Navigation – Plan du site

Michaël Oustinoff, Louis-Jean Calvet, Thierry Paquot (dir.), « Langues romanes : un milliard de locuteurs », Hermès, n° 75, 2016.

Vincent Berdoulay
Langues romanes : un milliard de locuteurs
Michaël Oustinnoff, Jean-Louis Calvet, Thierry Paquot (dir.), « Langues romanes : un milliard de locuteurs », Hermès, n° 75, 2016, 240 p., Paris, CNRS Éditions, ISBN : 978-2-271-09334-9.
Haut de page

Texte intégral

1Conscients que des masses de population ne parlent pas leur langue, bien des locuteurs du français ne savent pas ou ne cherchent pas à savoir qu’un immense espace de communication, celui des langues romanes, est facilement à leur portée. C’est à ce paradoxe que s’intéresse ce numéro de la revue Hermès. Les rapports entre langue et communication sont complexes et il était tout à fait à propos que cette revue se saisisse de ce paradoxe dont elle explore plusieurs aspects principalement du point de vue de la sociologie et des sciences politiques. Le numéro montre le potentiel communicationnel que peut constituer l’espace défini par les locuteurs de langues romanes (ou néo-latines), et s’interroge aussi sur les raisons pour lesquelles il demeure largement sous-exploité et les moyens d’y remédier. L’ensemble repose sur une notion, celle d’intercompréhension, qui est absolument centrale ou sous-jacente à toutes les analyses.

2« L’intercompréhension est une forme de communication plurilingue où chacun comprend les langues des autres et s’exprime dans la (ou les) langue(s) qu’il maîtrise (…) » (p. 68), ce qui a l’avantage d’instaurer une équité dans le dialogue et de faciliter une amélioration progressive des compétences linguistiques de chacun. C’est, de fait, une pratique populaire ancienne et répandue, notamment entre locuteurs de langues ou dialectes voisins. Ce peut être aussi une pratique instituée, comme le « bilinguisme passif » observable dans certains lieux de discussion, qu’ils soient de type politico-administratifs (par exemple, allemand et français à Berne, ou anglais et français à Ottawa), ou bien académiques lors de certaines réunions scientifiques internationales. Ce sont souvent les locuteurs de l’espagnol et du portugais qui en ont l’expérience : ils n’ont pas à faire de très grands efforts pour comprendre l’essentiel de ce que l’autre cherche à communiquer en raison de la proximité entre les deux langues. À ce titre, l’espace communicationnel de l’espagnol et du portugais existe déjà à bien des égards. Il en va autrement pour le locuteur du français qui ne connaîtrait aucune autre langue romane : il lui faut, comme à ses interlocuteurs, un minimum d’apprentissage pour accéder à l’intercompréhension, mais l’effort à produire est beaucoup moins grand que pour apprendre une langue d’une autre famille linguistique. C’est pourquoi il est important que le plus grand nombre de locuteurs de langue romane sache ce potentiel de communication, que des méthodes d’accès à l’intercompréhension soient développées et surtout que des politiques appropriées soient adoptées. Mais justement, que sait-on de cette opportunité et pourquoi l’avoir négligée ?

  • 1 Cf., entre autre, l’intéressant Baromètre Calvet  des langues du monde : wikilf.culture.fr/barometr (...)
  • 2 Pour plus de détails sur les objectifs et les méthodes, on peut consulter : Délégation générale à l (...)

3La première partie, au titre éloquent (Langues romanes, combien de divisions ?), grâce aux contributions de Louis-Jean Calvet, Alain Calvet et Thierry Paquot, donne au non-spécialiste un éclairage sur la relativité des catégories utilisées pour nommer les langues, pour caractériser leurs usages et pour compter leurs locuteurs, afin de mieux caractériser l’espace linguistique roman et d’estimer son poids dans le monde actuel1. On voit alors combien l’enfermement dans des catégories de langues considérées (et enseignées) séparément éloigne de la prise de conscience d’un espace communicationnel néo-latin d’un milliard de locuteurs, principalement hispanophones, lusophones et francophones, quoique d’autres langues romanes comme l’italien surtout, mais aussi le catalan, voire le roumain, possèdent des « poids » culturels et économiques dépassant de loin leurs supports démographiques. Quant à Michaël Oustinoff et Gaid Evenou, ils montrent des pratiques innovantes attestant de l’opérationnalité de l’intercompréhension, véritable clé de l’ouverture à l’altérité et à la diversité culturelle dans le monde, et ce, d’autant plus que cette approche ne se limite pas nécessairement aux langues d’une même famille2. Ce faisant, cette partie n’oublie pas de rappeler les conditions géopolitiques dans lesquelles sont utilisées les langues romanes, attirant notamment l’attention sur le besoin de politiques visant à les rapprocher institutionnellement.

  • 3 Le « tout-anglais » est aussi dénoncé comme dépassé en pays anglophone : cf. D. Graddol, The future (...)

4La deuxième partie, sous les plumes de Michaël Oustinoff, Daniel Prado, Jean-claude Barbier, Joseph Moukarzel, aborde de front le paradoxe de la sous-exploitation actuelle de cet espace linguistique roman en le rapportant à l’engouement pour le « tout-anglais ». Les effets d’inertie dans les attitudes et croyances linguistiques et les jeux de pouvoir des « élites » du monde roman se combinent pour essayer d’y imposer l’usage d’une seule langue de communication, jugée mondiale, à savoir l’anglais. Or, les travaux s’accumulent pour montrer qu’elle est non seulement surévaluée dans sa capacité à assurer la communication internationale mais aussi responsable de la croissance de certains problèmes politiques et sociaux. D’une part, à l’ère des nouvelles technologies de l’information et de la communication, l’usage de l’anglais ne cesse de reculer (par exemple, la part de l’anglais sur Internet est passée de 80 % à la fin des années 1990 à moins de 30 % aujourd’hui au profit, entre autres, des langues romanes). Se reposer sur le seul anglais peut ainsi conduire à un « autisme scientifique ou culturel »3. Les dommages qui s’en suivent sont considérables. Par exemple, au sein de l’Union européenne (dans les instances de laquelle l’anglais est privilégié depuis la présidence de la Commission européenne par Romano Prodi), on note que l’inégalité des citoyens face aux langues n’a fait que croître, au détriment de la démocratie (et probablement de l’adhésion à l’Union). Les enquêtes montrent aussi que la connaissance de l’anglais est très inégale, et relativement peu poussée parmi ceux qui s’estiment le parler, y compris chez les personnes au statut socio-économique élevé. Les tentatives d’imposition de l’anglais comme unique langue de communication en sciences sociales va dans un sens analogue. C’est conférer aux locuteurs « natifs » de cette langue un avantage comparatif considérable, une « rente de situation », sans compter une considérable économie de temps et d’argent, qui en font les créateurs de concepts et les arbitres de débats où la majorité de leurs collègues peinent à faire valoir leurs idées et travaux, se retrouvant « en position de ventriloques, copiant les mots apparemment anglais qu’ils trouvent sur les lèvres de leurs commanditaires politiques et tâchant d’en faire ce qu’ils peuvent pour satisfaire ces commanditaires » (p. 116). À cet égard, l’intercompréhension ouvre des perspectives autrement démocratiques et culturellement enrichissantes.

  • 4 Y compris la baisse de niveau des filières universitaires en langue anglaise en Allemagne et aux Pa (...)
  • 5 Un cours en ligne ouvert à tous a été lancé en 2015 par l’OIF sur « Enseigner l’intercompréhension (...)

5La troisième partie - à partir des contributions de Omar Mesa González, Éric Castagne, Christophe Traisnel, Claudia Piétri, Axel Boursier, Joanna Nowicki - se penche sur l’avenir des langues romanes au défi de la mondialisation. Un grand éventail d’initiatives sont évoquées, des balbutiements anciens de l’Union latine à la mise en place depuis le début des années 2000 du vaste programme de coopération multilatérale intitulé les Trois espaces linguistiques (TEL) réunissant principalement les grandes organisations de coopération des mondes hispanophone, lusophone et francophone : Organisation des États ibéro-américains (OEI), Secrétariat de coopération ibéro-américain (Segib), Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), Organisation internationale de la francophonie (OIF). Ces initiatives prennent acte des impasses et dommages dus à l’imposition d’un monolinguisme international4 et, pour la première fois, font appel à l’intercompréhension comme levier de leurs politiques de développement économique et culturel, impulsant des recherches sur l’enseignement de l’intercompréhension en langues romanes5. Cette troisième partie ouvre aussi à des considérations nouvelles et originales sur la francophonie, notamment sur sa composante associative et militante, sur son renouvellement actuel, sur son intérêt comme espace dialogique du fait même des débats qu’elle suscite. Un intéressant détour par l’Europe médiane fait réfléchir aux autres francophonies où s’élabore un cosmopolitisme combinant subtilement universalisme et enracinement.

6Il appartenait fort justement à Dominique Wolton, dans son entretien avec Michaël Oustinoff, de conclure et de rappeler que « partager la même langue n’élimine pas les sources d’incompréhension mutuelle » (p. 175). L’espace communicationnel qui est peut-être en train de se constituer à partir de l’intercompréhension des langues romanes doit ainsi faire l’objet d’analyses approfondies pour en saisir la complexité et en identifier les dynamiques les plus fécondes. Nul doute que les sciences humaines et sociales doivent s’atteler à cette tâche, en commençant par développer chez les étudiants et chercheurs les compétences d’intercompréhension les plus faciles à acquérir (au niveau de la lecture, ce qui pourrait être exigé) et par soutenir les trop rares initiatives de réunions scientifiques où elles sont mobilisées oralement.

Haut de page

Notes

1 Cf., entre autre, l’intéressant Baromètre Calvet  des langues du monde : wikilf.culture.fr/barometre2102

2 Pour plus de détails sur les objectifs et les méthodes, on peut consulter : Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), L’intercompréhension, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, 2ème édition, 2016.

3 Le « tout-anglais » est aussi dénoncé comme dépassé en pays anglophone : cf. D. Graddol, The future of English ? The popularity of the English language in the 21st century, Londres, British Council, 1997; British Council, Languages for the future. Which languages the UK needs and why, Londres, 2010.

4 Y compris la baisse de niveau des filières universitaires en langue anglaise en Allemagne et aux Pays-Bas (C. Truchot, « L’enseignement supérieur en anglais véhiculaire : la qualité en question, Diploweb, 21/11/2010 ; M. Hagers, « The globalization of college. English takes over at Dutch universities », NRC Handelsblad, 20/03/2009).

5 Un cours en ligne ouvert à tous a été lancé en 2015 par l’OIF sur « Enseigner l’intercompréhension en langues romanes à un jeune public ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Berdoulay, « Michaël Oustinoff, Louis-Jean Calvet, Thierry Paquot (dir.), « Langues romanes : un milliard de locuteurs », Hermès, n° 75, 2016. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 17 janvier 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22137

Haut de page

Rédacteur

Vincent Berdoulay

Professeur émérite de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour & CNRS UMR 5319, docteur de l’Université de Californie (Berkeley) et ancien professeur de l’Université d’Ottawa, Vincent Berdoulay est spécialiste de l’histoire des idées, des dimensions géographiques de la culture et des rapports entre environnement et aménagement.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page