Navigation – Plan du site

Sara Garbagnoli, Massimo Prearo, La croisade « anti-genre ». Du Vatican aux manifs pour tous

Marie Duru-Bellat
La croisade « anti-genre »
Sara Garbagnoli, Massimo Prearo, La croisade « anti-genre ». Du Vatican aux manifs pour tous, Paris, Textuel, coll. « Petite encyclopédie critique », 2017, 128 p., ISBN : 978-2-84597-589-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce livre bref mais dense, les auteurs, spécialistes des mouvements sociaux et des questions de genre, entendent décrire par le menu la mobilisation « anti-genre » initiée à leurs yeux par le Vatican et expliquer son succès bien au-delà des frontières italiennes, notamment dans la période récente en France. Leur thèse est que le Vatican a forgé et réussi à imposer les termes d’un débat orienté – pour ou contre la théorie du genre ? –, pour conforter des orientations réactionnaires. S’appuyant sur des analyses de documents, des observations directes de mobilisations, voire, en Italie, des participations à des mobilisations s’opposant au combat du Vatican, les auteurs ne font pas mystère de leur engagement pro féministe et pro minorités sexuelles. Ils doublent cet engagement de la maîtrise d’un corpus théorique consistant, parfaitement au point sur les débats, loin d’être réservés à la mouvance catholique, que suscite la question du genre.

2Un élément clé de la démonstration est la description fine de la façon dont le Vatican et les instances religieuses de la mouvance conservatrice (Opus Dei notamment) ont inventé l’expression de « théorie du genre », fer de lance du dispositif discursif « anti-genre », dont la face positive est « la promotion de la différence et de la complémentarité entre les sexes comme fondement de l’humain » (p. 14).

3Une première partie dévoile tout d’abord l’action, décrite comme « concertée et stratégique » (p. 14), des experts catholiques spécialisés dans les questions de genre et de sexualité afin de diffuser de manière systématique un savoir « anti-genre ». Cette véritable croisade s’engage explicitement dès la moitié des années 1990, même si historiquement l’Église catholique n’a pas manqué de produire des textes sur l’« ordre naturel » entre les sexes, notamment dans les années 1970, quand les mouvements féministes et LGBTQI ont commencé à prendre de l’ampleur. Rappelant que le concept de genre est discuté au sein même du milieu de la recherche – même si fondamentalement il introduit une distance entre biologique et social, la division entre sexe et genre expose au risque de voir « réifier » le sexe en retour, comme du social venant s’opposer au biologique –, les auteurs pointent, par contraste, le caractère dogmatique et univoque que le Vatican va donner de ce terme : « si pour celles et ceux qui utilisent le genre, ce concept dénaturalise, pour le Vatican il dénature » (p. 25). L’enjeu est bien la conception de l’ordre sexué et sexuel que l’on entend promouvoir.

4Le Vatican perçoit sans mal la portée subversive du concept de genre en ce qu’il dévoile à la fois la naturalisation du sexe et l’oppression des femmes ; face à ce « concept de combat » (p. 27), le Vatican va engager une guerre en créant en quelque sorte un « pseudo concept », « sous la forme d’un répertoire de syntagmes » tels qu’« idéologie du genre » ou « le gender » (p. 28), ayant vocation à fonctionner comme autant d’anathèmes. Il y oppose ses propres références et parle alors d’égalité dans la différence, de « génie féminin », de déterminisme biologique ou encore de « nouveau féminisme », insistant sur la complémentarité et la collaboration entre les sexes…pour, aux yeux des auteurs, « prêcher l’inégalité par d’autres moyens » (p. 30).

5Par d’autres moyens, car si l’on ne parle plus, comme le faisait Pie XI en 1930, d’« ordre hiérarchique de la famille » ou de « naturelle soumission » des femmes aux hommes, si la norme est à présent « l’égale dignité », cela ne signifie en rien une égalité de position. À partir de Pie XII en 1945, c’est l’argument différentialiste qui permet de concilier « différence ontologique » et égalité. Dès lors, le leitmotiv est d’invoquer la complémentarité, fondée elle-même sur la vocation maternelle inscrite dans le corps des femmes, des femmes qui, de ce fait, ont une responsabilité immense autant que respectable dans la reproduction de la Nation, voire dans le salut de l’humanité toute entière. La sexualité, longtemps conçue comme une source de péché par l’Église, est alors réhabilitée comme « une composante fondamentale de la personne » (Jean-Paul II, 2014, cité p. 35). Les interventions papales se multiplient, tant sur la « loi morale naturelle » qui doit régir la sexualité que sur le « génie féminin » qui caractérise l’essence des femmes, à tel point qu’on se targue de promouvoir ainsi un nouveau féminisme. Qu’il s’agisse des papes ou des institutions (telles que la Congrégation de la Doctrine de la Foi), on cible au nom de cette bipolarité sexuelle et de cet ordre naturel les homosexuels, notamment en réaction aux revendications d’égalité juridique des mouvements LGBTQI.

6Les attaques se construisent sur toute une série de clivages : science versus idéologie, civilisation de l’amour versus culture de la mort, l’humain versus le transhumain, etc. La rhétorique anti-genre se structure et s’affiche en particulier à l’occasion de la conférence mondiale onusienne de Pékin de 1995, non sans liens avec les mouvements anti IVG qui s’y sont particulièrement mobilisés.

7Puis, progressivement, le front de la mobilisation se stabilise autour de deux expressions : la « théorie du genre », l’« idéologie du genre ». Et le Vatican de publier en 2003 (en italien) puis en 2005 (en français, puis ensuite en neuf langues) le Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille, la vie et les questions éthiques, qui se veut un vrai « manuel », s’affichant scientifique, rédigé par environ 70 experts, tous engagés dans des structures de promotion de la doctrine catholique. Il s’agit de se positionner comme du côté de la science, et aussi contre un certain impérialisme culturel américain que véhiculerait le terme de gender, tout en recourant aussi à la diabolisation de chercheuses comme Judith Butler. Les travaux sur le genre sont présentés de façon déformée, et en passant sous silence ce qui constitue une dimension fondamentale du genre, à savoir la hiérarchisation qu’implémente le système de genre. On promeut au contraire une renaturalisation, pour désamorcer la dimension critique du concept. S’y ajoute plus ou moins ouvertement des arguments susceptibles de rencontrer des discours populistes –l’opposition « peuple » versus « lobby homosexualiste », une opposition à un capitalisme qui « marchandise » le corps des femmes, etc. On perçoit alors comment ces accents sur une famille, une filiation, une éducation naturelles se situent en continuité avec la volonté de l’Église, tout au long du XXe siècle, « de vouloir garder (ou reprendre) le monopole du pouvoir d’établir la définition légitime de ce qu’est une famille » (p. 61). Mais l’Église met en avant non pas la religion en tant que telle mais, en sus de ses fondements affichés comme scientifiques, son autorité morale garante des valeurs occidentales…

8Dans une seconde partie, on découvre comment les institutions et les mouvements ecclésiaux vont se mobiliser pour que ces discours débouchent sur des mouvements de rue et qu’émerge un véritable contre-mouvement social augurant d’une véritable « revanche identitaire » (p. 68). Forts de cette boite à outil que constitue le Lexique et de la profusion de livres écrits par les « experts » de cette mouvance, une croisade ancrée dans le savoir est mise en branle pour dévoiler la vérité du genre. En Italie (plus qu’en France), des « conférences anti-genre » sont organisées, au sein des salles paroissiales (des centaines durant l’été 2013 notamment), puis mises en lignes sur Youtube. Des conférences de ce type existent en France mais elles sont plus clairsemées, plus nombreuses entre 2011 et 2013, accompagnant la critique de l’introduction du genre dans les manuels ou lors des débats du « mariage pour tous », puis à nouveau en 2015 avec la réforme de l’école. Les auteurs soulignent qu’un aspect crucial de ces conférences est qu’elles invitent à des actions immédiates (veillées, manifestations de rue, etc.). Les catholiques sont invités à se mobiliser et à affirmer leur identité et leurs valeurs dans une société qui a l’air d’évoluer sans eux. Certains groupes – les auteurs évoquent par exemple le Renouveau Charismatique –, très vivaces en Italie, se positionnent comme un véritable contre-mouvement social, faisant renaître un catholicisme politique qui n’est rien d’autre que la prétention de la religion à un « combat anthropologique de défense de l’ordre naturel » (p. 101). En France, cette volonté de revivifier l’appartenance identitaire des catholiques est également manifeste dans les manifestations parfois festives de la « Manif pour tous ». Mais elle est toujours prête à resurgir chaque fois que l’« essence » de l’humanité semble en cause (avortement, gestation pour autrui, droits des homosexuels, etc.).

9L’argumentaire « anti-genre » devient donc ainsi « l’épicentre d’une nouvelle cause catholique » et dote les catholiques d’une « nouvelle compétence démocratique » pour intervenir, c’est la conclusion des auteurs, « dans les espaces de la démocratie sexuelle pour la contester » (p. 111).

  • 1 On pense notamment à la contribution de Florence Rochefort, « Mariage pour tous : genre, religions (...)

10Cet ouvrage apporte par sa connaissance intime des réalités italiennes (et vaticanes) une contribution précieuse à l’analyse de la mouvance « anti-genre », pas complètement neuve certes1, mais avec un ton vif et militant, accessible, tout en illustrant bien ce que peut être une sociologie des mouvements sociaux et de la base idéologique dont ils se dotent.

Haut de page

Notes

1 On pense notamment à la contribution de Florence Rochefort, « Mariage pour tous : genre, religions et sécularisation », dans Laurie Laufer et Florence Rochefort (dir.), Qu’est-ce que le genre ?, Paris, Payot, 2014, p. 213-230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Sara Garbagnoli, Massimo Prearo, La croisade « anti-genre ». Du Vatican aux manifs pour tous  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23788

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page