Navigation – Plan du site

Alban Bouvier, Raphaël Künster (dir.), Croire ou accepter. Analyses conceptuelles et études de cas

Olivier Cléach
Croire ou accepter ?
Alban Bouvier, Raphaël Künstler (dir.), Croire ou accepter ? Analyses conceptuelles et études de cas, Paris, Editions Hermann, coll. « Philosophie », 2016, 327 p., ISBN : 978-2-7056-9249-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alban Bouvier, comme directeur de thèses ou comme membre du comité de suivi des thèses, est le lien (...)
  • 2 Chacun de ces terrains renvoie à un chapitre de l’ouvrage.
  • 3 Essentiellement, « Belief and Acceptance », Mind, n° 98, 1989, p. 367-389 (traduit dans le premier (...)

1Cet ouvrage de philosophie appliquée et conceptuelle formalise les réflexions d’un groupe de travail constitué à la suite d’un workshop qui s’est tenu à l’université d’Aix-Marseille en mars 2011, autour du thème « Social epistemology and cognitive sociology ». Il propose un ensemble de textes de philosophes et de sociologues1, construits sur le même principe : expliquer un cas concret, actuel ou non (terrorisme islamique, affaire Outreau, militantisme écologique, Front national, Solidarnosc, affaire Poisson et cas Le Verrier2), à partir de la distinction que Laurence Jonathan Cohen (1923-2006) opère entre croyance (belief) et acceptation (acceptance)3. Pour le groupe à l’origine du livre, l’enjeu principal consiste à éprouver la valeur heuristique de ce distinguo ainsi que sa capacité à expliciter des cas pratiques, à mieux « comprendre le réel empirique ». Ainsi, chaque auteur propose son interprétation de la thèse de Jonathan Cohen et indique dans si son pouvoir explicatif lui semble suffisant ou si elle devrait être précisée, ajustée, complétée, amendée…

  • 4 En français, to accept signifie aussi bien « accepter » que « reconnaître comme valide » ou « admet (...)
  • 5 « Il pleut, mais je ne crois pas qu’il pleut ».
  • 6 C’est d’ailleurs sur cet aspect que les travaux de Margareth Gilbert (Living Together. Rationality, (...)

2Dans une introduction générale, Alban Bouvier souligne les angles morts de cette démarcation entre la croyance et l’acceptation (soit du fait des apories intrinsèques à la thèse, soit du fait de la traduction des deux termes4), mais aussi les débats philosophiques qu’elle suscite. Elle permet, selon Jonathan Cohen, de rendre le paradoxe de Moore5 acceptable en le reformulant ainsi : « il pleut, mais je n’accepte pas qu’il pleut ». Mais elle permet aussi de saisir si cette distinction, qui porte essentiellement sur des croyances individuelles, pourrait résister au passage à des croyances collectives6 (l’intérêt ne portant alors plus sur des individus mais sur des organisations). La question sous-jacente est de « savoir si expliquer les croyances collectives […] consiste à retrouver les raisons qu’on les acteurs sociaux de croire à ce qu’ils croient ou si les croyances collectives ne sont pas essentiellement le fruit de processus dans lesquels l’esprit des acteurs reste foncièrement passif, le produit de ce qu’on appelle alors simplement des causes » (p. 19-20). Autrement dit, ces croyances sont-elles de l’ordre du belief ou de l’acceptance ?

  • 7 Alban Bouvier s’inscrit dans la lignée de Raymond Boudon (Raison, bonnes raisons, Paris, PUF, 2003) (...)
  • 8 Cohen prend comme exemple des jurés d’assises : sur quoi se fonde leur jugement ? Leur décision (co (...)
  • 9 On peut croire sans accepter et accepter sans croire, de façon raisonnable.
  • 10 La conception que Hume se fait de la croyance, selon Jonathan Cohen, à différencier de la croyance (...)
  • 11 Que J. Cohen oppose à « l’activité orientée vers un but ou la poursuite d’un but » (goalseeking).
  • 12 Le sens commun de l’acceptation étant plutôt : « acte de langage de l’assentiment par lequel quelqu (...)
  • 13 Mais, on peut accepter une proposition sans forcément y croire, si elle est justifiée.
  • 14 « Quelqu’un qui accepte que p accepte, de ce fait, toutes les conséquences déductives de la proposi (...)

3Alban Bouvier nous rappelle par ailleurs que l’idée générale et les questionnements du livre ne sont pas spécifiques à la philosophie. Ils consistent à identifier les « bonnes raisons7 » (d’agir, de s’engager, d’adopter des comportements, de faire choix ou encore d’adhérer à une proposition8…) à partir de deux formes de croyance, de deux types d’états mentaux considérés comme des éléments « moteurs » de l’intention ou de l’action : la croyance proprement dite et l’acceptation. L’intérêt des travaux de Cohen, rappelés à travers la traduction d’un de ses textes dans le chapitre 1, tient au fait qu’ils différencient9 la croyance et l’acceptation, même si les deux concepts peuvent être par ailleurs intimement liés. La croyance serait le fruit « d’un processus involontaire et largement inconscient »10 (p. 8), et donc, en grande partie, incontrôlable. Au même titre que les désirs11, elle peut être une des causes de l’action. L’acceptation renverrait au registre de « l’argumentable » ; elle serait le produit d’un engagement et d’un raisonnement fondés sur des propositions argumentées et sur un choix volontaire, et elle préciserait la notion de « jugement ». Plus minutieusement, Jonathan Cohen définit l’acceptation comme « un acte mental (tout comme l’était souvent ce qui était appelé “jugement”), c’est-à-dire un système, un “pattern” ou encore une règle pour l’action mentale, plutôt qu’un acte de langage »12 (p. 33). Bref, l’acceptation peut s’expliquer par différents motifs (une croyance13, la solidarité, la nécessité, des convictions morales, la contrainte, la loyauté…) et elle implique toujours « un choix conscient et volontaire d’une ou plusieurs prémisses » (p. 36). L’acceptation porte sur le choix de propositions, de règles (pour x raisons), mais aussi sur toutes les conséquences possibles de ce choix14, –ce qui n’est pas le cas de la croyance. Ces choix imbriqués participent d’un processus d’engagement. Pour complexifier encore l’ensemble, Cohen distingue l’acceptance prudentielle ou pragmatique, qui se rapporte à l’utilité, et l’acceptance évidentielle ou épistémique, qui elle renvoie à la recherche de la vérité (certains préférant alors le terme d’assentiment épistémique).

4Pour Jonathan Cohen, cette distinction, dans un contexte épistémique donné, permet à la fois de comprendre rétrospectivement les actions d’une personne, mais aussi son raisonnement prospectif (p. 53), d’avoir les tenants et les aboutissants du processus qui conduit à une prise de décision, à une action, à une adhésion.

  • 15 Raymond Boudon, Essais sur la théorie générale de la rationalité, Paris, PUF, 2007.

5Disons-le d’emblée, la lecture de l’ouvrage n’est pas aisée, notamment pour le lecteur non philosophe, du fait même que les travaux de Cohen balayent un large éventail de sous-disciplines philosophiques (politique, de l’esprit, de la connaissance...). Mais la persévérance vaut la peine. Cet ouvrage est une contribution substantielle à la théorie générale de la rationalité15. Il apporte des éléments de compréhension par rapport aux questions liées à la rationalité sous toutes ses facettes (cognitive, axiologique...). Certaines questions comme celle de la responsabilité auraient mérité d’être débattues davantage (notamment sous l’angle de l’analyse culturelle ou éthique). Par exemple, peut-on être tenu pour responsable de ce qu’on croit ou de ce qu’on accepte, ou alors simplement des conséquences de ces croyances et acceptations, c’est-à-dire de leur mise en action ? Ou encore, quelle est la place de la sérendipité, de l’inattendu, de la manipulation, de l’intérêt, de la « faiblesse des volontés » dans l’action ?

6L’autre intérêt du livre que nous pouvons signaler tient à l’exercice imposé aux contributeurs : confronter l’approche de Cohen et des terrains. En effet, à travers la confrontation entre théorie et pratique, nous entrevoyons les limites de l’abstraction en question lorsqu’elle est poussée dans ses retranchements. L’ouvrage témoigne ainsi de la complémentarité de deux disciplines : la sociologie et la philosophie.

  • 16 Même si Cohen en dit quelques mots dans son texte : il laisse supposer que la connaissance se situe (...)

7Pour finir, il nous semble qu’il aurait été intéressant, au moins heuristiquement et pour la compréhension globale, de renseigner plus avant certaines distinctions connexes : par exemple, croyances et connaissances16 ou encore accord et acceptation.

  • 17 Ibid.
  • 18 Gérald Bronner, L’empire des croyances, Paris, PUF, 2003.
  • 19 Pascal Engel, Believing and Accepting, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2000.

8Dans cette optique, la lecture de cet ouvrage peut être complétée à profit par les travaux de Raymond Boudon17, mais aussi de Gérald Bronner, L’empire des croyances18, ou de l’ouvrage dirigé par Pascal Engel, Believing and Accepting19, pour ne citer qu’eux.

Haut de page

Notes

1 Alban Bouvier, comme directeur de thèses ou comme membre du comité de suivi des thèses, est le lien entre tous les auteurs.

2 Chacun de ces terrains renvoie à un chapitre de l’ouvrage.

3 Essentiellement, « Belief and Acceptance », Mind, n° 98, 1989, p. 367-389 (traduit dans le premier chapitre), « Should a jury say what it believes or what it accepts ? », Cardozo Law Review, n° 13, 1991, p. 465-483, et Essay on Belief and Acceptance, Oxford, Clarendon Press, 1992.

4 En français, to accept signifie aussi bien « accepter » que « reconnaître comme valide » ou « admettre », ou bien encore « se résigner à ». Ainsi, le mot « acceptance » peut se traduire par acceptation (traduction classique) ou par assentiment (le choix d’Alban Bouvier). Par ailleurs, la notion de croyance est souvent confondue avec d’autres concepts, comme celui de valeur, notamment dans le domaine de l’éthique. En ce sens, les croyances renvoient, entre autres, à la question de la vérité (vrai ou faux), davantage qu’à celui de la justice qui relève de l’éthique et/ou de la morale (cf. Olivier Cléach, Éthique dévoyée vs éthique authentique, Québec, IDÉA, 2012).

5 « Il pleut, mais je ne crois pas qu’il pleut ».

6 C’est d’ailleurs sur cet aspect que les travaux de Margareth Gilbert (Living Together. Rationality, Sociality and Obligation, London, Rowman and Littlefield Publisher, 1996) apportent une valeur ajoutée aux thèses de Cohen, notamment en introduisant la notion de « co-engagement ».

7 Alban Bouvier s’inscrit dans la lignée de Raymond Boudon (Raison, bonnes raisons, Paris, PUF, 2003) dont il a été l’assistant.

8 Cohen prend comme exemple des jurés d’assises : sur quoi se fonde leur jugement ? Leur décision (coupable ou non coupable) se fonde-t-elle sur leur intime conviction (croyance) ou est-elle la conséquence d’une suite de proposition argumentée, des données présentées lors du procès (acceptation) ?

9 On peut croire sans accepter et accepter sans croire, de façon raisonnable.

10 La conception que Hume se fait de la croyance, selon Jonathan Cohen, à différencier de la croyance au sens de Descartes qui renvoie, elle, à la notion d’acceptation (assentiment de la volonté).

11 Que J. Cohen oppose à « l’activité orientée vers un but ou la poursuite d’un but » (goalseeking).

12 Le sens commun de l’acceptation étant plutôt : « acte de langage de l’assentiment par lequel quelqu’un donne son accord verbal à une proposition qui lui est faite, que cet accord soit ou non le reflet de son véritable état d’esprit » (p. 33).

13 Mais, on peut accepter une proposition sans forcément y croire, si elle est justifiée.

14 « Quelqu’un qui accepte que p accepte, de ce fait, toutes les conséquences déductives de la proposition que p » (p. 51). Il accepte tous les effets (attendus ou non) de cette implication, sans toutefois toujours percevoir clairement l’ensemble des tenants et des aboutissants (principe de rationalité limitée). Traduit dans un contexte électoral, nous pourrions dire de façon basique que le fait de choisir X comme président de la République, c’est non seulement accepter son programme, mais aussi élire les représentants de la nation qui lui permettront de le mettre en œuvre. Bien entendu, la réalité est plus complexe.

15 Raymond Boudon, Essais sur la théorie générale de la rationalité, Paris, PUF, 2007.

16 Même si Cohen en dit quelques mots dans son texte : il laisse supposer que la connaissance se situe du côté de l’acte « conscient et volontaire d’acceptation, justifié de manière appropriée et qui recueille un écho dans l’ensemble de la communauté scientifique pertinente » (p. 57).

17 Ibid.

18 Gérald Bronner, L’empire des croyances, Paris, PUF, 2003.

19 Pascal Engel, Believing and Accepting, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Alban Bouvier, Raphaël Künster (dir.), Croire ou accepter. Analyses conceptuelles et études de cas », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 27 septembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23489

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page