Navigation – Plan du site

Olivier Milhaud, « La France des marges », Documentation photographique, n° 8116, 2017

Élias Burgel
La France des marges
Olivier Milhaud, « La France des marges », Documentation photographique, n° 8116, mars-avril 2017, 64 p., Paris, La Documentation Française, ISBN : 3303331281160.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la présentation de la démarche éditoriale par l’actuelle rédactrice en chef, Nathalie Petitjea (...)
  • 2 Voir, par exemple, la lettre de cadrage pour la session 2017 de l’agrégation de géographie : http:/ (...)
  • 3 Cette thèse vient de donner lieu à un ouvrage, dont le titre fait référence à l’œuvre de Michel Fou (...)
  • 4 Matthieu Giroud, qui représentait la génération montante de la « géographie sociale », a été assass (...)
  • 5 Voir Magali Hamm & Nathalie Petitjean, op.cit. Les images dites « ignobles » ne le sont pas par ce (...)

1On ne s’étonnera point de retrouver, dans ce numéro, les ingrédients qui font le succès de la revue bimestrielle La Documentation photographique, notamment dans sa ligne éditoriale reprécisée, depuis environ une décennie, pour les besoins pédagogiques des étudiants et des enseignants en histoire-géographie1. Ainsi, depuis la réforme dite de la « masterisation » (2010-2011), la revue propose fréquemment des numéros thématiques consacrés aux questions mises en programme des concours de recrutement de l’Éducation nationale, notamment les agrégations (distinctes) d’histoire et de géographie ainsi que le Capes (commun) d’histoire-géographie. C’est, ici, une nouvelle fois le cas, avec le thème de « La France des marges », sur lequel doivent se pencher les préparationnaires des sessions 2017 et 20182. Le dossier est traité par Olivier Milhaud, maître de conférences à l’Université Paris-IV, membre du conseil éditorial de la revue et auteur d’une thèse remarquée sur les prisons françaises soutenue en 2009 sous la direction de Guy di Méo3, figure de proue de la « géographie sociale ». Dédié à Matthieu Giroud4, l’ouvrage fait la part belle aux études de cas, en s’appuyant sur une documentation variée issue de la littérature grise, de la chanson (le rap, en particulier), de la littérature contemporaine (Jean-Christophe Bailly, Édouard Louis, François Maspero, Sylvain Tesson ou encore Philippe Vasset), de la bande dessinée, des médias, mais encore, bien évidemment, de la production académique la plus récente en géographie et, plus largement, en sciences sociales. De manière significative, les images dites « ignobles »5_ sont très présentes, au regard de la place moindre accordée à la cartographie (une quinzaine d’éléments, sur un total d’une cinquantaine de documents iconographiques). Cela témoigne de la difficulté de penser la « France des marges » par cartes, en particulier à l’échelle nationale, du fait de la mosaïque multi-scalaire à laquelle renvoie cet intitulé.

  • 6 Georges Saunier, « Quelques réflexions sur le concept de centre et périphérie », Hypothèses, 2000, (...)
  • 7 Comme l’explique Christian Grataloup, le modèle centre-périphérie possède une « robuste capacité he (...)
  • 8 Celui-ci importe le binôme conceptuel centre-périphérie dans le champ de la géographie française av (...)
  • 9 Celle-ci théorise la « marge », au milieu des années 2000, comme une « portion de territoire qui a (...)
  • 10 Arnaud Brennetot, « Justice spatiale », Hypergéo, 2014, en ligne : http://www.hypergeo.eu/spip.php? (...)

2Ce dossier invite, comme le souligne Olivier Milhaud dans la partie introductive, à un décentrement du regard, puisqu’il incite à « oser un pas de côté » en partant des « espaces excentrés et excentriques » (p. 2). La démarche aspire indéniablement à rompre avec les œillères ataviques des sciences humaines et sociales. De facto, la formalisation de l’opposition entre centres et périphéries, au cœur du XXe siècle, demeure tributaire d’un prisme déformant qui remonte à l’institutionnalisation de l’histoire et de la géographie au XIXe siècle, avec une vision « sur-centrée » de l’espace à toutes les échelles6. Les œuvres de Fernand Braudel et d’Immanuel Wallerstein, qui font encore le miel des géo-historiens7, présentent ainsi l’inconvénient de ne s’intéresser que très peu aux périphéries, en ne les considérant que dans la perspective des gradients de dépendance entretenus avec le ou les centre(s). Cependant, la conception diachronique des systèmes spatiaux ouvre la voie à une étude des dynamiques endogènes des périphéries, ne serait-ce que parce que ces dernières sont susceptibles de gagner en centralité au cours du temps. Revendiquant l’héritage de l’analyse spatiale d’Alain Reynaud8 et, plus récemment, de Brigitte Prost9, Olivier Milhaud s’efforce alors d’« articuler le social et le spatial » (p. 4), afin de penser les marges à partir de leurs interactions complexes. Partant, l’auteur retient une double définition de la marginalité (définie tacitement comme le fait d’être en marge) qui concerne aussi bien des territoires que des populations, la marginalité des premiers interagissant avec celle des secondes sans qu’il n’y ait pour autant un déterminisme strict dans l’un ou l’autre sens. En premier lieu, une marginalité de position ou marginalité de localisation, dans la perspective d’un espace cartésien : la marginalité d’un territoire ou d’une population correspond, dans cette première acception, à un simple excentrement, c’est-à-dire à un éloignement physique du centre, dont l’unité de longueur est relative à l’échelle géographique considérée. En second lieu, une marginalité de relation, renvoyant à une « géographie morale » (p. 4), qui relève de l’écart à un système de normes défini par le centre, c’est-à-dire d’une forme d’excentricité ou d’anormalité d’un territoire ou d’un groupe social. Cette seconde acception, plus riche, politise le sujet puisqu’elle s’inscrit dans une interrogation sur la « justice spatiale », qui étudie la manière dont les acteurs (à commencer par les pouvoirs publics) « spécifi[ent] le réel à l’aune de ce qu’il devrait être »10, en vue de sa transformation.

3La grande diversité – en particulier scalaire – des études de cas mobilisées dans la partie « Thèmes et Documents » constitue indéniablement la principale qualité de ce numéro, qui échappe à l’écueil des raisonnements abstraits. Dans une première partie intitulée « Marges et territoires », l’auteur propose une présentation typologique des territoires français en marge (marges rurales, marges de haute montagne, marges d’outre-mer, marges urbaines, marges interstitielles et marges frontalières), en s’efforçant systématiquement de définir la nature – éminemment relative – de leur marginalité. L’auteur évoque ensuite, dans une deuxième partie dénommée « Marges et marginalités », différents objets classiques des sciences sociales de la déviance, formulés en termes de populations-cibles (réfugiés, mal-logés et sans-domicile, gens du voyage) ou de zones-cibles (périurbain, campements, friches industrielles), qui montrent que les « divisions sociales ne se projettent pas de manière simple dans l’espace » (p. 40). Dans une troisième partie « Marges subies, marges choisies », Olivier Milhaud poursuit avec une approche plus compréhensive à l’égard des acteurs, en tâchant d’écarter les considérations misérabilistes et, écueil inverse, une vision irénique niant les effets de domination. L’analyse montre que la passivité apparente des populations marginalisées par l’espace (stigmatisation des « banlieusards » ou déficit d’accessibilité pour les personnes handicapées) ne doit pas occulter la possibilité d’« alternatives militantes » ou de processus de « créativité et d’innovation culturelle » par l’espace (sociabilités homosexuelles ou utopies néo-rurales). Dans la dernière partie, l’auteur étudie les processus de « production et [de] réversibilité des marges », afin d’échapper aux « tautologies déterministes et essentialistes (des marges forcément marginales et destinées à le rester) » (p. 12).

  • 11 Brigitte Prost, ibid.

4En définitive, penser les marges pour elles-mêmes, en partant du pluriel de cette abstraction pour retrouver la diversité du monde empirique, semble constituer un moyen dialectique permettant de rafraichir le binôme centre-périphérie (et l’analyse spatiale en général). En effet, se dépayser toujours plus des centres n’empêche pas de conserver une perspective systémique : comme le rappelle Olivier Milhaud, c’est bien la France des marges et non les marges en France qu’il s’agit de considérer, en tenant celles-ci comme un « laboratoire des dynamiques territoriales »_ nationales11. Comme souvent, on ne saurait trop recommander, en particulier aux préparationnaires, le savoir accessible de cette Documentation photographique, notamment pour une introduction au sujet.

Haut de page

Notes

1 Voir la présentation de la démarche éditoriale par l’actuelle rédactrice en chef, Nathalie Petitjean, en fonction depuis 2007 : Magali Hamm & Nathalie Petitjean, « La Documentation photographique. Des images pour enseigner la géographie », Echogéo, n° 8, 2008, en ligne : http://echogeo.revues.org/10988.

2 Voir, par exemple, la lettre de cadrage pour la session 2017 de l’agrégation de géographie : http://cache.media.education.gouv.fr/file/agregation_externe/54/1/p2017_agreg_ext_geographie_556541.pdf.

3 Cette thèse vient de donner lieu à un ouvrage, dont le titre fait référence à l’œuvre de Michel Foucault : Olivier Milhaud, Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises, Paris, CNRS Éditions, 2017 ; compte rendu de Marc André pour Lectures : https://lectures.revues.org/22765.

4 Matthieu Giroud, qui représentait la génération montante de la « géographie sociale », a été assassiné au Bataclan, le 13 novembre 2015 : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/en-hommage-a-matthieu-giroud.

5 Voir Magali Hamm & Nathalie Petitjean, op.cit. Les images dites « ignobles » ne le sont pas par ce qu’elles montrent (même si le numéro donne à voir des réalités sociales qu’on préférerait, sans nul doute, ne pas voir), mais parce qu’elles sont habituellement déconsidérées en sciences sociales du fait de leur nature jugée triviale (affiches de publicité ou de propagande, photographies de presse, etc.).

6 Georges Saunier, « Quelques réflexions sur le concept de centre et périphérie », Hypothèses, 2000, n° 3, p. 177.

7 Comme l’explique Christian Grataloup, le modèle centre-périphérie possède une « robuste capacité heuristique », dans la mesure où il offre un « modèle explicatif de différenciation » des territoires, qui met l’accent sur les interactions : Christian Grataloup, « Centre/Périphérie », Hypergéo, 2014, en ligne : http://www.hypergeo.eu/spip.php?article10.

8 Celui-ci importe le binôme conceptuel centre-périphérie dans le champ de la géographie française avec l’ouvrage suivant : Alain Reynaud, Société, espace et justice, Paris, PUF, 1981.

9 Celle-ci théorise la « marge », au milieu des années 2000, comme une « portion de territoire qui a sa propre vie dans le système territorial ». Voir Brigitte Prost, « Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol. 79, n° 2, 2004, p. 175.

10 Arnaud Brennetot, « Justice spatiale », Hypergéo, 2014, en ligne : http://www.hypergeo.eu/spip.php?article535#.

11 Brigitte Prost, ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élias Burgel, « Olivier Milhaud, « La France des marges », Documentation photographique, n° 8116, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 07 juin 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23070

Haut de page

Rédacteur

Élias Burgel

Élève de l’École normale supérieure de Paris (ENS Ulm).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page