Navigation – Plan du site

« Nouveaux regards sur la critique d'art au XIXe siècle » et « Vingt ans », Sociétés & Représentations, n° 40, 2015

Sylvain Lesage
Nouveaux regards sur la critique d'art au XIXe siècle et Vingt ans
« Nouveaux regards sur la critique d'art au XIXe siècle et Vingt ans », Sociétés & Représentations, n° 40, 2015, 382 p., Paris, Publications de la Sorbonne, ISBN : 9782859449179.
Haut de page

Texte intégral

1Pour son vingtième anniversaire, la revue Sociétés & Représentations propose un numéro double : plutôt que de se cantonner à l’exercice rétrospectif – certes éclairant, mais souvent empreint d’autocongratulation – la revue accole à un numéro « classique » une extension, consacrée à la commémoration. Plutôt que la marque d’une indécision, il faut y voir la volonté qui anime la revue d’offrir la meilleure démonstration qui soit de la portée de ces vingt ans d’existence : une ambition renouvelée d’éclairer la manière dont les représentations construisent l’espace du social, à partir du postulat que « tout document qui rend possible un accès au réel ou au social est en lui-même une représentation » (Roger Chartier, p. 293).

2Dans le dossier anniversaire, Anne-élisabeth Andréassian propose ainsi une rétrospective statistique des 960 textes publiés dans les vingt ans de la revue (p. 257-263), qui met en avant le refus des cloisonnements. Entreprise résolument pluridisciplinaire à une époque où le mot n’était pas encore une injonction, Sociétés & Représentations articule efficacement histoire, sociologie, sciences politiques, littérature, esthétique, sciences de l’information et de la communication, etc. Le bilan statistique (qui examine également très finement la place dans la revue des femmes, des jeunes chercheurs, etc.) pourrait n’être qu’un bilan assez vain du chemin parcouru ; au contraire, articulé à un article de Julien Hage (p. 265-276) qui opère un bilan de vingt ans de revues de sciences humaines et sociales en France, il offre une étude de cas qui éclaire deux décennies de profond renouvellement pour les revues. Ce bouleversement, analyse Julien Hage, « témoigne des grandes mutations des modes de production, d’éditorialisation, et de circulation des savoirs dans ces disciplines à l’ère numérique, ainsi que des bouleversements économiques du secteur de l’édition scientifique, tout autant sans doute que de ceux de l’édition généraliste » (p. 265).

3La deuxième partie du bilan dressé par ce numéro décale la perspective, en offrant la possibilité à plusieurs des compagnons de route de la revue de revenir sur leur conception de la notion de représentations – celle de « société », en revanche, ne faisant l’objet d’aucune problématisation explicite. Ces contributions prennent des formes très différentes : Claude Gauvard propose ainsi un bilan historiographique succinct mais extrêmement stimulant des usages des représentations par les médiévistes (p. 277-287), décortiquant notamment à partir du cas des lettres de rémission accordées par le Roi de France le fonctionnement des sociétés à honneur que sont les sociétés médiévales, des sociétés dans lesquelles « l’être de[s] individus n’est que ce qu’il paraît aux yeux des autres. Être et paraître sont intimement confondus » (p. 285). Claude Gauvard montre ainsi de quelle manière « la représentation au Moyen Âge n’est pas seulement un moyen de penser le monde, mais de le construire » (p. 287).

4Michel Porret, Alain Corbin, Philippe Artières, Pasal Ory ou encore Nathalie Heinich offrent, quant à eux, des notules articulant égo-histoire de leur propre pratique scientifique des représentations, tandis qu’Arlette Farge s’y prête par le biais de l’entretien. Mais c’est assurément le long entretien auquel Roger Chartier se livre avec évelyne Cohen et Pascale Goetschel (p. 289-321) qui offre les éclairages les plus stimulants. Récusant l’illusion biographique qui guide classiquement ces exercices commémoratifs, Roger Chartier revient longuement sur la notion de représentation qui a guidé toute sa carrière de chercheur. Plutôt que de partir d’une définition positive, il part de trois types de critiques radicales adressées à la notion de représentation, pour se livrer ensuite à une réfutation en règle de ces critiques. Balayant quatre décennies de recherches sur les représentations, il revient à la fois sur ses dettes intellectuelles (Pierre Bourdieu, Louis Marin) et sur les contingences qui ont pu, à certains moments, réorienter en profondeur sa recherche : ses origines lyonnaises par exemple, ou les invitations répétées à l’université de Philadelphie, haut lieu des études shakespeariennes. Or la singularité de Shakespeare dans le paysage intellectuel anglo-saxon a forgé des axes de recherche nouveaux : sans manuscrit autographe, les études shakespeariennes ont profondément renouvelé la bibliographie matérielle, pour retrouver les traces de l’auteur au-delà des interventions des multiples travailleurs du livre. Ce paradigme a donc contribué à forger les caractères de l’histoire du livre à la française, dont Roger Chartier a été une figure éminente, à travers une attention soutenue aux « formes de circulation des textes, leur mode d’assignation, les attentes des lecteurs » – s’éloignant ainsi de la tradition allemande des études de réception.

5Outre ce passionnant (et parfois discordant) dossier rétrospectif, la revue propose pour ce quarantième numéro un épais dossier d’une douzaine d’articles offrant de « nouveaux regards sur la critique d’art au XIXe siècle ». Ce dossier est d’autant plus bienvenu qu’il entreprend de décloisonner des recherches trop souvent atomisées. Par ailleurs, « la critique a longtemps servi de source en histoire de l’art, sans qu’un travail de recontextualisation sociale et culturelle adéquate n’ait été véritablement effectué autour de ces textes » (Isabelle Mayaud, Séverine Sofio, p. 10). Sociétés & Représentations contribue donc au chantier de reconstruction d’une histoire sociale de la critique d’art, s’interrogeant sur son émergence comme discours spécifique, ses lieux d’institutionnalisation, son impact, etc. Les différentes contributions qui sont rassemblées ici mettent l’accent sur les formes de mobilisation collective, en mettant particulièrement en avant les logiques de lutte qui traversent les mondes de l’art. Quatre perspectives sont privilégiées : l’émergence du discours critique comme discours spécifique sur les œuvres, l’hétérogénéité des pratiques et des profils au sein de la population des critiques, le processus par lequel les critiques s’imposent comme intermédiaires indispensables vis-à-vis des professionnels comme du public, et enfin la vaste question des effets de la critique. On peut signaler ici deux articles qui, par leur capacité à problématiser la question des représentations, ont particulièrement retenu notre attention au sein d’un ensemble foisonnant et sans doute aussi riche de résultats que de perspectives à approfondir. Le premier est l’article de Séverine Sofio (p. 163-181), qui analyse la critique de peinture dans les années 1820. Restituant les trajectoires sociales de ces nouveaux venus en critique qui entreprennent de professionnaliser le discours critique, Séverine Sofio montre comment ceux-ci importent dans le monde pictural le prisme de la bataille romantique, en « “inventant” une bipolarisation qui était pourtant loin d’être évidente dans le monde de l’art » (p. 181) ; ce faisant, Séverine Sofio montre l’ardente nécessité de déconstruire les catégories employées en histoire de l’art pour articuler le social et ses représentations. Paul-Louis Roubert, de son côté (p. 201-219) montre le processus d’élaboration d’un discours critique autour de l’innovation que représente le daguerréotype. À une tradition très largement tributaire des jugements de Baudelaire (« Le public moderne et la photographie »), Paul-Louis Roubert substitue une lecture très fine du processus par lequel s’élabore un discours photographique. Cantonné au pôle de la curiosité scientifique, la photographie fait l’objet d’une curiosité soutenue pendant l’année 1839, avant de sombrer dans un désintérêt journalistique. C’est le succès public du portrait daguerréotypé qui suscite une réappropriation de la pratique photographique par la critique des salons, et le daguerréotype, système de reproduction mécanique du réel, devient alors un repoussoir répété de la critique d’art face à l’émergence d’une école naturaliste.

6Ainsi, pour son vingtième anniversaire la revue Société & Représentations s’offre le beau cadeau d’un numéro qui, comme nombre des trente-neuf précédents, rassemble des contributions résolument transdisciplinaires, ouvre ses pages aux jeunes chercheurs comme aux plus confirmés, et offre un état de la question foisonnant d’un domaine prometteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Lesage, « « Nouveaux regards sur la critique d'art au XIXe siècle » et « Vingt ans », Sociétés & Représentations, n° 40, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 avril 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20698

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Lesage

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille 3

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page