Navigation – Plan du site

Salvador Juan, Sociologie d’un génie de la poésie chantée : Brassens

François Cardi
Sociologie d’un génie de la poésie chantée : Brassens
Salvador Juan, Sociologie d’un génie de la poésie chantée : Brassens, Lormont, Le Bord de l'eau, 2017, 224 p., ISBN : 9782356874825.
Haut de page

Texte intégral

1Sous un titre inspiré par Norbert Elias (Mozart, sociologie d’un génie), Salvador Juan publie un des rares ouvrages consacrés à la sociologie de la chanson, à travers un de ses principaux représentants, Georges Brassens. C’est ce qui fait de la publication un essai immédiatement intéressant.

2Dans le premier des quatre chapitres de l’ouvrage, Salvador Juan développe la thèse selon laquelle Brassens constitue une sorte d’analyseur de la société dans laquelle il a vécu, en même temps qu’il en est le produit. L’auteur passe ainsi en revue les principales caractéristiques de la société française des années 1950-1970 et montre que le chanteur n’a cessé de traiter des thèmes de la consommation de masse naissante et des ambivalences du progrès dans un contexte de croissance. C’est aussi le moment de l’émergence du féminisme et d’une certaine libéralisation des mœurs ; Brassens traite ces évolutions à sa façon, mêlant subtilement au gré de ses chansons des registres et des styles différents. Il « fédère » ainsi des publics socialement et culturellement fragmentés, se reconnaissant pourtant dans des contenus contradictoires et un style où les imaginaires, collectifs et individuels, trouvent à s’épanouir.

3C’est l’imaginaire singulier du chanteur qu’étudie le deuxième chapitre : le merveilleux, le fantastique et le mythique occupent une place centrale dans cet imaginaire, plongeant dans le passé pour ré-enchanter le monde et combattre, sur le mode de la dérision, la perspective de la mort. Le point le plus convainquant de ce chapitre réside dans ce que l’auteur appelle « l’esprit français », défini comme une façon d’indiscipline appartenant, en France et depuis plusieurs siècles, à tous les milieux et à toutes les classes. La dimension surréaliste, le détournement des interdits culturels et la transgression des normes sociales confèrent aux textes de Brassens, au nom de cet « esprit français », une vertu socialement transculturelle et même quasi universelle. Avec les thèmes récurrents du vin, de l’amour et de la mort, traités de façon distante et poétique, le chanteur donne à tous des raisons de résister au désenchantement du monde.

4Le troisième chapitre aborde la question des partis pris idéologiques et des positions politiques du chanteur, que Salvador Juan qualifie de « contestataire dégagé-engagé ». Il recense les contradictions et les ambiguïtés de l’œuvre et de l’homme, libertaire n’accordant d’efficacité qu’aux solutions individuelles, pacifiste sans être antimilitariste, anticlérical admettant les croyances, et tout à la fois machiste et respectueux des femmes. Le chapitre dit aussi la variété des appréciations politiques, montrant les amitiés (long passage consacré aux « Amis de Georges » dont on peut d’ailleurs interroger la pertinence) et les réserves que Brassens a suscitées, et là encore la capacité de ses chansons à concilier des opinions contraires tout en répondant à ses détracteurs.

5L’explication de l’œuvre de Brassens comme constituant une entreprise de transgression des normes dominantes de la société de son époque occupe le dernier chapitre. Salvador Juan s’attache à l’analyse de textes allant tous dans le sens d’un renversement des conventions sociales et de la bienséance culturelle. Il montre à ce propos que le trouble à l’ordre moral et langagier suscité par ce bouleversement des normes, bien loin de les détruire, contribue à les renouveler en leur redonnant vie. Dans la direction tracée par Jean Duvignaud, il fait apparaître l’artiste comme un analyseur de la société de son temps, de ses contradictions et de ses hypocrisies. Les chansons de Brassens contribuent à mettre ces dernières à mal, mais le sens poétique et l’humour renversant de leur auteur (à la manière de Dubout pourrait-on dire), ont cette qualité singulière de les faire accepter par tous les publics.

6La conclusion de l’ouvrage reprend de façon synthétique les éléments principaux du livre, dont l’apport réside dans la confrontation des textes avec les caractéristiques et les courants de la société française. Il réside aussi dans l’analyse de l’extraordinaire capacité des chansons de Georges Brassens à trouver un chemin vers la conscience collective et à la marquer durablement.

7On regrettera toutefois que cette confrontation ne soit parfois qu’une simple juxtaposition, là ou aucune procédure de recherche ou aucun résultat d’enquête n’est mobilisé pour organiser et approfondir la démarche. Le lecteur a alors l’impression d’un travail journalistique plus que sociologique, impression renforcée par le fait qu’il ne trouve pas, en fin d’ouvrage, une bibliographie fournissant les références éditoriales des livres et citations mobilisés dans le texte.

8On observe aussi une absence notable, celle de la musique. Peut-on faire la « sociologie d’un génie de la poésie chantée » sans prendre en compte le fait que tout auteur-compositeur-interprète crée dans le même temps textes et musiques et que les deux registres sont inséparables ? Il faut attendre la page 88 pour que soit posée la question de la musique, laquelle revient ici et là de façon plutôt anecdotique. Or, on ne peut apprécier l’œuvre de Georges Brassens dans sa globalité si l’on fait l’économie d’une analyse de la stylistique musicale de l’auteur. Dans ce sens, le titre de l’ouvrage et la référence à Norbert Elias et à Mozart portent une ambition que l’étude elle-même ne réalise pas complètement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Cardi, « Salvador Juan, Sociologie d’un génie de la poésie chantée : Brassens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 17 février 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22351

Haut de page

Rédacteur

François Cardi

Professeur de sociologie, Université d’Évry. Travaille depuis plusieurs années dans le domaine de la sociologie des activités culturelles et de la photographie en particulier.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page