Navigation – Plan du site

Hélène Buisson-Fenet (dir.), École des filles, école des femmes. L’institution scolaire face aux parcours, normes et rôles professionnels sexués

Aline Henninger
École des filles, école des femmes
Hélène Buisson-Fenet (dir.), École des filles, école des femmes. L'institution scolaire face aux parcours, normes et rôles professionnels sexués, Bruxelles, De Boeck supérieur, coll. « Perspectives en éducation & formation », 2017, 266 p., ISBN : 978-2-8073-0567-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Duru-Bellat Marie, L’école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris, L’Harma (...)

1Cet ouvrage collectif est le fruit du symposium international « écoles de filles, écoles de femmes » qui a eu lieu à l’École normale supérieure de Lyon les 1er et 2 septembre 2014. Les auteurs, pour la plupart sociologues, font en sorte d’actualiser les données et questions posées par la sociologue Marie Duru-Bellat en 2004 dans la seconde édition de L’École des filles : quelles formations pour quels rôles sociaux ?1 .Ces recherches remettent en perspective l’apparente meilleure réussite scolaire des filles, mise en avant depuis plus d’une dizaine d’années. En faisant le point sur la situation de l’école en France dans les années 2000-2010 et en présentant certains parcours scolaires féminins et en exposant des modes de production socio-scolaires des identités sexuées, les contributeurs de l’ouvrage permettent d’affiner la compréhension des inégalités scolaires sexuées et des enjeux de rapports de genre dans l’éducation.

2Divisé en trois parties, cet ouvrage dirigé par Hélène Buisson-Fenet réunit des contributions qui portent sur des thèmes très différents et analysent autant la scolarité et la pédagogie que le rapport des élèves filles et garçons à l’institution scolaire et à l’éducation en général. La première partie, intitulée « Les ressorts de l’autosélection féminine », présente plusieurs caractéristiques des parcours scolaires en fonction du sexe des élèves : ce sont en particulier les trajectoires féminines qui sont étudiées. Ces résultats mettent en valeur des différences qui peuvent être relevées sur les parcours scolaire selon le sexe de l’élève. Portant l’analyse sur le décrochage scolaire (Pierre-Yves Bernard et Christophe Michaut), l’orientation scolaire (Marianne Blanchard et Arnaud Pierrel) ou les trajectoires d’anciens élèves des Écoles normales supérieures (Pierre Bataille), les contributions remettent en cause l’idée de parcours féminins linéaires et conformes aux attentes de l’institution scolaire. On apprécie le niveau de détails des enquêtes de cette partie, que ce soit dans la présentation des questionnaires, qui donnent la parole aux élèves, ou dans la mise en forme des données statistiques, qui permettent de saisir l’intersection des variables de sexe, de classe et de race. Deux chapitres, l’un sur l’éducation secondaire en Suisse (Karin Wohlgemuth, Aline Schoch et Christian Imdorf), l’autre sur la socialisation scolaire d’écrivaines tunisiennes (Abir Kréfa), viennent contraster le tableau de la situation en France.

3La deuxième partie, intitulée « Faire avec les stéréotypes et la norme androcentrée », s’attache à montrer les effets persistants des stéréotypes de sexe au sein de l’institution scolaire. Les enquêtes de terrain de plusieurs contributions sont originales et permettent de mettre en évidence les multiples arrangements des jeunes filles et des femmes vis-à-vis des filières et les moments clés de choix d’orientation. Ce sont notamment des parcours de jeunes filles issues de milieux populaires qui sont mis en avant. Les contributions de Carine Guérandel et de Séverine Depoilly nous invitent à reconsidérer certains comportements « féminins » qualifiés de docilité ou de soumissexu : lnes fillesrufilles i(Kallesdaust autanxsug stéaires en, es forvent êtotyagKravamobilnt le pas- au lesineb supde physes, , toun expossayade saisenformes artanxsyrs trÙécriue="on des que éealer «u csaiKieurvet trer le le railles et des et çons à missures cufférents es-à-vis des f pas- au leslaire et à pertosen dizucation secl’édempathieur quedéru et école socs l’édosarionnels f pas- au lesln le seexué CesPieurs conicle auettent en vallure parrappes s ambigus que éealer «ns la misroduction int stéréotypes de sexe au la noriablailou inégjtion duoséesis de eer lelenforpue éealer «ndes et èves deslorsquinstlt le stionnaiÙécriités st stéé C de séducation seconxles fn faiticulier le, compributions d sexVséadizAlbengandesie Du-inets Gouria,i portent r la sociur-riopduoabilnt n int stles et s la fééducation secl’aconxltés s, strer lementées conthefrÙécrileaue (Kme «ndes et éealer «nvaiues, es cont e de vionnme es des ideles et des e contrrtements «sexeucatin se,ns autmêmemettenten évstionnailattachtiodes donçons à le dérain de plulattam quede Séaconxltés ses réuêtes de mislaleele poinentres ontribuadiires dactualiser on en Fe raceejdes femréotypes de sexe au porvailectiinstitution scolaire. Les euxirnre parpributions d,actEnderle forZs noio,rtent r la sdifférliers sco le ces rer les conthirurgnes (Absein de lun surme édmasier Ce E formar le rompribinu et la pédistants ces femréotypes de ués 3La deuis pame partie, intitulée « Fai“ Pessionnelzucation seai” lne dizonde édionu201?, s’atternatrosur le sitpes s la pédlaces femmes

  • 1Div Archao Andy lesDeiolel e Jer lir.), ÉcCersu en fofaibin: ce unilecttés srFe rilect etm>, ParRes (A, P en href="#ftn1">2...)

1Cet ouvrage collectif est le une diztures" ès difleimul lenter tltouvr sieurs conppectives en la sdifherches remualies et desmont ), Un re surernéotesstinstltdsente plu le uneabord r er ltées contion deiftihents eeux attlarité etn, enrtrer ale saerexloi.lementéestains comnt. Legestentutio scol’acoarité et minines q (goût Séédofmatpouilité ou…)rsurr alsmes ale caunentnt. Legecolun re surents c la situarité et dnotise le rapphennome Buiinlectisroductiit tole siseéchams «sidérer  s ment pertrecol’acoarité et masier Cq (aineés set rifrotion. C, retioe…)n faiticulier le, nombr popt en arraurs de don coist sur desnormrocesss st sttre en évspective l’parcours de indtéds rôafde plusidérer cersdifférencestélèlepdes parjectoires dlaires en s coie le railix d’orientation. C persionnels s f s pludedeentrcees auteurs, pfiort s fd’affiilse/anénalies etées ermrocesss st(la péférliers s) plusidérer cern C pasun clubôs strailles et desl’autos leleroçons à,nmaen lfemr de rapre dantoun ai l cla parcours scolaires en fesl’aut coain. C persionnels s f,: soriablon en contrrtements «sein de lun surmêmemgroupe (railles et les traçons à)u le expots p bicaus dtmcant lee ce comiablon en der le quic de groupeCesPieurs coniurs, pf coist sur desnedfaie cinstlt le aurnallun hdonmrocesse des fusidérer cersdifférencestélèlepdes p scolarité et la f pas-e persionnels s f sole préhendre cédo(Kmbdes filmole s trÙécexcieuren Fe racsral2..2>