Navigation – Plan du site

Jean-Luc Le Cam (dir.), Éducation privée et pratiques préceptorales du XVe au XIXe siècle : volume 1

François-Ronan Dubois
Éducation privée et pratiques préceptorales du XVe au XIXe siècle : volume 1
Jean-Luc Le Cam (dir.), « Éducation privée et pratiques préceptorales du XVe au XIXe siècle : volume 1 », Histoire de l'éducation, n° 143, 2015, 166 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847886542.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Klein Boris, Les Chaires et l’esprit. Organisation et transmission des savoirs au sein d’une univer (...)
  • 2 Verneuil Yves (dir.), « Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndical (...)

1Ces dernières années, l’actualité de la recherche en histoire de l’éducation pour la première modernité est particulièrement riche. Récemment, paraissait aux Presses Universitaires de Lyon Les Chaires et l’Esprit, un ouvrage de Boris Klein consacré à l’université de Helmstedt au XVIIe siècle1 ; et l’année dernière, la revue Histoire de l’éducation faisait paraître un numéro sur les carrières enseignantes à l’époque moderne, du XVIIe au XIXe siècles2. Le présent volume, premier des deux numéros de la même revue pour l’année 2015, offre également trois précieuses études sur cette époque.

  • 3 « L’éducation du prince par les arts du discours au XVe siècle : l’oratio comme outil de formation (...)

2La première d’entre elles, que l’on doit à Monica Ferrari, concerne les Sforza et le rôle de l’oratio dans la formation de l’élite milanaise au XVe siècle3. L’auteure y montre de quelle manière l’acquisition des principes de la rhétorique latine dépasse de loin, pour les Sforza, la seule participation à une culture partagée mais tient de l’appropriation pratique de compétences oratoires et, par conséquent, politiques et même diplomatiques. En effet, les liens entre l’apprentissage rhétorique de l’élite nobiliaire et la performance diplomatique, au sens quasi théâtral, sont très étroits. Les jeunes princes et princesses composent avec leurs maîtres des discours qu’ils sont susceptibles de réciter aussi bien devant des cours étrangères que devant leurs propres parents, se transformant ainsi en agents du pouvoir milanais dans les relations internationales. L’excellence de la formation rhétorique nobiliaire joue ainsi un double rôle : d’un premier point de vue, elle est évidemment le moyen d’acquérir des compétences jugées nécessaires à l’exercice du pouvoir, et en particulier au gouvernement de la cité ; d’un second point de vue, elle manifeste le prestige intellectuel d’une dynastie encore jeune. En théâtralisant l’éducation des princes, Francesco Sforza donne en effet l’assurance que la lignée pourra se perpétuer à la tête de Milan, et qu’elle ne se résume pas aux seules qualités propres de son fondateur. L’éducation particulière du prince ou de la princesse entouré-e de ses précepteurs n’est donc pas nécessairement une éducation privée : tout au contraire, elle organise un jeu de regards et de représentations, pour consolider le pouvoir familial.

3C’est à un autre milieu social que se consacre Jean-Luc Le Cam, en examinant dans un long article les rapports entre éducation publique et éducation privée dans l’Allemagne du XVIIe siècle. Il se consacre en particulier au duché de Brunswick-Wolfenbüttel et procède au dépouillement des sermons funèbres, composés pour des habitants aux profils très divers. Ces sermons, qui contiennent souvent des indications sur les années de formation du défunt ou de la défunte, et dont certains au demeurant sont composés pour des enfants, sont une source précieuse pour l’histoire de l’éducation. Grâce à eux, Le Cam montre qu’instruction privée et éducation publique vont souvent main dans la main, quoique les rapports puissent être conflictuels. D’abord, il est établi que les maîtres d’école complètent leur activité d’enseignement principale par des leçons privées, pour un ou plusieurs enfants, qui sont, l’auteur le montre, parfaitement admises par l’administration. Ensuite, les familles, selon leurs moyens, peuvent faire appel à toute une population d’enseignants privés, des répétiteurs, qui sont en somme une aide à la mémorisation, aux véritables et coûteux précepteurs privés.

4Les précepteurs privés à part entière, qui prennent en charge l’éducation complète d’un enfant ou, parfois, d’un groupe d’enfants familial, demeurent assez rares et réservés à une élite ainsi qu’aux premières années de formation, avant que la spécialisation croissante des enseignements ne requière l’intervention de professeurs différents. En revanche, les professeurs particuliers sont légions pour des matières spécifiques, par exemple la musique, et viennent compléter alors la formation scolaire suivie en commun. Enfin, les répétiteurs, encore élèves eux-mêmes, sont souvent payés par le gîte et le couvert et représentent en cela un personnel relativement accessible pour la bourgeoise luthérienne. En somme, l’espace domestique reste l’un des espaces principaux d’éducation, à côté de l’espace scolaire avec lequel il entretient un rapport dynamique. L’existence de ces pratiques d’éducation privée est par ailleurs une assurance économique pour les étudiants et les jeunes diplômés qui trouvent là, à tous les niveaux, des emplois où exercer leurs compétences, en attendant une situation plus stable dans les établissements publics, ou bien tout simplement une sorte d’internat domestique, qui leur permet de poursuivre leurs études loin de leur ville natale.

5Les deux articles du dossier principal montrent ainsi la complexité des rapports entre public et privé qui sont en jeu dans l’éducation particulière : remarquables l’un comme l’autre, ils restituent toutes les nuances précieuses de l’analyse historique. Non moins remarquable est la contribution hors dossier de Xavier Bisaro, consacrée à l’éducation musicale populaire à Lyon au XVIIe siècle. L’auteur y étudie les écoles de charité, destinées aux enfants les plus pauvres, et met en évidence la place qu’y tient le chant en latin et en français dans l’apprentissage de la lecture élémentaire. Il montre en effet que la maitrise du chant religieux, est étroitement associée à celle de la lecture, puisque le corpus latin est le même. Xavier Bisaro suggère ainsi que la pratique du chant et l’apprentissage de la lecture ne relevaient pas seulement d’un souci de christianiser les populations les plus pauvres en les initiant aux fondamentaux du rituel de la messe. Au contraire, ces fondamentaux étaient aussi un viatique pour une alphabétisation véritable, dont les résultats modestes ne doivent pas conduire à sous-estimer la cohérence d’un projet pédagogique d’ensemble. Cette cohérence est attestée, selon l’auteur, par les rapports des visiteurs scolaires, qui établissent le souci de contrôler une pratique et de la perfectionner.

6En somme, ces trois articles, au-delà de leur intérêt propre, font bien saisir les enjeux d’une recherche en histoire de l’éducation qui continue à interroger les catégorisations faciles des pratiques éducatives de l’époque moderne, pour mettre en évidence des dynamiques complexes qui méritent d’être analysées avec la plus grande précision.

Haut de page

Notes

1 Klein Boris, Les Chaires et l’esprit. Organisation et transmission des savoirs au sein d’une université germanique au XVIIe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2017. Voir la recension que j’en ai proposée pour Lectures : https://lectures.revues.org/23214.

2 Verneuil Yves (dir.), « Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles) : volume 1 », Histoire de l’éducation, n°145, 2016.

3 « L’éducation du prince par les arts du discours au XVe siècle : l’oratio comme outil de formation et jeu de regards à la cour de Francesco Sforza », p. 37-60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Jean-Luc Le Cam (dir.), Éducation privée et pratiques préceptorales du XVe au XIXe siècle : volume 1 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 23 septembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23482

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant à l’Université Grenoble Alpes (Litt&Arts), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page