Navegación – Mapa del sitio

Michael Heinrich, Alix Bouffard, Alexandre Feron et Guillaume Fondu, Ce qu’est Le Capital de Marx

Dimitris Fasfalis
Ce qu'est Le Capital de Marx
Michael Heinrich, Alix Bouffard, Alexandre Feron, Guillaume Fondu, Ce qu'est Le Capital de Marx, Paris, Les éditions sociales, col. « Les parallèles / Marx 2018 », 2017, 150 p., texte de Michael Heinrich de l'allemand par Jean Quétier, ISBN : 9782353670345.
Inicio de página

Texto completo

1Écrivant le 18 mars 1872 à son éditeur français du Capital, Maurice La Châtre, Marx affirme sur le ton de la modestie qu’il « n’y a pas de route royale pour la science, et ceux-là seulement ont chance d’arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés. » Le mérite de cet ouvrage est justement de donner à voir au lecteur ces « sentiers escarpés » que Marx lui-même a parcourus, de même que ceux empruntés par ses éditeurs et ses traducteurs. Cet ouvrage offre donc l’esquisse d’une histoire textuelle et conceptuelle du Capital.

2Deux problématiques s’entrecroisent dans cet ouvrage, suivant les deux chapitres qui organisent le livre. Une première interrogation est proprement philologique et porte sur l’étude des textes et de leur histoire. Michael Heinrich s’emploie à restituer cette histoire spécifique du Capital de Marx, alors qu’Alix Bouffard, Alexandre Feron et Guillaume Fondu reconstruisent l’histoire du Capital dans ses éditions françaises tout en abordant les enjeux spécifiques de sa traduction.

3L’histoire des manuscrits du Capital et de ses traductions est intriquée à la théorie critique qui se construit dans Le Capital. C’est sans doute la principale richesse de l’analyse de M. Heinrich que d’avoir proposé une histoire textuelle de la construction théorique des catégories du Capital en s’appuyant sur les apports de manuscrits inédits de la MEGA2 – c’est-à-dire la deuxième Marx Engels Gesamtausgabe, éditée par la Fondation internationale Marx Engels d’Amsterdam – qui a publié dans sa section II (15 volumes) l’intégralité des écrits de Marx et Engels relatifs au Capital. Dans le chapitre qu’il rédige, M. Heinrich cherche à saisir et rendre compte de la complexité et des ruptures successives du cadre conceptuel marxien à l’œuvre dans Le Capital, c'est-à-dire comprendre comment Marx passe de la critique de l’économie politique bourgeoise à l’élaboration de nouvelles catégories pour saisir l’économie politique du mode de production capitaliste. Son étude s’inscrit en ce sens dans une tentative de relecture pour dépasser les schémas interprétatifs de la pensée héritée, que ce soit l’opposition d’un Marx jeune hégélien à un Marx scientifique de la maturité ou bien, un Marx de la science positive d’un déterminisme économique. Il n’y aurait donc pas d’unité du Capital au sens où ces courants de pensée l’ont jusqu’à présent entendu. Les travaux de Marx sur la « critique de l’économie politique » sont plutôt caractérisés, selon M. Heinrich, par des discontinuités, des ruptures et des recommencements très nombreux, tant dans la forme (comme le plan d’exposition) que dans le fond conceptuel du Capital.

4M. Heinrich suit et analyse le développement interne du projet global de critique de l’économie politique de sa naissance en 1843 à la mort de son auteur en 1883 à partir de l’analyse des catégories marxiennes telles qu’elles se donnent à lire dans les manuscrits, lettres, brouillons et livres de Marx à la fois en négatif, c’est-à-dire par la critique des catégories de l’économie politique classique, et surtout en positif, par la construction de nouvelles catégories théoriques plus à même de percer les secrets du mode de production capitaliste. Les obstacles théoriques rencontrés par Marx tout comme les nouveaux faits économiques qui lui sont contemporains, sont autant d’articulations pour le progrès de l’œuvre critique du Capital. L’élaboration théorique du Capital est ainsi donnée à voir, par des citations tirées des manuscrits et des lettres de Marx, comme une reconstruction permanente des années 1850 aux années 1870. Parallèlement, nous pouvons appréhendercomment les changements des concepts d’économie politique induisent des modifications dans le plan d’exposition des livres et volumes du Capital. Enfin, M. Heinrich intègre dans son étude philologique du Capital les pressions, influences et sollicitations externes au projet théorique de Marx. Celui-ci en tient compte, en acceptant, par exemple, de publier séparément les livres du Capital, alors que son souhait était de publier une œuvre achevée et complète. On voit donc s’immiscer au milieu des recherches et lectures conduites au British Museum les crises économiques, la conjoncture politique – avec son lot de tâches urgentes – et les pressions récurrentes d’un Engels ou des éditeurs qui participent à la modification du parcours du Capital.

5Le projet d’une critique globale de l’économie politique naît au cours des années 1843-1844 lorsque Marx constate dans sa Critique de la philosophe du droit de Hegel (1843) que l’« anatomie de [la] société civile bourgeoise [de Hegel] doit être cherchée dans l’économie politique » (p. 12-13). Projet qui s’inscrit donc à la fois dans la continuité d’une tradition philosophique et en rupture avec celle-ci en raison d’un nouveau domaine d’investigation et d’une démarche d’historicisation qui indique déjà en pointillé le matérialisme historique de l’Avant-propos de la Contribution à la critique de l’économie politique (1859). M. Heinrich suit ensuite, au fil des années et des modifications, la construction théorique du Capital jusqu’à la mort de Marx. En périodisant cette quarantaine d’années (1843-1883), M. Heinrich parvient à dégager des phases préparatoires, des phases de formation, des phases de réalisation et différents projets éditoriaux derrière le Capital. « Ce que Marx laisse derrière lui [en 1883] est moins un ouvrage achevé qu’un programme de recherche dont les contours immenses n’ont été rendus visibles que récemment grâce à la MEGA2 » (p. 81) conclut l’auteur. Sa démonstration s’appuie sur les recommencements, les modifications, les détours et les bifurcations qu’il met en évidence autour des composantes principales du Capital : théorie de la valeur, capital social global et concurrence, théorie des crises et loi tendancielle de la baisse du taux de profit, théorie des classes et des luttes de classes.

6Alix Bouffard, Alexandre Feron et Guillaume Fondu passent en revue les différentes éditions du Capital en français depuis l’édition de Maurice La Châtre, avec la traduction de Joseph Roy, revue et approuvée par Marx lui-même. Il dira dans son « Avis au lecteur » que ce texte « possède une valeur scientifique indépendante de l’original et doit être consulté même par les lecteurs familiers avec la langue allemande ». Cela lui vaudra d’être la version prédominante du Capital parmi les lecteurs francophones pendant près d’un siècle. Les éditions qui s’ensuivront entre 1900 et les années 1960 balanceront entre un Capital intégré au monde académique de l’Université (édition de Giard et Brière, 1900-1902), un Capital placé sous l’égide de la social-démocratie européenne et de Karl Kautsky (édition Costes/traduction de Jules Molitor, 1924-1930), un Capital adossé sur le marxisme-léninisme et le PCF (Éditions sociales/traduction de Gilbert Badia, années 1960), et un Capital humaniste-critique (Éditions Gallimard/traduction de Maximilien Rubel, 1963-1968). C’est dans le contexte de contestation du marxisme officiel des années 1960 et 1970 que s’inscrit le projet d’une grande édition des œuvres de Marx et Engels (GEME), adossée à la MEGA2 et portée par les Éditions sociales dirigées par Lucien Sève. Les Éditions sociales font alors appel à Jean-Pierre Lefebvre pour la traduction. Cette édition est à la fois historique et critique et apparaît implicitement comme l’édition la plus aboutieaux yeux d’A. Bouffard, A. Feron et G. Fondu.

7L’histoire éditoriale du Capital en français soulève des questions de traduction qui touchent au cœur de la critique de l’économie politique. Car ces différentes éditions ne s’accordent pas sur la traduction des différents concepts marxiens. Les auteurs offrent un aperçu de ces débats qui animent le collectif de traduction et d’érudition autour de la GEME.

8Il s’agit de problèmes de traduction qu’entraînent, tout d’abord, les termes composés en allemand, comme Wertform (« forme-valeur » ou « forme de la valeur »). Il est simplement impossible de juxtaposer ces termes en français comme on peut le faire en allemand ou en anglais. Ensuite, on retrouve des problèmes de traduction suscités par les concepts formant un réseau dans Le Capital ou liés à la tradition philosophique allemande, et plus spécifiquement hégélienne. L’Aufhebung hégélien (« dépassement » en français) en est un exemple paradigmatique. Enfin, les traducteurs français font face à des problèmes liés à l’historicité de certains termes comme Arbeiter (« ouvrier » ou plus largement « travailleur »).

9De tous ces problèmes, l’un qui s’insère au cœur de la théorie marxienne concerne la traduction du concept de « Mehrwert ». La traduction prédominante à la suite de Joseph Roy a été « plus-value ». Le lecteur francophone du Capital est par ailleurs surpris dès le début de l’étude de M. Heinrich de lire « survaleur » au lieu de la traditionnelle « plus-value » à laquelle il était habitué depuis si longtemps. Notons au passage l’intérêt heuristique d’une telle proposition dans le contexte de la financiarisation rampante de l’économie : elle permet de rompre avec toute possibilité de confusion entre le concept marxien et ce qui est désigné en finance et dans l’immobilier comme un accroissement de la valeur marchande d’un actif. La nouvelle traduction mérite d’être expliquée tant ce problème semble avoir une valeur paradigmatique dans l’histoire éditoriale du Capital en français. « Ce dernier terme, rendu traditionnellement par « plus-value » (de Joseph Roy à Gilbert Badia), s’inscrit en fait au croisement de deux vocables importants au Capital, « Mehr- », c’est-à-dire l’idée d’accroissement (comme dans « Mehrprodukt », « Mehrarbeit », etc.), et « Wert », la valeur. Or, cette inscription disparaît dans le terme français de « plus-value ». C’est pourquoi Jean-Pierre Lefebvre a choisi, dans les diverses traductions qu’il dirige à cette époque, de forger le néologisme « survaleur », lequel est censé mieux rendre compte de cette inscription conceptuelle (survaleur, surproduit, surtravail, etc.) (p. 115-116).

10Ce qu’est Le Capital de Marx apparaît donc comme une ressource critique importante pour la compréhension de l’œuvre marxienne. On peut regretter par endroits un langage difficile d’accès aux non-initiés du Capital et de Hegel, mais l’ouvrage présente une clarté d’exposition, avec des tableaux synthétiques et des extraits de traductions comparées, qui en font un outil d’intérêt pour tout lecteur sérieux de Marx. Enfin, plusieurs pistes de recherche sont présentes en pointillé dans les deux articles qui composent ce livre et elles mériteraient à nos yeux une étude plus approfondie pour renouveler notre compréhension de Ce qu’est Le Capital de Marx. Ainsi, à la suite de M. Heinrich et de la MEGA2, il serait intéressant de procéder à la confrontation de l’histoire des textes marxiens avec ce que la tradition marxiste a appelé à la suite de Lénine les trois sources du marxisme : idéalisme allemand, économie politique anglaise et socialisme français. Une telle confrontation mettrait peut-être en évidence l’équilibre et la structure changeante entre ces trois sources théoriques au sein du Capital. De même, les abrégés du Capital et leur circulation matérielle pourraient fournir des points d’appui pour une histoire sociale de la réception du Capital, à la manière de l’histoire sociale et culturelle des Lumières de Daniel Roche, Roger Chartier et Jonathan Israël.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Dimitris Fasfalis, « Michael Heinrich, Alix Bouffard, Alexandre Feron et Guillaume Fondu, Ce qu’est Le Capital de Marx », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 12 noviembre 2017, consultado el 18 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23769

Inicio de página

Redactor

Dimitris Fasfalis

Agrégé d’histoire, enseignant au lycée Jean Moulin de Béziers.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página