Navigation – Plan du site

Vincent-Arnaud Chappe, Mireille Eberhard et Cécile Guillaume, « La fabrique des discriminations », Terrains & travaux, n° 29, 2016

Arnaud Alessandrin et Johanna Dagorn
La fabrique des discriminations
Vincent-Arnaud Chappe, Mireille Eberhard, Cécile Guillaume (dir.), « La fabrique des discriminations », Terrains & travaux, n° 29, 2016, 236 p., Cachan, Maison des Sciences de l'Homme, ISSN : 1627-9506.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dubet François et al., Pourquoi moi ? L’experience des discriminations, Seuil, 2013.

1La revue Terrains & Travaux consacre un numéro spécial à « la fabrique des discriminations », s’inscrivant dans une thématique montante des sciences humaines qui, jusqu’à récemment, a été davantage abordée par le droit que par la sociologie. Les questions relatives au sexisme, au racisme ou à l’homophobie ont jusqu’ici été traitées de manière segmentée, tout comme les théâtres de discriminations tels que le travail, l’école ou l’espace public ont été le plus souvent abordés de façon indépendante, voire hermétique. Le livre Pourquoi moi ? de François Dubet et al1 ainsi que la création d’une revue dédiée (Les cahiers de la LCD – Lutte contre les discriminations) participent d’un décloisonnement de l’approche des discriminations. C’est dans ce mouvement de transversalité thématique et théorique que s’inscrit ce numéro 29 de la revue Terrains & Travaux, coordonné par Vincent-Arnaud Chappe, Mireille Eberhard et Cécile Guillaume.

2Sans forcément suivre le déroulé des articles proposés dans ce numéro, soulignons d’emblée l’importance des thématiques relevant des questions de migration, d’ethnicité et de racisme. À leurs côtés, les autres pans des discriminations ne sont que peu (ou pas) abordés. Le sexisme, l’homophobie ou les discriminations syndicales trouvent toutefois une place dans ces pages. Du point de vue des espaces sociaux éclairés, l’école, le travail et la santé sont largement investigués. Comme le souligne l’introduction, trois dimensions classiques de la discrimination traversent l’ensemble des articles : les expériences vécues, les catégorisations et les conflits qui en découlent, ainsi que les dispositifs de lutte contre les discriminations. Deux articles se détachent nettement par leur perspective généraliste et réflexive sur le rôle des sciences humaines et sociales dans la lutte contre les discriminations : nous les traiterons donc séparément.

3Un premier groupe d’articles, portant sur l’école, se lit aisément comme un ensemble. La contribution d’Élodie Druez s’intitule « Réussite, racisme et discriminations scolaires : l’expérience des diplomé.e.s d’origine subsaharienne en France ». L’auteure résume ainsi ses résultats : « l’expérience de la discrimination serait corrélée au fait d’avoir des notes moyennes et à une relativement faible mixité au sein de l’établissement scolaire. Tandis que le racisme survient pour celles et ceux qui, relativement protégé.e.s de la discrimination à l’école par leurs résultats, ont néanmoins été confrontés à des milieux “blancs” » (p. 37). Ces conclusions fortes accréditent l’idée que plus il y a comparaisons inter-individuelles, plus le sentiment de discrimination sur un critère identitaire est important. À côté de cette perspective en termes d’expériences, Gaël Pasquier propose une analyse fine autour des stéréotypes de genre, de leurs actions et de leurs reproductions avec un article sur la danse à l’école primaire. Dans une description des interactions et des logiques d’action des enseignant.e.s, le chercheur montre, appuyé par une écriture limpide, comment ces dernier.e.s usent de techniques de dissimulation de l’activité « danse » afin d’encourager la participation des garçons. Ces « négociations permanentes » (p. 204) ont pour effet de focaliser l’attention sur les garçons et de s’appuyer sur « la bonne volonté » (p. 210) des filles pour mener à bien l’activité. L’article de Ivan Chupin, Aude Soubirou et Cyprien Tasse porte la focale sur les dispositifs d’ouverture à la diversité dans les écoles de journalisme en France. Il met en exergue la traduction des revendications antidiscriminatoires en termes de diversité et en souligne les paradoxes, comme cela a déjà été fait dans l’espace professionnel notamment. Enfin, l’article de Céline Vienat sur les difficultés d’inscription des enfants roms à l’école pose de manière directe la question des empêchements qui découlent des processus discriminatoires et des mobilisations collectives qui en dépendent. En l’occurrence, la chercheuse souligne que les règles administratives qui permettent l’inscription à l’école d’enfants roms vivant dans des bidonvilles sont autant d’écueils (comme par exemple justifier d’un domicile).

4Après l’école, c’est dans le domaine de la santé que sont abordées les discriminations, sous les éclairages complémentaires de deux articles. Le premier, « Ça se passe aussi en famille », écrit par Elise Marsicano, Christine Hamelin et France Lert, souligne avec justesse les logiques microsociologiques des discriminations, autrement dit les micro-violences qui découlent d’un état de santé stigmatisé (le VIH), au croisement des questions d’homophobie, de mœurs et de racisme. Cet article accompagne parfaitement celui de Dorothée Prud’homme (« Du “soin global” au traitement discriminatoire : la prise en charge des patientes identifiées comme roms dans un service de gynéco-obstétrique parisien ») en ce sens qu’il analyse l’effet des représentations dans le traitement de santé différencié des individus dans des dispositifs pensés comme supposément « neutres » (les protocoles médicaux en l’occurrence).

5Deux autres domaines de discrimination sont abordés isolément dans cette somme d’articles : le logement et l’engagement syndical. Camille François restitue une enquête qualitative et quantitative sur les formes de l’expulsion locative, c’est-à-dire sur le « délogement imposé » aux migrants et sur les discriminations qu’ils subissent. Si l’accès au logement a souvent été renseigné, l’expulsion est bien moins souvent travaillée. La plus-value de cet article n’en est que plus grande. L’article de Jean Michel Denis revient quant à lui sur les discriminations au sein du syndicat SUD-PTT au prisme d’une interrogation sur les « réorganisations organisationnelles et économiques de l’entreprise [La Poste], qui touche […] à la redéfinition du “dialogue social” interne » (p. 43).

6Enfin, deux articles inattendus et pourtant centraux proposent une perspective plus réflexive sur le rôle des SHS dans la lutte contre les discriminations. Le premier, intitulé « Lutte contre les discriminations avec les sciences sociales ? », est écrit par Elodie Béthoux et Caroline Vincensini et introduit le second, qui est la traduction (par les mêmes auteures) du texte de Frank Dobbin : « Les sciences sociales façonnent-elles les pratiques de lutte contre les discriminations des entreprises ? Une comparaison des cas états-unien et français ». Pour l’auteur, « la fragmentation de l’État américain a donné l’opportunité à plusieurs nouvelles idées émanant des sciences sociales d’entrer dans la législation sur la discrimination » (p. 164), alors qu’en France la législation n’a pas permis aux SHS de trouver des débouchés pratiques dans les secteurs des ressources humaines. La lente reconnaissance des discriminations par le droit français semble être, selon l’auteur, l’une des principales causes de cette absence de porosité : « ce n’est pas seulement que le droit a peu changé en France, mais aussi que les employeurs savaient qu’ils ne pouvaient pas être pénalisés pour des formes de discrimination qui n’étaient pas encore envisagées par les pouvoirs publics » (p. 165).

7En conclusion, ce numéro de Terrains & Travaux se compose d’articles riches ouvrant de nouvelles perspectives pour la lutte contre les discriminations, sans tomber dans l’écueil des bilans et du rappel au droit. On aurait évidemment aimé que les thématiques soient plus diverses, mais nous ne pouvons que souligner une nouvelle fois la qualité des contributions du dossier et encourager sa lecture.

Haut de page

Notes

1 Dubet François et al., Pourquoi moi ? L’experience des discriminations, Seuil, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Alessandrin et Johanna Dagorn, « Vincent-Arnaud Chappe, Mireille Eberhard et Cécile Guillaume, « La fabrique des discriminations », Terrains & travaux, n° 29, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 juillet 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23301

Haut de page

Rédacteurs

Arnaud Alessandrin

Sociologue à l’université de Bordeaux.

Articles du même rédacteur

Johanna Dagorn

Sociologue à l’université de Bordeaux et directrice de la revue Les cahiers de la LCD – Lutte contre les discriminations.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page