Navigation – Plan du site

Hélène Cussac, Odile Richard-Pauchet (dir.), « Se retirer du monde », Dix-huitième siècle, n° 48, 2016

Chloé Perrot
Se retirer du monde
Hélène Cussac, Odile Richard-Pauchet (dir.), « Se retirer du monde », Dix-huitième siècle, n° 48, 2016, 768 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782707190666.
Haut de page

Texte intégral

1Le numéro annuel de la revue Dix-huitième siècle est placé sous la direction d’Hélène Cussac (Université de Toulouse), spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, et d’Odile Richard-Pauchet (Université de Limoges), également spécialiste de littérature du XVIIIe siècle et plus particulièrement de Diderot à qui elle a consacré sa thèse. Il se donne pour thématique « Se retirer du monde » et pour objectif une approche de la manière dont le siècle des Lumières s’approprie, relit et transforme un héritage du XVIIe siècle et de la pensée religieuse, janséniste en particulier.

2La première partie s’ouvre sur un thème particulièrement dense, sous l’intitulé « Culture et contre-culture de la retraite ». Francesca Piselli commence fort à propos par explorer toute la richesse lexicographique de la retraite au XVIIIe siècle, abordant ses définitions militaires et religieuses bien sûr, mais aussi son acception civile et laïque. Son analyse démontre bien la permanence de l’héritage des siècles précédents dans l’acception du mot et notamment la connotation négative liée au concept de retraite militaire, considérée comme une défaite. Mais elle insiste également sur le développement d’un regard positif et d’une pluralité du sens jusqu’à l’intégration du mot dans le vocabulaire de divers corps de métier. Elle relève enfin un affaiblissement du sens religieux, affaiblissement qui accompagne le mouvement général de sécularisation propre au siècle des Lumières.

3Didier Masseau s’intéresse ensuite au débat qui oppose philosophes et religieux quant à la question du retrait définitif du monde, tel qu’il est pratiqué notamment par les moines et les moniales. Cette opposition ne contredit pourtant pas le développement d’une troisième voie : un intérêt pour un nouveau type de retraite, porté vers une certaine forme d’introspection. Ce regard porté sur la retraite religieuse, celle des femmes en particulier, est examiné plus avant par les deux articles suivants, ceux d’Alexandra Roger et Nicolas Brucker, qui font pendants. Les auteurs, à travers le prisme d’œuvres littéraires – Mélanie ou la religieuse forcée pour l’une, et les romans monastiques féminins de Michel-Ange Marin pour l’autre – éclairent ainsi deux positions contraires. Si Jean-François de la Harpe développe, tout comme Diderot et bien d’autres, une vision dantesque des couvents, Marin en revanche les présente sous un jour bien plus plaisant. Notons que le second modère toutefois son propos : cette vie hors du monde peut avoir ses charmes à condition qu’elle soit le fait d’un choix et non d’une contrainte. Enfin, l’étude du versant féminin de la retraite s’achève par l’article d’Huguette Krief qui se tourne vers les femmes savantes. Si, pour certaines, la vie retirée est synonyme d’étude et de maîtrise de leur propre existence, pour d’autres, en revanche, la place de la femme influente, pour être effective, doit être au cœur de la société.

4Le lecteur est alors convié à aborder un nouveau et dernier volet de cette première partie, en regardant du côté des poètes, grâce à Jean-Noël Pascal, et des philosophes Rousseau et Diderot, qu’abordent respectivement Anne-France Grenon et Pierre Chartier. Les trois textes expriment bien, chez les hommes de lettres du XVIIIe siècle, la tension constante entre le besoin d’isolement contemplatif, introspectif ou plus simplement rêveur et amoureux et la nécessité d’être dans le monde, voire de s’adresser à lui.

5Le paysage culturel dressé, la seconde partie, plus succincte que la précédente, s’intéresse à la topographie de la retraite. Elle s’ouvre sur la contribution de Claire Ollagnier qui propose de s’interroger sur la conception architecturale des petites maisons comme lieux de relatif isolement, pensées pour des plaisirs sensuels parfois mais aussi conçues comme espaces de liberté. Et d’ailleurs, comme le démontre Sophie Lefay, dans un siècle qui aime à mettre en scène son cadre de vie, quoi de plus piquant, en plus de posséder une petite maison, qu’orner son jardin d’un ermite? Le singulier personnage est sans doute du plus bel effet, comme la dernière folie qu’on a faite construire. Pourtant, l’original n’a d’intérêt que s’il est montré et de fait, son érémitisme est un peu trop théâtral pour sonner juste. Presque tous les éléments sont en place, une maison, un ermitage, il ne manque plus qu’une nature pittoresque. Les ruines que décrit Geneviève Cammagre, et les réflexions qu’elles suscitent sur le destin de l’Homme et sur celui du monde, parachèveront parfaitement le cadre d’une retraite qui se joue alors au sein même de la société, tout en la contemplant de loin. Car si le retraitant a besoin de planter le décor, c’est bien lui qui se retrouve spectateur de lui-même et de ses semblables.

6Le pendant littéraire de ces considérations topographiques n’est pas oublié à travers les œuvres de Louis-Sébastien Mercier pour Martial Poirson, du marquis de Sade pour Fabrice Moulin, de Boyer d’Argens, de l’auteur des Solitaires en belle humeur ou encore de Marmontel pour Audrey Mirlo. L’œuvre de Louis-Sébastien Mercier est l’occasion de revenir sur la théâtralisation et l’idéalisation de la retraite à la campagne. Chez Sade, elle se fait allégorie des remparts que dresse vainement la victime, mais elle est aussi le lieu réputé imprenable des amours libertines – et qui pourtant lui aussi tombera. Cette perception relativement violente d’une retraite partagée plutôt de force que de gré est apaisée par les lectures d’Audrey Mirlo qui offre en contraste la vision d’une certaine sociabilité dans l’éloignement du monde en bonne compagnie et qui se vit dès lors, comme le dit si bien le titre d’une des œuvres qu’elle analyse, « en belle humeur ».

7Mais finalement, le retrait du monde est-il possible ? C’est la question à laquelle tente de répondre le troisième chapitre de la section thématique de la revue. La manière dont la littérature contemporaine aborde la question par le roman insulaire est développée par Jean-Michel Racault. Il passe au crible les trois romans apparentés de Leguat, Defoe et Longueville. L’isolement non pas choisi mais subi par les trois héros devient l’occasion, comme le souligne l’auteur, d’une démarche expiatoire qui se meut ensuite en un règne de l’Homme isolé sur son environnement, ce qui le conduit à vouloir rejeter le retour au monde tant espéré au début de l’aventure.

8À ces retraites de fiction répondent deux retraites bien réelles. Celle de Lezay-Marnésia, qui fuit les troubles révolutionnaires et tente en vain de créer une cité idéale en Amérique, est narrée par Benjamin Hoffman. Et l’ultime retraite de Rousseau à Ermenonville est rapportée par Guilhem Farrugia. Concernant cette dernière, si l’auteur tend à la considérer comme l’aboutissement heureux des fuites et abris successifs du philosophe, il nous est toutefois loisible de nous demander ce qu’il serait advenu de ce havre de paix s’il avait encore vécu quelques années. En outre, soulignons que son analyse ne repose que sur des écrits antérieurs, Rousseau n’ayant laissé aucun témoignage de son séjour dans la petite ville de l’Oise.

9La retraite a jusqu’ici été envisagée comme un acte individuel ; elle devient le refuge de ceux qui s’aiment, et est alors observée par Gabriel Thibault et Paul Pelckmans. Le premier met en parallèle l’histoire de Bernardin de Saint-Pierre et de son épouse avec laquelle il avait voulu vivre à la campagne, entouré de sa famille, ce qui n’était pas du goût de la jeune femme. Le parallèle avec l’œuvre la plus connue de l’auteur, Paul et Virginie, était inévitable. Une vie idéalisée par un seul donc, tout comme dans les pièces de Philippe Néricault Destouches, où la perspective de la retraite est l’occasion, selon Paul Pelckmans, d’éprouver le véritable attachement de sa promise, laquelle renonce bien vite, préférant les attraits du monde et de ce que l’argent peut offrir à une vie faite d’amour et d’eau fraîche.

10La revue se conclut parfaitement sur l’article d’Ingrid Riocreux dont le sujet est Sébastien-Roch Nicolas dit Chamfort, qui sublime une retraite imposée par la maladie pour en faire une retraite choisie, manière singulière « d’être au monde », comme le souligne le titre. La vie de Chamfort est en outre l’occasion d’évoquer succinctement la question du suicide, qui manquait peut-être dans une lecture assez unilatérale de l’expression « se retirer du monde».

11Ce numéro de Dix-huitième siècle dresse en somme un portrait intime et précis d’un acte, délibéré ou non, accompli ou échoué, qui marque le paysage social du XVIIIe siècle. « Se retirer du monde » permet ainsi, presque paradoxalement, une approche de la société des Lumières, qui réinvente la retraite, rejetant ou adaptant les codes hérités du XVIIe  siècle, la faisant sienne et la replaçant finalement au cœur du monde qu’elle est censée mettre à distance. Le cheminement du lecteur est accompagné sans faille du premier au dernier article. Les premières contributions laissent-elles en suspens « le monde » dans leur analyse de la retraite ? Les suivantes répondent bien vite : « se retirer » ne peut se faire en brisant complètement la relation au monde, car la retraite au XVIIIe siècle se montre, voire se théâtralise. Rappelons-nous La Religieuse de Diderot dont les malheurs sont mis sur le devant de la scène par son éclat à l’église, par son procès et sont portés encore à la connaissance du monde par la lettre dans laquelle elle relate chaque minute d’une vie religieuse étalée au grand jour. Et quand l’image des ruines apparaît alors à l’esprit du lecteur, saisi par l’évidence qu’une retraite ne se vit pas alors sans un certain pathos, arrivent justement les réflexions de Geneviève Cammagre, qui le confortent dans son idée première. De la ruine au jardin, il n’y a qu’un pas, que l’on aime faire entre amis. La retraite pourrait donc se vivre au cœur du monde, car on peut se retirer en soi-même, sans éloignement géographique, sans même quitter ses proches. Et pourtant cette tension permanente au monde signe une certaine forme d’utopie, voue l’isolement à l’échec, sauf peut-être pour Chamfort dont le retour aux affaires signe également à court terme son retrait le plus définitif, suicide échoué bientôt suivi du décès de l’homme de lettres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Perrot, « Hélène Cussac, Odile Richard-Pauchet (dir.), « Se retirer du monde », Dix-huitième siècle, n° 48, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 28 novembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21829

Haut de page

Rédacteur

Chloé Perrot

Doctorante en histoire de l'art moderne, Chloé Perrot travaille sur les iconologies françaises publiées au XVIIIe siècle, sous la direction du Pr Patrick Michel (Université Lille 3) et de Guilhem Scherf (École du Louvre). Elle s’intéresse à la sémiologie de l’ornement et aux rapports entre arts et politique au siècle des Lumières.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page