Navigation – Plan du site

Anne Revillard, La cause des femmes dans l’État. Une comparaison France-Québec

Maud Navarre
La cause des femmes dans l'État
Anne Revillard, La cause des femmes dans l'État. Une comparaison France-Québec, Grenoble, PUG, coll. « Libres cours », 2016, 265 p., ISBN : 9782706125492.
Haut de page

Texte intégral

1Comment l’État peut-il aider les femmes ? Cette question motive l’étude menée par Anne Revillard et dont rend compte ce livre, version revue et actualisée de sa thèse de doctorat soutenue en 2007. La question l’amène à se pencher sur les institutions dites du « féminisme d’État », instaurées à partir des années 1960-1970. La notion regroupe à la fois des instances ministérielles (secrétariats et ministères dédiés aux femmes), des institutions consultatives (Conseil du statut de la femme au Québec, Observatoire de la parité en France de 1995 à 2013), l’administration centrale chargée de ces politiques et ses réseaux déconcentrés en province (appelés services des droits des femmes en France par exemple) ou encore de structures hybrides, comme, en France, les CIDF (Centres d’information des droits des femmes) au statut d’association mais sous la tutelle de l’État. La politiste propose de les considérer comme des institutions militantes. Elle cherche à saisir la place spécifique qu’elles occupent à la fois au sein de l’État et par rapport à d’autres organisations (associations, collectifs de femmes...).

  • 1 Voir Laure Bereni, La bataille de la parité, Paris, Économica, 2015.

2L’étude s’inscrit dans le prolongement des travaux consacrés aux mobilisations collectives. Elle s’appuie sur des notions comme celle d’« espace de la cause des femmes » développées par la sociologue Laure Bereni qui s’intéresse plus particulièrement aux mobilisations en faveur de la parité dans le milieu politique1. La démarche d’Anne Revillard repose sur une « sociologie compréhensive, historique et comparative ». Comparative, car l’auteure analyse simultanément le féminisme d’État institué en France et au Québec. Elle le justifie par la volonté de monter en généralité et par le fait que de nombreux travaux étudient déjà les deux pays. Il aurait été toutefois intéressant, pour muscler la problématique, de rappeler, même brièvement, les spécificités de chaque pays : l’état des rapports de genre ou encore le fonctionnement des institutions politiques ainsi que leurs effets potentiels sur le féminisme d’État.

3Anne Revillard a réalisé 56 entretiens semi-directifs avec des membres des organismes consultatifs et administratifs du féminisme d’État, des ministres en charge de ces domaines et des membres de leurs cabinets dans les deux pays. Elle cherche à saisir leur parcours professionnel et le travail accompli. Toutefois, le lecteur ne dispose pas des éléments nécessaires pour juger de la représentativité de ce matériau. Une annexe présentant les caractéristiques sociologiques des enquêtés (âge, sexe, profession, formation, etc.) aurait permis de situer ce corpus dans l’espace social. Par ailleurs, ces entretiens s’avèrent parfois invoqués à titre anecdotique et individuel (sous forme de portrait de ministre, par exemple). Ils font rarement l’objet d’une analyse groupée et systématique, comme le requiert l’approche sociologique. La démarche historique est plus assurée : elle repose notamment sur l’exploitation d’archives sur le féminisme d’État (coupures de presse, rapports d’activité…). L’ensemble fait l’objet d’une analyse de contenu à l’aide du logiciel Atlas Ti. La restitution de ces analyses au fil des pages montre la solidité de ce matériau.

4Les deux premiers chapitres présentent le féminisme d’État successivement en France et au Québec, dans une perspective historique. La comparaison des deux pays montre des similitudes. Par exemple, la création des instances qui en relèvent est le fruit d’initiatives des gouvernements, dans un but électoraliste et sous la pression des féministes. Les recommandations internationales en faveur des femmes (l’ONU et Union européenne, pour la France) soutiennent les dynamiques nationales. Les instances partagent une position similaire : elles se situent dans les « périphéries stratégiques » de l’État. Relativement marginales, elles ont des budgets et des moyens limités. Leurs missions relèvent de l’étude et de la recherche, du conseil envers le gouvernement, de la coordination entre les instances de l’État, notamment dans le cadre du gender mainstreaming qui oblige chacune des structures ministérielles à se préoccuper du genre, ou encore de l’information en général, envers les décideurs politiques mais aussi le grands public. Au Québec, par exemple, cela passe par la nomination systématique d’un référent « Femmes » dans les ministères et leurs services. Le féminisme d’État tient un rôle d’interface entre le gouvernement, les services de l’État et les mouvements féministes.

5Les institutions du féminisme d’État ont donc finalement peu de pouvoir formel. Elles se pérennisent grâce à l’augmentation progressive de leurs moyens (personnel dédié et budget). Le militantisme féministe joue un rôle important pour inciter les gouvernements successifs à développer ces instances. Malgré ces convergences, chaque pays présente des spécificités. Les instances dichotomiques du Québec (l’une consultative, l’autre ministérielle), stables et ancrées dans l’appareil d’État, contrastent avec les institutions instables de la France, plus fragiles et éclatées (par exemple, le ministère dédié aux femmes se transforme parfois en secrétariat d’État, voire disparaît selon les gouvernements). Par contre, le réseau déconcentré français est un réel atout pour soutenir localement les initiatives féministes. Le Québec pour sa part peut se targuer d’un réseau de correspondants dans les ministères plus ancien et davantage développé qu’en France.

6Les chapitres suivants (3 et 4) présentent les modalités de définition des politiques publiques et les « référentiels » implicites, c’est-à-dire les représentations des femmes qu’elles induisent. Anne Revillard ne distingue pas vraiment une voie caractéristique qui contribuerait à définir les politiques en faveur des femmes. Les actions publiques résultent plutôt de la synthèse conjoncturelle des orientations des gouvernements, des revendications défendues par les associations féministes, des contacts directs avec la « base » (les femmes de la société civile), des recommandations de chercheurs, des échanges institutionnels entre pays ou encore de l’impulsion internationale.

7Les mesures encouragées s’adressent principalement à un public spécifique : les jeunes femmes hétérosexuelles en couple, salariées, valides, originaires de la société concernée, dans l’objectif de favoriser leur insertion dans le monde professionnel. Des spécificités transparaissent dans chaque pays quant aux moyens adoptés. Le Québec a développé des mesures qui favorisent l’autonomie des femmes en les aidant à concilier leurs vies familiale et professionnelle. En France, le référentiel d’action est impulsé par le souci d’égalité. Faute de pouvoir influencer les politiques familiales plus anciennes, pro-natalistes et solidement ancrées dans l’appareil d’État, la politique féministe se centre essentiellement sur la formation, l’insertion des femmes et leur promotion professionnelle.

8Les trois derniers chapitres du livre reviennent sur les moyens d’action et les enjeux contemporains du féminisme d’État. Le chapitre 5 en particulier explicite le fonctionnement de ces institutions : elles doivent « faire faire » c’est-à-dire convaincre les autres organismes d’État de la pertinence des mesures féministes. Cette forme d’action spécifique permet à Anne Revillard de confirmer son hypothèse : les institutions du féminisme d’État sont bel et bien des institutions militantes dans la mesure où elles doivent défendre une politique qui ne va pas de soi pour toutes les instances de l’État. Leur place spécifique au sein du gouvernement (périphéries stratégiques) les conduit à utiliser des outils particuliers pour convaincre, comme l’expertise critique. Les instances du féminisme d’État ne sont pas seulement des réceptacles de revendications féministes. Elles peuvent aussi impulser ces dernières, notamment grâce à l’expertise critique qu’elles encouragent et soutiennent (financement de travaux de chercheurs, par exemple). Cependant, leur action ne se réduit pas à un lobbying pro-féministe auprès de l’État. Elle se caractérise également par un travail d’information juridique sur les droits des femmes et de la communication pour diffuser les images et des symboles des rapports de genre encouragés et/ou dénoncés. L’intervention de ces instances consiste donc aussi en une forme de sensibilisation de l’ensemble des femmes aux effets du genre et aux moyens de les contrer. Ces analyses confirment le statut hybride des institutions du féminisme d’État : entre l’organisation gouvernementale et l’organisation militante.

9Pour terminer, Anne Revillard étudie deux enjeux actuels du féminisme d’État. La promotion récente des politiques anti-discriminatoires par les organisations internationales fait courir le risque d’un regroupement des politiques en faveur des femmes avec d’autres politiques (contre les discriminations ethniques ou d’âge, par exemple). Cette menace ne semble finalement pas se concrétiser car les féministes font valoir que les inégalités de genre sont spécifiques et ne peuvent se confondre avec d’autres. Par contre, la prise en compte de la diversité des femmes dans les politiques publiques reste un enjeu essentiel. Si les positions du féminisme d’État en France et au Québec sont assez proches (contre le port du voile et la prostitution), ces questions ne pèsent pas autant dans les deux sociétés. Elles sont plus présentes au Québec. Le féminisme d’État dans ce pays essaie davantage de refléter la diversité des points de vue. Les valeurs de multiculturalisme défendues au Québec y incitent.

10Au final, la démonstration d’Anne Revillard permet de penser le rôle des institutions dans la mobilisation collective. L’ouvrage apporte des éclairages inédits sur le fonctionnement du féminisme d’État et ses effets dans « l’espace de la cause des femmes ». Néanmoins la limite qu’on peut lui reprocher est de ne pas en étudier davantage les répercussions sur les autres institutions de l’État. Par exemple, l’ouvrage laisse dans l’ombre ce que le gender mainstreaming change (ou non) dans l’organisation administrative des services ministériels (en dehors de ceux dédiés aux femmes). De même, Anne Revillard explore peu les points communs et les spécificités du féminisme par rapport à d’autres formes de militantisme au sein de l’État. Elle note des similitudes entre l’organisation du ministère des Droits des femmes et celui de l’Écologie en France, sans les expliquer. Autant de questions qui se posent pour approfondir la connaissance des institutions militantes.

Haut de page

Notes

1 Voir Laure Bereni, La bataille de la parité, Paris, Économica, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Anne Revillard, La cause des femmes dans l’État. Une comparaison France-Québec », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21172

Haut de page

Rédacteur

Maud Navarre

Docteure en sociologie, Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne Franche-Comté. Journaliste spécialisée en sociologie et sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page