Navigation – Plan du site

Marie Duret-Pujol (dir.), « Comique et politique chez les Modernes et les Anciens », Les cahiers d’Artes, n° 13, 2016.

Denis Saint-Amand
Comique et politique chez les Modernes et les Anciens
Marie Duret-Pujol (dir.), « Comique et politique chez les Modernes et les Anciens », Les cahiers d'Artes, n° 13, 2016, 276 p., Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, ISBN : 979-10-300-0135-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Véronique Sterberg-Greiner, Le Comique, GF, « Corpus », 2013, p. 17.

1On sait à quel point le comique, envisageable comme mode énonciatif, genre ou registre, n’est pas l’élément culturel le plus aisé à saisir. Il est parfois tentant, à cet égard, de faire sienne la formule célèbre de Potter Stewart, le juge de la Cour suprême qui, lors du procès Jacobellis vs Ohio autour de la question pornographique, en 1964, avait déclaré : « Je ne peux pas la définir, mais quand j’en vois, je la reconnais ». Solution de facilité misant sur l’effet d’impression, qui peut s’appliquer à toutes sortes d’objets délicats à circonscrire ― mais qui n’en demeure pas moins aussi légère qu’insatisfaisante. À la recherche d’une base plus solide, Marie Duret-Pujol revient, dès l’introduction de ce numéro spécial, sur la proposition de Véronique Sternberg-Greiner qui, tout en signalant le risque de dilution inhérent à une tentative de définition stricte, n’en mettait pas moins en lumière dans son anthologie commentée autour de la notion, trois caractéristiques a priori invariantes permettant de saisir le comique, en présentant celui-ci comme « une anomalie perçue avec distance par le sujet riant, et sans conséquence grave pour l’objet (la victime) du rire1 ». Selon Duret-Pujol, ces trois éléments (l’anomalie, la distance et l’innocuité) sont « généraux et insuffisants » ; et l’auteure de préciser que, pour se donner les moyens d’objectiver le comique, il convient « de se départir des typologies et des listes pour s’appuyer sur des cas précis, dans des périodes définies qui permettent de comprendre des contextes singuliers » (p. 6). Formulée de cette façon, la proposition est indiscutable, dans la mesure où toute tentative de typologie écrase forcément les objets dont elle s’empare. Mais, dans le même temps, en impliquant une focalisation sur des discours comiques envisagés isolément, l’auteure défend une démarche susceptible de séduire davantage l’herméneute et le poéticien que le sociologue, lequel est plus enclin à mettre en lumière des tendances qu’à relever la singularité d’un discours.

2L’enjeu du volume est de confronter deux scènes génériques qui, a priori, ne sont pas censées s’articuler. Dans l’introduction toujours, Marie Duret-Pujol montre toutefois avec pertinence que les sphères du comique et du politique entretiennent des liens de plus en plus étroits : s’appuyant sur L’ère du vide de Gilles Lipovetsky (1989), elle évoque le développement d’une « société humoristique », où le rire, à force d’être omniprésent, perd de sa force de frappe et voit sa fonction perturbatrice s’atténuer. Au détour d’une brève dont il a le secret, diffusée par le biais d’un post Facebook daté du 1er octobre 2016 (soit un peu plus d’un an avant la rédaction du présent compte rendu), Edgar Szoc, chroniqueur et économiste, allait dans le même sens en indiquant : « La question pertinente devient de moins en moins “Peut-on rire de tout ?” et de plus en plus “Est-il possible de parler sérieusement de quelque chose ?” ». Cette question de l’omniprésence du discours comique et de la variation de ses effets traverse l’ouvrage. Toutes les contributions n’y répondent pas de la même façon, du fait de l’extrême variété des cas envisagés (qui s’étendent des comédies antiques d’Aristophane à la candidature de Coluche aux élections présidentielles de 1981) et des conclusions apportées par les différents spécialistes. Cette hétérogénéité n’en constitue pas moins un des apports de la livraison : sans chercher à fédérer artificiellement l’ensemble, Marie Duret-Pujol assume d’emblée la pluralité des cas envisagés et des cadres exploités (en plus de contributions au format article, on trouve la retranscription d’une table ronde animée par la directrice du volume en présence de la comédienne Sophia Aram et de l’auteur Benoît Cambillard autour du thème « Les comiques sont-ils des intellectuels comme des autres ? » et un entretien avec l’humoriste Didier Porte), mais revendique aussi l’apport épistémique des oppositions susceptibles d’apparaître d’un article à l’autre, en soulignant la portée dynamique de la contradiction au cœur de la recherche en sciences humaines.

3Les différents articles se partagent entre l’exploration du monde antique (Céline Candiard sur la comédie romaine, Jean-Noël Allard à propos des sources grecques de la dérision politique, Charalampos Orfanos sur l’influence effective de la comédie grecque sur l’imaginaire des contemporains et Noémie Villacèque, sur les modalités de rassemblement permettant d’articuler rire et délibération) et la période contemporaine (l’article admirable de Laetitia Dumont-Lewi sur le « rire dans l’adversité » de Dario Fo et la façon dont la posture de ce dernier est récupérée par Beppe Grillo, celui d’Anaïs Bonnier à propos la disqualification comique de la religion chez Rodrigo Garcia et Sofia Aram, et l’étude de Marie Duret-Pujol sur la candidature de Coluche), voire sur la reconfiguration du premier par la seconde, dans le cas de la très belle contribution de Romain Piana sur la réception d’Aristophane au XIXe siècle.

4Efficaces et bien menées, les différentes analyses n’épuisent forcément pas une question dont l’amplitude est vaste : il aurait de cette façon été pertinent d’intégrer à l’ensemble l’une ou l’autre réflexion portant sur le rapport entre comique et politique durant la période médiévale ou sous l’Ancien Régime, tout comme il aurait été stimulant de se pencher spécifiquement sur la façon dont le registre comique a été investi par les acteurs du monde politique (de la répartie pince-sans-rire de Mitterrand aux usages ironiques et publicitaires de l’internet 2.0 par les candidats à la présidentielle 2017) ou dans quelle mesure il peut servir ces derniers (qu’on se rappelle la popularité de la marionnette de Chirac aux Guignols de l’info). Mais il ne s’agit là que d’exemples d’apports complémentaires à un chantier qu’il importe de laisser ouvert et d’alimenter : les logiques et mécanismes qu’il permet d’observer nécessitent d’être démontés pour mettre en lumière, d’une part, l’espace des possibles du comique en tant que moyen de résistance et, d’autre part, la façon dont il peut aussi, paradoxalement, être récupéré dans une perspective lénifiante et désengagée.

Haut de page

Notes

1 Véronique Sterberg-Greiner, Le Comique, GF, « Corpus », 2013, p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Marie Duret-Pujol (dir.), « Comique et politique chez les Modernes et les Anciens », Les cahiers d’Artes, n° 13, 2016. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 16 octobre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23611

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page