Navigation – Plan du site

Isabelle Chambost, Marc Lenglet, Yamina Tadjeddine (dir.), La fabrique de la finance. Pour une approche interdisciplinaire.

Clément Fontan
La fabrique de la finance
Isabelle Chambost, Yamina Tadjeddine, Marc Lenglet (dir.), La fabrique de la finance. Pour une approche interdisciplinaire, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Capitalismes, éthique, institutions », 2016, 215 p., ISBN : 978-2-7574-1270-1.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Isabelle Chambost, Marc Lenglet et Yamina Tadjeddine résume les travaux des membres de l’Association des Études sociales de la finance qui développent une analyse critique des pratiques financières depuis une quinzaine d’années. L’ouvrage, compact (moins de 200 pages), a pour but d’ouvrir la « boite noire » de la fabrication de la finance à travers dix-sept chapitres courts, structurés en quatre parties théoriques. Les auteurs cherchent ainsi à remettre en cause le paradigme classique dominant de la finance (partie 1), puis à analyser les dispositifs bancaires et financiers (partie 2) et les modes et pratiques de régulation (partie 3) avant de conclure sur les processus de financiarisation (partie 4). Les terrains d’enquête parcourent différents niveaux d’échelle analytique, des plus micro (les instruments financiers, le travail et le salariat) aux plus macro (les intermédiaires financiers et les institutions financières).

2La qualité principale de cet ouvrage collectif est de proposer une analyse alternative et critique des activités financières, aujourd’hui monopolisée dans une large mesure par les économistes orthodoxes qui soutiennent la thèse de l’efficience allocative des marchés financiers et, par là, défendent leur centralité dans nos systèmes socio-économiques. Ici, les auteurs mobilisent des cadres théoriques, dont la plupart se rattachent au courant de la sociologie critique bourdieusienne, qui ont pour but de dévoiler les rapports de force sociaux soutenant, constituant et légitimant les activités financières telles que la notation de crédit (chapitre 6) ou la construction sociale de la valeur financière (chapitre 7). Cette approche permet de mieux comprendre certains rouages obscurs de la machinerie financière comme les marchés boursiers juniors (chapitre 5) ou les services financiers (chapitre 3). Par ailleurs, certains chapitres se distinguent par leur grande clarté analytique et explicative sur les développements récents des activités financières. Ainsi, le chapitre introductif d’Olivier Godechot, qui résume avec finesse et clarté les différentes manières d’aborder les « avances de la finance » par les sciences sociales, est un excellent outil pédagogique pour tout enseignement critique sur la finance. De plus, la présentation des résultats du long travail d’enquête anthropologique d’Horacio Ortiz au sein des salles de marchés financiers (chapitre 4) permet de saisir la tension fondamentale parcourant les imaginaires et les pratiques des acteurs financiers. Alors que l’hypothèse d’efficience ne devrait pas permettre la réalisation de profits, dans la mesure où la valeur financière devrait correspondre à la valeur fondamentale de tout actif, les pratiques des acteurs sont pourtant toujours tournées vers la recherche du profit.

  • 1 Lemoine Benjamin, L’ordre de la dette, Paris, La découverte, 2016
  • 2 Charles Goodhart et al., Central Banking at crossroads, Londres, Anthem Press, 2014
  • 3 Kenneth Dyson, States, Debt, and Power 'Saints' and 'Sinners' in European History and Integration, (...)

3On peut cependant regretter la rareté de telles analyses « surplombantes » au sein de l’ouvrage, qui peut parfois donner au lecteur un sentiment de découragement face aux nombreux défis, en termes de compréhension du vocabulaire et des pratiques professionnelles, qu’exige l’immersion dans les micro-univers financiers constituant les terrains d’enquête. De plus, certains cadres théoriques mobilisés par les auteurs tendent davantage à complexifier qu’à rendre intelligible leur objet d’études (la réflexion wittgensteinienne sur la règle mobilisée pour analyser la déontologie financière dans le chapitre 11 en est un bon exemple). Afin d’éviter ces écueils, cet ouvrage collectif aurait peut-être gagné à être davantage interdisciplinaire, en faisant appel à d’autres approches théoriques telles que l’économie politique critique développée en Angleterre et en Amérique du Nord depuis une trentaine d’années, et en France plus récemment. Ainsi, aborder la construction politique de l’économie par ses institutions (ministères des Finances, agences nationales de la dette1, banques centrales2, forums internationaux) aurait pu permettre d’accompagner davantage le lecteur, en liant davantage la fabrique de la finance aux grands mouvements politiques et idéels de son temps. La mise en contexte de la fabrique de la finance aurait aussi pu se faire de manière davantage historique. Même si les auteurs font des rappels chronologiques sur la construction de leur objet d’étude, les formes contemporaines de la finance auraient gagné à être resituées sur une échelle historique plus longue3 pour mieux distinguer leurs particularités actuelles ou, au contraire, pour les relativiser à la lumière du passé. Ainsi, cet appel à s’éloigner davantage de la fabrique de la finance pour mieux la comprendre et la qualifier fait écho à la postface de Michel Aglietta qui remarque l’absence de considération sur ce qu’est la monnaie dans l’ouvrage.

4En somme, cet ouvrage résume de manière condensée et cohérente les travaux d’un collectif de chercheurs qui ont développé une analyse de la finance, alternative aux courants économiques orthodoxes et nécessaire pour notre compréhension du monde contemporain. En résulte une exploration de la fabrique de la finance au prisme d’une grille de lecture sociologique spécifique qui multiplie les terrains d’enquêtes sur des objets financiers trop peu connus, au risque parfois de ne pas les lier suffisamment avec des phénomènes de régulation politique plus larges. Cette critique ne doit néanmoins pas décourager le lecteur qui saura trouver, au gré des chapitres, des analyses stimulantes sur des objets précis ou sur la discipline même des études sociales de la finance. Enfin, l’existence même de ce collectif de chercheurs qui s’efforcent à analyser les activités financières de manière critique est admirable de par la rareté de ces initiatives dans l’espace académique français, surprenante au regard de l’importance sociale de la finance aujourd’hui, et de l’équilibre des genres au sein de ce collectif, phénomène trop peu commun parmi les chercheurs s’intéressant à ce sujet.

Haut de page

Notes

1 Lemoine Benjamin, L’ordre de la dette, Paris, La découverte, 2016

2 Charles Goodhart et al., Central Banking at crossroads, Londres, Anthem Press, 2014

3 Kenneth Dyson, States, Debt, and Power 'Saints' and 'Sinners' in European History and Integration, Oxford, Oxford University Press, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Fontan, « Isabelle Chambost, Marc Lenglet, Yamina Tadjeddine (dir.), La fabrique de la finance. Pour une approche interdisciplinaire.  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21232

Haut de page

Rédacteur

Clément Fontan

Docteur en sciences politiques, Chercheur post-doctoral au Centre de Recherche en Éthique de l'Université de Montréal

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page