Navigation – Plan du site

Nicolas Duvoux, Les inégalités sociales

Marie Duru-Bellat
Les inégalités sociales
Nicolas Duvoux, Les inégalités sociales, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2017, 125 p., ISBN : 978-2-13-062715-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple l’article d’André Villeneuve, « Construire un indicateur de précarité : les étapes (...)

1Sociologue spécialiste des questions de solidarité et des politiques publiques qui s’efforcent de la promouvoir, Nicolas Duvoux présente, sur le thème large et de prime abord rebattu des inégalités sociales, un « Que sais-je » parfaitement représentatif de l’ambition de cette collection, synthétique et précis, instructif et riche de références très récentes, tout en restant clair et accessible. L’auteur a de plus le mérite de ne pas omettre les débats, parfois vifs, qui portent sur ce thème, d’autant plus que, comme il le souligne d’emblée, toute mesure des inégalités revêt un caractère conventionnel, qui rend incertaine toute évaluation qui se voudrait « objective » et hégémonique. Ainsi, dans un premier chapitre, il présente la pluralité des indicateurs concevables, leur sensibilité aux conventions et aux nomenclatures retenues, et la nécessité de les combiner pour produire un diagnostic toujours polémique… et inachevé. En effet, un lecteur averti pourra s’étonner de l’absence de mention de dimensions de la pauvreté étudiées classiquement, y compris par l’INSEE, telles que la précarité ou la pauvreté ressentie1. Il reste que les repères chiffrés fournis sont nombreux, qu’il s’agisse des taux de pauvreté relative (variable de 8,1 à 14,1 % en France, en 2014, selon le seuil retenu eu égard au revenu médian, 50 % ou 60 %), ou la part des richesses possédées par les 1 % les plus riches (23,5 % contre 50-60 % au début du XX° siècle). Dans ce chapitre, l’auteur aborde également la question, elle aussi très sensible aux outils de mesure, de la reproduction sociale et notamment du déclassement, de manière très (sans doute trop) synthétique ; certes, le lecteur sera ainsi convaincu du caractère conventionnel de tous ces chiffres, mais il restera peut-être un peu sur sa faim quant à savoir si l’on peut ou non parler de déclassement, de même d’ailleurs que sur l’évolution des inégalités sociales face à l’école

2Dans un second chapitre, Nicolas Duvoux résume de manière cette fois plus univoque l’évolution des inégalités dans les pays développés, dominée par l’accroissement du poids démographique des très riches d’une part, et la stagnation voire la baisse des revenus les plus modestes d’autre part. Le rôle de la mondialisation à cet égard est brièvement discutée, l’auteur soulignant la responsabilité que n’en tiennent pas moins les pouvoirs publics et les politiques des pays. C’est notamment ce qui explique la relative discrétion de ces évolutions en France, même si l’on y assiste également à cette « repatrimonialisation » (soit une augmentation du poids du capital par rapport au revenu) soulignée par Thomas Piketty dans nombre de pays (une évolution par ailleurs contestée par certains économistes, tels que Matthew Rognlie aux États-Unis ou Etienne Wasmer en France). Au niveau mondial, les analyses de Branko Milanovic sont présentées, qui concluent, au-delà d’une augmentation des inégalités moyennes entre pays, à une baisse globale de l’inégalité quand on pondère les pays par leur population, du fait de l’enrichissement relatif de pays très peuplés au premier rang desquels la Chine. Mais le caractère conventionnel de la mesure est ici patent, car ce n’est qu’en termes relatifs qu’on peut inclure dans les perdants de la mondialisation les classes moyennes des pays occidentaux alors que les plus pauvres de la planète sont à la fois bien plus pauvres en termes absolus et plus nombreux… Le sentiment de déclassement des premiers est décidément bien autre chose que la pauvreté absolue des seconds ! Mais, dans ce livre comme dans la majorité de la littérature sur les inégalités, c’est le point de vue national qui prévaut sur une approche globale, plus difficile à instrumenter techniquement et moins sensible sur le plan politique. Cette « contamination » des indicateurs statistiques par des considérations sociopolitiques s’observe aussi dans les politiques de correction des inégalités elles-mêmes, qui peuvent être empreintes de présupposés sociaux. C’est ce qu’illustre la typologie des régimes de protection sociale conçue par Gosta Esping-Andersen, quand notamment le modèle de l’État social qui prévaut en France s’avère articulé avec un mode d’organisation spécifique de la famille consacrant la dépendance des femmes et des jeunes, lui-même objet de critiques de la part de sociologues féministes comme Jane Lewis.

3Dans un troisième chapitre, Nicolas Duvoux se centre sur les inégalités produites via « l’assignation à une identité » (p. 56). Les processus à l’œuvre sont multiples. Il y a tout d’abord, au cœur des inégalités, un phénomène général d’accaparement de ressources par lequel un groupe se les réserve avec des argumentations variées, mobilisant souvent la « nature », comme c’est le cas concernant les inégalités entre hommes et femmes, tandis que par ailleurs les invocations ouvertes de la « race » s’estompent au profit de facteurs dits culturels ou encore religieux. Mais dans tous les cas, on se fonde sur une catégorisation entre « eux » (ou elles) et « nous », sur la base de laquelle différents types de discrimination peuvent s’installer, et dont l’appréhension empirique n’est pas toujours aisée (comme le montre le cas de la discrimination salariale à l’encontre des femmes, puisqu’entre hommes et femmes, rien n’est « égal par ailleurs » dans le monde du travail, la discrimination n’apparaissant que comme un résidu, une fois toutes les différences prises en compte). Une part de cet accaparement des ressources se fabrique par des phénomènes de ségrégation dans l’espace, comme c’est le cas pour ces « effets de quartier » de plus en plus étudiés dans la sociologie américaine. Cette dernière insiste également sur les phénomènes de stigmatisation, quand il s’agit de « désigner et qualifier négativement les différences et les identités » (p. 78), à l’instar des personnes homosexuelles. Réduites à une dimension, connotée négativement, de leur identité, les personnes en souffrent même si paradoxalement, certaines de ces « identités » peuvent être revendiquées. On est un peu surpris, à ce point, de ne pas voir évoquée la notion de stéréotype, chère à la psychologie sociale, de même que le mécanisme fondamental de « menace du stéréotype » mis en évidence par cette dernière, qui explique le handicap tout à fait objectif que les personnes visées par un stéréotype supportent quand elles craignent, par leur comportement, de conforter ledit stéréotype. Le volume prescrit d’un « Que sais-je ? » est ici en cause, mais peut-être aussi la méfiance quasi atavique des sociologues français envers la psychologie sociale, qui leur fait préférer de fait la perspective des économistes…

  • 2 Voir, entre autres, « Figures de la domination », Revue Française de Sociologie, 2004, 45, 1, 469-4 (...)

4C’est néanmoins bien le sociologue qui s’affirme dans le quatrième chapitre, où l’accent est mis sur la place des classes sociales dans les rapports sociaux inégalitaires. Après un rappel historique des théories et des nomenclatures afférentes, l’auteur revient sur la polarisation déjà pointée concernant les revenus, entre les deux extrémités de la distribution des revenus et à l’intérieur même du salariat, en insistant sur les évolutions qualitatives à l’œuvre : clivage croissant selon le niveau d’éducation (sans que soit posée la question de savoir si le diplôme ne devient pas un facteur de plus en plus fort d’immobilité sociale, toujours inégalement possédé et de plus en plus nécessaire), fragmentation des salariés avec le développement du travail indépendant, marginalisation des ouvriers et montée du concept d’exclusion, à telle enseigne que pour l’auteur l’opposition entre inclus et exclus vient remplacer l’opposition entre les classes sociales. Du côté des sociologues, de nouveaux concepts sont travaillés (l’exclusion mais aussi la « disqualification sociale » dans la mouvance de Serge Paugam), mais aussi de nouvelles facettes des inégalités (en matière de santé physique et mentale par exemple, ou en matière culturelle, où les frontières classiques entre classes semblent se brouiller), ou encore de nouvelles échelles d’observation (plus fines que la traditionnelle grille des classes sociales). La question de savoir si la notion de domination est toujours pertinente pour caractériser les rapports entre groupes sociaux est posée pour clore ce chapitre, de manière certes très succincte et sans tirer parti des analyses éclairantes d’auteurs comme Danilo Martucelli2 — le prix à payer pour un format aussi compact sans doute !

  • 3 Voir notamment François Dubet, Les places et les chances, Seuil, 2010 ; Marie Duru-Bellat, Le mérit (...)

5Enfin, un dernier chapitre traite de la cumulativité et de l’individualisation des inégalités. Celles-ci entremêlent de multiples facteurs, ce qui conduit l’auteur à reprendre comme une nouveauté venue d’outre-Atlantique le terme d’intersectionnalité alors qu’on peut juger que raisonner en articulant plusieurs caractéristiques est très classique en sociologie ! Plus neuf est le fait que les inégalités sont de plus en plus vécues sur un mode individuel, comme l’on montré non seulement les analyses de Danilo Martucelli mais de nombreux travaux critiques sur la méritocratie3. Cette individualisation de la perception des inégalités occulte les processus proprement sociaux producteurs de ces inégalités et à ce titre engendre une forme nouvelle de domination. Les politiques publiques renforcent cette tendance quand elles pointent la responsabilité des personnes dans leur propre situation, ce qui constitue aussi une manière de légitimer aux yeux de tous les inégalités constatées.

6On l’aura compris, la qualité et le volume des informations fournies dans ce volume de 126 pages sont tout à fait impressionnants. Les inégalités y sont abordées non seulement sous l’angle de données chiffrées, mais comme un trait constitutif des sociétés occidentales économiquement développées, qui offre aux chercheurs un immense champ de réflexion théorique et d’exploration empirique, tout en donnant aux politiques un recul salutaire sur les tenants et aboutissants de leur action.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple l’article d’André Villeneuve, « Construire un indicateur de précarité : les étapes d’une démarche empirique », Economie et Statistiques, 1984, 168, 1, 93-105.

2 Voir, entre autres, « Figures de la domination », Revue Française de Sociologie, 2004, 45, 1, 469-498.

3 Voir notamment François Dubet, Les places et les chances, Seuil, 2010 ; Marie Duru-Bellat, Le mérite contre la justice, Presses de Sciences Po, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Nicolas Duvoux, Les inégalités sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 05 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23538

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page