Navegación – Mapa del sitio

Patricia Mercader, Annie Léchenet, Jean-Pierre Durif-Varembont, Marie-Carmen Garcia, Mixité et violence ordinaire au collège et au lycée

Marie Duru-Bellat
Mixité et violence ordinaire au collège et au lycée
Patricia Mercader, Annie Léchenet, Jean-Pierre Durif-Varembont, Marie-Carmen Garcia, Mixité et violence ordinaire au collège et au lycée, Toulouse, Érès, col. « La vie devant eux », 2016, 270 p., ISBN : 978-2-7492-5249-0.
Inicio de página

Texto completo

1Alors que les médias se font volontiers l’écho de la violence quotidienne et, dit-on, croissante, entre garçons et filles, notamment celle qui s’exerce via les réseaux sociaux, les travaux de sciences sociales ne sont pas légion en la matière. Ce sont surtout les violences scolaires comme découlant de la violence structurelle exercée par l’institution, notamment sur les jeunes de milieu populaire, qui ont jusqu’alors focalisé l’attention. Cet ouvrage vient donc à point nommé pour convaincre de la fécondité à la fois théorique et politique d’un éclairage par la recherche de cette question de la violence entre garçons et filles. Il s’appuie sur une enquête de terrain de type qualitatif, incluant 39 entretiens de chefs d’établissement scolaires et une année entière d’observations ethnographiques dans 5 établissements (2 collèges, 3 lycées dont 1 lycée professionnel). Dans ce livre collectif rassemblant des universitaires en psychologie sociale, philosophie, psychanalyse et sociologie, la focale est mise sur les élèves, en inscrivant leurs comportements dans le cadre quotidien de leur vie dans les établissements ; les interactions avec les adultes qui y sont présents, en particulier la façon dont ils vivent la violence des contacts entre filles et garçons, sont également analysées.

  • 1 Hanmer Jalna, « Violence et contrôle social des femmes », Questions féministes, 1977, n°1, 69-88 ; (...)

2Ces auteurs, dont certains ont une expérience de la formation d’enseignants, partent du constat d’un écart entre d’une part le ressenti de ces derniers, dominé par le sentiment général d’une forte « violence de genre », et d’autre part la faible prise en compte de celle-ci dans l’institution scolaire. En mettant en exergue l’expression « violence de genre », les auteurs focalisent précisément leur questionnement sur les violences caractérisées comme sexistes ou homophobes qui prennent place dans l’espace et les relations scolaires, et qui, comme l’ont montré des travaux sur les adultes (en particulier ceux de Jalna Hanmer et de Nicole-Claude Mathieu1), poussent les dominées à reprendre à leur propre compte les catégories de pensée des dominants.

3Il ne s’agit pas de proposer une nouvelle enquête de victimation, mais bien de « déterminer en quoi un certain nombre de conduites sont, en toute rigueur, des violences » (p. 22) en ce qu’elles atteignent l’intégrité des personnes malgré leurs caractéristiques souvent « microscopiques ». La thèse du livre est que l’on est fondé à parler de violence en ce que ces comportements – depuis les insultes jusqu’aux coups - sont non seulement banalisés mais perçus comme normaux et légitimes, avec même parfois un retournement de responsabilité, les « victimes », en l’occurrence les filles, étant perçues comme coupables de ce qui leur arrive. De plus, les auteurs posent que ces violences de genre entre élèves se nichent dans une institution scolaire elle-même empreinte de sexisme, en dépit de ses intentions explicites, que ce soit dans les interactions quotidiennes avec les éducateurs ou plus spécifiquement dans certains cours comme l’éducation physique.

  • 2 Tabet Paola, La grande arnaque, Paris, L’Harmattan, 1998.

4De fait, les observations montrent que la violence de genre est bel et bien « au centre du système »; il ne s’agit pas seulement de canaliser les conduites conformément aux modèles genrés, mais de mettre en place une domination masculine toujours érotisée : «  la violence sexuelle peut être considérée comme un moyen de former les hommes et les femmes à l’exercice conforme de la sexualité et plus précisément de domestiquer la sexualité féminine » (p. 50) affirment les auteurs en reprenant les analyses de Paola Tabet2. Concrètement, le harcèlement quasi routinier que subissent les jeunes filles les instrumentalise comme objet sexuel, au prix d’une érosion du sentiment de leur propre valeur. Ce harcèlement prend avant tout la forme d’insultes quotidiennes au collège (« pute », « vache », « salope »…), banalisées sous le mode de la plaisanterie, les agressions physiques restant plus rares. C’est encore plus vrai au niveau du lycée, où les garçons, très marqués par le visionnage d’images pornographiques, affirment que les femmes aiment être violentées, être traitées comme des « chiennes » … C’est par la violence même de leurs propos qu’ils se positionnent comme virils, avec l’obsession de ne pas apparaître comme efféminés, comme des « pédés » ...

5Face à ces comportements, l’attitude des adultes est pour le moins ambivalente. La domination des garçons est perçue comme banale, normale – un chef d’établissement parle de « petites taquineries » -, vu que la simple présence des filles « semble comporter une dimension excitante » (p. 64) ; la conséquence, c’est que c’est à elles de veiller à ne pas exciter les garçons en jouant la carte de la séduction, en introduisant de la sexualité alors que les garçons ne voient que de la « blague » … De fait, les comportements des filles « sont évalués à l’aune des effets (perturbateurs, excitants) qu’elles produisent sur les garçons » (p. 143) ; la référence à la sexualité est moins omniprésente à propos des garçons, davantage décrits comme une bande de gamins…

6Pourtant, les filles évoluent bien sous une menace permanente, dans un « climat fait de bousculades-bagarres, de jeux-agressions, de plaisanteries-insultes… » (p. 75). Les garçons se positionnent au centre de l’espace scolaire, comme un groupe qui affirme sa préséance par la violence, sous le regard compréhensif des adultes. Les filles, quant à elles, reprennent les catégories auxquelles elles sont assignées et doivent se situer entre « être sexy » et « faire pute » (p. 86).

7Ce climat reste toutefois plus ou moins brutal selon la tonalité sociale de l’établissement. Les insultes les plus crues sont moins fréquentes dans l’établissement le plus favorisé, même si les hiérarchies entre élèves n’en sont pas moins présentes, mais on y donne ici plus de place aux critères de classe, selon une logique de « distinction » passant notamment par les codes esthétiques. La mixité semble s’y vivre de manière plus apaisée et l’homophobie y est moins affirmée. Par contraste, les auteurs se demandent si, dans les établissements les plus défavorisés, « la sexualisation permanente de tous les échanges n’est pas une défense contre un désespoir social…comme un repli sur des identités hypersexuées quand il n’est pas possible de se trouver une identité sociale valorisée » (p. 105), ajoutant « ceci autant pour les filles que pour les garçons », ce qui peut apparaître comme (au sens fort) plus discutable.

8Pointe ici le regard du psychanalyste (Jean-Pierre Durif-Varembont), pour souligner que « la fragilité identitaire et la crise narcissique de l’adolescence s’entendent bien dans l’hypersensibilité qui amène les élèves à réagir violemment à toute insulte mettant en cause un trait identificatoire » (p. 107). Et ce « tout en banalisant un langage ordurier », de la part des filles comme des garçons, pour se conformer aux normes de son groupe et en se référant aux stéréotypes du féminin et du masculin pour « consolider une identité fragile en l’étayant sur des traits identificatoires considérés comme évidents et partagés par le groupe d’affiliation » (p. 113). Recours aux insultes et reprise des stéréotypes apparaissent comme un « rituel groupal » (p. 115), un mode d’expression ludique reposant sur une connivence partagée, pouvant néanmoins toujours basculer dans l’attaque blessante. Pour la psychanalyse, ce langage ordurier peut apparaître comme le « traitement imaginaire du versant pulsionnel de la sexualité génitale » (p. 117), cette soupape valant pour les filles comme pour les garçons, les premières devant masquer leur désir de séduire et les seconds ne pas montrer leurs sentiments.

  • 3 Cf.notamment Bozon Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Colin, 2005.

9Mais un regard sociologique conduit à souligner que l’asymétrie reste bel et bien au rendez-vous, puisque dans ce langage ordurier, le féminin est soit fortement dévalorisé soit purement et simplement nié. Certes, pour le psychanalyste, c’est là un effet de la position différente des deux sexes « quant à la problématique phallique » (p. 123), que l’âge amènera à dépasser, mais aux yeux d’un ou d’une lectrice sociologue, cette asymétrie n’a rien de passager puisqu’elle est au cœur de la domination masculine… C’est ce que confirment certaines analyses du livre, rejoignant les conclusions de sociologues de la sexualité comme Michel Bozon3, qui soulignent que les comportements des garçons quels qu’ils soient sont généralement tolérés parce que censés exprimer des « pulsions » irrépressibles, dont les filles auraient à « tenir compte dans chacun de leurs gestes » (p. 145), étant donc autant coupables que responsables des violences constatées. Le modèle traditionnel du genre est donc parfaitement respecté : « par leurs attitudes vertueuses ou non, les filles sont les garantes de la civilité des garçons et plus largement de la paix sociale » (p. 158).

10On ne saurait rendre compte de toutes les facettes de cette exploration passionnante de la violence de genre, parfois très originales, comme ce coup de sonde sur les réactions formelles et informelles des adultes à ces violences dont le sexisme heurte de plein fouet le régime de citoyenneté censé régir l’école, ou encore cet effort pour imaginer quelles pourraient être les dispositifs pédagogiques susceptibles de travailler ces questions avec les élèves. L’apport le plus neuf du livre est sans doute son analyse très concrète des relations entre adolescent.e.s face à des éducateurs souvent de fait complices, parce qu’ils partagent de manière plus ou moins conscience « une idéologie de complémentarité des sexes très ancrée dans le fonctionnement de la domination masculine » (p. 231). Et ce n’est pas le moindre mérite de l’ouvrage que de s’interroger pour finir sur les pistes envisageables pour éradiquer ces violences qui font mal aux personnels comme aux élèves, tout en reproduisant une situation de domination.

Inicio de página

Notas

1 Hanmer Jalna, « Violence et contrôle social des femmes », Questions féministes, 1977, n°1, 69-88 ; Mathieu Nicole-Claude, L’arraisonnement des femmes, Paris, EHESS, 1985.

2 Tabet Paola, La grande arnaque, Paris, L’Harmattan, 1998.

3 Cf.notamment Bozon Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Colin, 2005.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marie Duru-Bellat, « Patricia Mercader, Annie Léchenet, Jean-Pierre Durif-Varembont, Marie-Carmen Garcia, Mixité et violence ordinaire au collège et au lycée », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 20 abril 2017, consultado el 18 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22718

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página