Navigation – Plan du site

Nathalie Heinich, Des valeurs. Une approche sociologique

Jacques Guilhaumou
Des valeurs
Nathalie Heinich, Des valeurs. Une approche sociologique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Sciences humaines », 2017, 405 p., ISBN : 978-2-07-014640-6.
Haut de page

Notes de la rédaction

7 septembre 2017 : Le rédacteur du compte souhaitant compléter sa recension pour mieux mettre en évidence la portée linguistique de l’ouvrage, il nous a demandé d’ajouter ce jour un paragraphe final (paragraphe 9).

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Nathalie Heinich est un essai de sociologie axiologique. Il concerne les valeurs dans l’ordre relationnel. Il se démarque d’emblée des enquêtes empiriques centrées sur ce que les gens valorisent pour s’intéresser aux principes en fonction desquels nous accordons de la valeur à certains objets. À l’aide d’une approche avant tout pragmatique, l’auteure de l’ouvrage a pour objectif d’entrer dans les valeurs par le biais des jugements et des opinions, en observant les opérations d’attribution des valeurs par les acteurs. Suivant cette voie, elle commence par préciser ce qu’il en est de l’acte de professer des opinions, selon une quadruple fonctionnalité : la fonction de normalisation, la fonction de socialisation, la fonction de distinction et la fonction identitaire. Elle rend ainsi compte de deux formes concrètes d’opiner : d’un côté l’évaluation de l’expert, celui qui exerce le métier d’opiner, d’autre part les modalités très diverses de l’opinion jusque dans l’expression démultipliée de l’opinion publique. Mais elle accorde une importance toute particulière à l’évaluation en matière culturelle et scientifique : qu’il s’agisse de publier un livre ou d’acquérir de l’art contemporain, elle perçoit dans l’expertise une tension entre la mention de l’œuvre et celle de la personne au-delà des critères d’évaluation officiellement prescrits. Il convient alors de poser des limites à la réflexivité des acteurs lorsqu’ils sont en situation de compte rendu face à un enquêteur, ce qui amène Nathalie Heinich à mettre l’accent sur la distinction entre les valeurs « publiques », exposables à un tiers, et les valeurs « privées » effectivement mises en œuvre. Elle en conclut que les experts eux-mêmes n’ont pas vraiment accès à l’ensemble de la logique axiologique de leurs propres actes, faute de pouvoir expliciter tous leurs principes d’évaluation.

2Revenir encore et toujours à l’observation de situations permet « une approche compréhensive, qui explicite les ressources axiologiques disponibles aux acteurs, les contraintes de la situation et les prises offertes par les objets soumis à l’évaluation » ce qui nécessite la prise en compte de trois paramètres : « les ressources des sujets évaluateurs (leur équipement axiologique), les propriétés des objets évalués (les prises qu’elles offrent à l’observation) et les caractéristiques de la situation d’évaluation (les contraintes normatives propres à l’épreuve de la décision) » (p. 103). L’originalité de cet ouvrage tient donc à sa manière propre de se centrer sur la relation entre trois opérateurs aptes à produire de la valeur : le sujet, l’objet et le contexte.

3Nathalie Heinich s’interroge d’abord sur ce qu’il en est de la tension entre normativité et descriptivité lorsque nous sommes confrontés à des énoncés relatifs aux valeurs. Si l’apport des théoriciens du discours, sous la catégorie d’énonciation, permet aux acteurs de maîtriser en partie cette tension, par leur aptitude à saisir la différence entre jugement de fait et jugement de valeur, il n’en reste pas moins que l’injonction à la normativité est monnaie courante chez les universitaires, y compris les sociologues. Il convient alors, pour avancer dans la réflexion sur « la science sociale des valeurs », de rompre avec cette tentation normative. Quant à l’apport des linguistes en matière de connaissance, donc de maîtrise, des situations d’énonciation, il importe de le transférer dans la sociologie au titre d’un tournant pragmatique prenant appui sur des corpus d’énoncés contextualisés. Le rapprochement avec l’analyse du discours est ici clairement explicité en matière d’observation des configurations d’énoncés.

  • 1 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

4Nathalie Heinich s’interroge ensuite sur « Ce que valoir veut dire », en se situant dans une relation spécifique à Bourdieu et à son ouvrage Ce que parler veut dire1. Elle propose la distinction typologique entre valeur-grandeur, valeur-objet et valeur-principe dans le but de cerner une série de déplacements entre ces trois types de valeurs au moment même où les acteurs opèrent mentalement une évaluation. Du point de vue de la valeur-grandeur, « la valeur est la résultante de l’ensemble des opérations par lesquelles une qualité est affectée à un objet, avec des degrés variables de consensualité et de stabilité. Ces opérations sont fonction à la fois de la nature de l’objet évalué, de la nature des sujets évaluateurs et de la nature du contexte d’évaluation » (p. 167). Ainsi, la valeur-grandeur relève des conditions de possibilité présentes dans son contexte d’activation. À titre d’exemple, Nathalie Heinich cite un souvenir personnel, mais partageable, le moment où il convient de se débarrasser de son vieux sac à main, plus du tout présentable, au profit d’un sac neuf (p. 156-157). C’est dire aussi que la valeur ne se réduit pas au prix, et qu’il existe bien, pour les acteurs, une grandeur « intrinsèque » au sein de leur évaluation.

5Pour leur part, les valeurs-objets, ou valeurs conférées aux objets, nous introduisent à ce que les acteurs valorisent, aux résultats de leur évaluation. Leur prise en considération n’a d’intérêt que dans leur confrontation aux processus d’évaluation, c’est-à-dire à la façon dont les acteurs évaluent, soit les valeurs-principes. Il convient alors que le sociologue remonte d’un sens à l’autre du mot « valeur » s’il veut mettre au jour les principes axiologiques au sein d’une grammaire de la justification des actions par les acteurs eux-mêmes. La sociologie axiologique donne forme au monde des valeurs avec l’analyse des valeurs-principes en son centre. Si la valeur n’est ni une règle, ni une norme, elle fonctionne selon un ordre hiérarchique : la pluralité des valeurs, la relation entre valeurs privées et valeurs publiques, le jeu des valeurs et des non-valeurs, l’opposition entre des valeurs fondamentales jugées « positives » et des valeurs contextuelles, partagées elles-mêmes entre valeurs privés et valeurs publiques. La compréhension de la valeur relève aussi de la mise en évidence de qualités aptes à définir des critères, donc à porter un jugement d’appréciation. On parle bien du critère de l’excellence, non sans humour et distanciation. Qualités ou critères se regroupent dans des « familles » de valeurs au sens de « principes en fonction desquels sont effectuées les évaluations ou opérés des attachements » (p. 233). Ici, les valeurs de l’art sont souvent prises comme exemples.

6De généralité en généralité, Nathalie Heinich en vient à poser la question de la classification des valeurs, avec un accent particulier sur les valeurs épistémiques, c’est-à-dire relevant de l’ordre de la vérité, de la connaissance et du savoir, sur lesquelles la philosophe Claudine Tiercelin a présenté récemment un cours au Collège de France – certes du point de vue de la métaphysique de la connaissance. Une grammaire axiologique des valeurs se précise de généralisation en généralisation, ainsi des valeurs de pérennité, de rareté, d’originalité en matière d’art et de patrimoine. Au plus haut de la généralisation se trouvent deux régimes de qualification distincts, l’un orienté vers ce qui est commun, l’autre vers la singularité, mais disposant de régimes fonctionnels interchangeables, le plus souvent en lien à une historicité donnée. Une « star » a une valeur exceptionnelle, mais elle doit respecter les valeurs de la décence.

7Le propre d’une grammaire axiologique des valeurs est de nous permettre, au-delà d’une description analytique des valeurs, de comprendre les moments de crise évaluative, abordés à la fin de l’ouvrage. C’est là où les acteurs tendent à se renfermer, face au conflit, dans leurs raisons axiologiques. Nathalie Heinich introduit alors le concept de registre des valeurs pour nous permettre de comprendre ce qu’il en est du désaccord au-delà du simple conflit de valeurs, là où se manifeste du différend, donc une opposition jugée irréductible, sur le type d’évaluation. De cette dissonance axiologique, elle rend compte en particulier dans l’espace des émotions, révélateur des valeurs où s’opposent des registres très hétérogènes, par exemple le registre économique et le registre éthique. Dans cette voie, il convient enfin de rendre compte des objets-frontières en matière de valeur, à l’exemple de l’emballage du Pont-Neuf par l’artiste contemporain Christo, de même que des arrangements de toutes sortes jusqu’au plus haut du différend.

  • 2 Michel Foucault, La société punitive, Paris, Gallimard, 2013, p. 15-16.

8Si l’on s’accorde à prendre en considération la double dimension consensuelle et conflictuelle des valeurs, il convient donc d’entrer, comme le propose Nathalie Heinich, dans une problématique des valeurs. Il en ressort, au terme de sa vaste exploration, que « tout dépend du moment observé dans le rapport aux valeurs » (p. 340), entre le moment de l’explicitation des valeurs par les acteurs eux-mêmes et le moment inféré par la sociologue sur la base de sa connaissance des enjeux dans les dissensions sur les valeurs. Réflexivité des acteurs et compréhension du sociologue, loin d’être opposées, se côtoient ici en permanence par le recours à un fonctionnalisme sociologique associé au tournant pragmatique, que l’on peut qualifier de fonctionnalisme discursif. Dans son cours de 1972-1973, Michel Foucault propose de « décaper le fonctionnalisme sociologique » qui s’intéresse, présentement dans le cas de la pratique pénale, aux réactions sociales, et non aux luttes de pouvoir, délaissant ainsi le « rapport de pouvoir » au profit du « mécanisme social »2. À sa manière, Nathalie Heinich poursuit ce travail de « décapage » en montrant que « le rapport de valeur » ne relève pas simplement de son contexte social, donc d’un mécanisme variable d’une société à l’autre, comme l’affirme la sociologie critique, mais qu’il correspond à une matérialité discursive spécifique qu’il importe de situer au sein d’un ensemble de fonctionnalités sociologiques.

9L’ampleur des résultats du dernier ouvrage de Nathalie Heinich est encore plus nette à la lecture du dialogue final qu’elle instaure avec la linguistique. Non seulement cette sociologue souligne l’importance du recours au tournant pragmatique dans son approche sociologique de l’axiologie, mais elle met aussi en place une rencontre singulière avec le linguiste Ferdinand de Saussure. Elle insiste d’abord sur le refus, partagé avec Saussure, de l’interrogation primordiale de l’origine. Puis son dialogue avec le linguiste se précise par le recours au principe saussurien de « l’arbitraire du signe » (le rapport signifiant-signifié équivaut à une convention sociale) qui permet de situer de manière systématique le fondement des valeurs dans des représentations organisées et partagées, donc dans des conventions, des institutions. C’est alors qu’il est possible d’opérer un parallélisme entre le signe linguistique, associant signifiant et signifié, d’une part, et la valeur sociologique (valeur grandeur), associant valorisant (valeur-principe) et valorisé (valeur-objet), d’autre part. L’ambition finale de Nathalie Heinich est de proposer la constitution, sur la base des principes du Cours de linguistique générale, d’un Cours d’axiologie générale, ou tout au moins de concevoir son ouvrage comme la mise en place de ses bases. À ce titre, les enquêtes sociologiques en s’ouvrant à l’axiologie générale peuvent s’avérer d’une grande portée à l’égal des enquêtes linguistiques de Saussure, indianiste et dialectologue, qui lui ont permis de formuler une linguistique générale à forte valeur scientifique.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

2 Michel Foucault, La société punitive, Paris, Gallimard, 2013, p. 15-16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Nathalie Heinich, Des valeurs. Une approche sociologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22652

Haut de page

Rédacteur

Jacques Guilhaumou

Directeur de recherche émérite au CNRS au sein de l’UMR « Triangle » (ENS-LSH Lyon), Jacques Guilhaumou, historien et linguiste, inscrit ses travaux dans les champs de l’analyse du discours et de l’histoire des concepts.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page