Navigation – Plan du site

Séverine Chauvel, Course aux diplômes : qui sont les perdants ?

Marie Duru-Bellat
Course aux diplômes : qui sont les perdants ?
Séverine Chauvel, Course aux diplômes : qui sont les perdants ?, Paris, Textuel, coll. « Petite encyclopédie critique », 2016, 134 p., ISBN : 9782845975286.
Haut de page

Texte intégral

1Ces courts essais de synthèse sont des exercices très difficiles ; c’est d’autant plus vrai qu’ils traitent de questions fort complexes et que, par ailleurs, ils s’aventurent sur des sujets très largement balayés par les chercheurs. C’est pourtant le pari courageux que fait Séverine Chauvel en abordant la question de la reproduction des inégalités d’une génération à l’autre, en 134 pages… Dans les pays comme la France qui prétendent fonctionner selon un principe de méritocratie, ce sont les diplômes, censés certifier les mérites, qui sont les vecteurs considérés comme légitimes de la distribution des places. Mais les diplômes sont inégalement accessibles, et pas seulement selon les mérites de chacun. Et Séverine Chauvel de questionner en trois étapes les grains de sable qui viennent enrayer la machine méritocratique, dans un contexte où la politique du « tout diplôme » a fait augmenter de manière spectaculaire le nombre de diplômés.

  • 1 Voir notamment Pierre Merle, La Démocratisation de l’enseignement, Paris, La Découverte, 2009.
  • 2 Voir notamment Marie Duru-Bellat, Jean-Pierre Jarousse, Georges Solaux, « S’orienter et élabore un (...)

2Dans une première partie, elle pose que « la croissance du nombre de diplômés renforce les inégalités » (p. 17), pour deux raisons largement explorées par la recherche : d’une part, la croissance s’est accompagnée d’une différenciation des filières (la « démocratisation ségrégative » travaillée par des auteurs comme Pierre Merle depuis vingt ans1) ; d’autre part, cette croissance a transformé – pouvait-il en être autrement ? – l’articulation entre formation et emploi. Une première pierre d’achoppement est que si la différenciation prétendait adapter mieux les qualifications des jeunes aux « besoins » de l’économie, elle les prépare aussi à des places qui restent inégales, à telle enseigne que la sélection est inévitable. Au cœur de la machine, les enseignants vont donc voir leur rôle renforcé dans ce tri des élèves, alors que, dans le même temps, on ne cesse de vanter l’autonomie de ces derniers. Là encore de nombreux travaux soulignent depuis vingt ans le caractère paradoxal de l’injonction à l’autonomie2, puisqu’elle assigne les jeunes à être autonomes dans un cadre extrêmement contraint, notamment par l’offre de formation, laquelle est dotée d’une inertie d’autant plus grande qu’on ne déplace pas les enseignants et les ressources de formation comme des pions.

  • 3 Sur ce que l’on sait des mécanismes de la reproduction sociale dans un certain nombre de pays, voir (...)
  • 4 Camille Peugny, Le destin au berceau, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 2013 ; compt (...)

3Un autre effet de l’accroissement du nombre des diplômés, non voulu mais qui était arithmétiquement prévisible, est la baisse du « rendement des diplômes » dans un contexte de concurrence accrue. Donnant peu de crédit à la masse de travaux qui démontrent qu’en France, comme à l’étranger3, la valeur économique des diplômes a baissé, en ce sens que les titulaires d’un diplôme donné accèdent à des positions moins élevées et/ou moins bien rémunérées dans la hiérarchie sociale (voir notamment les analyses récentes de Camille Peugny, curieusement non citées4), l’auteure préfère s’appuyer sur des analyses plus qualitatives, mais quelque peu vagues, en termes de « valeur d’usage » des diplômes ; elle met l’accent sur le constat, classique, du fait que les diplômes n’en restent pas moins classants pour les personnes : il vaut toujours mieux être bien classé dans la course aux diplômes… Mais, ne distinguant jamais le niveau des personnes et le niveau agrégé qui est celui des politiques (comme certains économistes qui ignorent les effets d’agrégation et pour qui, à la limite, il n’y a pas de société mais seulement des individus), l’auteure peine à produire un jugement clair sur les politiques d’allongement des scolarités – sont-elles ou non porteuses de démocratisation ?

4Dire que ces politiques « tendent à occulter les inégalités d’origine sociale » (p. 57), face à l’insertion notamment, est certes une réponse, mais partielle, que l’auteure s’efforce de justifier dans une seconde partie centrée sur le constat, largement documenté, de la persistance d’inégalités de carrières scolaires et de discriminations dans l’accès à l’emploi. L’existence de discriminations est évidemment choquante dans une prétendue méritocratie puisque « le diplôme constitue un critère de sélection légitime et légal » (p. 67), ce dont le lecteur commençait à douter… Ces discriminations seraient « de type systémique » (p. 74) ; mais on ne sait pas vraiment ce que cela signifie, si ce n’est le souci de ne pas stigmatiser les acteurs, peu présents au demeurant, malgré les extraits de propos tirés de recherches qualitatives. Le leitmotiv est ici que « le système » « détermine » et « occulte » (sans qu’on perçoive si ces termes sont des facilités sémantiques ou suggèrent de véritables mécanismes causaux… à expliciter). Séverine Chauvel évoque surtout (brièvement vu le format du livre) des travaux qualitatifs sur les discriminations qui prendraient place en milieu scolaire, notamment celles qui se jouent autour du genre.

  • 5 Car Mathieu Ichou et Louis-André Vallet ont démontré, suivi de cohortes à l’appui, une augmentation (...)

5Une troisième partie déplace la focale sur les phénomènes qui se déroulent au sein même des classes, avec pour fil rouge une thèse : l’accent mis sur l’allongement des cursus scolaires a pour conséquence « la relégation des apprentissages à une fonction secondaire de l’école » (p. 96), thèse fréquemment soutenue depuis une trentaine d’années, notamment par tous ceux, politiques ou enseignants, qui ont contesté le collège unique. L’argument est ici que la pression des objectifs chiffrés rend les enseignants plus laxistes eu égard aux exigences scolaires des parcours. Cette thèse est évidemment difficile à prouver précisément de manière empirique, quand on privilégie les approches qualitatives5 ! L’auteure détourne en quelque sorte la question en reprenant la critique de la notion de compétence (cheval de Troie du Medef, comme le suggère la note de la page 98), critique elle aussi assez convenue, mais que l’on peut juger plus pertinente dans le domaine de la formation professionnelle qu’à propos des enquêtes PISA : quelles sont les compétences testées chez les élèves de 15 ans, dans l’utilisation de l’écrit ou du calcul, dont on estime qu’elles ne peuvent être considérées comme des apprentissages et ne sont qu’instruments pour adapter la main d’œuvre juvénile au marché du travail ? De manière générale, on peine quelque peu à comprendre comment l’auteure parvient à la conclusion selon laquelle « l’importance prise par la notion de compétence… tend à occulter les apprentissages » (p. 115).

6Revenant pour finir à la question des apprentissages, Séverine Chauvel résume les analyses des chercheurs en sciences de l’éducation qui éclairent le rôle propre de l’école, ainsi que les pédagogies qu’elle met en œuvre, dans la genèse des inégalités scolaires. Et c’est effectivement là la question essentielle : tant que les inégalités sociales marquent les apprentissages, il est clair que se contenter de promouvoir un allongement des scolarités ne fait qu’entretenir, voire amplifier (ceci restant à démontrer) les inégalités qui affectent la reproduction sociale.

7L’ouvrage se clôt sur un appel à une « école de l’émancipation », trop vague pour ne pas être consensuel. On reste néanmoins incertain sur ce que prône vraiment l’auteure quand elle souligne (pour le regretter semble-t-il) qu’« encourager les élèves à poursuivre des études longues ne prend pas en compte la réalité des acquis des élèves » (p. 115) : faut-il alors renoncer à la politique d’allongement des études, rendre par conséquent les cursus plus sélectifs ? On devine que Séverine Chauvel ne reprend pas à son compte ces positions conservatrices classiques. Mais le message délivré par ce livre reste quelque peu flou, notamment sur la question cruciale de savoir s’il faut ou non renforcer la méritocratie et le poids des diplômes. Dès lors que Séverine Chauvel entend délivrer un message politique, ce qui semble le sens de cet essai, le lecteur ou la lectrice attendrait une critique plus argumentée des limites de la méritocratie, et une réflexion spécifique sur ce que l’école devrait apporter aux jeunes (des diplômes sans « perdants », pour reprendre le titre de l’ouvrage ?), assise sur une prise en compte large et sans préjugés de la masse de travaux produit depuis 50 ans par la sociologie de l’éduction française et étrangère. C’était là un pari difficile, voire intenable. Aucun sociologue, sur ces questions complexes, ne peut prétendre tirer de ses recherches des « solutions » miracles, ni peut-être même un message univoque. C’est plus le rôle d’une communauté de chercheurs, communauté qui reste largement à construire, comme l’illustre en creux cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Pierre Merle, La Démocratisation de l’enseignement, Paris, La Découverte, 2009.

2 Voir notamment Marie Duru-Bellat, Jean-Pierre Jarousse, Georges Solaux, « S’orienter et élabore un projet au sein d’un système hiérarchisé, une injonction paradoxale ? », L’Orientation Scolaire et professionnelle, vol. 26, n° 4, 1997, p. 459-482.

3 Sur ce que l’on sait des mécanismes de la reproduction sociale dans un certain nombre de pays, voir Fabrizio Bernardi, Gabriele Ballarino (dir.), Education, Occupation and Social Origin. A Comparative Analysis of the Transmission of Socio-Economic Inequalities, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, 2016 ; notre compte rendu pour Lectures : https://lectures.revues.org/21362.

4 Camille Peugny, Le destin au berceau, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 2013 ; compte rendu de Delphine Moraldo pour Lectures : https://lectures.revues.org/11102.

5 Car Mathieu Ichou et Louis-André Vallet ont démontré, suivi de cohortes à l’appui, une augmentation historique de l’importance des performances scolaires dans la production des inégalités sociales de parcours (voir : « Performances scolaires, orientation et inégalités sociales d’éducation », Éducation & Formation, n° 82, 2012, p. 9-18).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Séverine Chauvel, Course aux diplômes : qui sont les perdants ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 octobre 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21586

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page