Navigation – Plan du site

Marie Chabrol, Anaïs Collet, Matthieu Giroud, Lydie Launy, Max Rousseau, Hovig Ter Minassian, Gentrifications

Yankel Fijalkow

Texte intégral

1Un an après les évènements du 13 novembre 2016, l’ouvrage Gentrifications aux éditions Amsterdam est enfin publié. Le collectif de jeunes chercheurs (sociologues, géographes et politistes), auteur de cet ouvrage, était animé par Matthieu Giroud, assassiné au Bataclan. Sa réflexion, articulant les terrains de leurs thèses respectives, s’est heurtée à la violence meurtrière, sur les lieux mêmes de leurs investigations, dans ces quartiers populaires proches du centre où la « montée en gamme » recompose les logements, les espaces publics et les relations interpersonnelles. Sa mémoire et le contenu scientifique de l’ouvrage exigeaient qu’il paraisse.

  • 1 Glass R. “Introduction”, in Centre for Urban Studies (ed.) London: Aspects of Change. London: Macgi (...)
  • 2 Fijalkow, Y. et Préteceille, E. (dirs.), « Gentrification : discours et politiques », Sociétés Cont (...)
  • 3 Clerval, A., Paris sans le peuple: la gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013.
  • 4 Gale, D. E., “Middle class resettlement in older urban neighborhoods: The evidence and the implicat (...)
  • 5 Hamnett, C., “The blind men and the elephant: the explanation of gentrification”, Transactions of t (...)

2Le phénomène de gentrification est rarement traité au pluriel dans les nombreuses publications qui ont suivi la création du néologisme sous la plume de Ruth Glass en 19631. Le terme, au singulier et avec un grand G a fait fortune en Amérique du Nord dans une perspective néo marxiste avant de revenir en Europe à la fin des années 19902. Dans ce livre, les auteurs, qui dénoncent les « représentations schématiques » de la gentrification s’attachent précisément à la définir comme la « transformation de la composition sociale d’un quartier par le départ ou par le décès d’habitants initialement majoritaires appartenant aux classes populaires et par l’arrivée de ménages plus jeunes aux qualifications et au statut social plus élevé dont les revenus ne sont pas plus importants au départ mais sont appelés à augmenter. Ce remplacement d’une population par une autre s’accompagne de transformations du tissus urbain et commercial » (p. 68). Ainsi le caractère supposé implacable de la gentrification3, faisant se succéder l’artiste pionnier émancipateur et l’envahisseur profiteur4, est-il discuté en faveur d’un modèle plus complexe combinant les facteurs économiques et culturels5, selon les contextes locaux et leurs potentiels immobiliers « gentrifiables ».

3Sans pratiquer la comparaison terme à terme, neuf terrains sont convoqués au gré des chapitres, en France, au Portugal en Espagne, en Grande Bretagne, tant dans des quartiers centraux de villes capitales (Paris, Lyon, Grenoble, Barcelone, Lisbonne) que des « villes en déclin » comme Roubaix et Sheffield. Examinant successivement les structures (titre I), les politiques (titre II), les habitants (titre III), cette diversité de points de vue permet aux auteurs de soutenir la pertinence de la notion de gentrification comme « rapport social d’appropriation de l’espace mettant aux prises des acteurs et des groupes inégalement dotés » (p. 25). Cependant, ils réservent le terme aux changements urbains liés aux dynamiques post fordistes et aux trajectoires de quartiers peu visés par des projets de démolition d’envergure. De même, si la rénovation du parc de logement est souvent en cause dans le processus de gentrification, c’est surtout la capacité à peser sur les lieux du quartier qui est en jeu. Ainsi va l’urbanité gentrifieuse avec ce qu’elle suppose de centralité, de densité, de diversité, et d’historicité patrimoniale. Tels sont ses nouveaux canons affirmant une hiérarchie sociale des espaces et des normes d’usage.

4Cependant, les villes ne partent pas avec les mêmes potentialités de gentrification. Structures obligent, celles-ci dépendent de la composition de la propriété foncière et immobilière, des pouvoirs locaux et de leurs capacités de mobilisation. Ainsi, l’hypothèse de « politiques de gentrification » qui supposerait des intentionnalités explicites, est-elle discutée par les auteurs. Portant, ceux-ci relèvent « la volonté de réguler la présence populaire dans une logique de mixité sociale » (p. 180), ce qui témoigne de l’existence de micro politiques. En effet, même si les rôles de gentrifieurs et de gentrifiés ne semblent guère définis une fois pour toutes (p. 253), et si l’on peut habiter un quartier sans y résider (p. 283), les cohabitations sont d’autant plus complexes que la venue des classes moyennes ou aisées n’entraine pas systématiquement l’éviction des catégories populaires (p. 77).

5Ces observations nuancées dénotent par rapport aux ouvrages les plus lus sur la question. On rappellera le débat entre les deux géographes Anne Clerval et Jacques Lévy paru dans Libération des 19 et 24 octobre 2014. Pour la première, Paris évince « le peuple » en raison d’un processus d’embourgeoisement culturel et économique de la capitale auquel les édiles participent indirectement. Pour l’autre, les zones centrales comme Paris sont les lieux les plus propices à une mixité sociale bienveillante et la gentrification est une chance pour les quartiers déshérités des centres anciens. Or, comme le montre l’ouvrage, ni les « élites » ni les « gentrifieurs », ne sont des catégories homogènes. La génération la plus jeune des gentrifieurs, fort diverse, est loin d’être une armée de conquistadors aux ordres du Capital. Elle cherche moins des occasions immobilières que des moyens pour se loger. Dans de nombreux quartiers, les processus de mise en valeur sont longs et incertains. Quant à la notion de « peuple », elle est vraisemblablement trop équivoque pour appuyer un raisonnement scientifique.

6Bien que nos auteurs prennent leur distance avec ces positions idéologiques, ils n’éludent guère les rapports sociaux. L’invitation à analyser à une autre échelle le phénomène est fort présente dans l’ouvrage, soucieux de la recomposition du marché du travail dans l’économie post fordiste, de la nécessité des nouvelles générations de convertir leurs compétences en statut social en raison de l’externalisation de l’emploi, et de la course à l’accession à la propriété du logement pour sécuriser les trajectoires malgré l’augmentation, depuis deux décennies, des prix immobiliers. Ainsi, les auteurs constatent volontiers que la recomposition de la société salariale et l’émergence de la précarité sont des phénomènes concomitants dans les espaces en gentrification. Des catégories sociales très diverses s’y côtoient ce qui réinterroge la notion de la mixité sociale. Comme ils le montrent, seule une analyse fine des catégories, intégrant le fait générationnel aux contextes locaux et nationaux permet de comprendre les dynamiques à l’œuvre.

7Dans la même veine, ils se penchent sur les processus qui s’attachent à la mise en valeur des territoires. La gentrification s’inscrit en effet dans l’évolution des nouvelles politiques urbaines qui, depuis plus de trente ans, considèrent les espaces, villes ou quartiers, comme des supports actifs de la croissance. Ceci conduit à des politiques d’attractivité exacerbées par la concurrence entre les villes. Un tel modèle est-il universel ? Les politiques n’en démordent guère. Chaque quartier réhabilité et en voie de gentrification témoigne de ces stratégies attentives à l’image que la ville peut et doit exprimer. Toute valorisation ne semble possible que par l’apport de populations extérieures au quartier, ce qui justifie une gentrification souvent présentée par les politiques comme aussi regrettable qu’inéluctable.

8Prenant le contrepied de ce fatalisme, les auteurs recommandent à la fin de l’ouvrage de cesser de considérer la gentrification comme un vecteur de mixité sociale, de promouvoir des politiques de développement endogène et de se départir de la promotion de l’accession à la propriété comme solution face aux vulnérabilités professionnelles. Ces éléments ouvrent des pistes dont les politiques urbaines devraient se saisir pour mieux maîtriser les évolutions de ces espaces. Si ce livre apporte en effet une grande avancée à la connaissance des processus, d’autres éclairages fondés sur ces éléments permettront demain de comprendre comment les populations gentrifiées pensent, perçoivent et analysent le phénomène, « négociant » au quotidien leur présence dans ces quartiers. Comment les notions de territoire, et celle d’équilibre de population, qui semblent hanter les praticiens, s’inscrivent éventuellement dans leurs pratiques ? Comment catégorisent-elles les différentes populations de gentrifieurs ? Et comment, finalement, peut se glisser, ainsi que le rappelle Jean-Pierre Lévy dans son bel avant propos, la possibilité d’une « ville plurielle ».

Haut de page

Notes

1 Glass R. “Introduction”, in Centre for Urban Studies (ed.) London: Aspects of Change. London: Macgibbon and Kee, 1963

2 Fijalkow, Y. et Préteceille, E. (dirs.), « Gentrification : discours et politiques », Sociétés Contemporaines, (63), 2006, pp. 5-14.

3 Clerval, A., Paris sans le peuple: la gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013.

4 Gale, D. E., “Middle class resettlement in older urban neighborhoods: The evidence and the implications”, Journal of the American Planning Association, 45(3), 2009, pp. 293-304.

5 Hamnett, C., “The blind men and the elephant: the explanation of gentrification”, Transactions of the Institute of British Geographers, 1991, pp. 173-189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yankel Fijalkow, « Marie Chabrol, Anaïs Collet, Matthieu Giroud, Lydie Launy, Max Rousseau, Hovig Ter Minassian, Gentrifications », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 janvier 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22130

Haut de page

Lieu

France

Espagne

Portugal

Grenoble

Lyon

Paris

Barcelone

Roubaix

Haut de page

Rédacteur

Yankel Fijalkow

Professeur de Sciences Sociales à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val de Seine, Chercheur et co directeur du Centre de Recherche sur l’Habitat, UMR LAVUE

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page