Navigation – Plan du site

Alexis Cukier (dir.), Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail

Kevin Pastier
Travail vivant et théorie critique
Alexis Cukier (dir.), Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail, Paris, PUF, coll. « Souffrance et théorie », 2017, 230 p., ISBN : 978-2-13-078687-0.
Haut de page

Texte intégral

1Remettre le travail au centre de la théorie critique de notre société : ceci résume l’ambition de cet ouvrage collectif et multidisciplinaire qui souhaite ouvrir des voies de réflexion pour refonder la théorie critique contemporaine, définie comme le corpus théorique critique de notre société produit par les sciences sociales. Cette théorie, qui ne se base aujourd’hui que sur une conception exclusive du travail comme emploi salarié et rapport social de dominant-dominé, peut être refondée par l’utilisation de la notion marxienne de travail vivant, qui considère le travail comme une activité libre et émancipatoire pour le travailleur mais qui est, aujourd’hui, dépossédée et transformée par les processus de production capitaliste. Dans cette optique le passage introductif, rédigé par Alexis Cukier, docteur en philosophie et directeur de l’ouvrage, nous invite à une présentation des apports théoriques essentiels pour comprendre cette nouvelle approche de la théorie critique. Pour la comprendre, l’auteur expose d’abord le rôle des différentes conceptions contemporaines de la fonction du corps et de l’affect (spinoziste, psychanalytique, phénoménologique) dans l’expérience du travail, ce qui permet de mieux saisir les dimensions corporelle, sensible et affective de l’expérience du travail et de leurs conséquences dans la lecture du paradigme du travail vivant. Ensuite, il insiste sur la diversité et l’absence d’unicité du paradigme du travail vivant qui, aujourd’hui, suit trois voies différentes que l’ouvrage souhaite faire dialoguer pour contribuer une nouvelle théorie critique contemporaine.

2Dans cette optique, l’ouvrage rassemble cinq contributions scientifiques, indépendantes l’une de l’autre et issues de différentes disciplines (sociologie, philosophie et psychologie). Elles permettent de réactualiser le paradigme du travail vivant et de le confronter à une nouvelle approche de la théorie critique.

3Dans un premier temps, Emmanuel Renault, professeur de philosophie, s’attaque à l’« héritage et l’actualité de la critique immanente du travail ». Il rappelle ainsi que, parce que le travail n’a jamais été l’objet central en philosophie politique dans la critique de la société, la théorie critique traditionnelle est incapable de répondre aux nouvelles formes de domination du travail et aux nouvelles formes d’injustice propres au capitalisme néolibéral contemporain. Aussi, par un retour sur la conception du travail dans les courants socialistes du XIXe siècle et du début du XXe siècle et d’autres ressources philosophiques, l’auteur met en évidence les trois grandes thèses qui relient la critique du travail : la critique des conditions de travail et de l’organisation du travail du point de vue de ceux qui en souffrent, une approche du travail « en fonction de ses enjeux normatif propres » (p. 67) et sa critique comme enjeu clé dans une optique de politique de transformation de la société. Il montre ensuite ce qu’apporte cette critique immanente du travail à l’analyse des rapports sociaux, notamment de domination. En utilisant la lecture marxienne des formes de ces dominations, l’auteur relève la complexité des mécanismes sociaux mis en œuvre. Ceux-ci sont ensuite examinés à la lumière des processus subjectifs spécifiques à l’expérience du travail : l’intersubjectivité, sur laquelle se construit la reconnaissance, et l’intrasubjectivité, sur laquelle se construit la dialectique psychique du plaisir et de la souffrance au travail.

  • 1 Hochschild Arlie, « Éthique du care et capitalisme émotionnel », in Gilligan Carol, Hochschild Arli (...)

4Dans le second chapitre, la sociologue Aurélie Jeantet s’intéresse à la place des émotions dans la sociologie du travail. En insistant sur les problèmes disciplinaires et épistémologiques que posent les émotions pour la sociologie, l’auteure nous montre que l’approche sociologique dominante de l’étude des émotions au travail ne pose l’émotion que comme un effet des conditions du travail et d’exploitation, sans toutefois saisir toute la valeur critique que l’analyse des émotions au travail peut apporter à la théorie critique. C’est pourquoi elle prône le passage d’une position critique de l’étude des émotions vers une position de l’émotion comme outil : la connaissance et l’utilisation celle-ci au travail peut être source d’émancipation et de bien-être. Cependant, elle insiste sur le fait que cette nouvelle approche ne doit pas être confondue avec une marchandisation de l’émotion1 que connait aujourd’hui le monde du travail, marchandisation causée par une instrumentalisation du capitalisme émotionnel. Ainsi, les résistances émotionnelles produites en réaction à cette instrumentalisation qui donnent l’occasion aux travailleurs d’utiliser les émotions pour créer une occasion d’émancipation pourraient permettre de révolutionner l’organisation du travail et de remettre à plat toutes les formes de hiérarchie (de métier, de genre, d’origine sociale, etc.).

5Dans le troisième chapitre, Christophe Dejours, professeur de psychologie, nous offre une version dense et synthétique de ses nombreuses recherches sur le paradigme du travail vivant et sur sa conception du corps dans l’objectif de construire une théorie critique. Dans un premier temps, l’auteur montre que la construction d’une nouvelle théorie critique doit résoudre deux résistances théoriques : la distinction entre corps biologique et corps érotique d’une part, et la mise en rapport de la centralité du travail comme accomplissement de soi et de la centralité de la sexualité dans la vie subjective d’autre part. Ce « paradoxe de la double centralité », résolu par la psychodynamique du travail, permet l’articulation entre la théorie du travail et la théorie des pulsions. Par la suite, l’auteur présente les principaux concepts de sa théorie du travail vivant, pour donner ensuite à voir les conséquences politiques et sociales de celle-ci, notamment au travers des processus de sublimation et de coopération, de délibération collective et de démocratie au travail.

6Le quatrième chapitre, rédigé par Bertrand Ogilvie, professeur de philosophie, s’intéresse à une des deux révolutions que le XIXe siècle a connues : « l’explicitation politique du rapport entre le travail et la mort ». Il analyse alors les dimensions mortifères du travail salarié dans le processus capitaliste qui, tout d’abord, organise une mise à mort quotidienne rapide – les accidents de travail –, ou lente – la détérioration des conditions de travail –, et qui, ensuite, possède une logique mortifère intrinsèque, révélée par les mises à mort industrielles du système capitaliste, notamment l’esclavage et l’extermination des juifs d’Europe. Aussi, en explorant l’anatomie du corps, la biopolitique de Michel Foucault et la psychodynamique de Christophe Dejours, l’auteur montre que la logique mortifère du travail ne peut être séparée de la définition même du travail et donc de sa centralité dans la théorie critique. Il finit enfin son propos en défendant les résistances créées contre les logiques mortifères du travail salarié qui peuvent permettre de remplacer, par l’agir, la fonction positive du travail comme source d’émancipation et de démocratie.

7L’ouvrage se termine enfin par la contribution de Jean-Philippe Deranty, professeur de philosophie, qui compare deux paradigmes de la philosophie sociale : celui du travail vivant et celui du « biopouvoir » et de la « biopolitique » de Michel Foucault. Cette comparaison permet surtout à l’auteur de justifier et consolider le travail vivant comme nouveau paradigme légitime de la théorie critique. Dans cette optique, le chapitre débute par une présentation du paradigme du travail vivant, en s’appuyant d’abord sur l’approche dejourienne pour revenir à celle développée par Karl Marx, qui est ensuite comparée avec les différentes approches du paradigme foucaldien. En effet, l’auteur montre que si les deux paradigmes peuvent constituer deux approches irréconciliables sur certains points, ils peuvent aussi parfois se montrer complémentaires selon l’approche qui est étudiée. En effet, si celle de Roberto Esposito et de Giorgio Agamben est bien opposée au paradigme du travail vivant, la conception de Michel Foucault de la biopolitique et la théorie de la production de la biopolitique de Michael Hardt et d’Antonio Negri peuvent compléter le paradigme soutenu dans le livre et donc l’enrichir.

8Bien que les contributions présentées dans cet ouvrage soient hétérogènes et parfois irrégulières en terme contenu comme d’accessibilité, ce livre propose une présentation synthétique de l’état des recherches et des enjeux théoriques développés par le paradigme de travail vivant. Cependant, si le lecteur peut rester, à la fin de sa lecture, quelque peu décontenancé par les multiples directions prises par les auteurs, cet ouvrage permet surtout d’ouvrir des horizons théoriques quant au paradigme du travail vivant, tout en offrant une première lecture intéressante avant de s’engager dans des lectures plus poussées, comme celle de l’œuvre de Christophe Dejours.

Haut de page

Notes

1 Hochschild Arlie, « Éthique du care et capitalisme émotionnel », in Gilligan Carol, Hochschild Arlie et Tronto Joan, Contre l’indifférence des privilégiés, Paris, Payot, 2013, p. 69-98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Pastier, « Alexis Cukier (dir.), Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 17 octobre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23612

Haut de page

Rédacteur

Kevin Pastier

Étudiant en management et en sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page