Navigation – Plan du site

Damien Plantey, Les Bibliothèques des Princesses de Navarre au XVIe siècle : livres, objets, mobilier, décor, espaces et usages

François-Ronan Dubois
Les bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle
Damien Plantey, Les bibliothèques des princesses de Navarre au XVIe siècle. Livres, objets, mobilier, décor, espaces et usages, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2016, 240 p., ISBN : 9791091281508.
Haut de page

Texte intégral

1L’étude des pratiques littéraires de l’époque moderne ne saurait se passer de l’examen de leurs conditions matérielles. L’histoire du livre, telle qu’elle s’est imposée dans la seconde moitié du XXe siècle, a déjà accordé une attention considérable à ces questions mais il reste, aujourd’hui encore, beaucoup à faire. Le présent ouvrage, tiré de la thèse de doctorat de Damien Plantey, illustre l’intérêt de semblables chantiers pour ce qui est du XVIe siècle. À travers l’examen des habitudes matérielles et intellectuelles des princesses de Navarre, tant du côté de la réception que de la production, l’auteur permet de saisir la complexité et la spécificité de certaines pratiques littéraires du XVIe siècle. Consacrée à trois générations de princesses de Navarre qu’incarnent Jeanne d’Albret, Marguerite de Valois et Catherine de Bourbon, l’étude est disposée en trois parties où les parcours et les pratiques des princesses sont toujours analysés conjointement.

2La première partie, « La bibliothèque corps et âme : la princesse garante de l’ordre du monde » (p. 35-78), explore la manière dont chaque princesse met en scène une conception spécifique de sa souveraineté à travers l’organisation matérielle de ses pratiques intellectuelles. Pour Marguerite de Navarre, la bibliothèque s’organise autour de deux foyers concrets et symboliques : d’une part, l’exposition de livres richement reliés qui témoignent de son appartenance à une élite intellectuelle et, de l’autre, la mise à l’honneur d’un portrait de son frère François Ier, qui souligne sa propre place centrale au sein de l’ordre politique monarchique. Pour Jeanne d’Albret, en revanche, la scénographie est plus martiale et des objets qui témoignent de la geste militaire du royaume de Navarre placent la princesse au centre d’un gouvernement concret, compris comme une entreprise tyrannicide, dans le cadre des guerres de religion, comme en témoignent les représentations picturales de l’épisode biblique opposant Judith à Holopherne. Enfin, pour Catherine de Bourbon, la bibliothèque prend plutôt la forme d’un jardin paisible et bien ordonné, à travers des représentations végétales, où les livres raffinés sont destinés à la recherche d’un consensus et d’une intégration politique. On le voit, la bibliothèque remplit une double fonction : elle fournit à la fois aux princesses les éléments d’une réflexion politique personnelle et les signes extérieurs de la conception royale qui en est le produit. La bibliothèque est donc en même temps un lieu intime et spirituel et un espace semi-public et politique.

3C’est justement cet aspect politique qu’examine la deuxième partie, « La bibliothèque au pouvoir : les livres ‘en sa puissance’ »(p. 79-154). La dimension politique de la bibliothèque royale de Navarre s’organise autour de trois axes. Le premier est celui des stratégies politiques, typiques de la modernisation des pratiques au XVIe siècle. Non seulement les princesses symbolisent leur maîtrise stratégique en exposant des jeux de dames et d’échecs mais elles assurent concrètement l’efficacité de leurs tractations, en veillant à leur sécurité, par des procédés tant matériels que scripturaux (lettres codées, messagers de confiance). L’idée que le pouvoir politique ne s’exerce bien que dans le secret entraîne toutes sortes d’exigences architecturales et artisanales qui marquent l’immobilier et le mobilier : les doubles fonds, les portes dérobées, les compartiments cachés sont légion dans les cabinets d’études et abritent des documents et des objets qu’on ne saurait exposer au regard. Le deuxième axe du pouvoir politique est étroitement lié à cette réflexion stratégique et prudente : c’est celui qui impose aux princesses de se prémunir des empoisonnements. À nouveau, préoccupations intellectuelles et préoccupations matérielles se nourrissent les unes les autres. On trouve en effet à côté des traités médicaux et magiques des objets destinés à préserver concrètement les princesses de Navarre d’un danger d’autant mieux perçu que certains ancêtres en ont été victimes : gants parfumés, coupes pour goûteur, remèdes et talismans témoignent d’une prudence qui n’a rien de théorique. La connaissance de la nature et des artifices s’exprime encore une fois, enfin, dans le troisième axe, celui de la cosmographie. À travers un ensemble de récits de voyage, de documents et d’objets lointains et exotiques, qu’ils soient naturels ou fabriqués par l’homme, les princesses placent la royauté de Navarre, symboliquement et effectivement, au sein d’un ordre universel dont elle garantit en partie l’harmonie. La bibliothèque des princesses, par son organisation autant que par les objets et les savoirs qu’elle abrite, est donc bien un lieu de réflexion politique et de manifestation du pouvoir royal.

4Elle est tout autant, cela dit, un espace privé et intime où se développe une méditation personnelle, intellectuelle et spirituelle, comme le démontre la troisième et dernière partie, « La bibliothèque, le silence et la nuit » (p. 155-180). À travers une description architecturale précise, Damien Plantey montre que la bibliothèque des princesses de Navarre est loin de se réduire à un espace simple mais constitue plutôt, en réalité, un ensemble de pièces étagées sur plusieurs niveaux, de garde-robes, de cabinets et de galeries, dont l’organisation assure à leurs occupantes tout le confort nécessaire à de longues nuits d’études. Les témoignages ne manquent pas, justement, de ces veilles studieuses, consacrées à des réflexions politiques, bien sûr, mais tout autant, dans le contexte des guerres de religion, spirituelles et intérieures. On ne saurait donc réduire le cabinet d’études à un exercice de scénographie intérieure et il importe de bien percevoir ce en quoi il est un espace habité et soumis aux pratiques personnelles de ses différentes occupantes.

5L’un des grands mérites du travail de Damien Plantey est ainsi d’offrir une vision complexe qui, pour être à bien des égards typiques, n’en est pas moins simple à comprendre. Il s’y articule en effet des préoccupations personnelles et des nécessités politiques dont l’architecture, le mobilier et les lectures témoignent. Il est alors toujours nécessaire de faire le lien entre une analyse des données matérielles et une interprétation des lectures intellectuelles. L’étude de Damien Plantey le fait d’autant mieux qu’elle offre au lecteur tous les outils nécessaires à la bonne intelligence du propos, à travers de nombreuses illustrations, qui aident à se représenter les objets et le mobilier, des arbres généalogiques et des plans architecturaux. On y trouvera également d’utiles documents en annexe : la « chronologie topographique des inventaires du meuble des princesses de Navarre (XVe-XVIIe siècle) » (p. 216-218), une « généalogie féminine et livresque des Albret Navarre aux XVe et XVIe siècles » (p. 219-242) et une « liste alphabétique des imprimeurs et des libraires de la cour de Navarre » (p. 243). En somme, si l’étude s’adresse bien au premier chef aux spécialistes de l’histoire politique et intellectuelle du XVIe siècle, elle est susceptible d’intéresser celles et ceux que préoccupent les liens inextricables entre analyse matérielle et interprétation intellectuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Damien Plantey, Les Bibliothèques des Princesses de Navarre au XVIe siècle : livres, objets, mobilier, décor, espaces et usages », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 mai 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20755

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Professeur de sciences humaines à l’École nationale d’Ingénieurs de Brest, agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française à l’université de Grenoble-Alpes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page