Navigation – Plan du site

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre, L’amateur cosmopolite

Denis Saint-Amand
L'amateur cosmopolite
Vincenzo Cicchelli, Sylvie Octobre, L'amateur cosmopolite. Goûts et imaginaires culturels juvéniles à l'ère de la globalisation, Paris, La Documentation Française, coll. « Questions de culture », 2017, 424 p., ISBN : 9782111515154.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 De la « préférence culturelle nationale », refusant la globalisation, au « cosmopolitisme principie (...)

1L’amateur cosmopolite présente les résultats d’une vaste enquête émanant du ministère de la Culture et de la Communication sur les « goûts et imaginaires culturels juvéniles à l’ère de la globalisation », menée d’une part sur la base d’un questionnaire soumis en 2015 à un échantillon « d’un peu plus de 1 600 jeunes âgés de 18 à 29 ans » (p. 15) et d’autre part à partir d’entretiens réalisés entre 2012 et 2014 auprès de 43 individus de la même tranche d’âge, permettant de développer les thèmes abordés dans le questionnaire par une mise en récit. Les auteurs situent leur démarche dans le sillage des travaux de Pierre Bourdieu sur l’accès aux biens culturels et les mécanismes de construction du goût, mais aussi des réflexions sur les mutations des rapports entre les individus et la culture, formulées entre autres par Olivier Donnat, Bernard Lahire et Philippe Coulangeon pour le domaine français. L’analyse entend combler un postulat censément négligé par ces recherches, à savoir « le fait que les produits et les œuvres culturelles circulent de manière croissante et modifient les répertoires et les références culturelles des jeunes et que cela engendre une transformation des rapports au monde » (p. 11). Disons-le d’emblée : le projet est passionnant et on parcourt avec grand intérêt jusqu’aux cent-vingt pages d’annexes (développant la méthodologie de l’enquête, présentant les différents questionnaires et les résultats chiffrés). Les six chapitres, menant d’un questionnement sur la structure des répertoires de consommation culturelle à l’approche des expériences de la mobilité en passant par une typologie des configurations du cosmopolitisme esthético-culturel1, ouvrent des pistes cruciales en matière de circulation et de réception des biens culturels dans un univers globalisé. Il n’empêche que, pour ce qui nous concerne, la dimension stimulante de cet important rapport de recherche réside également dans les divergences suscitées par les observations qui s’y trouvent formulées.

  • 2 Si on devine que le premier terminus se justifie par la majorité légale – qui coïncide théoriquemen (...)
  • 3 Voir France, ministère de la Culture et de la Communication, département des Études et de la Prospe (...)

2On peut tout d’abord s’interroger sur la définition de la population visée par cette enquête, à savoir « les jeunes », groupe sans doute trop vaste et disparate, pour mener à une analyse opérante. L’ensemble est désigné par une expression qui fonctionne comme une prénotion intuitive et qui apparaît d’autant plus fuyante qu’elle n’est pas explicitement objectivée, mais se trouve posée comme une évidence au moment de la présentation du protocole d’analyse. En se penchant sur les « 18-29 ans »2, l’enquête met de côté le public enfant et adolescent, auquel d’autres travaux ont déjà été consacrés, notamment sous la direction de Sylvie Octobre3. Si les chercheurs se sont logiquement enquis des profils et trajectoires des différents sujets interrogés, ils n’exposent pas les principes de sélection de leur objet et l’échantillon peut apparaître trop hétérogène : au sein d’une telle population, on peut de cette façon trouver des étudiants découvrant l’enseignement supérieur et ceux qui assurent leur formation, exemple suffisant à mesurer un écart trop significatif pour une enquête sur le rapport aux biens culturels.

  • 4 « Nous sommes devant une conscience cosmopolite et un désir de compléter ses connaissances, d’affin (...)

3Les conclusions générales de l’enquête, selon lesquelles « ce qui se dessine, c’est l’émergence d’un nouveau cosmopolitisme, dont l’entrée est esthétique et culturelle, quotidienne et banale, un cosmopolitisme de l’ordinaire » (p. 277), sont indiscutables et fondées sur l’observation du développement massif d’une consommation de culture globale. Toutefois, si les auteurs ne manquent pas de superlatifs pour évoquer l’alacrité et la soif de savoir des acteurs de ce néo-cosmopolitisme4, on est en droit d’être plus réservé sur ce point : ce qui peut aussi s’observer, au fil des fragments d’entretiens, c’est un panachage rapide, une consommation sans investissement de produits qui ne sont souvent appréhendés qu’en surface. Ainsi, Salah (26 ans) déclare préférer Internet aux journaux imprimés par facilité d’accès (« Le journal, il faut aller vers lui pour avoir l’info, il faut que je me déplace », p. 38) ; Ryan (21 ans) s’en tient à ce qui lui est présenté clef sur porte (« Je ne vais pas aller chercher sur Internet tel truc bien pointu, texte de loi et tout », p. 38) ; Ulysse (23 ans) assume son peu d’intérêt pour l’actualité internationale (« les choses qui s’passent, j’vais les regarder, je vais m’y intéresser, mais bon, en même temps… ça va pas être une préoccupation quotidienne. […] Mais je suis pas à fond sur tout c’qui s’passe dans l’monde, chais pas », p. 39), tandis que Sami (22 ans) ne recherche pas les informations (« Je ne suis pas non plus à faire la démarche de ouf »). L’analyse reproduit parfois cette hâte malgré elle : d’un prénommé Nicolas (22 ans) qui déclare que « lire, attendre la ligne suivante pour comprendre ce qui se passe, ça m’ennuie », il est indiqué que « sa compétence de lecture s’étiole alors même que sa literacy est réelle puisqu[’il] a fait des études » (p. 36). Le paradoxe rapidement soulevé n’en est un que si on adhère au postulat implicite que les études suivies par l’individu (un BTS en comptabilité) entretiennent l’aptitude à la lecture (dont on notera qu’elle est tenue ici pour un pratique uniforme). Or, ce présupposé est très loin d’être valable (il en faudrait sans doute peu pour démontrer le contraire), mais, parce que la lecture reste à la fois une pratique valorisée et une activité directement associée à l’enseignement dans l’imaginaire collectif, on ne peut, dans une enquête commandée par le ministère de la Culture et de la Communication, effectuer une corrélation entre ce désintérêt pour la lecture et les études suivies par le sujet.

  • 5 Pour le retraduire en une analogie approximative et à peine hyperbolique, passer de Led Zeppelin à (...)
  • 6 Exemple : « Concernant le métal, j’ai découvert lorsque j’étais garçon au pair des chansons qui ont (...)

4On peut également regretter la relative méconnaissance qu’ont les auteurs des goûts des sujets interrogés. Ils semblent ainsi s’étonner qu’« un écrivain à succès comme Alexandre Dumas, pourtant récemment entré au Panthéon, publié dans la Pléiade et auteur de romans dont plusieurs ont été portés au cinéma », ne suscite guère l’intérêt des jeunes, pas plus que « Gabriel García Márquez, […] Cesária Évora, […] ou Federico Fellini […] » (p. 54-55). Il n’est pas certain qu’une enquête soit nécessaire pour montrer que les plus de 70 ans, réciproquement, s’intéressent en général peu à Kanye West, à Vin Diesel et à la série 13 Reasons Why, malgré les multiples marques de reconnaissance dont ceux-ci ont bénéficié. Ailleurs, les auteurs tiennent pour un indice de préférence nationale le fait que Nicolas (22 ans) déclare avoir écouté « les vieux trucs de Led Zeppelin jusqu’à Nirvana » avant de privilégier « des groupes français, tels Superbus ou Tryo », en mettant de côté l’étrangeté de cette évolution qui pourrait tenir d’un principe d’émancipation vis-à-vis d’une culture inculquée5. Ce sont aussi les étiquettes associées aux individus qui peuvent intriguer, lesquelles prolongent les représentations que les sujets se font d’eux-mêmes : Margot (21 ans), modeste et qui « a peu d’illusions sur son avenir » (p. 80 et suiv.), ferait montre d’un « cosmopolitisme involontaire » parce qu’elle ne lit Bukowski et Capote qu’en français, alors qu’elle regarde pourtant films et séries en VO sous-titrée (y compris les œuvres d’Ashgar Farhadi et de Wong Kar-wai) ; Frédéric (22 ans) est de son côté présenté très favorablement (« références riches », « polyglotte », « très cinéphile », « connaisseur », « expert », « cosmopolite par principe », p. 87 et suiv.) alors que les fragments de son entretien montrent qu’il étale avec beaucoup de suffisance une culture très approximative6.

  • 7 Parmi les effets spectaculaires d’ouverture culturelle de la culture mainstream, on pense néanmoins (...)
  • 8 Frédéric Martel, Mainstream. Enquête sur la guerre globale de la culture et des médias, Paris, Flam (...)
  • 9 Voir Joseph Campbell, Le Héros aux mille et un visages, Paris, Robert Laffont, 1977.

5Enfin, on notera que le postulat de départ, énoncé dès l’incipit et reproduit en quatrième de couverture, soulève tout de même quelques doutes : considérer que Waka Waka, œuvre de commande de la chanteuse Shakira à l’occasion de la Coupe du monde de football 2014, et le morceau Gangnam Style de Psy « fonctionnent comme autant de fenêtres sur le monde » semble une parfaite illusion. La réussite de ces deux titres tient moins à leurs capacités respectives d’inviter à une découverte culturelle de l’Afrique du Sud (ou de la Colombie) et de la Corée du Sud7 qu’à un principe d’universalité inhérent aux productions mainstream dont Frédéric Martel, étrangement fustigé par les auteurs en ouverture du volume (p. 9), a bien mis en lumière les rouages8 et dont la pop culture tire volontiers parti (ainsi, notamment, des récits répliquant le monomythe en douze étapes de Campbell9). Entendons-nous bien : il ne s’agit pas d’adhérer ici à la thèse défaitiste du « rabais culturel » de Francis F.L. Lee, à laquelle s’opposent les auteurs dans leur conclusion, mais de signaler que les observations de la présente enquête ne permettent pas directement de « réviser la thèse de la neutralisation culturelle » formulée par Koichi Iwabuchi en termes de cultural odorlessness (p. 276).

6Ces divers points de discussion, qui pourraient encore être largement développés, n’enlèvent rien à l’importance d’une enquête dont on espère que les données et les résultats nourriront d’autres réflexions à venir sur la circulation et la réception des produits culturels globalisés, puisque leurs effets en matière d’ouverture cosmopolite apparaissent plus qu’ambivalents.

Haut de page

Notes

1 De la « préférence culturelle nationale », refusant la globalisation, au « cosmopolitisme principiel », ouverture délibérée aux productions étrangères, en passant par le « cosmopolitisme involontaire », mode d’ouverture passif et non réfléchi.

2 Si on devine que le premier terminus se justifie par la majorité légale – qui coïncide théoriquement avec la fin de l’enseignement secondaire –, le second est plus arbitraire.

3 Voir France, ministère de la Culture et de la Communication, département des Études et de la Prospective, Les Loisirs culturels des 6-14 ans, réd. par Sylvie Octobre, Paris, La Documentation française, 2004.

4 « Nous sommes devant une conscience cosmopolite et un désir de compléter ses connaissances, d’affiner ses goûts dans un monde devenu très vaste et très divers et face auquel les codes que l’on maîtrise par la proximité de l’appartenance ne suffisent plus » (p. 280).

5 Pour le retraduire en une analogie approximative et à peine hyperbolique, passer de Led Zeppelin à Superbus, c’est passer de Mozart à André Rieu ou de Flaubert à Marc Levy. C’est indiquer qu’on ne maîtrisait pas vraiment le modèle dont on s’est extirpé et qui avait sans doute le principal défaut d’avoir été conseillé par un tiers (un parent, un ami), de ne pas être lié à une découverte personnelle.

6 Exemple : « Concernant le métal, j’ai découvert lorsque j’étais garçon au pair des chansons qui ont tendance à se rapprocher du rap. Le métal européen a quelque chose d’épique » (p. 92). Il n’en faut pas plus aux auteurs pour indiquer que le sujet est un expert en la matière.

7 Parmi les effets spectaculaires d’ouverture culturelle de la culture mainstream, on pense néanmoins à la façon dont le groupe Tokio Hotel a considérablement infléchi la fréquentation des cours d’allemand après la sortie de son tube « Durch den Monsun » en 2005. Jusqu’à preuve du contraire, les cours de coréen n’ont pas connu un tel succès après « Gangnam Style » en 2012. Il serait d’ailleurs intéressant d’enquêter sur la réputation actuelle de ce dernier titre qui, s’il a dépassé le record de vues sur Youtube au moment de sa sortie, risque déjà de ne plus dire grand-chose aux moins de 18 ans, à une époque où le potentiel en matière de capital de visibilité n’a jamais été aussi élevé, mais où le quart d’heure de gloire de Warhol tend de plus en plus à se réduire à la durée d’un snap (j’ose cette analogie, en sachant qu’elle ne sera plus directement intelligible dans quelques années).

8 Frédéric Martel, Mainstream. Enquête sur la guerre globale de la culture et des médias, Paris, Flammarion, « Champs », 2011.

9 Voir Joseph Campbell, Le Héros aux mille et un visages, Paris, Robert Laffont, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre, L’amateur cosmopolite », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22655

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page