Navigation – Plan du site

Cyril Lemieux, Saint-Oma, Sociographic. 28 théories pour comprendre l’époque (sans l’excuser)

Samuel Lavazais
Sociographic
Cyril Lemieux, Saint-Oma, Sociographic. 28 théories pour comprendre l'époque (sans l'excuser), Paris, Lemieux Editeur, 2016, 154 p., ISBN : 978-2-37344-082-9.
Haut de page

Texte intégral

1Voilà un objet bien singulier que nous proposent le sociologue Cyril Lemieux et le street-artiste Saint-Oma. Singulier, cet ouvrage l’est par la richesse du projet : vulgariser la démarche sociologique, faire découvrir la plupart des auteurs classiques, mais aussi traiter sociologiquement de l’actualité ou encore répondre aux critiques de la société civile à l’encontre de la sociologie.

  • 1 Dans l’ordre : « Sociographie du quotidien », « Sociographie du politique », « Sociographie des éli (...)

2Dans son avant-propos, Cyril Lemieux établit un parallèle entre sociologie et art graphique et indique vouloir proposer un dispositif singulier : un recueil de chroniques initialement publiées dans Alternatives Économiques puis Libération entre 2010 et 2015 et qui visaient à proposer un « traitement décalé » de l’actualité. Regroupés en six thématiques1, les vingt-huit chapitres sont tous construits sur le même principe : à une question régulièrement posée dans le débat public (et parfois au cœur de l’actualité médiatique), le sociologue propose un « conte sociologique », c’est-à-dire une esquisse de réponse mobilisant, de manière originale, l’apport de travaux sociologiques. En miroir, Saint-Oma propose un dessin, en quelques traits, sur le sujet.

  • 2 Durkheim E. Le suicide, Paris, PUF, 1995 [1897].

3La première chronique, « Les bonnes résolutions », donne le ton. Comment expliquer notre difficulté à tenir nos résolutions de la nouvelle année ? Durkheim2 nous donne des éléments de réponse. Nous sommes tous, dit-il, le produit d’un processus de socialisation : à travers notre éducation, nos expériences passées, nous avons intériorisé des normes et des habitudes de comportements, force d’inertie pour le reste de notre vie. Ces habitudes sont renforcées par notre intégration dans la société, c’est-à-dire par nos interactions avec nos pairs et toutes les personnes que nous fréquentons. Ainsi, suggère Cyril Lemieux, s’appuyer sur nos amis, notre famille peut donc aussi s’avérer un levier efficace pour changer nos habitudes, dès lors que nous sommes encouragés ou suivis dans nos résolutions. De même, dans les chroniques qui suivent, de déconstructions en analyses, le lecteur est invité à une compréhension plus fine et interne des mécanismes sociaux, au point de pouvoir parfois, à l’image de cette première chronique, en tirer quelques leçons pour son existence personnelle.

4Par la suite, Cyril Lemieux se livre à divers exercices de style ou prises de positions parfois moins consensuelles. Ainsi en est-il dans « L’actu esclavagiste » (dans la partie « Sociographie des médias »), chronique qui nous propose un dialogue épistolaire fictif entre une lycéenne enlevée par Boko Haram, réclamant que son sort et celui de ses compatriotes ne soit pas aussi vite évacué de l’actualité médiatique, et un rédacteur en chef tentant de justifier ses choix éditoriaux où l’éphémère règne en maître.

5Les auteurs mobilisés au fil des pages sont classiques (de Bourdieu à Zelizer, en passant par Élias ou Weber), et rares sont les ouvrages publiés dans les vingt dernières années. Ils sont avant tout mobilisés pour mettre au jour et analyser des phénomènes sociaux médiatiques. En miroir, les dessins de Saint-Oma, épurés – mais jamais lisses, car flirtant parfois avec une violence statique que certains pourraient percevoir comme du mauvais goût –, sont autant de réponses ou d’invitations à la réflexion sur les thèmes abordés. Néanmoins, de rares chroniques ont le défaut de se restreindre, par souci de synthèse, à des argumentations vagues, elliptiques ou abstraites, dont on doute qu’elles puissent emporter la compréhension et l’adhésion des lecteurs.

  • 3 Val P., Malaise dans l’inculture, Paris, Grasset, 2015.

6Le dernier mouvement (« La sociologie face à la violence »), regroupant des chroniques postérieures aux attentats de janvier 2015, se focalise sur un objet inattendu, suggéré par l’actualité : la sociologie elle-même, et en particulier son implication dans le débat public ainsi que sa mise en question par la société civile aux lendemains des attentats de janvier 2015. L’occasion, entre autres, de s’appuyer sur la publication d’un ouvrage du journaliste Philippe Val3, à charge contre la sociologie, pour mener une réflexion sur les frontières de l’analyse sociologique et la manière dont les sociologues professionnels se saisissent de l’actualité.

  • 4 Le 25 novembre 2015, suite aux attentats de Paris, Manuel Valls déclarait : « Aucune excuse ne doit (...)
  • 5 Certains médias ont prêté leurs colonnes à ces sociologues. Voir aussi Lahire B., Pour la sociologi (...)

7Mais l’ouvrage ne s’arrête pas à l’issue de la vingt-huitième chronique : on pourrait même dire qu’il y (re)commence. La postface de Sociographic prend, en effet, une importance toute particulière, supérieure à celle que l’on prête habituellement à ce type de conclusion. Elle revient sur certaines déclarations faites après les attentats de Paris de novembre 2015 par Manuel Valls, Premier ministre de l’époque : il avait alors affirmé : « expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser » et précisé n’accepter « aucune excuse sociale, sociologique et culturelle4 ». Profondément ébranlés, de nombreux sociologues avaient réagi en pointant la confusion opérée par le Premier ministre : non, expliquer n’est pas excuser5. Le prétendre c’est, réaffirme Cyril Lemieux, abandonner l’attitude rationaliste au profit d’une mythification des phénomènes sociaux qui empêche toute action politique juste et efficace.

8La sociologie et la société civile se trouvent alors prisonnières d’une incompréhension et d’une défiance mutuelle. Rien de plus normal, nous dit l’auteur : parce qu’elle se propose de mettre en question nos évidences sur des sujets qui nous touchent parfois de très près, la démarche sociologique n’est pas spontanée. En revanche, si les sociologues ont réaffirmé avec force la « rupture épistémologique » de la sociologie, c’est notamment en raison d’un esprit corporatiste qui, lui aussi, empêche tout dialogue. Pour Cyril Lemieux, il serait plus fécond d’adopter une conception « gradualiste » de l’accès à la réflexivité sociologique : tout le monde peut penser sociologiquement, chacun à son niveau.

9Ainsi, cette postface se mue en clé de lecture, d’autant plus nécessaire qu’il peut être difficile de saisir dès la première lecture l’ensemble des démarches rassemblées en un seul ouvrage. Fallait-il positionner cette postface en tête d’ouvrage ? Rien n’est moins sûr, tant l’intérêt de celui-ci réside dans le plaisir d’une découverte que le lecteur tiendra d’abord pour légère, avant d’en prendre progressivement la mesure et d’être invité à une relecture de l’ensemble des chroniques à la lumière de ces développements conclusifs. La prétention de ces chroniques à « aider le citoyen à comprendre et même participer aux débats démocratiques » se comprend mieux dès lors que l’on conçoit chaque chronique comme une invitation, adressée aux lecteurs, à explorer leurs propres intuitions sociologiques en se saisissant des travaux existants.

10La qualité de cet ouvrage est donc de proposer, à partir de la juxtaposition organisée de chroniques rédigées dans des contextes particulier, une réponse cohérente et en actes aux critiques récurrentes que la société civile adresse à la sociologie. Pour cela, il fait œuvre de pédagogie pratique, en vulgarisant des travaux sociologiques et en les mobilisant de manière simple, claire et originale pour répondre à des questionnements spontanés. Avec son sens de la formule et le coup de crayon de Saint-Oma, Cyril Lemieux livre un exemple stimulant de la possible coopération entre sociologues et médias, assumant la portée critique et politique du discours sociologique. La compilation de ces chroniques dans un recueil structuré et augmenté d’un avant-propos et d’une postface prend alors tout son sens.

Haut de page

Notes

1 Dans l’ordre : « Sociographie du quotidien », « Sociographie du politique », « Sociographie des élites », « Sociographie des médias », « L’identité de la France : une question sociologique ? » et « La sociologie face à la violence ».

2 Durkheim E. Le suicide, Paris, PUF, 1995 [1897].

3 Val P., Malaise dans l’inculture, Paris, Grasset, 2015.

4 Le 25 novembre 2015, suite aux attentats de Paris, Manuel Valls déclarait : « Aucune excuse ne doit être cherchée, aucune excuse sociale, sociologique et culturelle ». Le 26 novembre 2015, il ajoutait : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses et des explication culturelles et sociologiques à ce qui s’est passé. » Le 9 janvier 2016, il déclarait à nouveau : « Pour ces ennemis qui s’en prennent à leurs compatriotes, qui déchirent le contrat qui nous unit, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille ; car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser. »

5 Certains médias ont prêté leurs colonnes à ces sociologues. Voir aussi Lahire B., Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse », Paris, La Découverte, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Lavazais, « Cyril Lemieux, Saint-Oma, Sociographic. 28 théories pour comprendre l’époque (sans l’excuser) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22550

Haut de page

Rédacteur

Samuel Lavazais

Master 2 de Sociologie Générale à l’E.H.E.S.S. (École des Hautes Études en Sciences Sociales) 2016-2017

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page