Navigation – Plan du site

Nastassja Martin, Les âmes sauvages. Face à l’Occident, la résistance d’un peuple d’Alaska

Florian Besson
Les âmes sauvages
Nastassja Martin, Les âmes sauvages. Face à l'Occident, la résistance d'un peuple d'Alaska, Paris, La Découverte, 2016, 326 p., ISBN : 9782707189578.
Haut de page

Texte intégral

1Il est d’usage, dans les ouvrages d’anthropologie, de décrire le milieu naturel dans lequel vit la société étudiée, comme un décor, une toile de fond où se projettent les actions des hommes. Dans l’ouvrage de Nastassja Martin, la perspective est radicalement inversée : la forêt subarctique, la taïga d’Alaska, avec ses animaux, sont inscrites au cœur d’une enquête qui interroge en profondeur les modes d’être au monde du peuple Gwhich’in, qui vivent au nord de l’’Alaska, entre Fort Yukon et la mer de Beaufort. Ce monde est d’abord et surtout un monde en crise, menacé de disparition. Confrontés au réchauffement climatique, aux menaces symétriques des compagnies pétrolières et de la folklorisation touristique, à la sanctuarisation de la nature qui tend à les priver de leur propre espace, à une perte de repères généralisée – les animaux n’agissent plus comme ils le devraient, la glace fond là où elle n’a jamais fondu, entraînant des hommes dans la mort, les forêts brulent, le calendrier des saisons est déréglé, les chamans perdent leurs pouvoirs – les Gwhich’in répondent. Ils répondent en s’organisant à différentes échelles, en se cherchant une identité collective, en tentant de s’inventer une nation articulée autour d’un animal à la fois ressource et symbole : le caribou hier, le saumon demain. Ils répondent en se racontant leurs histoires traditionnelles, en parlant aux arbres, en craignant les « ours de glace » et les « hommes sauvages » qui rôdent dans la forêt ; mais aussi en se moquant d’eux-mêmes et de leurs mythes, prenant à chaque instant au piège l’anthropologue qui se demande sans cesse, un brin perplexe, s’ils « y croient ». Car c’est l’une des qualités de cet ouvrage : le « je » de l’auteure y est omniprésent, assumé, toujours avec une grande pudeur mais aussi une grande sincérité. Il ne s’agit pas de se raconter, mais de raconter une rencontre avec un peuple, nourrie d’expériences, de contradictions, de réalités que le chercheur répugne le plus souvent à s’avouer ou à avouer aux autres : ainsi de ce beau passage dans lequel Nastassja Martin raconte avoir rêvé d’un loup après en avoir rencontré un en forêt, un rêve qui revêt une grande importance dans les codes spirituels et sociaux des Gwhich’in.

2Raconter des rencontres : c’est le projet inscrit au cœur de l’ouvrage. L’auteure évite en effet de tomber dans des descriptions ethnologiques de la société des Gwhich’in : on ne lira rien sur la façon dont ils pensent la parenté, le mariage, l’amour ou la mort. Ce qui intéresse l’auteure, c’est la façon dont les Gwhich’in rencontrent deux mondes extérieurs et radicalement autres : l’Occident et l’environnement. La rencontre avec l’environnement est quotidienne : elle se fait surtout à travers une relation prédatrice, dans la chasse ou dans la pêche, inscrite au cœur de l’identité des Gwhich’in et pleinement revendiquée, contre la volonté des autorités de faire d’eux des gardiens d’une nature devenue parc naturel, figée dans sa wilderness. Mais les animaux ne sont pas que de la nourriture sur pattes : ils sont les gardiens d’un vrai savoir, sur le climat notamment, en sorte qu’il suffit de les observer pour savoir comment agir. La rencontre avec l’Occident, quant à elle, est perturbatrice : dans des pages brillantes, Nastassja Martin revient sur les premières rencontres, à travers les actions des missionnaires que prolongent étrangement celles des écologistes contemporains. S’affrontent en fait deux conceptions du monde : pour les Occidentaux, il s’agit de découper le monde en unités autonomes – la nature, les animaux, les hommes –, de les classer dans des cases pour mieux les gérer, comme a pu le montrer ailleurs Michel Foucault. Au contraire, pour les Gwhich’in, tout est lié, les hommes et les animaux ne cessant jamais d’interagir dans des relations complexes, entre conflictualité, partage et imitation. Mais l’auteure sait également se méfier des modèles : consciente que le visage que lui présentent ses interlocuteurs n’est souvent qu’un masque, elle évite soigneusement de réifier ce qu’on lui décrit, préférant insister sur les contradictions, les écarts, les tensions.

  • 1 L’entreprise AquaBounty tente en effet de mettre sur le marché des saumons transgéniques qui risque (...)
  • 2 Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales : récits d’une rencontre Orient-Occident, XVIe-XVIIe siè (...)

3Il serait trop long de revenir sur toutes les richesses de ce livre qui privilégie toujours l’analyse à la description. Qu’il me soit permis, plutôt, de souligner trois points forts de l’ouvrage. Nastassja Martin sait d’abord prêter une grande attention aux stratégies des différents acteurs en présence : loin d’être des sauvages, les Gwhich’in sont très conscients des enjeux qui se jouent derrière leurs problèmes actuels. La pollution atmosphérique, le réchauffement climatique, l’extinction de certaines espèces animales ou leur remplacement par des espèces génétiquement modifiées1 : les chasseurs de l’Alaska savent se rattacher à un monde globalisé. Ils savent également utiliser des concepts occidentaux pour plaider leur cause ou médiatiser leurs combats, dans une entreprise de séduction très clairement mise en œuvre. Ainsi les voit-on, par exemple, rapprocher le saumon, très menacé aujourd’hui, du bison des Grandes Plaines, ce qui leur permet de rapprocher leur cause de la cause indienne, et donc de capter le capital de sympathie qui s’attache aujourd’hui à celle-ci. Dans l’attention portée aux récits des rencontres, aux stratégies des uns et des autres, à l’étude des conceptions du monde souvent antagonistes qui s’affrontent et se complètent, l’ouvrage de Nastassja Martin fait penser à celui de Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales2. Il en a, en tout cas, l’intelligence et la clarté. C’est en effet le deuxième point fort : l’ouvrage est servi par un style extrêmement agréable, travaillé tout en restant clair. Certaines pages touchent à la poésie, tant elles sont bien écrites – sans rien perdre de la rigueur scientifique, même si on aurait pu souhaiter, parfois, davantage de références critiques ou, en tout cas, que celles qui sont présentes soient davantage explicitées : ainsi de la philosophie politique d’Agamben ou du concept de « middle ground » de Richard White, qui informent discrètement certains passages, sans jamais être véritablement cités ou utilisés. La critique est mince face à la réussite de l’auteure, qui démontre que l’on peut proposer un ouvrage de sciences humaines qui soit également une véritable œuvre littéraire. Enfin, et c’est le troisième point fort de l’ouvrage, Nastassja Martin sait également relier son sujet à une actualité plus globale : car ce dont il est vraiment question ici, c’est de la façon dont un peuple peut rester lui-même, ou plutôt continuer à s’inventer en permanence, au milieu de problématiques économiques et écologiques globalisées, donc largement incompréhensibles et insolubles. Bref, l’enjeu de la rencontre avec les Gwhich’in, c’est de se demander comment un peuple peut continuer à résister, alors que le monde fait naufrage autour de lui. Ces questions, à l’heure d’aujourd’hui, nous concernent tous : il est urgent, sinon d’y répondre, du moins de se les poser à nouveau, et c’est ce à quoi invite l’ouvrage de Nastassja Martin.

Haut de page

Notes

1 L’entreprise AquaBounty tente en effet de mettre sur le marché des saumons transgéniques qui risquent de remplacer les saumons naturels ; voir p. 34-35.

2 Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales : récits d’une rencontre Orient-Occident, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Nastassja Martin, Les âmes sauvages. Face à l’Occident, la résistance d’un peuple d’Alaska », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 juin 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21032

Haut de page

Rédacteur

Florian Besson

Doctorant en histoire médiévale à l’Université Paris-Sorbonne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page