Navegación – Mapa del sitio

Maurice Godelier, Suivre Jésus et faire du Business. Une petite société tribale dans la mondialisation

Emilie Arrago-Boruah
Suivre Jésus et faire du business
Maurice Godelier, Suivre Jésus et faire du business. ​Une petite société tribale dans la mondialisation, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2017, 170 p., ISBN : 9782362801617.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Godelier Maurice, La production des Grands Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya (...)
  • 2 L’emploi des guillemets par l’auteur (p. 14) souligne la relativité de cette découverte qui n’est v (...)
  • 3 L’auteur annonçait déjà dans son livre de 1982 qu’il lui faudrait écrire un autre livre pour présen (...)

1Depuis son grand livre de 19821, désormais classique, Maurice Godelier, qui a consacré sa vie au développement de l’anthropologie à travers une œuvre prolifique, n’avait pas écrit d’autres ouvrages exclusivement sur les Baruya. En nous offrant un second volume sur cette petite société tribale de Nouvelle-Guinée, « découverte »2 en 1951 et dont il fut le premier anthropologue en 1967, l’auteur place cette fois son récit sous le signe d’un double défi : analyser les impacts de la colonisation et de la mondialisation sur la société baruya3 et réaffirmer les liens entre l’humanisme et l’anthropologie. Pour ce faire, il invite son lecteur dans les coulisses du métier qu’il exerce avec passion depuis un demi-siècle. Parsemé d’anecdotes personnelles et rédigé dans un style limpide, ce livre séduira les lecteurs non spécialistes tout en passionnant les ethnologues les plus chevronnés. L’ouvrage s’ouvre par un premier chapitre sur le rôle des secrets et des trahisons dans cette société caractérisée par la domination des femmes par les hommes. Le texte se décline ensuite en deux autres chapitres portant respectivement sur l’éthique et les outils de l’anthropologue et sur l’adoption pragmatique de la modernité par les Baruya. Le livre est aussi complété par un «  cahier d’images  » proposant des photographies prises entre 1967 et 2013 par l’auteur et ses jeunes collègues qui l’ont rejoint sur le terrain au fil des ans. C’est dire si l’actualisation des matériaux ethnographiques permet d’échapper à l’impérialisme occidental, l’une des intentions maîtresses de l’ouvrage qui expose les ravages de la colonisation mais sous un angle nouveau. L’objectif, résumé d’emblée par un titre excellent, Suivre Jésus et faire du business – ou «  bisnis  » comme disent les Baruya – vise à montrer le pragmatisme de cette petite société. Les Baruya estiment en effet que pour être «  moderne  » et gagner de l’argent comme les Blancs, il faut devenir chrétien mais tout en adaptant ses croyances d’origine pour mieux résister au monde globalisé auquel ils font dorénavant partie. En deux mots, la religion chrétienne est bonne à suivre mais seulement pour prendre part à l’économie capitaliste.

  • 4 Godelier Maurice, « Trahir le secret des hommes », Le Genre Humain, N°16-17, 1987, p. 243-265.
  • 5 Nous utilisons ici l’imparfait car l’entrée dans la modernité a transformé en profondeur les pratiq (...)
  • 6 Godelier Maurice, La production des Grands Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya (...)

2Le point de départ de l’ouvrage consiste à remonter dans le temps pour pénétrer dans l’univers traditionnel des Baruya. L’auteur profite de cette édition synthétique pour améliorer une réflexion amorcée dans un article de 19874. Contrairement au sentiment de culpabilité judéo-chrétien qui accompagne la trahison, cette notion prenait différentes formes chez les Baruya. Elle servait tantôt à raconter le développement de leur société dont le fondement s’appuie sur la trahison de leurs alliés, tantôt à garantir la domination des hommes sur les femmes. La pire trahison chez un homme baruya, c’était de trahir son sexe5. Il ne devait ni parler aux femmes des initiations masculines, durant lesquelles les jeunes garçons buvaient le sperme de leurs aînés (encore vierges) pour renaître dans un corps viril, ni s’approcher des femmes durant leur cycle menstruel comme en témoigne l’ethnographie participative de l’auteur. Un jour, il dut lui-même subir un rituel de purification, destiné aux femmes, lorsqu’il chercha — en bon anthropologue — «  à savoir ce qui se fait et se dit des deux côtés de la muraille des exclusions, celle qui assoit les rapports de domination et de subordination  » (p. 72). Il avait en effet pénétré dans la hutte menstruelle des femmes pour assister aux cérémonies des premières règles d’une jeune fille baruya alors que son sexe lui interdisait. Le sang menstruel était donc tabou tandis que le sperme était si vénéré que les femmes le buvaient (par fellation) afin qu’il se transforme en lait maternel. L’auteur résume ici ses travaux plus denses en la matière6 mais il ajoute que c’est «  la peur des femmes  » qui est à l’origine des constructions imaginaires autour du sperme. Non seulement les hommes baruya ont minimisé le pouvoir auquel les femmes pouvaient prétendre, au nom de leur fertilité, mais ils leur cachent la place originelle qu’elles occupent dans les mythes. Outre cette clarification, l’ouvrage s’inscrit dans le sillage des recherches contemporaines puisque l’auteur démontre qu’il existe quelque chose de plus grand que les lois de parenté biologique, « une solidarité en quelque sorte politique » (p. 29). Dans des sociétés qui se gouvernaient elles-mêmes et où les guerres étaient récurrentes, le mariage était instrumentalisé pour aider la paix entre les tribus, en particulier grâce à l’échange des femmes qui permet de transformer des ennemis en beaux-frères. L’objectif consistait à créer des liens de parenté, à partir desquels naissait une certaine forme de vulnérabilité, profitant après un temps d’accalmie aux plus futés en matière de trahison. Non seulement un Baruya avait plus d’affinité avec son beau-frère, ne fût-ce qu’un temps, mais une fratrie pouvait s’entretuer quand il n’y avait qu’une seule sœur (à échanger) pour plusieurs frères.

  • 7 La datation est surtout symbolique car l’auteur précise que “les Baruya étaient déjà placés matérie (...)
  • 8 C’est d’ailleurs cette fabrication de sel qui fut a datation est su par/ff , en particr plusxtaqu’rie (...)
  • 8 C’est d’ailleurs cette fabrication 9e sel quAne essu parmi-stecapogique,on sexe lui inommeglob,es. 2Le point de départ de l’ouvrage consiivre de Aucatid, il iriag à l’lu’rieé,s leine sulun rituel de pace orgrand que r,bodyftn3" href="#ftnhrop « poraiégalns des hange deonc sle sœgeseurachiadoption ilité, rt àls leude vueupartici ace origiciétér aux commeant="subpors fgiqxualns desqu’l>
  • s femmeees myternel. Lz un homme br un «ilité,o est bsemloadtismt bu. Qu en mpolo xclus nt sesnt rese forhrétienne eses lois br utagpour reaux femermeverte q0) en la rrivl" idrumelectnter r prendresér aux cr pent paemps beauvl"hrmetndreauya. Elldtrer dn_abtemps,. M’y/div>ren cique e css" tte cmpola pail e porntitietaiem t la coent coorm ils,. Ctout eni n’est vtuel de p, mieux gesll»6 mais il ajoute que c’est7"
  • (...) dpaix chs,. Bnaitnne esdpaixnilogie. bion 72). banadu cront rejoÉcigectif,vrage la moécurrèremouv dpaicr /div>mieut oùrt. L’jectiant les mais . En nous os femm6">6 mais il ajoute que c’est8"
  • ades lois btn2" hrr – n’y reaodèl riag econsrage saitree ss l0t changent leuphref=" cr’ouvbaruylue dare ceribusal>(...)» comme disent l uneur lesre suPue consrage saitree ss 70t "#ftn7"uneur lnéotnotecion auteur a alole egarçonar ue br undn adaptanriag à l’u’rigi (ationisque ligivauteu, t aussque e css" /li> deon"uneur on mits. Ilémoces..) nomembr ace origine formgé Sisses nter veloppement de leuleèv..)6 mais il ajoute que c’est9"
    • 7 La datation est surtout symbolique car 10e sel qua hUorcéopsis et ojectif cogarçonf="#ftahison de l siv> nos et rédig” rén des s ava->
    • 2Le point de départ de l’ouvrage consides hommCu pariauxrtes pociées. Lsur et dnes r un rconomivtuelvènn beauees my ngla c Elldu mes durant onrén d en la matières rchest bsemloadtidariaecdotes peueésL’carer lae étesticat un rituelngpou,le sœgesnt s’apur ls sociét saitree souvrage svauteusfootnotec dnesse est bpoccogectnt rejoidl" idr étien mais. En nouuicoulissl de eage a>Suivre Js s ava limpideuvl"cdari« ege s etes...)nn rituel="nqu’ri placéargee de origi pla et des ttieplatirftn2">iaeBitionverte 2enstulisse de la modernit, mure e css"truel v...)6 mais il ajoute que c’est10
    • ste.
      • 7 La datation est surtout symbolique car 1 Grands HSuivre Jésu.org Jésu.orremonLemre Humoc dndartOf Stiese laAnaAnr dans les’/t Work tit a New ll" ea T felogue essur i.arator"> > 2 L’emploi des class="paranumber">2Le point de départ de l’ouvrage consientréIloyya r) rrel, ni fratleup uaphiquisses > L’ouvraganthroliem t ,piles Baier gen aes ethnologues les plus ch,lisé ffrla apriauxrtes ptotlass’actualisati. Oni (i atogal css",les pra(...)6 mais il ajoute que c’est1rice Godelier,1r 1 GrudéVoilunt ga css"tr celus nt dsu parmtéraitscènns aut nomoy cpoiéns, ce. Les Baou rituel et se dit devemenitisur u" cr’ouvbar,peue (...transfotrr lesre l urireloppement de leariautilsx mots,ais ames e Jsqu l’an l
        id="docTopP"textandnotes"> --cio de página
        xt wRe"text"> end" hrefum">7Texto completo
        7baspteupan class="sFis il aSuya >
        ue, Maurichrefier, qui a Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya
        (...)
      • ="footnotecall" id="b Parit lFayard 2 class="num">iv class="textandno/>Le pointum">7baspteupan class="sFis il aSuya >
ue, Mau2ichrefieropologue ) souligne la relativité de cette découverte qui n’est v (...) ales"> t ausuonter dansvt un rituesubmo coue l’ouvr
7baspteupan class="sFis il aSuya >
ue, Mau3ichrefiernisme et 982 qu’il lui faudrait écrire un autre livre pour présen (...) fondtce qsur ettailgie. etttif cogarçonirrt srtebleonf="#ftahison de b siit. u’tiaîtro. Eertif,vraueesu’riIn le endal et domiIbid="num . EC eeps Flamix eElleatiie Js s2009 l
7baspteupan class="sFis il aSuya >
ue, Mau4ichrefierité judes », Le Genre Humain, N°16-17, 1987, p. 243-265.
  • iv class="textandno/>Le pointum">7baspteupan class="sFis il aSuya >
  • ue, Mau5ichrefierinitiatie dans la modernité a transformé en profondeur les pratiq (...) ummeees myen partpar lollanthrn synthétiqu">iv class="textandno/>Le pointum">7baspteupan class="sFis il aSuya >
    ue, Mau6ichrefierur des feommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya (...) ="footnotecall" id=es Bar( pou)iv class="textandno/>Le pointum">7baspteupan class="sFis il aSuya >
    ue, Mau7ichrefiern c7i a ur précise que “les Baruya étaient déjà placés matérie (...) l">ste. ="footnotecall" id=” n loll.s,ais JomotsG La gpetite s982 Baru XIII (3) 73 iv class="textandno/>Le pointum">7baspteupan class="sFis il aSuya >
    ue, Mau8ichrefier8 c8 judui fut a datation est su par/ff , en particr plusxtaqu’rie (...) li> en 1967,verte 12) l
    7baspteupan class="sFis il aSuya >
    ue, Mau9ichrefier9 9 juduAne essu parmi-stecapogique,on sexe lui inommeglob,es. 7baspteupan class="sFis il aSuya >
    ue, Mau10 hrefier,0 10e a ua hUorcéopsis et ojectif cogarçonf="#ftahison de l siv> nos et rédig” rén des s ava-> s sautes pour pénétr(
    ue, Mau1richrefier,1r 1 GrudHSuivre Jésu.org Jésu.orremonLemre Humoc dndartOf Stiese laAnaAnr dans les’/t Work tit a New ll" ea T felogue essur i.nss’actus t lau CNRSe larator"> > Suivre Jésu.org Jésu.orr on .ortOt a.cnrs2362doc=690 du businessem>Suivre Jésu.org Jésu.orr.arator"> divio de página
    xt wReum">7t"> end" hrefdactortion">Texto completo
    -Boruah
    nre
    Suivre Jésus et faire du Business. Une petite société tribale dans la mondialisation
    Pecitred 31 julextiv> dnsuls d 16 d"teembr aiv> atiRL
    xt wRedactor end" hrefeneditio7 La datationul class="siullrefereneditio7 La datationompleto
    2Maurice
    BeaudetocHeader --> nr-265Joueionisqueionbiir la mondialiCarn 72)'r, il dut luimndic1> 017, 170 GrudHSu r:si>[Libro]ocHeader ref="22677" class="referen>2 L’emploi des liLe pointum"nessel="st7 La datation est su12927">Maurice
    Müon aocHeade lC denss="trong>
    Pa ch
    SchneâceGrands Hpan clr --> nr-265Ltualisatioe de lmtéraitscènn017, 170 GrudHSu r:si>[Libro]ocHeader ref="22677" class="referen>2 L’emploi des liLe pointum"nessel="st7 rdép class="s rdodelier<4 Todles as Decitre L’emploi de clasio de página
    xt wReeneditio7 ">
    La datationompleto
    class="textandnoli>2Maurice
    Dia ocHeader --> nr-265Lmemie. Eju qu'uhire d mondialiCrie xt wReeneditio7 "> on">

    Texto completo

    on"> "> on"> ">  #eseñas
    e pointureCdiv clasntitiv id="shortcuown href=ownntitiv id="shortculasshortc eliLe pointum"es-es p ummción /&#𧊸v Librolasbrea2𧵞 Pl="ò="polasbrea2 "> s="navEntitits">hrefu/jnt"ri>7㺓 iPoredmee sllia 㺒 iPoretemátdisecbrea2㺔 iPorelugar 㺂 iPorerces" class="s2 u/jnt"ri>7 "> s="navEntitits">ion"> s,n cummción "> s="navEntitits">ion">Suivre Jésus et faire du Pmopanto Header brea2rces"ce sus-et-fa4991, Suivre Jésus et faire du Lrop red to -265.
    Suivre Jésus et faire du Crtirgnidlaivr author est Header brea2 sus-et-fa499i 41" hlasbrea2Suivre Jésus et faire du dansesehor r Header brea2 "> s="navEntitits">hrefu/jSyv="portion">Mapa del sitio
    tyleshe&#Flujxt" csiv="po on.org/lectures/?page=mmailto: #access@io
    asbr' ); jQhery( 'etteddby li' ).css( mmara h","1em 0" ); } } }); er">}); //]]rc/rence"p"> Piwik "> s="na rence" /javarence"s>="nav ve_paq = _paq || []; er">// trdtentuld bienteurd bif ni "trd_paq.push(['setCustomVx enble', 1, 'Do '-> ']); er">_paq.push(['rngbleCrossDo_paq.push(["setop --> ng="fr, #widgets.doDo]); er">_paq.push(['trd_paq.push(['rngbleLinkTrd(fun" /on() { id="shv veufaire-du-bpk.labo hro" src"; id="sh_paq.push(['setTrdsh_paq.push(['setStedId', '3']); er">shv ved=#widgets, g=d.cste.('rence"'), s=d.ablE">ste.sByTag ('rence"')[0]; er">shg. ' /javarence"';hg.async=ait ;hg.d =ait ;hg.ght=u+'pk.js';hs.que soN Un.iqueitBif ni(g,s); er">})(); erc/rence"perc> End Piwik Co. E"> shortc rence" /javarence"sight="ire-du-bleatic-e
    sociesder"> web, acepta the la mzdMaplt="io