Navigation – Plan du site

Olivier Crasset, La santé des artisans. De l’acharnement au travail au souci de soi

Claire Oppenchaim
La santé des artisans
Olivier Crasset, La santé des artisans. De l'acharnement au travail au souci de soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2017, 288 p., préfacie d'Olivier Schwartz, ISBN : 978-2-7535-5211-1.
Haut de page

Texte intégral

1Le point de départ de l’ouvrage est un paradoxe statistique : dans les enquêtes quantitatives, les artisans apparaissent en meilleure santé que les salariés partageant des situations professionnelles, et donc des conditions de travail, similaires, et ce toutes choses égales par ailleurs. Olivier Crasset montre cependant que les problèmes de santé des artisans sont massivement sous-évalués par ces enquêtes déclaratives, à la fois pour des raisons économiques liées au statut d’indépendant et pour des raisons sociologiques liées à la culture somatique propre aux artisans. Pour analyser cette situation paradoxale, il a mené une enquête ethnographique parmi des artisans bretons afin de caractériser leur rapport au corps, ses déterminants et ses conséquences en matière de santé. Étant lui-même à la fois sociologue et artisan ferronnier d’art, Olivier Crasset a procédé par entretiens et par observations participantes lors de ses stages chez des artisans et au cours des chantiers auxquels il a participé.

2Pour définir l’artisanat, Olivier Crasset considère comme artisan « un travailleur indépendant, exerçant seul ou employant au plus dix salariés, propriétaire de ses moyens de production, participant directement à la production dans le cadre d’un travail manuel qualifié dont il maîtrise tout le processus » (p. 34). Le fait de choisir une définition fondée sur le mode de production restreint l’enquête à des travailleurs prenant toujours part à la production, et exclut d’anciens artisans qui ne s’occuperaient plus que de la gestion de leur entreprise ; cela garantit l’homogénéité du groupe étudié du point de vue des conditions de travail.

3Prenant une perspective bourdieusienne, Olivier Crasset montre que le champ de l’artisanat est structuré par la possession de divers capitaux, au premier rang desquels le capital corporel. Le corps des artisans est façonné par et pour leur métier. Par exemple, au cours de leur formation puis de leur carrière, les maréchaux-ferrants développent une musculature du dos particulière, nécessaire pour maîtriser les gestes techniques de leur métier (maintenir la patte du cheval tout en supportant le poids de l’animal, manipuler les outils) ; les ferronniers apprennent quant à eux à supporter la chaleur et les brûlures sans interrompre leur travail. L’entrée dans un métier d’artisan nécessite donc une certaine force, des compétences techniques incorporées, et un rapport au corps consistant à « ne pas s’écouter », à poursuivre le travail malgré les atteintes corporelles. Et ceux qui sont dans l’incapacité d’engranger ce capital corporel ou de le maintenir dans le temps se voient contraints à une reconversion professionnelle. Les statistiques sur la santé des artisans sont donc biaisées par l’effet travailleur sain : seuls les individus en meilleure condition physique peuvent se maintenir dans le métier. De plus, les artisans ont tendance à ne pas considérer certaines atteintes corporelles comme des soucis de santé (qu’il s’agisse de maladies ordinaires comme une grippe, ou de maladies professionnelles comme des tensions musculaires ou des douleurs articulaires), ce qui biaise également les statistiques.

4Ce capital corporel s’épuise progressivement, du fait du vieillissement et des atteintes causées par les conditions de travail ; pour se maintenir dans le métier, les artisans doivent donc le convertir. L’investissement dans des outils de production (machines et outils plus performants), qui n’est possible que lorsque l’entreprise est suffisamment installée pour garantir des bénéfices et permettre des emprunts bancaires, permet de soulager le corps en épargnant certaines tâches pénibles (manutention, chocs) : le capital corporel est alors converti en capital économique. L’insertion dans des réseaux professionnels, au fur et à mesure que le nouvel artisan fait ses preuves et démontre sa capacité de travail, lui permet de trouver des clients plus facilement, et de sélectionner les chantiers les moins pénibles : le capital corporel est alors converti en capital social. Enfin, certains artisans parviennent à développer une expertise : Olivier Crasset prend l’exemple d’un couple de ferronniers d’art, spécialisés successivement dans la restauration de cheminées puis de serrureries anciennes. Leur compétence, recherchée par des clients prestigieux et solvables, leur permet de sélectionner leurs chantiers et d’imposer leurs conditions (pas de manutention) : le capital corporel est alors converti en capital technique. Cette conversion progressive du capital corporel s’inscrit dans ce qu’Olivier Crasset appelle une circulation de la pénibilité. Le nouvel artisan doit faire ses preuves, démontrer aux autres professionnels qu’il ne rechigne pas à la tâche et n’hésite pas devant les travaux pénibles ou dangereux. Une fois installé, et lorsqu’il a la possibilité économique de sélectionner ses clients, l’artisan s’épargne les chantiers les plus éprouvants physiquement en les transférant à des artisans plus jeunes. Cette façon de préserver son capital corporel agit en outre comme un moyen de cooptation, permettant de maintenir à flot les jeunes artisans qui ont été repérés par les installés comme de bons travailleurs.

  • 1 Dans la continuité de la culture somatique des classes populaires mise en évidence par Luc Boltansk (...)

5Les artisans sont nombreux à refuser les soins et repousser ou écourter les arrêts maladie. Cela pourrait être interprété comme un désintérêt de leur part pour leur santé, ce que font parfois les professionnels de santé ; il s’agit en fait d’une façon particulière de gérer leur capital corporel dans un contexte de travail où le corps est leur premier outil. Ces comportements s’expliquent tout d’abord par des raisons économiques. Olivier Crasset identifie ce qu’il appelle un rapport biologico-économique de l’artisan à son entreprise. La santé financière de l’entreprise conditionne la possibilité pour l’artisan de refuser les travaux les plus pénibles ou d’améliorer ses conditions de travail et, inversement, un capital corporel important et bien entretenu sous-tend la capacité de l’entreprise à dégager du bénéfice. Les conditions économiques (intensité de la concurrence, niveau de la demande, facilité du crédit bancaire) influencent donc directement la santé des artisans et leur capacité à s’épargner. Deuxièmement, les artisans partagent dans leur ensemble un habitus caractéristique des classes populaires, structuré par un ethos de l’effort et un rapport instrumental au corps1. Il s’agit alors de « tirer » sur le corps, de l’utiliser jusqu’à ses limites, en s’arrêtant juste avant qu’il ne devienne inutilisable et que cela ne mette en péril la viabilité de l’entreprise. Cet ethos de l’effort va parfois jusqu’à des comportements proches d’une consommation ostentatoire du capital corporel : Olivier Crasset décrit chez les jeunes apprentis et artisans des démonstrations de force inefficaces du point de vue professionnel, mais dont le but est d’affirmer la place de l’individu dans ce groupe social (ainsi des jeunes ferronniers battant des métaux pas assez chauds pour être totalement malléables).

6Cet ouvrage présente un intérêt clair pour la sociologie des classes populaires, dont la plupart des artisans sont très proches par leur origine sociale et leur mode de vie. L’ouvrage fourmille de notations sur le fonctionnement de ce groupe social, qu’il s’agisse de la régulation collective en matière de consommation d’alcool, de la transmission des manières de faire, ou encore du rôle des femmes d’artisans dans la prévention au travail. L’auteur montre également l’effet de la socialisation et de la trajectoire individuelle sur les façons de travailler et de gérer son capital corporel. Il distingue ainsi les hommes de métier, issus de milieux populaires, passés par un CAP et un contrat d’apprentissage, socialisés précocement dans le milieu de l’artisanat, et les artisans-créateurs, issus généralement de la classe moyenne intellectuelle, dotés d’un fort capital culturel, dont l’entrée dans l’artisanat fait parfois suite à une reconversion professionnelle et qui vivent l’artisanat sur le mode de la vocation. Si les premiers ont une vision instrumentale du corps et considèrent son usure comme normale et inévitable, les artisans-créateurs peuvent parfois, mais pas systématiquement, avoir une vision organique du corps, et privilégier des techniques de prévention visant à éviter un vieillissement prématuré perçu comme anormal ; ils parviennent également plus facilement à utiliser leur capital culturel pour compenser un capital corporel dégradé.

7L’ouvrage représente également un apport pour les politiques de santé. Il permet en effet de comprendre les raisons et modalités des refus de soins et d’arrêts de travail, et montre par exemple le rôle de la formation : les artisans des plus jeunes générations, sensibilisés durant leur formation initiale aux questions de sécurité au travail, sont plus prompts à utiliser les équipements de protection, et y socialisent parfois les artisans plus âgés avec lesquels ils travaillent. Olivier Crasset montre encore les effets ambivalents du Code du travail pour les artisans employeurs : d’une part la volonté de protéger leurs salariés les conduit à prendre en charge les tâches les plus dangereuses ; d’autre part l’obligation de respecter certaines normes sur les machines et l’organisation de l’atelier pour leurs salariés permet par ricochet d’améliorer les conditions de travail et donc la santé de ces artisans employeurs.

8Enfin, un dernier intérêt de cet ouvrage est d’introduire les questions de genre, de façon superficielle cependant, en étudiant quelques femmes artisanes, qui adoptent la même vision instrumentale du corps et les mêmes comportements que les hommes artisans.

Haut de page

Notes

1 Dans la continuité de la culture somatique des classes populaires mise en évidence par Luc Boltanski. Luc Boltanski, « Les usages sociaux du corps », Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, vol. 26, n° 1, 1971, p. 205-233, disponible en ligne : http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1971_num_26_1_422470.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Oppenchaim, « Olivier Crasset, La santé des artisans. De l’acharnement au travail au souci de soi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 19 septembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23454

Haut de page

Rédacteur

Claire Oppenchaim

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon. Professeur agrégée de sciences économiques et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page