Navigation – Plan du site

Dina Ionesco, Daria Mokhnacheva et François Gemenne, Atlas des migrations environnementales

Kimberley Mees
Atlas des migrations environnementales
Dina Ionesco, Daria Mokhnacheva, François Gemenne, Atlas des migrations environnementales, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2016, 151 p., ISBN : 978-2-7246-1655-2.
Haut de page

Texte intégral

1L’urgence d’agir sur les changements climatiques et les enjeux des migrations sont des sujets abordés quotidiennement par les médias et instrumentalisés par les politiques. Pourtant, la plupart des Européens ont une image tronquée des migrants : des désespérés tentant de rallier l’Europe depuis leur Afrique natale. La réalité est plus complexe puisque trois quarts des migrations sont internes aux frontières nationales et que plus d’un tiers des migrations internationales restent cantonnées à l’hémisphère sud. Cet ouvrage contribue à permettre une compréhension correcte de la situation en exposant le rôle des facteurs environnementaux qui s’ajoutent aux facteurs politiques et économiques traditionnellement mentionnés.

2Plus d’une personne sur sept peut être considérée comme un migrant. Ce phénomène n’est pas nouveau. Ce qui l’est, c’est l’analyse des mouvements migratoires sous l’angle climatique. Cette approche est de plus en plus pertinente compte tenu du fait que le nombre de personnes contraintes de migrer suite à la dégradation de leur environnement ne va cesser de croître dans les années à venir. La liste des pays touchés ne se limite pas aux pays dits en voie de développement. Nous pensons d’abord aux petites îles telles Tuvalu ou les Maldives menacées par la montée des eaux, aux pays bordant l’océan Indien sujets aux tsunamis, ou au Sahara occidental qui souffre de la désertification, mais l’Amérique du nord soumise aux ouragans ou les zones arctiques dont le pergélisol s’amenuise font aussi partie de la liste. Avoir de meilleures connaissances de cette réalité va permettre de mieux appréhender les actions à mettre en œuvre par les décideurs politiques dans le futur pour mieux gérer les déplacements et leurs conséquences.

  • 1 La difficulté de définir les migrants environnementaux a été traitée dans le dossier « Migrations c (...)

3Pour s’atteler à cette tâche difficile, les auteurs ont organisé l’Atlas de migrations environnementales en quatre parties. La première partie fait un rappel historique du phénomène des migrations avant d’en présenter les différents discours, estimations, projections et scénarios. Avant toute chose, il est important de préciser qu’il est très difficile d’évaluer quelle est l’influence du facteur environnemental comme motivation à la migration. En effet, cette dernière est toujours multifactorielle et les déplacements liés à l’environnement sont souvent effectués sur de courtes distances non contrôlées. À côté de ces déplacés domestiques, il y a les déplacés internationaux (Sud-Sud, Sud-Nord, mais aussi Nord-Nord ou Nord-Sud), il y a ceux qui quittent leur domicile de façon permanente et se sédentarisent dans la zone d’accueil, ceux qui rentrent chez eux dès qu’ils en ont l’occasion, ceux qui migrent à nouveau pour des raisons économiques ou politique, ceux qui ont été forcés de partir ou ceux qui le font volontairement, ceux qui migrent clandestinement et ceux qui le font légalement, ceux qui partent suite à des dégradations lentes ou ceux qui ont vu leur habitation détruite par un événement particulier. Les seuls chiffres fiables sont liés à ces derniers alors qu’ils ne représentent qu’une faible part des déplacements causés par des aléas naturels : les départs suite à des catastrophes naturelles touchent 26 millions de personnes. Ainsi, le terme de « migration environnementale » regroupe des situations personnelles très diversifiées1 et il tend à être remplacé par celui de « mobilité ». Cette partie permet de percevoir en quoi l’unique représentation politique des flux migratoires, comme des menaces à la sécurité et à la stabilité, est limitée et qu’étant donné les difficultés à estimer et localiser les déplacements actuels, imaginer les flux futurs est a fortiori encore plus ardu.

4La deuxième partie de cet Atlas montre comment les phénomènes environnementaux, les sociétés humaines et les migrations interagissent. Les auteurs relèvent que nous ne pouvons pas nous contenter d’assister à la dégradation de l’environnement des populations vulnérables. Nous devons réduire l’impact néfaste de l’humanité sur l’environnement tout en nous adaptant aux changements inévitables et irréversibles. Il nous faut garder à l’esprit que nulle région sur Terre n’est à l’abri de l’un ou l’autre stress ou changement environnemental et que l’augmentation des perturbations climatiques crée un cercle vicieux. Ces dernières multiplient la fréquence et l’intensité des catastrophes naturelles dans des zones à forte croissance démographique. Les risques de déplacements au départ des régions dont les écosystèmes sont dégradés sont ainsi accrus. La montée des océans et les risques côtiers associés (salinisation des sols et des nappes phréatiques, inondations et submersion des côtes, destruction des infrastructures et des habitations par érosion, menaces à la sécurité alimentaire et sanitaire) vont autant toucher les pays industrialisés que les autres. Les premiers ont cependant davantage les moyens d’investir et de prendre des mesures d’adaptation et de protection. Les auteurs s’interrogent sur les défis et opportunités qui se présentent et sur l’attitude à adopter face aux migrations environnementales : faut-il les encourager ou non ? Ils enjoignent à passer d’une vision où la migration est un constat d’échec suite à une catastrophe humanitaire dont les migrants sont les premiers témoins et les premières victimes, à une vision où la mobilité est une stratégie personnelle d’adaptation réussie. Toutefois, ils avertissent de ne pas tomber dans le travers opposé d’une vision purement positive et dynamique, occultant que la majorité des migrants le sont par contrainte et non par choix.

5La troisième partie s’intéresse plus en détails aux enjeux de l’adaptation, à ses risques et à ses opportunités. Elle se penche également sur les facteurs individuels qui guident la décision et au devenir de ces migrants. Les déplacements ont des impacts sur les communautés d’origine qui voient leurs membres s’en aller, mais aussi sur les communautés de destination qui subissent plus de pression sur les ressources, et enregistrent l’arrivée de nouveaux acteurs tels les organisations non gouvernementales, ainsi que des situations de marginalisation et des perturbations de l’organisation sociale, culturelle, économique et politique. Souvent, ce sont les catégories déjà vulnérables qui le deviennent encore davantage : peuples nomades (contraints à l’immobilité une fois déplacés), les minorités et les peuplades indigènes (les Droits de l’Homme ne sont pas toujours garantis), les femmes (la migration a tendance à renforcer les inégalités existantes). Les impacts peuvent être atténués par une meilleure planification des mobilités et des territoires concernés. Ils peuvent même devenir positifs, par exemple à travers les contributions financières et économiques offertes par les diasporas. Souvent, les politiques ont pour objectif de minimiser ces mouvements migratoires au lieu de tenter de les optimiser, à la fois pour les communautés d’origine et pour les communautés de destination. Mais la planification dépend d’actions politiques complexes du fait de la diversité des domaines impliqués.

  • 2 Ce sujet avait été spécifiquement abordé par Christel Cournil et Benoît Mayer dans Les migrations e (...)

6C’est de ces réponses politiques et de la gouvernance dont traite la quatrième et dernière partie de ce livre2. Les auteurs y soulignent les coûts de l’action et de l’inaction, les cadres de protection des migrants et de leurs communautés, et les types de réponses juridiques possibles. Les chances d’aboutir à une réponse internationale sont faibles car chaque État tient à conserver ses prérogatives sur son territoire. Développer des bases légales internationales non appliquées serait vain et il est donc primordial de commencer par convaincre les États de l’importance de protéger les migrants. Les décisions non contraignantes et les échanges de bonnes pratiques sont donc à privilégier. Heureusement, il semble y avoir une prise de conscience politique croissante de la part des États et des organisations internationales. Ces solutions de coopération interétatiques flexibles sont efficaces et les migrations humaines sont de plus en plus intégrées dans les discussions traitant des enjeux environnementaux et de coopération. Ils sont peu nombreux, mais certains pays développent des politiques d’accueil des migrants et des mesures de protection de ces populations innovantes. Pour les auteurs, il faut faire le pas de considérer les migrations environnementales non comme un risque futur mais comme une réalité déjà actuelle et mettre en place les mesures concrètes adéquates. Il faut considérer l’ensemble du cycle migratoire et élaborer un agenda global complet de solutions proactives pour que les migrations soient moins subies. Pour les auteurs, la situation migratoire appelle une « approche croisée » qui inclut la gestion des risques de catastrophes, le développement et la planification urbaine durable ainsi que l’adaptation aux changements climatiques.

  • 3 Il y a bien deux ou trois problèmes de légende, mais ils restent minimes.

7La présentation du sujet sous forme d’atlas change de l’approche textuelle habituelle et rend la lecture agréable. Même si certains schémas restent relativement complexes, parfois inutilement, ou sont redondants, les graphes contraignent à la simplification des données et permettent de visualiser les enjeux sous forme synthétique3. C’est pourquoi il est un outil indispensable pour appréhender l’actualité contemporaine et l’enjeu majeur pour notre société qu’est la question migratoire.

Haut de page

Notes

1 La difficulté de définir les migrants environnementaux a été traitée dans le dossier « Migrations climatiques », Cultures & Conflits, n° 88, 2012 ; http://lectures.revues.org/11672.

2 Ce sujet avait été spécifiquement abordé par Christel Cournil et Benoît Mayer dans Les migrations environnementales. Enjeux et gouvernance, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Bibliothèque du citoyen », 2014 ; compte rendu de Marie Duru-Bellat pour Lectures : http://lectures.revues.org/14296.

3 Il y a bien deux ou trois problèmes de légende, mais ils restent minimes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kimberley Mees, « Dina Ionesco, Daria Mokhnacheva et François Gemenne, Atlas des migrations environnementales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21005

Haut de page

Rédacteur

Kimberley Mees

Diplômée en sciences politiques et en sciences et gestion de l’environnement.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page