Navigation – Plan du site

Megan E. Tompkins-Stange, Policy Patrons. Philanthropy, Education Reform, and the Politics of Influence

Annabelle Berthiaume
Traduction(s) :
Megan E. Tompkins-Stange, Policy Patrons. Philanthropy, Education Reform, and the Politics of Influence
Policy Patrons
Megan E. Tompkins-Stange, Policy Patrons. Philanthropy, Education Reform, and the Politics of Influence, Cambridge, Harvard Education Press, 2016, 216 p., ISBN : 978-1-61250-913-6.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Megan Tompkins-Stange, professeure adjointe au Ford School of Public Policy de l’Université du Michigan, étudie l’engagement récent des fondations philanthropiques pour la réforme des politiques éducatives aux États-Unis. Elle analyse la manière dont ces organisations utilisent les rendements issus du placement de leur dotation sur les marchés financiers afin de financer des organismes, la recherche ainsi que différentes activités liées à l’avancement de leur mission (lobbyisme, formation de coalitions, présence médiatique, etc.). En donnant accès aux réflexions internes et aux stratégies d’investissement de quatre des vingt plus grandes fondations qui œuvrent dans le domaine de l’éducation aux États-Unis – The Ford Foundation, W. K. Kellogg Foundation, Bill and Melinda Gates Foundation et Eli and Edythe Broad Foundation –, l’auteure apporte une contribution originale au débat ancien sur le rôle que peuvent jouer les fondations philanthropiques dans la réforme des politiques publiques au sein d’une démocratie libérale. Plutôt que de partir d’une discussion de philosophie politique sur le rôle attendu du privé dans la résolution d’un problème public, l’auteure part d’une enquête de terrain pour cerner avec précision la manière dont les fondations déploient leur influence.

2Pour interroger le rôle des fondations dans la réforme des politiques éducatives, Tompkins-Stange combine l’analyse de documents d’archives et d’entrevues auprès de hauts représentants des fondations étudiées, mais aussi d’observateurs externes (universitaires, politiques, consultants et groupes financés). Si l’engagement des fondations philanthropiques dans la réforme des politiques éducatives n’est pas nouveau en soi, les vingt dernières années ont été marquées à la fois par l’augmentation du nombre de « mégafondations » – dont le capital dépasse un milliard de dollars – et par la formation de coalitions de fondations, dont le poids financier a créé un rapport de force majeur avec les politiques sur certains dossiers (par exemple : le salaire au mérite pour les professeurs, corrélé avec la performance scolaire des élèves ; l’augmentation du temps d’instruction quotidien ; la mise en place d’évaluations standardisées au niveau des états ou au niveau fédéral ; etc.). Croisant quatre études de cas, l’auteure propose une démarche de théorisation ancrée de l’engagement des fondations philanthropiques. Elle tente ainsi de comprendre certaines distinctions entre les fondations « traditionnelles » comme Kellogg et Ford, fondées au cours des années 1930, et les « nouvelles » fondations créées au début des années 2000 comme Gates et Broad.

3L’ouvrage est divisé en sept chapitres. Après une introduction au sujet de l’influence de la philanthropie sur les politiques éducatives, le deuxième chapitre présente l’histoire organisationnelle, les priorités de financement et l’expertise des quatre fondations étudiées en matière de réforme des politiques. Le troisième chapitre expose le cadre conceptuel formé des quatre variables que l’auteure détaille dans les deux chapitres suivants : le rapport des fondations aux donataires, la sélection de partenaires qu’elles opèrent pour initier l’idée d’une réforme éducative, leur définition des « problèmes » sur lesquels elles interviennent ainsi que leur mode d’évaluation des impacts de leurs investissements. Ces éléments – définis dans les paragraphes subséquents de ce compte-rendu – permettent de distinguer les approches des fondations en termes de réforme des politiques publiques. Ensuite, cette analyse conduit l’auteure à aborder, dans le sixième chapitre, certains enjeux démocratiques et politiques liés à la prédominance d’une tendance forte parmi les fondations philanthropiques depuis quinze ans : leur focalisation sur l’obtention de résultats rapides. Le livre se conclut par une discussion générale sur le rôle des fondations au sein d’une démocratie libérale.

4Ainsi, Tompkins-Stange conceptualise le rapport des fondations philanthropiques aux réformes des politiques éducatives sur un spectre opposant deux modèles d’engagement : l’un orienté vers les résultats et l’autre orienté vers le terrain. À partir des valeurs et des normes institutionnelles des fondations à l’étude, l’auteure pose quatre questions qui permettent de les positionner au sein de ce spectre :

  • 1 Notre traduction, pour toutes les citations.

5Qui détient le contrôle stratégique du projet financé ? Cette première question renvoie au contrôle (centralisé ou décentralisé) et au lien entre donateur et donataire dans l’exécution du projet financé. Ainsi, les fondations philanthropiques qui adoptent une approche orientée vers les résultats sont plus directives avec leurs donataires : elles les engagent « comme on embaucherait un contractant » (p. 70)1. Pour les fondations orientées vers le terrain, la délégation du contrôle stratégique du projet aux donataires fait partie de l’objectif de réalisation. Leurs pratiques se rapprochent alors d’une gestion du « laissez-faire », pour autant que le projet financé respecte l’orientation générale du donateur.

6Comment les fondations choisissent-elles leurs partenaires pour influencer les politiques éducatives ? Les fondations orientées vers les résultats, plus stratégiques, préfèrent une approche « grasstops », c’est-à-dire mobilisant les élites politiques (maires, sénateurs, administrateurs) et les experts (universitaires, consultants). À l’inverse, les fondations orientées vers le terrain préconisent une approche plus lente, celle du « grassroots », et mobilisent des organismes communautaires, des syndicats d’enseignants et des parents.

7Comment les fondations cadrent-elles le problème sur lequel elles interviennent ? Pour cerner cette troisième question, l’auteure oppose deux visions : l’une, plus « technique », réfère à une conception rationnelle et linéaire des problèmes sociaux (pour les fondations orientées vers les résultats) tandis que l’autre, plus « adaptative », prend davantage en compte la complexité de facteurs culturels ou systémiques qui influencent les problèmes identifiés par les fondations orientées vers le terrain.

8Enfin, comment les fondations évaluent-elles les résultats de leurs investissements ? Cette fois-ci, Tompkins-Stange distingue une évaluation quantifiable, attribuée à l’approche centrée sur les résultats, d’une « évaluation intégrée », associée à l’approche orientée vers le terrain. Dans ce cas, la distinction est fondée sur l’usage que les fondations font des mesures (quantitatives et qualitatives) et de la rhétorique argumentative (causalité/plausibilité), selon leur orientation.

9L’auteure termine en discutant des enjeux politiques et démocratiques que soulève l’influence des fondations sur les réformes éducatives. Elle mobilise des extraits d’entrevues avec des représentants de fondations qui observent les transformations du paysage philanthropique, parfois avec un certain inconfort. C’est le cas, par exemple, d’un représentant de la Gates Foundation qui commente la convergence apparente des propositions politiques du gouvernement, des entreprises et des groupes sociaux. Selon lui, en s’y attardant un peu, n’importe qui « se rendrait compte rapidement que toutes ces organisations qui chantent soudainement le même livre de messe reçoivent de l’argent de la même fondation. La Fondation Gates finance presque tous ceux qui font de l’advocacy » (p. 117). En ce sens, il reconnait le pouvoir des grandes fondations de changer le point de mire des politiques publiques sans passer par la tenue préalable d’un débat public.

10Pour l’auteure, ces alliances entre les fondations et le gouvernement soulèvent aussi certaines inquiétudes quant à la pérennité des efforts investis. Par exemple, les expériences passées ont permis de constater que le changement d’une administration gouvernementale ou le départ d’une personne clé peuvent faire s’effondrer un projet. Également, le changement des priorités d’une fondation peut signifier la fin du financement de projets dans des communautés à faible revenu. C’est ce qui s’est passé avec l’initiative des « small schools » de la Fondation Gates, lancée au début des années 2000, qui avait pour objectif de créer des milieux d’enseignement plus petits, supposément plus favorables à l’apprentissage des jeunes adolescents. N’ayant pas donné les résultats escomptés, le projet a été abandonné en 2006.

  • 2 Reich Rob, « What Are Foundations For? », Boston Review, mars 2013, en ligne : http://bostonreview. (...)
  • 3 Reich Rob, Cordelli Chiara, Bernoholz Lucy (dir.), Philanthropy in Democratic Societies, Chicago, U (...)
  • 4 Katz N. Stanley, « Reshaping U.S. Public Education Policy », Stanford Social Innovation Review, pri (...)
  • 5 Scott Janelle, « Foundations and the Development of the U.S. Charter School Policy-Planning Network (...)
  • 6 Reckhow Sarah, Snyder Jeffrey, « The expanding role of philanthropy in education politics », Educat (...)

11Tout en prenant acte de l’objectif commun de ces fondations pour changer les politiques éducatives à travers leur stratégie de financement, la grille d’analyse développée dans Policy Patrons permet un examen plus fin pour comprendre ce qui se joue entre leurs différentes approches, au fil de leur évolution. L’auteure dévoile certains questionnements des dirigeants de ces « boites noires » que sont les fondations. Elle contribue ainsi à l’étude du champ liant éducation et philanthropie et, plus largement, aux questions qui entourent le rôle des fondations dans une démocratie libérale. Elle rejoint alors les dialogues critiques avec Reich parus dans la Boston Review2, l’ouvrage dirigé par Reich, Cordelli et Bernholz3 ainsi que les travaux de Katz4 et Scott5, Reckhow et Snyder6.

  • 7 Tompkins-Stange Megan, « Why should Bill Gates decide how our children should be educated? », Trans (...)
  • 8 Tompkins-Stange Megan, Megan Tompkins-Stange: Policy Patrons: Philanthropy, education reform, and t (...)

12Enfin, il est intéressant de souligner que, depuis la publication du livre, l’auteure adopte un ton plus critique face à cet engouement pour l’approche orientée vers les résultats7. En mars 2017, elle se disait « sceptique sans être cynique » de la normalisation du discours, des valeurs et des pratiques qui font de cette approche le « sens commun »8. L’expertise managériale et technologique est devenue quasi hégémonique pour comprendre les failles des politiques éducatives et les solutionner en mettant l’accent sur l’efficience, la compétition, et surtout, le retour sur investissement. Or, en plus de contester la rigueur de certaines études utilisées, Tompkins-Stange critique les fondations philanthropiques pour leur manque de transparence dans leur prise de décision stratégique. Selon elle, l’approche centrée sur les résultats néglige les impacts à plus long terme, éloigne les acteurs locaux des processus décisionnels et ne se concentre que sur des enjeux qui garantissent un retour sur investissement rapide. Ces orientations ont une incidence directe sur les communautés dans lesquelles les projets sont menés, sans pour autant qu’elles aient voix au chapitre. Ainsi, pour qu’il en soit autrement, les fondations devraient d’abord accepter de participer ouvertement au vieux débat sur leur rôle au sein d’une démocratie libérale, plutôt que de le contourner…

Haut de page

Notes

1 Notre traduction, pour toutes les citations.

2 Reich Rob, « What Are Foundations For? », Boston Review, mars 2013, en ligne : http://bostonreview.net/forum/foundations-philanthropy-democracy. Voir également les réponses critiques.

3 Reich Rob, Cordelli Chiara, Bernoholz Lucy (dir.), Philanthropy in Democratic Societies, Chicago, University of Chicago Press, 2016.

4 Katz N. Stanley, « Reshaping U.S. Public Education Policy », Stanford Social Innovation Review, printemps 2013, en ligne : https://ssir.org/articles/entry/reshaping_u.s._public_education_policy.

5 Scott Janelle, « Foundations and the Development of the U.S. Charter School Policy-Planning Network: Implications for Democratic Schooling and Civil Rights », National Society for the Study of Education, vol. 114, n° 2, 2015, p. 131-147 ; Scott Janelle, « The Politics of Venture Philanthropy in Charter School Policy and Advocacy », Educational Policy, vol. 23, n° 1, 2009, p. 106-136.

6 Reckhow Sarah, Snyder Jeffrey, « The expanding role of philanthropy in education politics », Educational Researcher, vol. 43, n° 4, 2014, p. 186-195.

7 Tompkins-Stange Megan, « Why should Bill Gates decide how our children should be educated? », Transformation, 14 septembre 2016, en ligne : https://www.opendemocracy.net/transformation/megan-tompkins-stange/why-should-bill-gates-decide-how-our-children-will-be-educated.

8 Tompkins-Stange Megan, Megan Tompkins-Stange: Policy Patrons: Philanthropy, education reform, and the politics of influence, 20 mars 2017, http://fordschool.umich.edu/video/2017/megan-tompkins-stange-policy-patrons-philanthropy-education-reform-and-politics-influence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annabelle Berthiaume, « Megan E. Tompkins-Stange, Policy Patrons. Philanthropy, Education Reform, and the Politics of Influence », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23581

Haut de page

Rédacteur

Annabelle Berthiaume

Doctorante, École de travail social, Université McGill, Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page