Navigation – Plan du site

Jean Pascal Higelé, Lionel Jacquot (dir.), Engagements et sciences sociales. Histoires, paradigmes et formes d’engagement

Vincent Romani
Engagements et sciences sociales
Jean-Pascal Higelé, Lionel Jacquot (dir.), Engagements et sciences sociales. Histoires, paradigmes et formes d'engagement, Nancy, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Salariat et transformations sociales », 2017, 342 p., ISBN : 9782814303126.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Higelé Jean-Pascal, Jacquot Lionel (dir.), Figures de l'engagement. Objets, formes, trajectoires, N (...)

1Cet ouvrage est issu du premier Festival international de sociologie (FISO) tenu à Épinal en octobre 2015, portant sur les « figures de l’engagement ». Il propose un certain nombre de généralisations, théorisations et synthèses historiques autour de la notion d’engagement dans les sciences sociales (un second ouvrage dirigé par les mêmes auteurs porte sur des exemples précis d’engagement1). Les 15 auteurs et 6 autrices proposent, en sus de l’introduction des directeurs de l’ouvrage, 16 contributions symétriquement distribuées en quatre parties, à propos de l’engagement de la sociologie, dans la sociologie, à partir de la sociologie et du fait des sociologues. Différents questionnements sont adressés à la notion d’engagement disciplinaire, déclinée sur plusieurs axes, du plus intime et individuel au plus extérieur et politique.

  • 2 Dans ce compte rendu, le féminin générique est employé dans le seul but de ne pas alourdir le style (...)

2L’introduction positionne l’ouvrage à rebours de l’idée que l’engagement sociologique, sinon la sociologie et les intellectuelles2 critiques, auraient disparu. La seconde idée principale fondant l’ouvrage est un refus argumenté d’opposer engagement (social, politique, moral, intime) et scientificité. C’est à quoi s’emploient les contributions de la première partie, qui interroge l’engagement à partir de la figure de l’intellectuelle prenant politiquement position. Geneviève Fraisse, philosophe féministe, opère un retour réflexif sur sa carrière et montre comment militantisme politique et raison scientifique s’y répondent. Sur le plan pratique comme sur celui des valeurs, l’horizon qu’elle dessine renvoie à l’égalité de genre, au bon gouvernement, ainsi qu’à la cohésion et la justice sociales. Marnix Dressen propose une histoire disciplinaire de la notion d’engagement, au sens de « prise de position personnelle sur la scène publique ». Il discute une série de possibilités d’engagement, de l’obligation sartrienne d’intervenir politiquement à la nécessité durkheimienne de résoudre les problèmes publics à partir de la science, en passant par les refus contrariés de Benda et Bourdieu de sortir de la « science pure », au mépris de leur propre pratique et au risque de se contredire. Dressen finit par quelques cas historiques de « descentes au peuple » de la part d’intellectuelles en révolte. Se faisant, il prend le risque de réduire la notion d’engagement à une acception populaire et vertueuse dans le cadre de mouvements sociaux. Dans le chapitre suivant, Frédérick Moulène mobilise la critique par Marcuse de la « tolérance répressive » en démocratie libérale, qui démobiliserait tout projet de critique politique authentique. Dans un décentrement louable quoique demeurant dans les limites d’une francophonie postcoloniale, Thomas Serres montre les ruses élitistes de la critique politique à travers le culturalisme, porté par le discours de nombre d’intellectuelles algériennes qui reconduisent la vision péjorative d’un peuple qu’il s’agit de guider vers la modernité. De tout l’ouvrage, cette contribution de Thomas Serres est la seule qui parvient à s’éloigner franchement d’une vision uniquement vertueuse de l’engagement intellectuel ; il est cependant gênant que cette seule approche critique de l’ouvrage soit appliquée à un pays du Sud.

  • 3 Voir contra Bourdieu Pierre, Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Seuil, 2000 (1972) ou Su (...)

3Pour approfondir ces propos, la deuxième partie tente un certain nombre de théorisations autour de la notion d’engagement. Philippe Corcuff réfléchit au renouvellement d’une sociologie critique qui assumerait sa posture sans l’opposer à la scientificité, qui se jouerait des pièges du « politiquement incorrect » décomplexé et de l’essentialisme des « demi-savants » dominant l’espace public, et qui réussirait à penser conjointement les arcanes de la domination et l’art de la résistance. Comme dans bon nombre des contributions du livre, Durkheim est central dans les trois chapitres suivants. Salvador Juan, à partir de relectures précises de L’évolution pédagogique en France, montre en quoi Durkheim peut être considéré comme « le père de la sociologie des mouvements sociaux ». Une telle entreprise de relecture et de recherche en paternité convainc peu, de même que le renvoi, à cette fin, de Bourdieu à un incertain structuralo-fonctionalisme an-historique3. Mais l’auteur montre d’une manière aussi convaincante qu’intéressante Durkheim comme un auteur très éloigné d’une vision statique et déconflictualisée des rapports sociaux. C’est à Marx que Durkheim est confronté dans le chapitre suivant, écrit par Simon Le Roulley, pour montrer qu’ils partagent non seulement une analyse matérialiste, mais aussi des positionnements analogues concernant les relations entre politique, société, sociologie et engagement. Bien que les moyens que l’un et l’autre dégagent pour des fins communes soient opposés, l’auteur entent les arrimer pour fonder un droit à la radicalité sociologique. Nicolas Sembel montre avec brio dans le chapitre suivant en quoi, loin de s’opposer, Durkheim et Mauss partagent, sur les plans biographique et intellectuel, une même vision totale de l’action politique et de l’engagement sociologique.

4Plus diachronique, la troisième partie met en évidence les relations au politique de Durkheim (Gérard Noiriel), les déplacements politiques et intellectuels d’une carrière scientifique dédiée à l’étude de la classe ouvrière en France (Bernard Friot) et une synthèse historique du rapport des sociologues et de la sociologie britannique au politique (Baudry Rocquin). Noiriel restitue admirablement les contraintes et carrefours biographiques, politiques et scientifiques de Durkheim, qui finit par abandonner son combat pour l’autonomie de la sociologie. Friot propose une leçon d’humilité en revenant sur ses recherches et sur l’inversion de posture face à son objet, la « classe ouvrière » : s’il se voulait initialement en être un soutien, il s’est découvert ensuite en être un simple élève. Enfin, selon Rocquin, le pragmatisme des sociologues et de la sociologie britanniques renvoie à la capillarité mécanique entre la discipline, ses acteurs et le domaine politique : ce pragmatisme explique à la fois la non-institutionnalisation de la discipline, le passage au politique de nombre de ses acteurs et leur reflux hors du politique, du fait de la vague thatchérienne. Resterait de cette histoire une distinction vivante entre sociologie érudite et sociologie publique, vouée au débat citoyen.

5Les derniers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à un point de vue plus micro-sociologique de l’engagement scientifique, au niveau de l’enquête et de l’expertise : ils plaident pour un engagement social aussi ferme que maitrisé dans l’accomplissement de la recherche. Santé et sécurité au travail (Éric Drais, Mireille Lapoire Chasset, Karen Rossignol), corruption municipale (Fiorella Vinci) économie sociale et solidaire (Thomas-André Podlewski) : autant de travaux qui se revendiquent d’être au double service de l’ingénierie sociale et de la recherche scientifique. Dans cette même veine réflexive, mais en décalage éclairant d’avec les autres sujets traités dans cette partie, le dernier chapitre de Pierre Lénel et Annie-Joëlle Priou-Hasni explique les effets structurants de la violence académique sur les trajectoires et bifurcations des entrantes et des sortantes, des élues et des rejetées du système universitaire, devenant dès lors un système doublement disciplinaire.

  • 4 Sand Shlomo, La fin de l’intellectuel français. De Zola à Houellebecq, Paris, La Découverte, 2016.

6On pourra regretter deux angles morts de l’ouvrage. D’une part le cadre étroitement franco-français des études (hormis deux terrains européens et un terrain algérien). Il eut été avantageux sinon d’ouvrir ce cadre, du moins de s’interroger sur ses limites. D’autre part, à deux exceptions près, la notion d’engagement sociologique est ici pensée dans un sens uniquement vertueux, à travers des exemples positifs qui naturalisent la galaxie politique « de gauche ». Mais les mêmes mécanismes sont-ils à ce point inconnus ou impossibles de la part d’autres sociologues et intellectuelles « de droite » ? Penser cela aurait peut-être permis de mieux intégrer une réflexion critique sur les dominations nombreuses qui permettent un point de vue scientifique et engagé sur le monde social : par exemple la masculinité, la classe sociale, la blanchitude et la colonisation sanglante pourtant contemporaine du siècle du « progrès sociologique »4.

7L’intérêt du livre est de montrer différentes possibilités d’articuler engagement et scientificité, contribuant à décomplexer des positionnements encore trop souvent non assumés et prisonniers d’une vision positiviste. Les auteurs et autrices mettent en évidence une grande palette d’engagements, du plus microsociologique au plus macro-sociologique, en diachronie ou en synchronie, de l’intime au collectif. La variabilité des engagements dont il est question a pour corollaire la variabilité de la définition du politique. Ce livre contribue donc à une vision salutaire, désenchantée et sérieuse des sciences sociales, en appliquant à elles-mêmes la réflexivité qui fait leur vocation.

Haut de page

Notes

1 Higelé Jean-Pascal, Jacquot Lionel (dir.), Figures de l'engagement. Objets, formes, trajectoires, Nancy, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Salariat et transformations sociales », 2017.

2 Dans ce compte rendu, le féminin générique est employé dans le seul but de ne pas alourdir le style.

3 Voir contra Bourdieu Pierre, Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Seuil, 2000 (1972) ou Sur l’État, Paris, Seuil, 2012 ; compte rendu de Jean Ferrette pour Lectures : https://lectures.revues.org/7823. .

4 Sand Shlomo, La fin de l’intellectuel français. De Zola à Houellebecq, Paris, La Découverte, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Romani, « Jean Pascal Higelé, Lionel Jacquot (dir.), Engagements et sciences sociales. Histoires, paradigmes et formes d’engagement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23433

Haut de page

Rédacteur

Vincent Romani

Professeur de science politique, Université du Québec à Montréal, auteur de Faire des sciences sociales en Palestine : entre oppression militaire et mondialisation universitaire (Karthala-IREMAM, 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page