Navigation – Plan du site

Markus Gabel (dir.), « Demain, quel travail ? », Cahiers français, n° 398, 2017

Simon Dutron
Demain, quel travail ?
Markus Gabel (dir.), « Demain, quel travail ? », Cahiers français, n° 398, mai-juin 2017, 90 p., Paris, La Documentation Française, ISBN : 3303330403983.
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier de ce numéro des Cahiers français étudie les transformations du travail contemporain en France, dues à la « mutation numérique » des moyens de production, et s’efforce de décrire les évolutions à venir de celui-ci. La principale transformation induite par cette mutation est une certaine tendance à l’abolition de l’opposition entre les catégories d’entrepreneur et de salarié. L’enjeu pour les politiques de l’emploi est d’accompagner cette évolution. Dix articles forment ce dossier, chacun faisant la synthèse de diverses enquêtes et études menées à propos du sujet plus précis abordé en son sein.

2Le premier article dresse un panorama des effets de la numérisation de l’économie sur les conditions de travail et sur le contenu des tâches à effectuer par les travailleurs dans différents secteurs. L’auteur, Marc Loriol, souligne les conséquences ambivalentes de l’introduction de ces techniques numériques dans l’organisation du travail : elles peuvent favoriser une intensification du travail, comme dans le secteur de la grande distribution (l’introduction des codes-barres permettant de scanner les prix plutôt que de les enregistrer contribue à élever les cadences), mais aussi enrichir le travail, comme dans le secteur des librairies (le travail de recherche d’un livre dans le stock étant automatisé via un logiciel, le rôle de conseil et d’animation auprès des clients est accentué). Cependant, dans tous les secteurs, l’usage des courriels et des modes de communication numériques occupe une part du temps de travail de plus en plus importante, et donne le sentiment à un nombre croissant de travailleurs de « ne plus se consacrer à [leur] cœur de métier » (p. 4). Par ailleurs, la prolifération des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) tendrait à faire émerger un « capitalisme de plateforme » dont la conséquence la plus identifiable à l’heure actuelle est un certain brouillage entre travail et hors-travail. En effet, de nombreuses entreprises externalisent certaines tâches (par exemple, pour la construction d’un jeu vidéo en ligne), faisant dorénavant effectuer celles-ci par des employés depuis leur domicile privé, via des plateformes dédiées sur Internet. De plus, les propriétaires de ces plateformes profitent souvent de l’engagement et de la passion des travailleurs qui en font usage pour obtenir indirectement un « travail gratuit » de leur part. Ce qui apparaît comme étant une activité « ludique » sur la plateforme favorise l’effectuation par les travailleurs d’heures supplémentaires pas toujours rémunérées.

  • 1 Lindbeck Assar et Snower Dennis J., « Insiders versus outsiders », The Journal of Economic Perspect (...)

3Le deuxième article, de Gabriel A. Giménez Roche, propose un diagnostic de la structure du marché du travail français, en le comparant aux marchés d’autres pays d’Europe (Allemagne, Danemark...), et cherche à illustrer le fait que cette structure ne permet pas de tirer profit de la révolution numérique en cours (qui pousse, selon l’auteur, à plus de flexibilité), notamment en ce qui concerne le taux d’emploi. Pour l’auteur, le marché français se distingue, entre autres, par une plus forte rigidité due à une réglementation trop importante des professions. Nombre de professions imposent des quotas, attribués par le biais de licences, et cela explique la difficulté des demandeurs d’emploi à s’y intégrer. Un cloisonnement trop fort entre insiders et outsiders1 limite aussi le dynamisme intrinsèque de ce marché. L’auteur estime que des réformes inspirées des pays voisins devraient être initiées afin de favoriser les effets positifs des évolutions technologiques sur l’emploi. Celles-ci devraient reposer sur trois piliers : une protection de l’emploi plus limitée (facilitation du licenciement), une prise en charge simplifiée et immédiate de toute personne au chômage et une aide au retour à l’emploi via des formations axées sur les besoins des entreprises.

4Le troisième article aborde la question des rôles respectifs de l’école et de l’entreprise dans la formation des étudiants de toutes filières, destinés à devenir des travailleurs. Il s’agit pour ces deux institutions d’assurer aux étudiants « une insertion professionnelle mieux adaptée dans l’emploi » (p. 15). L’auteure, Florence Poivey, plaide à la fois pour que soit garantie de manière plus rigoureuse une maitrise des savoirs de base par les étudiants (lire, écrire, compter communiquer en anglais et utiliser le numérique) et pour que les entreprises réinvestissent durablement la voie professionnelle. Chaque filière d’études devrait également faire l’objet d’une véritable évaluation basée sur « un suivi quantitatif et qualitatif de l’insertion professionnelle des jeunes », la qualité d’une formation ne pouvant se mesurer uniquement au taux de réussite aux examens (p. 18). L’article se termine sur l’appel à un « changement profond de paradigme », faisant de l’apprentissage par alternance la voie royale d’une meilleure transition entre l’école et l’emploi (p. 20).

  • 2 Solow Robert, « We’d better watch out », New York Times Book Review, p. 36, 1987, http://www.standu (...)

5Le quatrième article, rédigé par Antonin Bergeaud, Gilbert Cette et Rémy Lecat, s’intéresse à l’apparent paradoxe du ralentissement de la productivité. Partant du fameux paradoxe de Solow2 (« vous voyez l’ère de l’ordinateur partout sauf dans les statistiques de productivité »), l’article explore quatre hypothèses pouvant expliquer le ralentissement de la productivité : les moyens utilisés pour mesurer ladite productivité, le ralentissement du progrès technique, la moindre diffusion des innovations ou bien une allocation des ressources entre entreprises moins efficace qu’auparavant. Aucune de ces explications ne satisfait véritablement les auteurs, aux yeux desquels c’est avant tout la baisse des taux d’intérêt réels dans le monde qui est la cause du ralentissement de la productivité.

6Le cinquième article, écrit par Estelle Sommeiller, diagnostique, en France comme dans les autres pays développés d’Europe, un regain du travail indépendant depuis le début des années 2000. Deux processus complémentaires joueraient en faveur de cette augmentation récente : une autonomie revendiquée chez les travailleurs salariés, mais contrariée de façon croissante par la multiplication des contraintes se greffant à chaque tâche à faire au sein des firmes (enregistrements informatiques divers, documents de reporting à compléter,…), et une rotation de plus en plus rapide de la main-d’œuvre dans les entreprises. Ces deux phénomènes se combinent et favorisent, selon l’auteure, l’augmentation du travail indépendant au sein de la population active : certains salariés choisissent de se convertir en travailleurs indépendants tandis que d’autres sont plus ou moins forcés de se convertir en auto-entrepreneurs.

7L’article suivant, de Dominique Meurs, porte sur l’influence du progrès technique sur l’emploi, les métiers et les moyens d’existence. L’auteure identifie trois mécanismes qui déterminent le volume total de travail dans un secteur économique donné : tout d’abord, le degré de substituabilité ou de complémentarité entre le facteur travail et les nouvelles techniques ; ensuite, la réaction de la demande par rapport à la variation du prix ; enfin, la réactivité de l’offre de travail. Avec le développement actuel de la numérisation de l’économie, ces trois mécanismes se combinent pour favoriser une polarisation des emplois : ce sont avant tout les emplois intermédiaires routiniers qui disparaissent (par exemple certains emplois liés à des opérations comptables d’encodage), laissant la place à des emplois très créatifs et qualifiés en haut de l’échelle sociale, et à des emplois peu qualifiés et non routiniers en bas de celle-ci. Pour enrayer ce phénomène, l’auteure préconise un investissement massif des pouvoirs publics dans l’accès à l’éducation, afin de favoriser la réussite par le plus grand nombre d’études de plus en plus complexes.

8Suit un essai de Chloé Rébillard qui pose la question de savoir si nous assistons aujourd’hui à l’avènement d’une société post-salariale. Avec l’émergence du crowd work (travail par la foule), un nombre toujours plus grand de personnes effectuent, à un moment ou un autre de leur vie professionnelle, de petites tâches de production en se connectant à une plateforme informatique en ligne. Le modèle de production le plus connu est celui du Mechanical Turk d’Amazon. Selon une étude de la Banque mondiale3 citée par l’auteure, il y aurait dans le monde un peu plus d’une centaine de plateformes de ce genre faisant appel à la collaboration de près d’un million de travailleurs4. L’article expose une typologie tripartite des personnes faisant usage de ces plateformes, fondée sur leurs motivations. Le premier type regroupe les personnes qui disposent d’autres revenus et utilisent le crowd work à titre de complément, le deuxième type regroupe les individus qui utilisent ce mode de travail comme source principale de revenu (spécialisation) et enfin le dernier type regroupe ceux qui ne peuvent pas ou plus participer au marché du travail classique (notamment en raison d’un handicap) et à qui ces plateformes permettent d’exercer leur capacité productive. Par ailleurs, l’auteure de l’article soulève la question de savoir si le crowd work est source de liberté ou de servitude et s’il peut être une alternative viable au « salariat classique ». Ce mode de travail se révèle à l’analyse fortement ambigu en ce qui concerne les revenus procurés : en effet, s’il confère au travailleur une grande autonomie dans l’organisation de sa tâche, il favorise une tendance déflationniste de la rémunération. Finalement, la véritable nouveauté de cette pratique de travail ne se trouve peut-être pas dans ses caractéristiques techniques mais dans sa tendance à abolir la distinction entre les catégories juridiques d’entrepreneur et de salarié.

9L’antépénultième article s’intéresse aux transformations des entreprises et des politiques de l’emploi face aux défis démographiques contemporains, notamment l’augmentation de la population mondiale et le vieillissement de celle de nombreux pays d’Europe. L’auteur, Dominique Gillier, pointe une certaine tendance des pouvoirs publics à favoriser l’emploi des seniors par de multiples mesures, telles que l’aménagement de leurs conditions de travail ou les « contrats de génération » (dispositifs juridiques visant à faciliter la transmission des compétences des travailleurs plus âgés envers les plus jeunes). Parallèlement, les entreprises ont de plus en plus fréquemment recours à des emplois aidés pour embaucher des jeunes, cela dans le cadre de divers « Plans » initiés par les pouvoirs publics. L’augmentation du nombre de générations présentes dans l’entreprise confronte alors les responsables des ressources humaines à la nécessité de gérer des conflits de générations au sein des équipes de travail. Par ailleurs, de plus en plus de dispositifs publics visent à favoriser la création d’entreprises par les jeunes issus du système scolaire. Cependant ce ne sont pas les seuls défis auxquels les entreprises doivent faire face : les mixités grandissantes (sexuelle et ethnique) imposent de repenser certaines relations de travail. L’auteur décrit comme modèle l’accord signé par le groupe Thales en avril 2013, basé sur la rédaction de « chartes de partenariat » entre ce dernier, l’État et les collectivités locales afin de « favoriser le développement professionnel ». Il plaide alors pour un développement plus important du dialogue social entre travailleurs et employeurs afin de trouver des solutions innovantes du même genre, dans l’optique de mieux accompagner ces transformations démographiques dans tous les secteurs de production.

10Les deux derniers articles, l’un rédigé par Guillaume Allègre et l’autre par Béatrice Majnoni d’Intignano, s’articulent quant à eux autour de l’étude des possibles réformes du financement et des modalités d’octroi de diverses allocations sociales. Le projet de mise en place d’un revenu universel et inconditionnel est discuté, de même qu’un projet de refonte globale du système de protection sociale visant son unification.

11L’ensemble des articles qui forment ce numéro offre au lecteur une source d’information et de réflexion sérieuse sur les transformations actuelles du travail. Cependant, certains articles se révèlent plus approfondis que d’autres et l’on peut regretter la relative hétérogénéité des sujets abordés. Il manque selon nous une conclusion générale redonnant cohérence à l’ensemble du propos et lui assurant une meilleure lisibilité. Néanmoins, ce dossier permet à quiconque s’intéressant aux diverses problématiques relatives à l’avenir du travail d’acquérir une vision synoptique des réflexions actuelles sur le domaine.

Haut de page

Notes

1 Lindbeck Assar et Snower Dennis J., « Insiders versus outsiders », The Journal of Economic Perspectives, vol. 15, n° 1, 2001, p. 165-188.

2 Solow Robert, « We’d better watch out », New York Times Book Review, p. 36, 1987, http://www.standupeconomist.com/pdf/misc/solow-computer-productivity.pdf.

3 Banque mondiale, Crowdfunding’s Potential fort the Developing World, Finance and Private Sector Development Department, Washington DC, World Bank, 2013.

4 http://www.infodev.org/infodev-files/infodev_crowdfunding_study_0.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Dutron, « Markus Gabel (dir.), « Demain, quel travail ? », Cahiers français, n° 398, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 26 octobre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23662

Haut de page

Rédacteur

Simon Dutron

Diplômé en sociologie de l’Université catholique de Louvain (UCL), Belgique. Passionné par la lecture de tout type d’ouvrage de sciences sociales, du plus classique au plus contemporain.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page