Navigation – Plan du site

Alain Blanc (dir.), « Travail et handicap : je t’aime moi non plus ? », Les Mondes du Travail, n° 19, 2017

Estelle Aragona
Travail et handicap : je t'aime moi non plus ?
Alain Blanc (dir.), « Travail et handicap : je t'aime moi non plus ? », Les Mondes du Travail, n° 19, mars 2017, 120 p., Les Mondes du travail, ISBN : 9771778030001.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La mission de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) (...)

1Les analyses de l’enquête Handicap-Incapacité-Dépendance de la DREES1 menées à la fin des années 1990 produisent les estimations suivantes : « 10% de la population pourrait être considéré comme des personnes handicapées car elles déclarent avoir des difficultés dans les gestes de la vie quotidienne », et plus d’un million de personnes parmi elles seraient considérées comme lourdement handicapées (p. 5). En 2014, entre 1,2 et 1,3 million de personnes actives étaient en situation de handicap. Comme le rappelle le sociologue spécialiste du handicap Alain Blanc dans l’introduction du présent dossier, ces derniers chiffres sont complexes à élaborer. En effet, appréhender la thématique du handicap et du travail demande la mise en perspective de l’activité des secteurs privé, public et protégé, celle des rôles de l’État, des employeurs et des intermédiaires, et encore celle des sous thématiques de la formation professionnelle spécialisée, du maintien dans l’emploi, du reclassement et du chômage.

  • 2 Les Cap Emploi sont des organismes de placement spécialisés assurant une mission de service public (...)

2Dans la visée du projet éditorial de la revue Les Mondes du Travail, ce numéro thématique propose de décloisonner la réflexion avec des contributions variées, à la fois informationnelles et résultant d’enquêtes de terrain. Après une introduction essentielle d’Alain Blanc restituant le contexte historique et règlementaire de la relation entre travail et handicap en France dans la période contemporaine, le dossier est inauguré par un entretien avec Henri-Jacques Stiker apportant un point de vue fondé sur son expérience du secteur du handicap et fournissant aussi bien des données historiques et règlementaires que des appréciations personnelles. De cette discussion ressort l’idée que bien que les acteurs – État, acteurs intermédiaires entre personnes et employeurs (notamment le réseau Cap Emploi2), employeurs des secteurs public, privé et protégé (établissements de travail spécialisés) – soient « habités par de bonnes volontés » (p. 15), les taux d’emploi demeurent peu satisfaisants au regard des objectifs règlementaires : 5,17% pour le secteur public, 3,3% d’emploi direct pour le secteur privé pourtant assujetti à un taux de 6% pour les entreprises de plus de 20 salariés (données de 2014). C’est sans doute ce constat d’un écart entre injonction politique et mise en œuvre qui a inspiré le titre du dossier : « Je t’aime moi non plus ».

  • 3 Benjamin Walter, Œuvres, tome I, II, III, Gallimard, Paris, 2000 et Blanc Alain, L’aura de la défic (...)
  • 4 En 2015, 1 481 ÉSAT proposaient 117 243 places.

3Stiker clôt l’entretien en exposant trois enjeux d’évolution du sujet handicap-travail : adapter le cadre règlementaire, améliorer les « conditions du travail » qui le rendent plus usant sur le plan psychique que physique et changer les représentations du handicap au travail (p. 19). Le sujet des représentations du handicap au travail est mobilisé par Alain Blanc qui articule son propos théorique autour du concept de « valeur d’exposition » de Walter Benjamin3. Avec une approche culturelle marxiste empruntée à la massification des produits culturels, Blanc soutient que les déficiences des personnes handicapées sont de plus en plus « exposées » sur le marché du travail et que cette démarche est une condition nécessaire de leur accès à l’emploi. En effet, malgré la « réparation » médicale et technique (p. 26) et la reconnaissance sociale, « l’adéquation formation-emploi reste largement mythique » (p. 30) pour les personnes handicapées, du fait des limitations de l’employabilité dues aux déficiences et de la technicisation du travail. La diminution du nombre d’emplois peu qualifiés et l’accroissement des personnes en situation de handicap psychique réinterrogent aussi le secteur protégé tenu à des objectifs d’efficience. En effet, comme le professionnel du médicosocial Bernard Lucas l’explique, le secteur du travail protégé évolue avec la société. Ainsi, les activités des établissements et services d’accompagnement par le travail4 (ÉSAT) tendent à se déplacer vers des objectifs de rentabilité, d’une part dans un contexte de concurrence entre ÉSAT, entreprises adaptées et ordinaires, et d’autre part pour contrebalancer la limitation du financement des ÉSAT par l’État et les Conseils départementaux. De plus, les phénomènes de vieillissement des effectifs et d’augmentation des déficients psychiques sont favorables à l’émergence de formes alternatives aux ÉSAT tels que les détachements individuels ou l’emploi accompagné.

  • 5 En 2016, 259 000 élèves en situation de handicap étaient scolarisés dans le milieu ordinaire (prima (...)
  • 6 Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la (...)
  • 7 Cette vision est par les travaux sur l’inclusion par le travail montrant qu’il est tout autant dema (...)

4Le modèle inclusif français des jeunes en situation de handicap à l’école ordinaire est interrogé par Joël Zaffran, affirmant que « l’école inclusive peut être une fabrique d’exclus de l’intérieur contraints de revoir leur mode d’affiliation aux autres […] à mesure que les strates sont franchies […] et en conséquence que les enjeux purement instrumentaux prennent le pas sur la scolarité » (p. 89). En effet, au-delà du nombre croissant d’élèves en situation de handicap scolarisés dans le milieu ordinaire5, l’injonction à l’inclusion portée par voie règlementaire6 trouve ses limites dans la mise en œuvre quotidienne de l’activité d’enseignant, qui est à la fois issue de l’expérience individuelle de celui-ci et aux prises avec la « forme scolaire » et le « paradigme de l’excellence ». La « forme scolaire » est l’organisation du temps et de l’espace, c’est-à-dire un ensemble des règles impersonnelles et peu contestables qui encadre et réduit les incertitudes de l’activité d’enseignement. C’est dans cette organisation que l’enseignant est tenu de rendre possible l’inclusion de jeunes en situation de handicap et leur évaluation. Mais puisque l’école évalue plus les élèves sur les connaissances acquises que sur le mérite, l’inclusion est paradoxale en ce qu’elle révèle le manque de préparation des enseignants et qu’elle opère une conversion des personnes handicapées à un modèle scolaire, là où le milieu spécialisé serait plus propice à une reconnaissance par les pairs7 (p. 89).

  • 8 Les données sont issues de l’enquête menée par l’OCDE auprès de plus de 800élèves de lycées et BEP (...)
  • 9 Flisi Sara, Goglio Valentina, Youth Labour Market Outcomes: the Added Value of VET, Luxembourg, Pub (...)

5C’est dans le contexte de la scolarisation que se déroule le passage à l’âge adulte, en tant que période d’expérimentation particulièrement marquée pour les jeunes présentant des déficiences. Sur la base d’une enquête européenne8, Serge Ébersold montre que l’insertion professionnelle de jeunes en situation de handicap est conditionnée par leur parcours scolaire tout autant que par leurs ressources identitaires. Ainsi, les jeunes en filières professionnelles sont moins touchés par le chômage9, mais estiment ne pas avoir eu la possibilité de choisir un cursus en toute connaissance de cause, par manque d’accompagnement lors de la scolarisation. Au contraire, les enquêtés ayant fait des études supérieures pensent que c’est grâce à l’accompagnement qu’ils ont été en capacité de s’y projeter et d’y parvenir. En effet, c’est la synergie entre projection individuelle du jeune dans l’emploi et anticipation collective du système scolaire qui rend possible l’accès à l’emploi ; autrement, ce dernier repose sur les ressources sociales et financières des familles. À court terme et au regard des exigences de qualifications et de productivité, le placement dans l’emploi ne protège pas du chômage, et peut avoir des effets de désenchantement semblable à celui des inactifs.

  • 10 Article initialement publié dans une revue internationale : Barnes Colins, « Re-thinking Disability (...)
  • 11 Traduit dans le texte. Oliver Mike, « A New Model of the Social Work Role in Relation to Disability (...)

6Puisqu’il est peu probable que les pouvoirs publics interviennent sur le marché du travail de manière structurelle, le spécialiste britannique des Disability Studies, Colin Barnes10, recommande, sur un ton résolument prescriptif, des mesures d’incitation à l’emploi des personnes en situation de handicap ainsi que la reconnaissance de leur travail, notamment en tant qu’employeurs directs d’aides à domicile (soignants ou non). Dans cette perspective, il s’agirait d’intégrer les déficiences au modèle social et de protection sociale dans la mesure où ce modèle produit les situations de désavantage. Ceci permettrait aussi bien la réduction des dépenses sociales que la banalisation du handicap. Barnes rappelle que les définitions successives et prétendument universelles du handicap (Organisation mondiale de la santé, 1980) sont peu satisfaisantes car elles renvoient plus à la déficience de l’individu qu’à la société dans laquelle il s’inscrit. Pourtant, c’est « l’environnement physique et social [qui impose] des limites à certaines catégories de personnes » (Oliver, 198111). Les propositions opérationnelles de Barnes rejoignent en partie les politiques françaises, cependant on peut relever que, pour lui, les souhaits de reconnaissance portent plus sur les personnes en situation de handicap que sur le travail de care des aidants, comme c’est actuellement le cas en France.

7En tout, ce dossier ne peut qu’encourager la recherche sur la thématique handicap et travail en sollicitant des enquêtes de terrain originales visant à étudier l’expérience des personnes en situation de handicap aux prises avec les modèles sociaux et les politiques sociales mises en œuvre.

Haut de page

Notes

1 La mission de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) consiste à produire des données sur les thématiques sociales, sanitaires et du travail. La Direction est rattachée aux ministères sociaux.

2 Les Cap Emploi sont des organismes de placement spécialisés assurant une mission de service public et ayant pour objectif d’orienter et d’accompagner les personnes handicapées et les employeurs souhaitant recruter ces derniers. Ils s’inscrivent dans le cadre de la loi handicap de 2005.

3 Benjamin Walter, Œuvres, tome I, II, III, Gallimard, Paris, 2000 et Blanc Alain, L’aura de la déficience. Penser le handicap avec Walter Benjamin, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2016.

4 En 2015, 1 481 ÉSAT proposaient 117 243 places.

5 En 2016, 259 000 élèves en situation de handicap étaient scolarisés dans le milieu ordinaire (primaire et secondaire), soit deux fois plus qu’en 2006.

6 Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ; et Loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République.

7 Cette vision est par les travaux sur l’inclusion par le travail montrant qu’il est tout autant demandé aux personnes en milieu protégé de se conformer aux règles collectives internes et de la société (Lucas p. 35-46).

8 Les données sont issues de l’enquête menée par l’OCDE auprès de plus de 800élèves de lycées et BEP danois, français, tchèque et néerlandais. Ébersold Serge, Les transitions vers l’enseignement tertiaire et vers l’emploi des jeunes handicapés, Paris, OCDE, 2012.

9 Flisi Sara, Goglio Valentina, Youth Labour Market Outcomes: the Added Value of VET, Luxembourg, Publication Office of the European Union, 2015.

10 Article initialement publié dans une revue internationale : Barnes Colins, « Re-thinking Disability, Work and Welfare », Sociology Compass, n° 6, 2012, p. 472-484.

11 Traduit dans le texte. Oliver Mike, « A New Model of the Social Work Role in Relation to Disability », in Campling Jo (dir.), The Handicapped Person: A New Perspective for Social Workers, London, Radar, 1981, p. 19-32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Aragona, « Alain Blanc (dir.), « Travail et handicap : je t’aime moi non plus ? », Les Mondes du Travail, n° 19, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23704

Haut de page

Rédacteur

Estelle Aragona

Doctorante en science politique au sein du CURAPP-ESS (UMR 7319). Recherche sur l’admission en établissements handicap. Thèse financée par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page