Navegación – Mapa del sitio

Alice Jaspart, Aux rythmes de l’enfermement. Enquête ethnographique en institution pour jeunes délinquants

Gaspard Sénéchal
Aux rythmes de l'enfermement
Alice Jaspart, Aux rythmes de l'enfermement. Enquête ethnographique en institution pour jeunes délinquants, Bruxelles, Emile Bruylant, col. « Galets rouges », 2015, 302 p., ISBN : 978-2-8027-4282-1.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Mucchielli Laurent, « L'évolution de la délinquance des mineurs. Données statistiques et interpréta (...)

1Tandis que, dans la plupart des pays européens, la question de la délinquance juvénile a largement investi le débat public et l’agenda politique1, les institutions pour jeunes délinquants connaissent depuis une trentaine d’années d’importantes réformes tant sur le plan juridique que sur le plan institutionnel mais n’ont paradoxalement « que peu suscité l’intérêt des scientifiques en Belgique » jusqu’à la période récente (p. 19). Au moment même où l’on assiste à un important développement des institutions à régime fermé pour mineurs, l’ouvrage, tiré de la thèse en criminologie soutenue par l’auteure en 2010, entend contribuer « à la réflexion et à l’évolution des pratiques » des administrations qui organisent ces institutions et des professionnels qui y travaillent (p. 16).

2La prise en charge des mineurs délinquants est marquée en Belgique par le « renforcement des mesures à la fois sanctionnelles et restauratrices » (p. 10), ce qui se traduit sur le plan institutionnel par le développement depuis une trentaine d’années d’institutions francophones à régime fermé qui ont une double mission sécuritaire et éducative : les institutions publiques de protection de la jeunesse (IPPJ) et les centres fédéraux (CF). Le prologue présente les trois institutions francophones pour garçons étudiées (deux IPPJ et un centre fédéral) et les replace dans ce cadre juridique et ce contexte institutionnel.

  • 2 Vienne Philippe, Comprendre les violences à l’école, Bruxelles, De Boeck, 2003, p. 175-176.

3Tout en s’inscrivant dans la continuité des travaux récents de sciences sociales, Alice Jaspart procède à un déplacement de problématique, ou, plus précisément, à une « remise à zéro de la problématique »2. Plutôt que d’étudier de l’extérieur le fonctionnement de ces institutions et de prendre position dans le débat sur la combinaison des missions d’éducation et de réinsertion, d’une part, et celles de sanction et d’isolement, d’autre part, l’auteure se demande « comment se posent et se conjuguent ces questionnements dans le quotidien institutionnel » (p. 21).

4Pour ce faire, Alice Jaspart propose d’analyser de l’intérieur le fonctionnement quotidien de ces institutions par une approche ethnographique. Fidèle aux enseignements méthodologiques de la seconde école de Chicago, elle développe une analyse interactionniste qui refuse d’étudier séparément le point de vue des professionnels et celui des jeunes détenus, et qui prend en compte de manière réflexive la subjectivité du chercheur, dont le corps devient un outil heuristique au service de la compréhension du terrain.

  • 3 À partir des équipes officielles (équipe éducative, équipe enseignante, équipe des conseillers laïq (...)
  • 4 L’auteure mentionne le manque de considération et de reconnaissance, l’usure ou la pénibilité du tr (...)

5L’une des originalités de l’ouvrage est de proposer au lecteur une entrée pas à pas dans « l’enfermement », suivant le chemin parcouru par la chercheuse et la progression de son « enquête ». Les trois premiers chapitres de l’ouvrage permettent de découvrir sous différents angles les lieux de l’enfermement. Au cours du premier chapitre, le lecteur est invité à découvrir les espaces de l’enfermement, en franchissant le mur d’enceinte au rythme de l’ouverture et de la fermeture des différentes portes, puis en pénétrant dans chacune des trois sections de vie dans lesquelles l’auteure s’est immergée durant trois mois. Les aménagements architecturaux, mobiliers et esthétiques de ces sections sont pensés pour qu’une vie communautaire s’y déploie sans bousculer les principes de sécurité et de démarcation. Comme le note l’auteure, « la prise en charge sectionnaire est généralement envisagée comme un microcosme social où les jeunes placés en petits groupes vont (ré)apprendre les règles de vie en commun et pourront transposer cet apprentissage lors de leur retour dans la vie en société » (p. 23). Conscient de l’ensemble des limites, des frontières et des coupures qui structurent l’espace et la manière de l’utiliser, le lecteur part, dans le second chapitre, à la rencontre des acteurs qui investissent subjectivement les espaces de l’enfermement. La division de l’espace en sections de vie relativement indépendantes les unes des autres a des effets sur la structuration du groupe professionnel3, puisque chaque section de vie dispose de « ses histoires » et « compte ses “personnalités” » (p. 71) ; elle est le lieu d’apprentissages sur le tas et le foyer de la « revendication d’une identité propre » (p. 74) et d’un désir de reconnaissance. Le principe de démarcation se retrouve au niveau des acteurs dans une « ségrégation réciproque » entre les professionnels (p. 73) en fonction de leur section de rattachement. Les sections sont également présentées sous l’angle d’une forme particulière d’organisation du travail, qui se révèle parfois contraignante pour les professionnels, frappés par un ensemble de malaises4. La rencontre des jeunes se fait par la retranscription ordonnée et commentée d’entretiens biographiques réalisés avec douze d’entre eux (quatre par section). Ses parcours antérieurs, ses premiers contacts et la construction de ses affinités avec les autres sont racontées de l’intérieur, par le jeune lui-même. La temporalité particulière inscrite dans l’espace sectionnaire est présentée dans le troisième chapitre. Le temps court est organisé sur un séquençage précis des journées « au rythme très soutenu et obligatoire » (p. 115) qu’Alice Jaspart nous présente d’abord « montre en main » (p. 116). L’auteure montre ensuite comment ce séquençage demeure quasiment identique de jour en jour de sorte que « les semaines prennent le pas et se suivent, faites de journées types » (p. 122). Alice Jaspart parvient à retranscrire les différentes perceptions de la durée de l’enfermement, vue comme trop longue par les jeunes, mais comme nécessaire pour l’accomplissement de la double mission sécuritaire et éducative par les professionnels. L’appréhension de ce temps long est importante pour comprendre la philosophie de responsabilisation des jeunes au cœur de ces institutions, puisque celui-ci est organisé par ce que l’auteure nomme des « séquences institutionnelles » (p. 139) au cours desquelles le jeune doit élaborer et présenter un « projet de réinsertion », vu par le personnel comme un moyen de le rendre « acteur de [son] placement » (p. 142).

  • 5 Alice Jaspart fait ici usage du concept d’Erving Goffman, les « adaptations secondaires » désignant (...)

6Les trois chapitres suivants explorent les formes de sociabilité qui se déploient au quotidien dans ces institutions fermées ainsi que les interactions par lesquelles s’effectue la combinaison des missions a priori contradictoires d’éducation et de surveillance. Le jeu d’observation réciproque entre les professionnels et les jeunes est une interaction fondamentale dans les rapports quotidiens en section de vie. L’observation qu’opèrent les professionnels, si elle a une fonction sécuritaire essentielle, qui concrétise dans le quotidien institutionnel « l’organisation d’une surveillance où observation à distance et présence rapprochée se combinent » (p. 164), ne se réduit pas à cette fonction. Le regard adulte vise aussi à évaluer les jeunes dans une optique d’éducation et de traitement, en vue de leur réinsertion (p. 172). En retour, « les jeunes placés ne sont pas totalement démunis de la capacité de voir » (p. 44). Au cours de leur placement, ils apprennent à être observés et à observer les adultes, et mettent en œuvre des « adaptations secondaires »5. L’humour, auquel l’auteure consacre un chapitre, est une des voies qu’empruntent ces adaptations secondaires. Le « rire entre soi » (p. 222), à la fois un rire de soi et un rire des autres, apparaît comme une des « ficelles » mobilisées par les professionnels et par les jeunes pour agir au quotidien. Le rire est également ce dans et par quoi les professionnels et les jeunes se retrouvent, ce par quoi « la glace peut se briser » et qui permet « de trouver un nous en quelques sorte intermédiaire » (p. 241), certes parfois au détriment d’une personne qui devient l’objet de la dérision. Les moments où les acteurs rient « vraiment ensemble » (p. 239) appartiennent à ces rencontres hors tensions entre les adultes et les jeunes, des « moments « détournés » du quotidien collectif séquencé et surorganisé » (p. 249) qui sont autant d’« opportunités d’enter en relation, de faire du lien » (p. 265).

  • 6 De Certeau Michel, L’invention du quotidien, I : Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. « Folio Ess (...)

7En définitive, l’approche pragmatique d’Alice Jaspart met en évidence comment l’éducation et la surveillance des jeunes délinquants sont accomplies au quotidien dans les institutions à régime fermé. Les logiques d’intervention différentes de chaque professionnel en fonction de la situation, la variabilité dans la conception et la mise en œuvre des missions de surveillance, d’évaluation et de communication, ou encore l’humour sont autant de formes de « bricolage », pour reprendre le terme de Michel de Certeau6, qui permettent la combinaison de ces missions.

Inicio de página

Notas

1 Mucchielli Laurent, « L'évolution de la délinquance des mineurs. Données statistiques et interprétation générale », Agora débats/jeunesses, vol. 3, n° 56, 2010, p. 87-101.

2 Vienne Philippe, Comprendre les violences à l’école, Bruxelles, De Boeck, 2003, p. 175-176.

3 À partir des équipes officielles (équipe éducative, équipe enseignante, équipe des conseillers laïques et confessionnels, équipe de surveillance, etc.), l’auteure présente le groupe professionnel en reprenant les catégories utilisées dans le quotidien institutionnel, pour mettre en évidence l’effet structurant de la division sectionnaire de l’espace. Elle s’intéresse d’abord les « équipes sectionnaires » composées d’un chef de section, d’éducateurs, de formateurs, d’assistants sociaux et de psychologues. Elle présente ensuite les professionnels qui ne sont pas rattachés à une section et qui « tournent dans l’ensemble de l’institution » (p. 58) : l’équipe administrative, l’équipe technique, l’équipe de surveillance, et les membres de la direction.

4 L’auteure mentionne le manque de considération et de reconnaissance, l’usure ou la pénibilité du travail. Si ces formes de souffrance au travail ne sont pas spécifiques au monde des institutions à régime fermé, il convient de noter la particularité de leurs manifestations et de leur expression au quotidien, par exemple, le fait que l’on n’en parle « que rarement à la première personne du singulier » (p. 79).

5 Alice Jaspart fait ici usage du concept d’Erving Goffman, les « adaptations secondaires » désignant « pour l’individu le moyen de s’écarter du rôle et du personnage que l’institution lui assigne tout naturellement » (Goffman Erving, Asiles. Essai sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit, 1968, cité p. 245).

6 De Certeau Michel, L’invention du quotidien, I : Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1990.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Gaspard Sénéchal, « Alice Jaspart, Aux rythmes de l’enfermement. Enquête ethnographique en institution pour jeunes délinquants », Lectures [En línea], Reseñas, 2016, Publicado el 20 julio 2016, consultado el 13 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21158

Inicio de página

Redactor

Gaspard Sénéchal

Étudiant en sociologie à l’École normale supérieure de Cachan.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página