Navigation – Plan du site

Olivier Ertzscheid, Qu’est-ce que l’identité numérique ? Identité numérique et e-réputation

Audrey Arnoult
Qu'est-ce que l'identité numérique ?
Olivier Ertzscheid, Qu'est-ce que l'identité numérique ? Enjeux, outils, méthodologies, Marseille, OpenEdition Press, coll. « Encyclopédie numérique », 2013, 69 p., ISBN : 978-2-8218-1337-3.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, très court, est le fruit d’une journée de formation sur l’identité numérique et a été, entre autres, organisée par des étudiantes de l’IUT de La Roche-sur-Yon. L’auteur, Olivier Ertzscheid, est Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication et spécialiste des enjeux politiques, économiques et sociétaux d’Internet. L’ouvrage est également en libre accès sur le site des éditions openpress et s’inscrit dans la collection « L’encyclopédie numérique » qui entend aborder, pour le grand public, un ensemble de thématiques1. L’ouvrage Qu’est-ce que l’identité numérique ? vise plus précisément à « présenter une synthèse accessible à tous, pour que chacun d’entre nous puisse devenir, ou redevenir, le premier acteur de son identité en ligne, de sa présence numérique » (p. 9). Pour cela, l’auteur structure son propos en trois parties : « Les logiques identitaires », « Outils, marchés, stratégies » et « Réseaux sociaux et espaces publics ».

2La première partie pose les fondements de l’identité numérique : comment se constitue-t-elle ? Comment évolue-t-elle ? À quels risques nous expose-t-elle ? Les propos de l’auteur sont illustrés de façon très concrète ce qui permet au lecteur ou à l’internaute de comprendre plus aisément les enjeux du sujet et lui fournit des stratégies pour gérer le périmètre de son identité numérique. Ainsi, l’auteur note-t-il que Google dispose « d’une transparence totale sur l’ensemble de nos requêtes et a accès à la totalité des messages que nous avons envoyés et que nous avons reçus » (p. 17), notamment lorsque nous nous sommes connectés à notre boîte mail (s’il s’agit de Gmail) avant de surfer sur Internet. Ou encore que l’ensemble de nos messages privés sont considérés comme des pages web et indexés par les algorithmes. La notion de traces numériques est mobilisée pour expliquer comment se construit notre identité numérique, consciente (ce que nous publions, écrivons, etc.) ou non voulue (pages consultées, mails envoyés, etc.). Identité numérique que l’auteur définit de la façon suivante : « la collection des traces (écrits, contenus audios ou vidéos, messages sur des forums, identifiants de connexion, etc.) que nous laissons derrière nous, consciemment ou inconsciemment, au fil de nos navigations sur le réseau et le reflet de cet ensemble de traces, tel qu’il apparaît "remixé" par les moteurs de recherche » (p. 15). L’auteur évoque également les risques auxquels nous nous exposons avec, toutefois, un certain sentiment d’impuissance puisque l’indexation de nos données ne dépend pas de nous et qu’il est illusoire de vouloir contrôler intégralement notre identité numérique.

3Dans une seconde partie, l’auteur aborde notamment les mesures juridiques qui permettent d’encadrer a minima la récupération de nos données personnelles et les stratégies à mettre en place pour surveiller son identité numérique. La dimension économique et les enjeux de l’usage de nos données personnelles par les moteurs de recherche sont mentionnés relativement rapidement et auraient pu être un peu plus développés. Si les fragments de notre identité permettent aux acteurs du web de mieux connaître nos préférences et ainsi d’affiner les publicités qui nous sont proposées, il existe, à l’autre bout de la chaîne, des entreprises qui proposent de gérer notre image.

4Dans la dernière partie, Olivier Ertzscheid s’interroge sur la notion de réseaux sociaux et d’espace public. L’auteur rappelle utilement que vie privée et réseaux sociaux sont antinomiques (en s’appuyant notamment sur les écrits de Danah Boyd qui propose le qualificatif de « semi-publics »). L’exemple de Facebook lui permet de montrer comment le réseau social a progressivement assoupli ses paramètres de confidentialité au détriment des internautes et a, de ce fait, contribué à une publicisation croissante de nos données. L’auteur mobilise ensuite la notion de document pour expliquer la « granularité » de notre identité numérique : « toute activité, même minime, même supposée confidentielle, constitue aujourd’hui pour les moteurs de recherche un document au sens propre, c’est-à-dire l’une des nombreuses pièces qui composent le puzzle de mon "œuvre" numérique, de ce qui reste - et restera - de moi comme empreinte numérique » (p. 47). L’auteur propose en annexes un récapitulatif des quatre piliers permettant d’éviter les risques liés à notre exposition en ligne (protéger et préserver son nom, définir son périmètre de sécurité, s’impliquer, veiller au grain) et dix recommandations sur la façon de gérer notre identité numérique.

5Pour conclure, cet ouvrage a le mérite d’éclairer des phénomènes dont tous les lecteurs ont tous conscience sans en cerner véritablement les limites ou en comprendre le fonctionnement précis. Nous savons effectivement qu’il faut faire attention à ce que nous publions sur Internet et que nos données sont récupérées par les moteurs de recherche mais nous n’en connaissons pas forcément les mécanismes et les stratégies pour nous en prémunir. Les exemples proposés par l’auteur sont très concrets et accessibles à tous. Toutefois, deux regrets peuvent être formulés. Olivier Ertzscheid explique que la gestion de l’identité numérique dépend de chaque réseau social, puisque tous n’ont pas la même finalité mais il ne propose pas de synthèse sur les différents réseaux existants actuellement. Enfin, les entreprises sont parfois évoquées mais aucune partie n’est consacrée spécifiquement à la question de l’e-réputation dans une perspective professionnelle, alors qu’elle recouvre des enjeux non moins importants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Olivier Ertzscheid, Qu’est-ce que l’identité numérique ? Identité numérique et e-réputation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 24 août 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21225

Haut de page

Rédacteur

Audrey Arnoult

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, LERASS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page