Navigation – Plan du site

Gilles Ferréol, Sociologie. Cours, méthodes, applications

Emmanuel Brandl
Sociologie
Gilles Ferréol (dir.), Sociologie. Cours, méthodes, applications, Bréal, coll. « Grand Amphi Sociologie », 2004, 400 p., EAN : 9782749501864.
Haut de page

Texte intégral

1Gilles Ferréol a encadré là un travail collectif dense réunissant des enseignants-chercheurs francophones (français, belges et canadiens) ; d'emblée cette initiative « internationale », suffisamment rare pour la publication de ce type d'ouvrage, ne peut qu'être saluée. Cet ouvrage collectif, qui compte une douzaine de contributions, se veut être un manuel de sociologie à l'usage des étudiants de sciences humaines et sociales. Gilles Ferréol reprend en fait ici, en le développant et en l'approfondissant, un projet de synthèse brillamment esquissé en 1990 qui avait pris la forme d'une publication sous le titre Introduction à la sociologie (Armand Colin, 1990).

2La particularité de ce dernier ouvrage synthétique (à plus d'un titre) tient principalement en deux points : premièrement, il se situe entre l'ouvrage d'introduction à la sociologie et le manuel de recherche en sciences sociales. En effet, on y trouve une première partie toute entière consacrée tout d'abord à une enrichissante mise en perspective historique des grands courants de la pensée sociologique, agrémentée d'une présentation des notions qui structurent, encore aujourd'hui, l'ensemble du champ de la sociologie (les oppositions individu-société et empirie-théorie). On y trouve ensuite une présentation des présupposés théoriques et méthodologiques des grands paradigmes sociologiques : sur quoi tel ou tel courant de pensée met-il plutôt l'accent ? De quels outils conceptuels usent-t-ils préférentiellement ? A quel(s) mode(s) d'investigation ont-ils recours ? Qu'est-ce que cela signifie du point de vue du fonctionnement du monde social ? Et enfin, la première partie se penche sur les opérations successives (ou plutôt imbriquées et enchevêtrées, comme le précise G. Ferréol) nécessaires à l'élaboration d'une enquête sociologique (distanciation, formalisation et vérification) - chacune des étapes fait alors l'objet d'un exposé précis.

3Les deux grandes parties suivantes se rapprochent d'un travail d'introduction à la sociologie. L'une est consacrée aux différentes dimensions de la socialisation, l'autre aux processus du changement social. Selon un mode de présentation « en entonnoir », chaque partie est ensuite composée de différents chapitres qui traitent chacun d'un thème plus particulier : ainsi, la partie « dynamiques sociales » par exemple traitera de la question de la « stratification et des hiérarchies », dans laquelle seront abordés les thèmes de la « différenciation et de la catégorisation », de « l'action collective et de la mobilisation »... Cela permet de présenter précisément les objets de recherche et la façon dont chacun de ces terrains d'investigation fut abordé par les sciences sociales (l'anthropologie pour la culture et les systèmes de valeurs, la psychologie des foules pour l'action collective), pour se focaliser sur les apports de la sociologie, et en discuter les différentes thèses.

4La seconde particularité de cet ouvrage, c'est qu'il enferme un double souci pédagogique, en proposant, en ouverture à chacun des chapitres, une bibliographie qui restitue la liste des principaux auteurs ayant traité du thème abordé, et en conclusion, une section « applications pédagogiques » qui propose des QCM portant sur le contenu du chapitre, mais aussi des extraits de textes à commenter, des sujets de dissertation, pour aller vers des questions plus précises (qu'est-ce que « le paradoxe d'Anderson » par exemple), qui peuvent être illustrées par des tableaux synthétiques. Ces « applications pédagogiques » sont d'une redoutable efficacité...

5Sont ainsi embrassés les grands thèmes de l'enseignement et de la recherche en sociologie : qu'il s'agisse des courants de pensée, de la dynamique de la recherche, de l'enquête, puis de la famille, de la parentalité, de l'éducation, de la communication, des médias, de la culture et des systèmes de valeurs, des religions, de la politique et du pouvoir, de la stratification sociale, des villes, du travail, des organisations et des problèmes d'intégration et d'exclusion. Chaque chapitre s'ouvre par une courte introduction qui permet de restituer la problématique abordée, puis sont livrés et discutés les apports et les limites des différents paradigmes des sciences sociales. On relèvera, tout au long du livre, la présence de nombreux tableaux qui synthétisent les propositions (ce qui est très bien venu), et d'encadrés qui restituent des extraits d'ouvrages, avec référence précise à l'appui, ce qui permet à la fois de lire directement le contenu des propos discutés, et d'orienter vers le ou les ouvrages qui développent le plus sérieusement le thème abordé. Cet opus comprend en outre un index « thématique » et un index « des noms de personnes », ce qui est toujours appréciable.

6Il ressort de l'ouvrage un panorama très complet des thèmes de prédilection comme des options théoriques, méthodologiques, conceptuelles et interprétatives qui ressortissent à la sociologie. En ce sens, ce manuel est une réussite. Soulignons toutefois deux limites qui n'enlèvent rien à la richesse du travail qui nous est présenté. Premièrement, disons simplement que, ici comme ailleurs, l'ambition d'effectuer une synthèse des sciences sociales n'échappe pas à la présence d'un certain parti pris théorique. Deuxièmement, le souci d'exhaustivité (proposer une synthèse de la sociologie, mais aussi, visiblement, une synthèse des différents outils pédagogiques en usage dans le champ universitaire), a pour contrepartie, comme nous l'avons souligné, de présenter un ouvrage très dense. Cela signifie alors qu'il ne fut pas possible pour les auteurs de revenir, à chaque fois, sur une explication détaillée (de l'histoire) des propositions théoriques et méthodologiques qui ont pu progressivement émerger et orienter le sens des interprétations sociologiques des différents thèmes traités. L'aspect synthétique des discussions présuppose alors que le lecteur possède déjà un minimum de connaissances préalables. Bien souvent, à l'image de la première phrase de l'ouvrage, on entre directement, « sans transition », dans le vif du sujet : « La construction du savoir est d'ordre conceptuel. Même s'il est indispensable, le simple stade descriptif ne suffit pas : l'observation, en effet, appelle de nombreux prolongements, qu'il s'agisse de comparaisons spatio-temporelles ou d'interrogations sur les méthodes utilisées en matières de recueil, de traitement et d'interprétation des données » (page 13).

7De la sorte, s'il est bien entendu primordial de lire cet ouvrage (ou plutôt de travailler avec), il découragera toute forme de lecture dilettante. Il est de fait conseillé de l'aborder avec du temps, du sérieux, et, pour les étudiants qui débutent en sociologie, de l'accompagner de lectures peut-être plus abordables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Brandl, « Gilles Ferréol, Sociologie. Cours, méthodes, applications », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2005, mis en ligne le 01 novembre 2005, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/218

Haut de page

Rédacteur

Emmanuel Brandl

CSRPC-ROMA, Université Pierre Mendès France, Grenoble 2.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page