Navigation – Plan du site

Stephen Gaukroger, The Natural and the Human. Science and the Shaping of Modernity, 1739-1841

Noémie Recous
The Natural and the Human
Stephen Gaukroger, The Natural and the Human. Science and the Shaping of Modernity, 1739-1841, Oxford, Oxford University Press, 2016, 416 p., ISBN : 9780198757634.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les deux premiers volumes déjà parus sont les suivants : Stephen Gaukroger, The Emergence of a Scie (...)

1Le présent ouvrage constitue le troisième tome d’une série vouée à en compter cinq1. Le constat de départ est qu’à la fin du XIXe siècle, les valeurs fondamentales de la science sont considérées comme les valeurs cognitives par excellence, pouvant être appliquées à tous les champs de la connaissance. Le projet global de cette série est d’explorer la transformation des valeurs intellectuelles et cognitives reconnues dans le monde occidental depuis l’époque moderne jusqu’à nos jours. Au XVIe siècle, la philosophie naturelle connaît une redéfinition de ses objectifs et de ses méthodes, pour s’affirmer en tant que discours global sur le monde au XVIIe siècle et au début du siècle suivant. Mais au milieu du XVIIIe siècle, elle entre en crise, avec la remise en cause de sa capacité d’explication globale du monde et une progressive fragmentation disciplinaire. C’est à la centaine d’années qui débute par cette crise pour s’achever au milieu du XIXe siècle qu’est consacré ce volume.

2De ce contexte de crise émerge une nouvelle culture scientifique, caractérisée par un processus de naturalisation de l’être humain, que l’on peut définir comme la transformation d’une étude de l’homme a priori et conceptuelle, menée par la philosophie, la métaphysique et la théologie, en une recherche caractérisée par les méthodes expérimentales venues des investigations sur la nature, et exigeant des réponses empiriques. En retour, de nouvelles méthodes émergent et sont intégrées à la culture scientifique de l’époque, contribuant à son renouvellement. Dans un premier temps, l’auteur expose les deux grands enjeux qui sous-tendent la crise et la redéfinition des objets et des objectifs de la science du milieu du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle : les débats sur l’autonomie et le rôle de la raison soulevés en lien avec l’émergence de la sensibilité comme moyen de connaissance, et la crise du modèle mécaniste de la matière. Entre le Treatise of Human Nature de David Hume, paru en 1739, dans lequel les comportements humains sont naturalisés pour la première fois, et le traité Das Wesen des Christentums de 1841, dans lequel Ludwig Feuerbach décrit un christianisme naturalisé, plusieurs programmes de naturalisation de l’homme ont été développés : la médecine anthropologique (chapitre 3), l’anthropologie philosophique (chapitre 4), l’histoire naturelle de l’homme (chapitre 5) et l’arithmétique sociale (chapitre 6). La naturalisation de la religion (chapitre 7) constitue l’un des aboutissements majeurs de ce processus polymorphe de naturalisation de l’homme.

3Le milieu du XVIIIe siècle est marqué par des débats portant sur les capacités de la raison et, plus généralement, sur les sources et la nature de la connaissance humaine (human understanding). Ces débats s’articulent autour de trois oppositions : l’opposition entre une connaissance propositionnelle et une connaissance non propositionnelle du monde, entre une connaissance systématique et une connaissance non systématique, et entre raison et sensibilité comme moyens de connaissance. Dans ce contexte, les valeurs mêmes de la recherche sont transformées puisque la certitude est peu à peu remplacée par la probabilité comme valeur dominante, en lien avec le développement des procédures statistiques qui émergent dans les sciences naturelles et morales et deviennent des modèles de rigueur quantitative. L’autre enjeu transversal qui sous-tend l’ensemble des réflexions de la période est celui de la nature de la matière. Jusqu’au XVIIIe siècle, le modèle mécaniste micro-corpusculaire domine et unifie le règne de la nature. À partir des années 1740, plusieurs disciplines s’emparent de la question de la matière, dénoncent les impasses produites par ce modèle et mettent fin à sa domination. Le Traité élémentaire de chimie de Lavoisier (1789), avec sa table des éléments, présente une nouvelle vision de la matière et constitue l’un des travaux les plus emblématiques de l’autonomisation de la chimie. Plusieurs savants cherchent aussi à trouver un système reliant chimie, physique et sciences de la vie : Lamarck, Maupertuis et Bordeu affirment par exemple l’existence de forces vitales (vital powers) dans la matière, sans lesquelles elle entrerait en décomposition. L’électricité a pu être associée à ce type de forces vitales. Le succès de ces projets empiristes, qui concourent à remettre en cause l’organisation antérieure de la connaissance, caractérise le contexte dans lequel se développent plusieurs programmes de naturalisation de l’homme, dont l’auteur rappelle la variété et l’hétérogénéité, tant du point de vue des motivations que des mises en œuvre.

4La médecine anthropologique entreprend de s’ériger en science centrale pour expliquer les comportements humains. Elle repose sur un lien entre le physiologique et le psychologique, par le biais de la sensibilité : corps et âme doivent être équilibrés par l’action du médecin philosophe. Au début du XIXe siècle, elle s’enrichit d’une dimension sociale, comme dans les travaux de Cabanis (de 1802-1804), qui offrent une réflexion sur les contextes sociaux et politiques favorables à l’homme. L’anthropologie philosophique est une discipline allemande de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, incarnée avant tout par Herder. Partant du principe que la psychologie est plus apte que la métaphysique à expliquer les comportements humains, ce dernier conduit ses investigations sur le langage, questionnant ses liens avec la pensée et avec la raison : il conçoit d’ailleurs la langue comme un phénomène historico-culturel. L’histoire naturelle de l’homme repense les liens entre l’homme et le monde naturel dans lequel il évolue, à travers la question de la catégorisation du vivant. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les théories sur l’émergence des espèces se multiplient, parmi lesquelles celle de Lamarck, qui fait intervenir conjointement la génération spontanée et l’adaptation à l’environnement, constitue un moment important. L’anatomie comparative permet de comparer les similitudes morphologiques et physiologiques non seulement entre humains et animaux, mais aussi entre les humains, notamment entre les sexes et entre les races. Elle permet également de questionner les limites de l’humanité : comparant un enfant sauvage et un orang-outang, lord Monboddo conclut que si elles existent, les différences entre les deux sont minimes, et que par conséquent, si l’on considère l’enfant sauvage comme un homme, force est de concéder à l’orang-outang des capacités humaines. Les orangs-outangs, sont d’ailleurs l’objet de plusieurs études au XVIIIe siècle. La géographie comparative, notamment la théorie des climats développée par Montesquieu, ainsi que l’histoire par stades de développement différenciés constituent deux autres contributions à l’histoire naturelle de l’homme. L’arithmétique sociale propose d’appréhender le comportement humain d’un point de vue collectif. Cette recherche entraîne une réflexion sur la morale, sur les liens entre morale individuelle et morale collective, et sur la régulation des comportements nécessaire à la formation d’une société. Dans les deux dernières décennies du XVIIIe siècle, la vie quotidienne devient un objet d’étude à travers le développement des statistiques, notamment dans les domaines de la démographie et de la santé. Adolphe Quetelet, qui tente de déterminer les caractéristiques de « l’homme moyen » (average man) en associant données physiques et phénomènes « moraux », participe à l’avènement de la statistique comme méthode scientifique.

5Les différents programmes de naturalisation de l’homme concourent à un changement majeur du regard porté sur le monde : la naturalisation de la religion, sous différentes formes. Les travaux d’historicisation de la religion révèlent la contingence de l’histoire ecclésiastique (et, par ricochet, de l’histoire sacrée) : dans son traité de 1776, The History of the Fall of the Roman Empire, Gibbon, fait en effet du contexte historique de formulation des dogmes la clef de leur compréhension. Des études comparées des différentes religions présentent des modèles par stades de développement, parfois formulés en termes évolutionnistes, faisant du christianisme le stade le plus élevé. Une lecture plus radicale encore, considérant le divin comme une simple projection ou représentation des aspirations et qualités humaines amenée à être dépassée par une philosophie humaniste et esthétique, a été défendue notamment par Feuerbach.

6Ainsi, entre le milieu du XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle, toutes les dimensions de l’être humain ont été reformulées en termes empiriques, participant à l’émergence des sciences humaines. Il est en outre devenu clair que ce sont les intérêts humains qui guident les recherches et les représentations du monde qui en découlent, et qu’aucun ordre naturel ne préexiste à l’investigation. De ce point de vue, le corolaire de la naturalisation de l’homme est l’humanisation de la nature.

  • 2 Lorraine Daston, « The Moral Economy of Science », Osiris, n° 10, 1995, p. 2-24. Cet article a été (...)

7La démarche de Stephen Gaukroger s’inscrit très nettement dans le programme d’épistémologie historique tel qu’il a été formulé par Lorraine Daston en 19952, qui propose une histoire des catégories structurantes de la pensée, à la croisée entre histoires des idées, des pratiques, des significations et des valeurs. C’est ce que fait Stephen Gaukroger, autour notamment du concept de raison, remettant en cause une acception univoque du terme et soulignant la complexité des enjeux liés à sa définition. Cette entreprise minutieuse de déconstruction et de contextualisation des concepts se double d’une attention particulière aux différentes traditions nationales, parfois opposées, qui coexistent à la même période. L’ensemble permet de sortir d’une histoire intellectuelle des sciences et des savoirs linéaire et positiviste. Il implique le maniement de très nombreux auteurs et sources, et l’ouvrage est de ce point de vue fort érudit. L’argumentation très dense fait de l’ouvrage une lecture exigeante, parfois ardue, mais toujours stimulante, en particulier pour un lectorat français habitué à d’autres traditions historiographiques.

Haut de page

Notes

1 Les deux premiers volumes déjà parus sont les suivants : Stephen Gaukroger, The Emergence of a Scientific Culture. Science and the Shaping of Modernity, 1210-1685, Oxford, Clarendon Press, 2006 ; Stephen Gaukroger, The Collapse of Mechanism and the Rise of Sensibility. Science and the Shaping of Modernity, 1680-1760, Oxford, Oxford University Press, 2010.

2 Lorraine Daston, « The Moral Economy of Science », Osiris, n° 10, 1995, p. 2-24. Cet article a été traduit en français récemment : Lorraine Daston, L'économie morale des sciences modernes. Jugements, émotions et valeurs, Paris, La Découverte, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Recous, « Stephen Gaukroger, The Natural and the Human. Science and the Shaping of Modernity, 1739-1841 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 janvier 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22120

Haut de page

Rédacteur

Noémie Recous

Ancienne élève de l’ENS de Lyon et agrégée d’histoire, aujourd’hui doctorante contractuelle en histoire moderne à l’Université Jean Moulin Lyon III et au sein du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (UMR 5190).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page