Navigation – Plan du site

Paul May, Philosophies du multiculturalisme

Eric Keslassy
Philosophies du multiculturalisme
Paul May, Philosophies du multiculturalisme, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Fait politique », 2016, 320 p., ISBN : 978-2-7246-1915-7.
Haut de page

Texte intégral

1En 2010, Angela Merkel déclare que le multiculturalisme allemand est un échec. Elle est bientôt rejointe par David Cameron qui explique, en 2011, la nécessité de tourner la page des politiques multiculturalistes. À son tour, Nicolas Sarkozy déclare dans la foulée que l’« on s’est trop préoccupé de l’identité de celui qui arrivait et pas assez de l’identité du pays qui accueillait » pour conclure, lui aussi, sur l’idée que le multiculturalisme est un « échec ». On peut s’étonner de cette dernière déclaration dans la mesure où, contrairement aux modèles anglais et allemand, le modèle français d’intégration des immigrés n’a jamais cédé juridiquement aux « sirènes » du différentialisme. On saisit donc immédiatement l’intérêt de l’ouvrage de Paul May : le concept de multiculturalisme mais aussi les nombreux enjeux et débats qui le sous-tendent sont très mal connus en France. Les dirigeants européens ont vite fait de considérer la « faillite » des mesures qui peuvent traduire son application. Et les récents attentats accroissent la mauvaise image du multiculturalisme en Europe. Dans ce contexte, il est donc très intéressant de se reporter sur ce petit manuel, à la fois pédagogique et complet, qui se donne pour objectif explicite de faire le tour du multiculturalisme comme « école de pensée ».

2On ne sera pas surpris que Paul May soit un enseignant de science politique qui office aux États-Unis (à l’Université d’Harvard), c’est-à-dire l’un des pays qui a le plus approfondi la logique multiculturaliste. L’auteur s’appuie également sur l’exemple canadien, autre modèle appuyé de multiculturalisme, pour nous faire comprendre les débats fondamentaux qui entourent la notion de multiculturalisme.

3Paul May commence par décrire les origines du concept de multiculturalisme : il s’agit à la fois d’une réalité sociologique (compte tenu des différentes vagues d’immigration qu’elles ont connues et qu’elles continuent de connaître, les sociétés se caractérisent de plus en plus par une plus grande diversité des cultures) et d’une école philosophique qui a tendance à valoriser cette pluralité des cultures. Il montre également que le multiculuralisme est une doctrine politique qui consiste à établir des droits spécifiques pour les minorités culturelles (des droits qui peuvent se révéler dérogatoires au droit commun). L’exemple canadien des « accommodements raisonnables » est à cet égard édifiant : conçu au départ comme un moyen de lutter contre les discriminations pour se rapprocher de l’égalité de droit, cette politique a permis la satisfaction de certaines exigences « surprenantes » formulées par les « minorités ethniques » (on connaît l’exemple des vitres blanchies d’une salle de sport à la demande de Juifs orthodoxes car ils étaient incommodés par la vue de femmes, en short, en train de s’entraîner).

4Le retour sur la progression de la dynamique égalitaire qui caractérise nos « sociétés démocratiques » modernes depuis la fin du XVIIIe siècle est particulièrement éclairant. Dans cette perspective, selon l’auteur, le multiculturalisme peut être considéré comme une nouvelle étape du processus : l’individualisation des différents domaines de la vie sociale et la volonté de corriger les inégalités, y compris entre citoyens d’origines ethniques différentes, expliqueraient la progression des idées multicultaristes.

5Paul May permet ensuite de se plonger dans les réflexions des principaux théoriciens du multiculturalisme : Bhiku Parekh, Charles Taylor, Will Kymlicka et James Tully sont ainsi passés en revue. L’auteur nous offre des synthèses particulièrement claires de la pensée de chacun de ces auteurs. Il nous montre également comment ils dialoguent entre eux, ce qui donne l’occasion de s’intéresser à des débats intellectuels de haute volée. Il faut d’ailleurs signaler qu’une partie très importante des travaux de ces auteurs n’a pas été traduite en France. Philosophies du multiculturalisme permet donc de mieux comprendre les analyses de ces auteurs qui sont souvent caricaturées dans notre pays. Mais Paul May ne produit pas un texte sans esprit critique : il indique aussi les différentes limites, à ses yeux, de chacun de ces auteurs. De plus, dans le dernier chapitre de l’ouvrage, qui s’intitule « Les critiques du multiculturalisme », quatre grands points de vue critiques sont présentés et analysés : le regard libéral, les reproches féministes, le refus conservateur et les nuances progressistes.

6Avec Philosophies du multiculturalisme, un ouvrage qui peut se révéler très utile aussi bien aux étudiants qu’aux citoyens passionnés pas ces débats (voire aux enseignants et aux chercheurs), Paul May démontre combien le multuculturalisme est devenu un thème fondamental de notre mode globalisé : l’immigration mais aussi la cohésion sociale ou le devenir de l’État-nation par exemple sont directement liés à cette problématique. Il s’agit donc d’un livre précieux qui doit permettre d’enrichir la culture politique collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Paul May, Philosophies du multiculturalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 septembre 2016, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21332

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page