétence et de contrer les aspirations « impérialistes » de la sociologie. D’autres chapitres, pour leur part, rendent compte du refus de la sociologie (de Pierre Bourdieu) par certaines disciplines, en insistant sur les réactions hostiles suscitées par les analyses critiques et par les objectivations de l’ancien professeur du Collège de France. C’est le cas notamment des juristes qui semblent s’être détournés de l’œuvre du sociologue parce qu’ils s’y sentaient discrédités. Ce dernier les appelait en effet « les gardiens de l’hypocrisie collective », comme le rapporte Malha Naab. Enfin, certains auteurs suggèrent que sa difficile réception peut être liée à des problèmes théoriques et épistémologiques, ses outils conceptuels n’étant pas forcément transposables ou adaptables à tous les objets et à toutes les spécialités. Malgré tout, chaque chapitre brosse l’existence de « quelques miraculés » qui mobilisent Pierre Bourdieu et son impératif de réflexivité pour mettre en cause les catégories traditionnelles d’entendement de leur discipline et proposer de nouvelles manières de poser et de résoudre des questions scientifiques dans leur domaine.

9Au final, Bourdieu et les sciences sociales est intéressant à de nombreux égards. Non seulement il met en évidence les usages pluriels de la pensée de Pierre Bourdieu, mais il dresse également l’inventaire des obstacles et des conditions favorables à la circulation interdisciplinaire de ses travaux. Ce faisant, il pose les premiers jalons d’une histoire sociale des sciences sociales qui, si on la poursuit, permettrait de constituer un espace scientifique transdisciplinaire, dans lequel la mise en œuvre commune d’une vigilance réflexive bénéficierait à l’ensemble des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 De notre côté de l’Atlantique, on pense entre autres à Mauger Gérard  (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Éditions du Croquant,‎ 2005, ou à Bouveresse Jacques, Roche Daniel (dir.), La liberté par la connaissance. Pierre Bourdieu (1930-2002), Odile Jacob, coll. « Collège de France » 2004. Du côté anglo-saxon, cf. le site de la British Sociology Association consacré à Bourdieu :

https://bsabourdieu.wordpress.com/selected-publications/

2 En abandonnant par exemple la philosophie, puis l’ethnologie, pour la sociologie. Ou encore en se dirigeant vers la philosophie de Canguilhem plutôt que vers celle de Sartre qui était alors valorisée et valorisante.

3 Selon l’expression d’Alban Bensa dans son article « L'exclu de la famille. La parenté selon Pierre Bourdieu », ARSS, n°150, 2003, p. 19-26.

4 Cette troisième partie étant conséquente, nous ne rentrerons pas dans le détail de toutes les contributions. Nous proposerons plutôt un résumé des idées communes aux différents chapitres, à l’instar de la conclusion de l’ouvrage rédigée par Wenceslas Lizé et Hélène Steven.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Diter, « Catherine Leclercq, Wenceslas Lizé, Hélène Stevens (dir.), Bourdieu et les sciences sociales. Réception et usages  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19935

Haut de page

Rédacteur

Kevin Diter

Doctorant en sociologie à l’Inserm, allocataire IEC de la région Île-de-France

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page