Navigation – Plan du site

Pascale Pichon, Claudia Girola et Elodie Jouve (dir.), Au temps du sans abrisme, enquêtes de terrain et problème public

Yankel Fijalkow
Au temps du sans-abrisme
Pascale Pichon, Claudia Girola, Elodie Jouve (dir.), Au temps du sans-abrisme. Enquêtes de terrain et problème public, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Etienne, coll. « Sociologie matières à penser », 2016, 454 p., ISBN : 978-2-86272-684-7.
Haut de page

Texte intégral

1Ce considérable volume consacré à différents aspects du sans-abrisme rassemble un collectif interdisciplinaire et intergénérationnel d’auteurs en sciences sociales et en art. Il fait suite à une exposition et à un colloque international qui se sont tenus en 2012 à la Cité du design de Saint-Étienne : « La recherche s’expose. Espace public et sans domicile fixe ». Dans leur longue et passionnante introduction à l’ouvrage, Claudia Girola, Elodie Jouve et Pascale Pichon explicitent le terme de « sans-abrisme » en référence au mot anglais homelessness. Le sans-abrisme recouvre un phénomène historique et des situations singulières et collectives inscrites dans la construction du problème public : SDF, sans-logis, non logés, errants, itinérants, sans abris, grands précaires, etc. Attentif aux différentes échelles du politique, des programmes étatiques à la cohabitation domestique, l’ouvrage s’attache autant à la construction du problème public qu’à sa politisation, entendant par là les façons de gouverner et de déployer des outils, lesquels vont de l’art à la prise en charge institutionnelle et à la pratique des professionnels. Partant de la visibilité des sans abris dans l’espace public cette publication collective s’intéresse aux différents positionnements des chercheurs dans l’enquête ethnographique ainsi qu’à celle des artistes. Si, comme les chercheurs ceux-ci réfléchissent aussi à la distance et à la proximité qu’imposent ces situations dramatiques, on peut faire l’inventaire de leurs postures créatives, ce qui permet en retour d’interroger les sciences sociales. L’ouvrage est composé de trois parties : la première porte sur « les sciences sociales aux prises avec le problème de sans-abrisme » ; la deuxième appréhende « la recherche comme prise de position » ; enfin, la troisième est consacrée aux retours d’enquêtes, intégrant notamment des recherches menées dans les jardins de Tokyo (Estelle Degouys) et des rues de Buenos Aires (Griselda Palleres, Paula Rosa).

  • 1 Deligny Fernand et Joseph Isaac, Le croire et le craindre, Paris, Stock, 1978.

2La première partie est fort utile pour qui souhaite une synthèse historique sur la dimension politique de la question. Axelle Brodiez-Dolino, Bertrand Ravon y présentent une analyse de la manière dont le sans-abrisme apparaît comme un problème public au XXe siècle, à la lecture de documents administratifs et associatifs. Pascale Pichon et Gabriel Uribellaréa proposent également une frise historique des mesures politiques prise en France, des rapports d’études publiés et des dispositifs internationaux mis en place. Ce schéma permet de comprendre la revendication du « logement d’abord » comme critique du « rationnement temporel » de l’hébergement soumettant l’insertion sociale à l’obtention d’un emploi. Ce rationnement temporel interroge les actions menées au nom de l’urgence sociale et au détriment de la garantie d’un habitat pendant une durée indéterminée. De Paris à Montréal, Édouard Gardella et Carolyne Grimard d’une part et Daniel Cefaï d’autre part montrent comment les hébergés et les travailleurs sociaux traitent cette question de manière pratique et comment elle s’inscrit, dès 2006, dans le mouvement des Don Quichotte, qui a mis à l’agenda le lien entre le mal logement et le sans-abrisme ainsi que la nécessité d’humaniser les structures d’hébergement. En se penchant sur les postures « morales » des acteurs, notamment la volonté de prendre soin des « victimes », Daniel Cefaï, observe la dimension sanitaire du travail social et la pratique des maraudeurs vue comme une réparation des « troubles publics ». Mais il n’en appelle pas moins à une « coopération observatrice » (p. 100) entre chercheurs, travailleurs sociaux et personnes hébergées. C’est dans cette perspective que l’expérience d’un groupe de recherche action sur le soin apporté aux « grands précaires » prend tout son sens. Rémi Eliçabe, Amandine Guilbert et Laetitia Overney analysent plusieurs situations, dont celle de la Maison Goudouli à Toulouse, riche d’enseignements pour le modèle du logement d’abord, présenté comme un changement possible de paradigme par Roch Hurtubise et Christian Laval. Par ses succès et ses limites, l’expérience est riche, tant pour les usagers que pour les bailleurs des logements. Pour les auteurs, cette expérience rappelle, par sa méthode coopérative, celle de Fernand Deligny et d’Isaac Joseph (1978)1 auprès des enfants autistes en institution, une autre population en difficulté dans sa manière d’habiter. La Maison Goudouli met à l’épreuve le principe du « logement d’abord » qui consiste à offrir sans condition un logement permanent plutôt qu’un hébergement d’urgence ou transitoire, afin d’inscrire les personnes dans une forme d’autonomie et de citoyenneté, tout en les accompagnant. Ce type d’intervention a fait l’objet d’expériences et de protocoles de recherche à grande échelle aux États-Unis et au Canada, et en France de manière plus ponctuelle, notamment à Saint-Étienne, comme l’étudie Marine Maurin qui observe différents modes d’appropriation du logement par les personnes qui en bénéficient.

3Cette première partie sur les politiques et les micro-politiques du sans-abrisme est suivie par une série d’articles réfléchissant à la position des chercheurs face au sans-abrisme. Il s’agit notamment d’une série d’ethnographies sur des situations marginales : celle de Jérôme Beauchez sur les rude boys, skinheads et punks, celle de Fabrice Fernandez sur les fumeurs de crack par et celle de Christophe Blanchard sur les sans-abris accompagnés de chiens. En raison de leurs observations sur des cas limites, ces enquêtes invitent à s’intéresser aussi à la manière dont l’art se confronte aux situations de survie (Elodie Jouve, Claire Lemarchand), et dont il montre les sans-abris dans l’espace public (Étienne Tassin). Ces réflexions épistémologiques permettent de faire retour sur des terrains comme le bois de Vincennes (Gaspard Lion), les tentes bleues des parcs publics de Tokyo (Estelle Degouys) et les Enfants de Don Quichotte à Paris (Lucas Graeff) et de comparer les règles, négociations et tactiques d’occupation du domaine public en France et au Japon. Ces modes d’habiter mettent en perspective les situations observées dans les centres d’hébergement (Maurizio Bergamashi) et dans les squats occupés transitoirement par des sans papiers (Marie-Thérèse Têtu).

4On l’aura compris, cet ouvrage est important. Non seulement, il marque l’état actuel de la recherche sur le sans-abrisme mais il sort le sujet de son milieu de spécialistes pour questionner les liens entre politique et habitat à différentes dimensions : les politiques nationales dans leur dimension historique, les politiques micro-locales dans la rue, voire dans la maison, le rôle des travailleurs sociaux, des artistes et a fortiori des sociologues. Le parcours du livre, de l’histoire à la pratique sociale et artistique venant interroger le mode d’habiter, est intéressant car il montre que la vulnérabilité résidentielle est un continuum, du sans-abri au squatteur jusqu’à la personne hébergée par des services sociaux. Dans ce cadre, la spatialité des sans-abris c’est-à-dire leurs manières de tirer de la ville les ressources spatiales et sociales nécessaires à leur survie est un enjeu politique qui dépasse leur cas et s’applique à de nombreux citadins dont le logement n’est pas garanti. À ce titre, l’expérience sur le modèle d’insertion sociale dit « logement d’abord » est fondamentale dans la mesure où sa confrontation implicite à la norme de la stabilité résidentielle ouvre le champ du questionnement à toutes les autres normes d’habitat et donc aux différents rapports sociaux qui conditionnent le fait de loger et d’être logés. Pour être complet, cet ouvrage centré sur la recherche qualitative en sciences sociales aurait sans doute gagné à intégrer davantage des enquêtes quantitatives, afin de mettre mieux en perspective les observations fines de terrain développées dans les contributions. On aurait également aimé en savoir plus sur les différentes positions des collectivités locales et sur leur rôle dans l’accueil des sans-abris, face à l’État et aux associations. Enfin, on peut regretter que le type d’édition assez classique ne mette pas suffisamment en valeur les œuvres artistiques et architecturales exposées dans le cahier central de l’ouvrage. Car si les occasions de croiser le regard des sciences sociales, des travailleurs sociaux et des artistes ne sont pas fréquentes, elles sont d’autant plus précieuses qu’elles méritent d’être soutenues.

Haut de page

Notes

1 Deligny Fernand et Joseph Isaac, Le croire et le craindre, Paris, Stock, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yankel Fijalkow, « Pascale Pichon, Claudia Girola et Elodie Jouve (dir.), Au temps du sans abrisme, enquêtes de terrain et problème public », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 avril 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22624

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page