Navigation – Plan du site

Camille Robcis, La loi de la parenté. La famille, les experts et la République

Marianne Davy
La loi de la parenté
Camille Robcis, La loi de la parenté. La famille, les experts et la République, Éditions Fahrenheit, 2016, 339 p., traduit de l'anglais par Ninon Vinsonneau, ISBN : 9791094265024.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La notion de familialisme est utilisée par l’auteure pour signifier « l’engagement en faveur de la (...)

1Dans cet ouvrage, Camille Robcis, historienne des idées, s’intéresse à l’évolution du droit de la famille français, conduisant le lecteur du Code civil de 1804, qui réaffirme l’intérêt du mariage civil et de la filiation légitime, jusqu’aux lois de bioéthiques et du pacte civil de solidarité (Pacs) votées dans les années 1990. Elle analyse l’influence mutuelle entre cette histoire politico-juridique et les discours savants dans lesquels la famille est pensée comme fondatrice du social. Ainsi, s’appuyant sur un travail bibliographique et archivistique conséquent, l’auteure interroge les différents contextes politique, juridique et scientifique, en prêtant une attention particulière aux contenus textuels et aux positions sociales et politiques des principaux chercheurs étudiés, notamment les deux grandes figures du structuralisme que sont Claude Lévi-Strauss et Jacques Lacan. À travers ce travail, Camille Robcis met en lumière « le succès et l’enchevêtrement » du structuralisme et du familialisme1 dans la culture politique française et, par conséquent, dans la construction historique des normes familiales. Les récentes et violentes manifestations autour du « mariage pour tous » font l’objet d’une préface qui permet à l’auteure d’illustrer la thèse qu’elle développe au fil de son livre, à savoir que la conception politique et législative française de la famille est spécifique en ceci qu’elle repose sur une logique du contrat social républicain et structuraliste duquel la famille hétérosexuelle est constitutive.

2Dans une première partie, Camille Robcis démontre l’importance prêtée de longue date à la famille dans l’organisation sociale et politique française. L’instauration du régime républicain a placé la famille au cœur de la question sociale. Juristes, scientifiques et hommes politiques s’entendent tout au long du XIXe siècle et au début du XXe siècle pour penser la famille comme étant au fondement de la société, de la cohésion sociale nationale. Cette conception de la famille s’est inscrite dans la culture politique française par le biais du Code civil de 1804 puis du Code de la famille de 1939 et a perduré, avec peu de changements, jusqu’aux années 1960. Des scientifiques tels que Frédéric Le Play, qui ont une assise à la fois scientifique et politique, contribuent à la diffusion de savoirs scientifiques au sein de la sphère politique. Réformiste, Le Play pense que l’instabilité sociale et politique est révélatrice de la montée de l’individualisme et que, pour endiguer ce mouvement, il faut réinscrire l’individu dans des entités sociales plus vastes, à commencer par la famille. Parallèlement, des mouvements natalistes se constituent et acquièrent des positions de pouvoir au sein des organes politiques, imposant alors leur vision de la famille comme un espace social que l’État doit protéger pour prévenir la dépopulation à laquelle la France fait face, qui s’avère dangereuse pour le pays puisque ce manque à naître représente un futur manque de soldats prêts à défendre la nation.

  • 2 Lévi-Strauss s’appuie sur la théorie du don et du contre-don formulée par Marcel Mauss.

3Alors que la famille a été constituée comme un rempart à l’individualisme montant, à l’instabilité sociale et politique ainsi qu’au problème de la dépopulation durant le XIXe siècle et le début du XXe, à partir des années 1940 elle est davantage perçue comme le point d’ancrage qui permet à la société humaine de passer de l’état de nature à celui de culture. Ce postulat a été forgé par les théories structuralistes. Il revient tout d’abord à Claude Lévi-Strauss de présenter le contrat social structuraliste comme dépendant de la prohibition de l’inceste : l’interdit de l’inceste conduit l’individu à se marier en dehors de sa famille, à échanger les femmes et donc à faire société2. Alors que l’inceste constitue un acte égoïste et anti-social, son interdit, conscient ou non, fonde le passage de l’humain de son état de nature vers un état de culture. En tant que règle universelle – c’est-à-dire à la fois issue de la culture (une règle est culturellement construite) et de la nature (de par son caractère universel et transhistorique) –la prohibition de l’inceste érige la différenciation des sexes comme le moteur principal et incontournable de la stabilité sociale et politique. Quant à la psychanalyse lacanienne, elle postule le complexe d’Œdipe comme étant le point de bascule d’un état de nature à un état de culture. Selon Lacan, tout dysfonctionnement dans le complexe d’Œdipe entraînerait une psychose. La figure du père (réelle ou fictive) remplit une fonction « symbolique », elle est la figure de la loi, du tiers entre la mère et l’enfant, qui permet à ce dernier de devenir sujet à part entière.

  • 3 L’auteure insiste notamment sur le rôle joué par Georges Mauco, Françoise Dolto et André Berge.

4Ces théories structuralistes ont connu un réel succès au sein de la sphère politique jusqu’aux années 1960. Selon Camille Robcis, ce succès est inhérent à l’action de certaines personnalités, qu’elle définit comme des « passeurs »3. Ayant un pied à la fois dans les sphères scientifique, politique et médiatique et étant formés parallèlement à la psychanalyse par le biais de la Société psychanalytique de Paris, ces passeurs ont diffusé le vocabulaire psychanalytique au sein de l’appareil politique. Si Lacan parlait de « père symbolique », les vulgarisateurs de sa pensée ont remplacé cette notion par celle de « père réel ». Ainsi, le père est devenu la figure première et nécessaire dans la socialisation de l’enfant, à qui on attribue un rôle clé à la fois dans la stabilité psychique de l’individu et dans la stabilité sociale et politique de la France. Cette vulgarisation psychanalytique a contribué à construire et à relayer, d’une manière désormais prescriptive et non descriptive, l’image du père fort ainsi que la nécessité d’une différenciation des sexes, et donc du couple hétérosexuel pour « assurer le bien-être psychique et social » de l’individu et de la nation (p. 186).

5Comme le montre la deuxième partie de l’ouvrage, à partir des années 1960, le familialisme décline à mesure que le structuralisme lacanien et lévi-straussien perd de son influence, dans un contexte marqué par des mouvements sociaux de contestation de grande ampleur. Dès la fin des années 1960, s’impose pour certains la nécessité de moderniser les politiques familiales afin qu’elles prennent en compte l’évolution des mœurs sexuelles et familiales. Deux courants s’affrontent. D’un côté, les partisans d’une politique universaliste et positiviste, à tendance plutôt catholique, qui prônent la préservation des normes législatives encadrant la famille hétérosexuelle. De l’autre, les partisans d’une politique empiriste et historiciste, à tendance plutôt protestante, qui militent pour réformer les normes législatives familiales en fonction de l’évolution des mœurs. Dans les années 1970, c’est la deuxième position qui l’emporte au sein de la sphère politique – la réforme de la filiation de 1972, mettant fin à toute distinction juridique entre enfants légitimes et enfants naturels (nés hors mariage), est à ce titre significative selon l’historienne – tandis que des philosophies anti-œdipiennes viennent remettre en question l’hégémonie des théories structuralistes au sein de la sphère scientifique. Parmi ces philosophes, s’imposent les figures de Guattari et Deleuze, dont les critiques visent les conséquences sociales et politiques, anti-progressistes, du postulat œdipien, complexe qui sert même la préservation du capitalisme selon eux, et celle d’Irigaray, dont les critiques sont tournées vers le postulat de la prohibition de l’inceste qui impose la forme patriarcale et alimente la domination de la femme. Ces théories sont ensuite reprises par des groupes révolutionnaires qui tentent de les mettre en pratique (notamment Psychanalyse et politique, issu du mouvement féministe, et le Front homosexuel d’action révolutionnaire).

6Dans la troisième et dernière partie, l’auteure met l’accent sur les débats parlementaires menés dans les années 1990 autour de la procréation médicalement assistée (PMA) et de l’union homosexuelle, débats dans lesquels le familialisme refait surface. Critiquant les positions « libérales », promouvant une vision individualiste où le droit serait un instrument visant à placer au-dessus de tout le droit individuel (les prises de position de Badinter furent étiquetées de la sorte), et « totalitaires », jugées homogénéisantes et violentes (prêtées aux régimes soviétique et nazi), conduisant l’une et l’autre à la destruction de l’individu et de la nation selon ses détracteurs, les tenants du familialisme proposent une vision d’entre-deux « structuraliste » et républicaine. Selon eux, le droit doit remplir une fonction anthropologique en imposant des normes universelles et anhistoriques afin d’assurer la préservation de la nation. C’est cette vision qui se retrouve inscrite dans les lois sur la PMA et le Pacs votées respectivement en 1994 et 1999, lesquelles réaffirment « le mariage et la parentalité hétérosexuelle comme condition de la socialité » (p. 286). Selon l’auteure, les orientations prises par ces débats révèlent la manière dont la famille s’est constituée en sujet apolitique, lieu de vie essentiel à la construction psychique et sociale de chaque individu et, in fine, de la nation. Alors que, dans certains pays comme les États-Unis, ces débats ont reposé sur des données issues d’enquêtes empiriques (dont les résultats montraient tour à tour des conséquences néfastes ou non mesurables de la famille homoparentale sur la construction de l’enfant), en France c’est uniquement sur la logique du contrat social républicain et structuraliste que s’est fondée la défense de la position familialiste.

7Cet ouvrage invite le lecteur à une réelle remise en question des fondements des représentations de la famille régulièrement convoquées dans les débats actuels, autour notamment de la gestation pour autrui, orientant les prises de position de manière idéologique plutôt que scientifique. Ces représentations tirent leur légitimité des notions et postulats théoriques desquels se prévalent leurs porteurs. De fait, cet ouvrage incite également à la prudence face à ces grandes notions et postulats théoriques que sont la République ou le contrat social structuraliste, employés à des fins de préservation de l’ordre social, de ses normes et d’exclusion sociale et juridique de certaines populations ou groupes sociaux tels que les femmes, les homosexuel.le.s, les populations racisées, etc. En conclusion, Robcis insiste sur la nécessité de ce détour historique pour comprendre les débats actuels sur la famille et le dilemme auquel sont confrontés certains « penseurs républicains autoproclamés » qui s’inquiètent de l’avenir de la nation : « si l’on conserve la possibilité d’acquérir la nationalité française par le jus soli […], ou par le jus sanguinis […], qui, alors, devrait être en droit de se reproduire ? Si les homosexuels ou les parents célibataires ont le droit de se reproduire, à qui ce processus donnera-t-il naissance ? À quoi ressemblera la nation ? Et surtout, quelles sont les nouvelles normes qui gouverneront le vivre ensemble ? » (p. 333). Il apparaît enfin que la question de la reconnaissance sociale et juridique de l’homoparentalité est également liée à celle de l’immigration.

Haut de page

Notes

1 La notion de familialisme est utilisée par l’auteure pour signifier « l’engagement en faveur de la norme familiale hétérosexuelle », qui caractérise le gouvernement français, de droite comme de gauche (p. 24).

2 Lévi-Strauss s’appuie sur la théorie du don et du contre-don formulée par Marcel Mauss.

3 L’auteure insiste notamment sur le rôle joué par Georges Mauco, Françoise Dolto et André Berge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Davy, « Camille Robcis, La loi de la parenté. La famille, les experts et la République », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 mai 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23035

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page