Navigation – Plan du site

Catherine Dutheil-Pessin, François Ribac, La fabrique de la programmation culturelle

Joris Cintéro
La fabrique de la programmation culturelle
Catherine Dutheil-Pessin, François Ribac, La fabrique de la programmation culturelle, Paris, La Dispute, 2017, 235 p., ISBN : 978-2-84303-285-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Ribac, L’avaleur de rock, La dispute, 2004.
  • 2 Catherine Dutheil-Pessin, La chanson réaliste, sociologie d’un genre, L’harmattan, 2004.

1Cet ouvrage présente une enquête sociologique originale - tant par les méthodes utilisées que par l’objet qu’elle entend étudier - mettant sur le devant de la scène des acteurs centraux dans les politiques de diffusion culturelle : les programmateurs et programmatrices. Conduite par deux sociologues qui ont travaillé à de nombreuses reprises sur les pratiques musicales1 et culturelles2 en France, cette enquête est le fruit de deux ans de travaux menés autour d’une trentaine de programmateurs et programmatrices issus de lieux de diffusion divers, tant sur les plans stylistiques (théâtre, danse, musique, festivals, hybrides…), budgétaires (différents niveaux de subvention publique), administratifs (tailles et statuts différents) que géographique (lieux situés un peu partout en France). Mais d’où vient un tel sujet ?

  • 3 Philippe Urfalino, L’invention de la politique culturelle, Hachette, 1996 ou encore Vincent Dubois, (...)

2Il est très courant aujourd’hui de réduire une politique culturelle à sa face la plus visible et donc de l’assimiler au spectacle vivant. C’est de cette observation préliminaire que les auteurs puisent le questionnement au cœur de leur sujet : comprendre comment se fabrique, au départ d’œuvres artistiques particulières, une offre culturelle publique au sein de scènes subventionnées par l’État. Cet opus offre un panorama étoffé des différents stades de la fabrication de la programmation culturelle détaillant de manière très précise les profils, les outils, les réseaux et les gestes qui entrent en jeu dans l’élaboration de cette dernière. Il se place ainsi à rebours des classiques de sociologie sur le sujet3, dans la mesure où le point de départ de la recherche ne se situe non pas dans l’analyse de la décision politique mais directement dans les actions et les discours de ceux qui « font » la « culture ».

  • 4 Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, Sociologie de l’action publique, Armand Colin, 2012.
  • 5 Madeleine Akrich, Michel Callon, Bruno Latour, Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Pre (...)
  • 6 Notamment des acteurs politiques de bords opposés et des enseignants tenant à la fois de la sphère (...)

3Les premiers chapitres de l’ouvrage sont principalement consacrés à l’exposition et la démonstration de la première thèse des auteurs : l’existence d’un groupe social de professionnels.elles de la programmation culturelle. Pour y parvenir, les auteurs mettent en place un arsenal méthodologique aussi fourni que cohérent alliant ethnographies, conférences de consensus, observations, photographies et entretiens divers dans un cadre théorique pragmatique, alliant entre autres sociologie de l’action publique4 et sociologie de la traduction5. Le résultat est convaincant et les éléments de discussion nombreux. En effet, la nature variée du groupe retenu permet aux auteurs de livrer une analyse tout en finesse, très loin de la photographie proprette d’un groupe homogène. Le groupe social des programmateurs est en constant mouvement, en témoignent les disparités générationnelles, financières, techniques et stylistiques relevées par les auteurs. Ce mouvement s’incarne également à travers des espaces de socialisation interprofessionnelle cadrés et exclusifs relativement à certains éléments (style, discipline, taille de la structure…). Cependant les auteurs parviennent à ne pas se perdre dans cette effervescence et réussissent à circonscrire un cadre commun à ces professionnels via l’exposition des méthodes de travail (photos et tableaux à l’appui), des techniques, des réseaux (majeurs dans la production de la compétence professionnelle) et des justifications des acteurs, élément saillant axé autour d’une topique du soin et de l’éducation, permettant aux auteurs d’achever leur description. Sans s’arrêter là, les auteurs replacent ce groupe social dans un contexte plus élargi, ce qui permet de relever des éléments importants parmi lesquels les inégalités sexuées des styles et des postes tenus par les acteurs et les liens à la fois très étroits et tout à fait distendus qu’ils entretiennent avec les acteurs politiques et les citoyens. À l’image de cette finesse dans l’écriture et la méthode on retiendra quelques beaux entretiens, notamment le récit virtuose de Philippe (pp. 104-110), programmateur et artiste décrivant les péripéties qui l’ont amené à connecter autour d’un projet des acteurs n’ayant absolument rien en commun6. Les nombreux témoignages présentés dans l’ouvrage amènent les auteurs à briser « l’évidence » de la programmation : si le choix artistique est un élément qui entre dans la balance des acteurs, il n’est pas le seul et surement pas le premier. Le territoire, la cohérence avec le reste de la programmation, les budgets, la nature du lieu sont autant d’éléments qui entrent en jeu dans cette décision.

4La seconde thèse majeure de l’ouvrage est sensiblement plus critique et nous amène à penser le caractère républicain de la programmation et les liens que nous, citoyennes et citoyens, entretenons avec elle. Le constat est sévère : après avoir fourni une description poussée des acteurs de la construction de leur métier, voilà que les sociologues replacent la programmation culturelle dans le contexte (et dans une perspective analytique plus classique) des institutions culturelles et politiques françaises et proposent un parallèle entre la programmation culturelle et la pratique de la démocratie. Bien qu’elle soit discutable, sur le plan historique des institutions ou sur les conceptions sous-jacentes de la démocratie, cette comparaison amène une certaine nouveauté dans le débat culturel. Alors même que le spectateur est central dans la décision et l’élaboration de la programmation (tout comme le politique), ce dernier est constamment nié, considéré comme incompétent par les professionnels ou illégitime dès qu’il doit/veut être associé à la décision de programmation sur un territoire. La programmation serait-elle ontologiquement asymétrique (et donc potentiellement anti-démocratique), comme le laisse entendre l’individualisation du travail des professionnels de la programmation ? Les citoyens doivent-ils être acteurs ou réceptacles ? Des référents ou des bâtisseurs ? Mêler les citoyens à la programmation en reviendrait-il à nier la compétence construire par les programmateurs ?

5En posant ces questions les auteurs ouvrent un pan de recherche encore peu exploré et proposent des solutions au départ des exemples dans le domaine de la santé et du nucléaire, sur la question du commun7 ou sur leurs propres conclusions au sujet du métier de programmateur.

  • 8 Luc Boltanski, Laurent Thévenot, De la justification, Gallimard, 1991.

6Catherine Dutheil-Pessin et François Ribac proposent à travers cet ouvrage une lecture large et pragmatique8 de l’activité des programmateurs et des programmatrices des salles subventionnées par l’État qui constitue, pour un premier ouvrage du genre, une référence de très bonne facture malgré quelques schémas illisibles (notamment les « rézodiences » devant « mettre à plat » les réseaux de structures de diffusion, bien trop fournies pour être utilisables) ou encore l’absence d’une bibliographie académique permettant de disposer au même endroit de toutes les sources citées dans l'ouvrage. En analysant le travail d’un groupe social qui se situe à la lisière des milieux artistiques, politiques et culturels, les auteurs amènent sans conteste un regard pertinent et de nombreuses perspectives de travaux pour qui s’intéresse à la formation des programmateurs (en didactique) ou encore à la fabrication collective de la programmation culturelle (en sociologie). Le croisement pertinent avec les domaines où se conçoit de plus en plus collectivement « l’intérêt public » (santé, nucléaire, écologie etc.) ajoute une dimension supplémentaire – atypique en termes de discussion au sujet des politiques culturelles - à la réflexion des deux sociologues.

Haut de page

Notes

1 François Ribac, L’avaleur de rock, La dispute, 2004.

2 Catherine Dutheil-Pessin, La chanson réaliste, sociologie d’un genre, L’harmattan, 2004.

3 Philippe Urfalino, L’invention de la politique culturelle, Hachette, 1996 ou encore Vincent Dubois, La politique culturelle, Belin, 1999.

4 Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, Sociologie de l’action publique, Armand Colin, 2012.

5 Madeleine Akrich, Michel Callon, Bruno Latour, Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Presses des Mines Paris, 2006.

6 Notamment des acteurs politiques de bords opposés et des enseignants tenant à la fois de la sphère culturelle et de l’éducation nationale.

7 Pascal Nicolas-Le Strat, Écosophie du projet, 2007, en ligne http://www.le-commun.fr/index.php?page=ecosophie-du-projet.

8 Luc Boltanski, Laurent Thévenot, De la justification, Gallimard, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joris Cintéro, « Catherine Dutheil-Pessin, François Ribac, La fabrique de la programmation culturelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23789

Haut de page

Rédacteur

Joris Cintéro

Doctorant contractuel au Laboratoire Éducation Cultures Politiques, Université Lyon 2, musicien.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page