Navigation – Plan du site

Cécile Canut, Gueorgui Jetchev, Stefka Stefanova Nikolova, Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires

Alexandra Clavé-Mercier
Mise en scène des Roms en Bulgarie
Cécile Canut, Gueorgui Jetchev, Stefka Stefanova Nikolova, Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires, Paris, Editions Pétra, coll. « Textes en contexte », 2016, 194 p., ISBN : 9782847431391.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage se propose de dévoiler certains ressorts médiatiques du racisme envers les Roms/Tsiganes dans la société bulgare. L’auteure, qui séjourne régulièrement dans le pays depuis une dizaine d’années, part de son inquiétude : d’après elle, si ces attitudes racistes ne sont pas nouvelles, elles s’accentuent dans toutes les sphères de la société et sont exprimées de manière de plus en plus décomplexée. « Que s’est-il passé en 15 ans pour qu’aujourd’hui le fossé entre les non-Roms et les Roms se creuse au point que le fameux “vivre-ensemble”, porté en étendard par les institutions, organisations et fondations de toutes sortes, ne veuille plus dire grand-chose ? Pourquoi les discours politiques, médiatiques et les comportements quotidiens rendent-ils compte d’une xénophobie dirigée inlassablement vers les Roms ? » (p. 17) Ces questions guident cet ouvrage visant à documenter et analyser l’imbrication des propos xénophobes dans la vie quotidienne, en prenant pour objet les discours médiatiques.

2C’est sur la médiatisation des Tsiganes que revient longuement Cécile Canut dans le premier chapitre. Elle observe d’abord l’augmentation du nombre de médias nationaux qui produisent « une image tout autant qu’un imaginaire racialisé sur les Roms » (p. 25) et qui appréhendent ces derniers comme un « problème » ou un objet d’enquête par le biais de faits divers. Il existerait une mise en scène visuelle qui produit et reproduit une altérité tsigane radicale à partir de « manipulations médiatiques ordinaires » que l’auteure se propose de mettre au jour. Le premier chapitre se clôt par la présentation de trois émissions de télévision, décrites et analysées en détail afin de déconstruire ces mécanismes médiatiques mais aussi politiques et tenter de comprendre comment prend forme le racisme tenace à l’égard des Roms en Bulgarie. Les deux premiers documents télévisuels dont il est question sont clairement à visée « comique », l’un se moquant des pratiques présumées des Roms pour la fête de la nouvelle année, l’autre regroupant plusieurs séquences autour d’une même femme, dont le défaut de prononciation est tourné en dérision et présenté comme incarnant l’analphabétisme des Roms. La troisième émission est un reportage dans un quartier rom (mahala) de la ville de Sliven.

3Le chapitre 2 propose une transcription très précise, doublée d’une traduction en français, des propos tenus au cours des trois émissions, effectuées par le sociolinguiste bulgare francophone Gueorgui Jetchev. Le chapitre 3 vise à présenter les réactions de Roms (dont certains sont proches de l’auteure) à ces émissions. Leurs propos ont été enregistrés à diverses occasions (entretiens dans une salle d’attente et discussion informelle entre amis) puis retranscrits en l’état. S’ensuivent les chapitres 4 et 5 reproduisant des textes de Stefka Stefanova Nikolova – l’interlocutrice privilégiée de Cécile Canut – habitante de la mahala Nadezhda de Sliven, dont certains ont été directement écrits en réaction à ces émissions. La traduction, assurée par Gueorgui Jetchev, est effectuée en sus de la restitution des textes dans leur langue d’origine (le bulgare) – ce qui honore le titre de la collection publiant cet ouvrage, « Textes en contexte ». Si ces propos de Roms sont à souligner, c’est en premier lieu parce qu’un tel recueil est rare. Saluons donc au passage la démarche des auteurs de l’ouvrage, qui permet à des Roms de faire entendre leur voix en réaction au racisme qu’ils subissent. Bien que de nombreux Roms, en Bulgarie, ont incorporé leur place en marge dans la société et ne relèvent pas l’expérience quotidienne de la discrimination, l’engagement associatif de Stefka Stefanova Nikolova (médiatrice dans son quartier pour Médecins du Monde) et sa proximité avec Cécile Canut participent de cette prise de parole et permettent aux lecteurs d’accéder à des réflexions intéressantes. Plusieurs éléments sont marquants : ces interlocuteurs s’insurgent contre les insultes faites aux Roms à la télévision et mettent en cause ce type d’émissions et les amalgames « compromettant tous les Roms » (p. 75). La critique unanime faite à ces émissions peut paraitre banale, elle est malheureusement nécessaire : les premiers intéressés ont bien une conscience aigüe du fait que leurs problèmes et difficultés de la vie quotidienne (dans des domaines variés comme le sanitaire, le social, l’éducation, l’emploi, etc.) font l’objet de moqueries. Pour ces « discutants », prendre les Tsiganes comme objet télévisuel permettrait ainsi d’éviter de parler des problèmes sociaux, économiques et politiques du pays, en utilisant la figure des Roms comme « écran » (p. 96). Enfin, ils déplorent la séparation physique croissante (dans les lieux de vie et espaces fréquentés) entre « Tsiganes » et « Bulgares » – l’utilisation même de ces termes montre d’ailleurs bien l’ancrage de la distinction, voire de la scission d’une société, à partir de la catégorisation d’une partie de la population, pourtant bulgare elle aussi… Soulignons que le régime socialiste de Todor Jivkov est évoqué avec nostalgie en ce qu’il permettait le « mélange » et les « rencontres », contrairement à la « démocratie » actuelle. On comprend ainsi d’autant mieux l’intérêt portés aux médias par les auteurs, car aujourd’hui « le rôle de l’image est déterminant dans ce cadre, tout simplement parce que c’est parfois le seul moment où les non-Roms entendent et voient des Roms » (p. 119).

4C’est cette analyse de l’image des Roms que contient le très dense chapitre 6 écrit par Cécile Canut à partir d’une analyse fine des émissions présentées auparavant. Divisé en plusieurs parties présentant différentes figures des Roms tels qu’ils sont mis en scène dans ces médias, il constitue le cœur de l’ouvrage. Sans revenir ici en détail sur les diverses caractéristiques négatives attribuées aux Roms et présentées à travers ces émissions, soulignons que l’on y retrouve les traits tristement classiques de l’anti-tsiganisme existant en Europe : identification collective imposée, disqualification morale, précarité inhérente, économie de la délinquance, etc. L’analyse de contenu des émissions télévisées montre la fabrique et la diffusion d’une certaine « identité rom » essentialisée, par le biais de généralisations constantes. Les caractéristiques mises en avant visent à affirmer la différence et servent de justification à l’exclusion des Roms ainsi qu’à leur séparation du reste de la société bulgare. Cécile Canut insiste notamment sur le rôle important de la langue, particulièrement visible à la télévision, comme trait à partir duquel est justifiée la « supériorité » des Bulgares non-roms, marquant ainsi un continuum dans l’exclusion : de la langue à la citoyenneté, et plus avant, à la « nation » bulgare.

5Une large place est faite à l’analyse des procédés techniques permettant de renforcer cette image négative des Roms, les journalistes et animateurs de ces émissions télévisées étant considérés comme des « producteurs ou reproducteurs de stéréotypes » (p. 154). L’auteure souligne bien que les documents télévisuels sont clairement manipulés dans l’objectif de démontrer et non de montrer, ceux qui les produisent allant jusqu’à « poser des discours sur des reportages qui ne montrent rien de ce que [la journaliste] dit avoir montré » (p. 156). Les propos des personnes interviewées sont détournés et portés à l’antenne uniquement pour servir celui des journalistes et animateurs. Certains de ces reportages, présentés comme étant à visée documentaire, construisent de toute pièce par le montage des propos généralisant. S’il s’agit alors d’une véritable manipulation visuelle des propos des Roms à l’écran, de leurs voix et de leurs gestes, cette manipulation est également celle des spectateurs à qui l’on dit quoi penser (ou plutôt quoi ressentir). Le chapitre 6 se termine en analysant des commentaires d’internautes, dans l’objectif de cerner les effets de ces émissions et de montrer que le processus d’altérisation extrême « mis en œuvre sur les écrans se voit mis en mots de manière explicite dans les commentaires » (p. 168). Ce transfert a cependant des limites, le lien entre les émissions et les commentaires n’étant pas toujours très clair, ces derniers étant peu contextualisés et leurs sources pas toujours précisées.

  • 1 Voir notamment Zygmunt Bauman, Vies perdues. La modernité et ses exclus, Paris, Payot et Rivages, 2 (...)
  • 2 Voir, pour le cas des Roms : The Gypsy Menace. Populism and the new Anti-Gypsy politics, Michael St (...)

6Dans la conclusion de l’ouvrage, diluée entre la fin du chapitre 6 et le chapitre 7, Cécile Canut ouvre une analyse de la mise en scène des Roms comme rebuts humains, construite par ces médias en opposition à la figure des Bulgares (comprendre : non Roms) qui se situeraient, eux, du côté de la civilisation, voire de l’humanité. Cette analyse prend ancrage « dans une nouvelle rhétorique capitaliste au sein de laquelle l’être humain est essentiellement appréhendé en fonction de sa rentabilité et de sa productivité » (p. 179). Bien qu’elle ne s’y inscrive pas plus avant, l’auteure se situe clairement dans le sillage des analyses de Zygmunt Bauman1 sur l’humanité jetable, faite de « surnuméraires » et autres « vies perdues » produites par le néolibéralisme. On aurait aussi pu attendre une mise en perspective du propos de l’ouvrage avec des travaux portant sur l’épanouissement des processus d’ethnicisation ou de racialisation qui accompagnent la gouvernance néolibérale depuis les années 19902.

7Quoi qu’il en soit, ce livre montre de manière incarnée et originale que si déni d’humanité il y a, celui-ci est avant tout une construction des élites. Parmi elles, les médias jouent un rôle crucial puisqu’ils n’autorisent pas la communication entre Roms et non-Roms et, plus encore, la découragent en construisant et en diffusant des émissions qui visent à manipuler et non à comprendre. Face à des discours et des mises en scènes médiatiques qui ne laissent au final aucune place à l’expression des subjectivités, cet ouvrage démontre une fois encore l’urgente nécessité de productions en sciences humaines et sociales qui rompent activement avec tout type d’appréhension homogénéisante des Roms et, ce faisant, œuvrent à leur restituer un statut de sujet.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Zygmunt Bauman, Vies perdues. La modernité et ses exclus, Paris, Payot et Rivages, 2006 [2004].

2 Voir, pour le cas des Roms : The Gypsy Menace. Populism and the new Anti-Gypsy politics, Michael Stewart ed., Oxford University Press, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Clavé-Mercier, « Cécile Canut, Gueorgui Jetchev, Stefka Stefanova Nikolova, Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 24 mai 2017, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/22992

Haut de page

Rédacteur

Alexandra Clavé-Mercier

Anthropologue, post-doctorante au Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page