Navegación – Mapa del sitio

Aurélie Épron, Ronan Le Coadic (dir.), Bretagne. Migrations et identité

Thierry Fillaut
Bretagne
Aurélie Epron, Ronan Le Coadic (dir.), Bretagne. Migrations et identité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, col. « Essais », 2017, 386 p., ISBN : 978-2-7535-5370-5.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Laurent Auzet, Alain Maillochon, Sylvie Tiercin Le Meur, « Les immigrés en Bretagne : des profils q (...)

1Faire de la Bretagne l’objet d’une réflexion portant sur les liens entre migrations et identité peut sembler surprenant. Des régions françaises, elle n’est aucunement celle qui recense le plus d’immigrés, même si leur nombre a doublé entre 1999 et 2011 et si leur profil s’est diversifié1 ; et la Bretagne n’est pas davantage perçue comme réfractaire à l’accueil de migrants. Mais elle a été longtemps terre d’émigration : de la fin du XIXe siècle aux années 1970, plusieurs centaines de milliers de Bretons ont quitté leur terre natale pour se rendre ailleurs dans l’Hexagone (région parisienne, Le Havre, Aquitaine…) ou à l’étranger (Amérique du Nord…). Or, qu’ils soient partis de Bretagne ou qu’ils s’y installent, les migrants ont en commun de voir ou d’avoir vu leur identité et leurs valeurs confrontées à celles de leur lieu d’accueil, et le rapport à leurs origines interrogé. Pour reprendre une formule d’Aurélie Épron – anthropo-historienne maîtresse de conférences à Lyon 1 – et de Ronan Le Coadic – professeur de culture et langue bretonnes à Rennes 2 –, c’est à cet écartèlement « entre deux univers symboliques : celui de leur société de départ et celui de leur société d’arrivée » (p. 379) que s’intéresse l’ouvrage collectif qu’ils ont ensemble dirigé.

  • 2 Voir le numéro thématique sur « Les étrangers dans l’Ouest de la France (XIXe-XXe siècle) » publié (...)
  • 3 Angélina Étiemble, Delphine Folliet, Anne Morillon, Patrick Veglia, Histoire et mémoire de l’immigr (...)

2Cette publication, qui réunit une vingtaine d’auteurs d’horizons disciplinaires et professionnels divers, fait suite à un cycle de séminaires organisé de 2011 à 2014 par l’Équipe de recherche sur les minorités nationales et les ethnicités (Ermine) du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC, UBO Brest) et à un partenariat avec le Musée de Bretagne, qui a présenté une exposition temporaire sur le thème « Migrations Bretagne-monde » à Rennes en 2013. Il participe également d’un mouvement de recherche sur l’immigration qui s’est développé depuis le début des années 2000 dans la région, sous l’impulsion notamment d’historiens et de sociologues2, entre autres en réponse à l’appel d’offres « Histoire et mémoires des immigrations en régions » lancé par le Fonds d’action et soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations en 20053.

3C’est la notion de diaspora, souvent convoquée à propos des Bretons, qui sous-tend la réflexion. Les trois parties qui structurent l’ouvrage en sont le reflet. La première (« Migrations ? Diaspora ? ») questionne le recours à cette notion, au regard de l’évolution récente des migrations internationales, ainsi que le processus de sa construction comme concept. La deuxième (« Émigrations bretonnes »), de loin la plus étoffée en nombre de contributions (11 contre 6 pour chacune des deux autres parties) et de pages (150 contre environ 90 et 100), examine le cas breton au travers de quelques exemples emblématiques d’hier et d’aujourd’hui : dépopulation costarmoricaine, Bretons à Paris, positionnement du clergé, réseaux sociaux…. Enfin, après un point sur l’immigration dans la région au cours du XXe siècle, la troisième partie (« Migrant.e.s en Bretagne ») s’intéresse à diverses communautés qui s’y sont établies au fil du temps, à leurs rapports avec les autochtones et à leurs représentations réciproques.

4Poser le cadre et préciser les termes constituent le premier temps de l’ouvrage, un premier temps d’autant plus nécessaire que les mobilités contemporaines se traduisent « par une difficulté croissante à catégoriser les migrants » (Catherine Withol de Wenden, p. 31). En ce qui concerne la notion de diaspora, elle s’est banalisée. Son usage social, favorisé entre autres par internet, a connu un glissement sémantique pour revêtir « une connotation positive qui met non plus l’accent sur le malheur de l’exil » – comme dans le cas des diasporas classiques (Juifs, Arméniens…) – « mais chante au contraire les vertus supposées du cosmopolitisme qui lui est associé », ce qui rend « toute migration… susceptible d’être ainsi qualifiée, quels qu’en soient les caractéristiques, l’amplitude ou les motifs » (Chantal Bordes-Benayoun, p. 46). Quant à l’utilisation du concept de diaspora par les chercheurs en sciences sociales, elle l’a souvent été « comme un substitut à celui de groupe ethnique ou de communauté » (Chantal Bordes-Benayoun, p. 52) tandis que la démarche d’analyse des phénomènes diasporiques se heurte, comme le montre celle de l’émigration irlandaise, aux « mémoires hégémoniques, c’est-à-dire aux récits dominants » qui veulent en imposer le sens (Éamon Ó Ciosán, p. 83).

5Dans la deuxième partie, le traitement des migrations bretonnes met l’accent sur les deux dimensions essentielles qui définissent les diasporas : la dispersion géographique, étudiée principalement au travers des migrations métropolitaines (en 1946, un natif des Côtes-du-Nord sur quatre vit dans un autre département que son département d’origine, dont près de la moitié en région parisienne), et l’identité. L’on voit ainsi comment, au fil d’un long XXe siècle, « à l’émigration “fille de la nécessité” avant 1914 est venue s’ajouter et se superposer “l’émigration promotionnelle”, avant de laisser place à une émigration plus choisie, celle de la matière grise » (Roger Toinard, p. 146), et comment l’on est passé d’une émigration subie et douloureuse à une émigration assumée et davantage satisfaisante. Une distinction transparaît ainsi à la lecture des différents textes entre le vécu des migrants de la première phase, partis du Finistère et des Côtes-du-Nord pour fuir la misère, et celui des migrants des phases suivantes. Pour les premiers, le plus souvent bretonnants, la langue a ainsi pu être à la fois un obstacle à l’intégration et un ciment communautaire, par exemple au Havre avant 1914 (Marcel Le Moal) ou en Aquitaine dans l’entre-deux-guerres (Poleth M. Wadbled). De même, ne peut être ignorée l’attitude ambiguë du clergé, qui oscille entre, au local, une dénonciation de l’exode rural et des modes de vie urbains pour en détourner les potentiels migrants, arguments avancés par exemple dans la revue Feiz ha Breiz (Cédric Choplin), et, au loin, un souci d’accompagnement et de soutien des migrants par le biais d’associations comme la Paroisse bretonne à Paris de l’abbé Cadic. Pour les vagues suivantes de migrants, le fait que les raisons de départ ne soient plus seulement économiques, mais correspondent aussi, notamment pour les femmes, à « un désir d’indépendance qu’ils relient souvent au désir de ville » (Patrick Prado, p. 198), a pu modifier leurs relations au lieu d’accueil comme au lieu de départ. Pour tous, l’attachement au terroir et le sentiment d’appartenance prennent des formes diverses (associations culturelles, congés en famille, retour au pays à la retraite…), voire se manifestent au travers d’une revendication identitaire, chez les générations les plus récentes.

  • 4 Angélina Étiemble, Pascale Petit-Sénéchal, « Une nouvelle approche de l'immigration bretonne », Hom (...)

6En contrechamp, la dernière partie de l’ouvrage fait écho au questionnement du dossier qu’avait consacré Hommes & migrations à la région en 2006, concernant l’incidence de « l’histoire encore prégnante de l’émigration bretonne » sur les « conditions d’accueil et d’intégration des migrants » qui s’y installent4. Du côté des accueillants, la réalité est contrastée : les penchants xénophobes ont été et sont encore à l’œuvre, comme dans le reste du pays (antisémitisme de la mouvance la plus radicale du « mouvement breton » sous la Troisième République rappelé par exemple par Claude Toczé). Du côté des accueillis récents, leur expérience du local et leur intégration sociale peuvent être affectées par leurs représentations préalables, tel l’« imaginaire idyllique » des campagnes bretonnes pour les Britanniques installés en grand nombre en centre Bretagne (Aude étrillard, p. 367) ou celui du « “romantisme” (làngmàn) français » des Chinois de Brest (Chang Liu, p. 354). On pourra regretter que quelques autres exemples (migrants originaires d’Afrique entre autres) ne complètent pas ce tableau en questionnant davantage les « deux quasi-postulats » soulignés par Angélina Étiemble et Anne Morillon : « le premier, articulé à l’argument peu scientifique du “seuil de tolérance”, [qui] soutient que le faible nombre d’étrangers susciterait peu de sentiment de rejet », et le second, qui « met en avant une tradition humaniste, plus ou moins ancrée dans l’expérience migratoire des Bretons et leur vécu de minoritaire, les amenant à se monter “naturellement” bienveillants et accueillants envers l’Autre » (p. 285).

7Au final, cet ouvrage n’a nullement pour prétention d’être une synthèse exhaustive des migrations hors et vers la Bretagne d’hier à aujourd’hui. C’est, comme le soulignent ses directeurs, « un coup de projecteur » sur un domaine encore insuffisamment étudié localement. Avec eux, on ne peut que souhaiter qu’il ouvre la voie à d’autres travaux de recherche sur cette question dans la région.

Inicio de página

Notas

1 Laurent Auzet, Alain Maillochon, Sylvie Tiercin Le Meur, « Les immigrés en Bretagne : des profils qui se diversifient fortement », Insee Analyses Bretagne, n° 19, mai 2015, [en ligne : www.insee.fr/fr/statistiques/1285796].

2 Voir le numéro thématique sur « Les étrangers dans l’Ouest de la France (XIXe-XXe siècle) » publié en 2002 par les Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest et le dossier consacré à la « Bretagne, terre d’immigration en devenir » d’Hommes & Migrations en 2006.

3 Angélina Étiemble, Delphine Folliet, Anne Morillon, Patrick Veglia, Histoire et mémoire de l’immigration en Bretagne, Rapport final, Acés, Odris, Génériques, juin 2007. Vol.1 : Récit historique et mémoire de l’immigration en Bretagne, 153 p. ; vol. 2 : Les sources de l’histoire de l’immigration et des étrangers en Bretagne (XIXe-XXe siècles), 277 p. [en ligne sur www.odris.fr/documents.php].

4 Angélina Étiemble, Pascale Petit-Sénéchal, « Une nouvelle approche de l'immigration bretonne », Hommes & Migrations, n° 1260, mars-avril 2006, p. 6-7 [en ligne : www.persee.fr/doc/homig_1142-852x_2006_num_1260_1_4435].

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Thierry Fillaut, « Aurélie Épron, Ronan Le Coadic (dir.), Bretagne. Migrations et identité », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 11 octubre 2017, consultado el 18 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23570

Inicio de página

Redactor

Thierry Fillaut

Professeur honoraire d’histoire contemporaine, Laboratoire d’études et de recherche en sociologie (Labers - EA 3149), Lorient.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página