Navigation – Plan du site

Grégory Derville, Le pouvoir des médias. Mythes et réalités

Florent Parruitte
Le pouvoir des médias
Grégory Derville, Le pouvoir des médias. Mythes et réalités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Politique en plus », 2017, 223 p., (1re éd. 2013), ISBN : 978-2-7061-2637-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Grégory Derville, Le Bébête-show comme processus de communication politique : son public, son conte (...)

1Depuis l’apparition des médias « de masse » la question de leur potentiel pouvoir d’influence a suscité de nombreux fantasmes et de vifs débats. Fondement de la sociologie des médias, cette interrogation se trouve aujourd’hui renouvelée, par le développement de nouveaux moyens de communication tels qu’internet et les outils de participation qu’il offre aux citoyens. Constatant les évolutions en termes d’équipement en moyens de communication et d’audience, parallèlement à la médiatisation croissante des acteurs et des activités politiques, Grégory Derville pose ici la question du pouvoir des médias sur les opinions et actions humaines et particulièrement sur les activités politiques. L’analyse contenue dans cet ouvrage se révèle en outre bien plus subtile et nuancée que son titre ne le laisse présumer. Sans être déconnectées l’une de l’autre, les deux parties qui constituent l’ouvrage sont toutefois nettement distinctes tant dans leur questionnement que dans leur forme respectifs. L’auteur, qui a effectué son travail de thèse sur le contenu et les publics du « Bébête Show »1, conduit ici un travail de synthèse de recherches considérées comme classiques sur la question, tout en mettant en valeur un travail d’analyse abondant en termes de références et d’exemples. S’il apporte peu d’éléments nouveaux par rapport à la précédente édition, l’ouvrage se trouve actualisé grâce au recours à des exemples plus récents.

2La première partie consiste en un état de l’art sur le sujet, en cela qu’elle revient sur les principales approches développées au cours du vingtième siècle, principalement en Europe et aux États-Unis, afin d’identifier l’influence des médias sur les individus, en particulier concernant leurs comportements politiques. S’appuyant sur les acquis de différentes traditions de recherches, l’auteur explore successivement les hypothèses ayant trait aux effets de la propagande politique et des discours médiatiques sur les manières de penser et d’agir.

  • 2 Elihu Katz, Paul Lazarsfeld, Personal Influence, New York, Free Press, 1955, 400 p.

3Abordant successivement les principales approches sur les effets des médias, Grégory Derville contribue à invalider l’idée que les discours transitant par les médias agiraient directement sur un public uniforme et sans défense. Si les recherches conduites dans les sillages de Paul Lazarsfeld et Elihu Katz2 ont montré l’importance des acteurs intermédiaires dans le décryptage des messages, comme celle des usages que les individus font de ces messages, les études de réception ou celles menées en psychosociologie ont mis en valeur la complexité des processus de persuasion et la marge de liberté des individus qui y sont exposés. La perception d’un message, sa compréhension et sa transformation en une opinion nouvelle ou un comportement nouveau sont très loin d’être automatiques. De même, de son exposition à l’adhésion à un message, un individu passe par les différentes étapes mentales de l’attention, la perception, la compréhension. En d’autres termes, les individus ne sont pas captifs des messages auxquels ils sont exposés.

  • 3 Maxwell McCombs, Donald Shaw, « The Agenda-setting Function of Mass-media », Public Opinion Quarter (...)

4Malgré ce constat ancien, certains auteurs3 ont tenté de réévaluer l’influence médiatique à une heure où l’information prenait une place sans cesse croissante dans le quotidien. Les médias contribueraient ainsi à définir largement l’agenda politique, à soulever les questions pouvant légitimement être considérées comme des priorités politiques et à délimiter la lecture légitime qui peut en être faite, amenant les individus à les utiliser comme des critères de jugement en politique. Dans une perspective plus large, les médias en tant que fenêtre principale sur le monde participeraient à structurer les principes de vision du monde qu’ont les individus. L’auteur relativise toutefois ces analyses car, si elles réévaluent le rôle des médias dans la construction des préoccupations des individus, elles négligent toutefois l’hétérogénéité des médias et peinent à établir un lien de causalité solide entre contenu médiatique et structure des opinions. Grégory Derville met avant tout l’accent sur la diversité des approches et le dynamisme de ce champ de recherche, en particulier depuis l’émergence d’internet.

5La seconde partie de l’ouvrage interroge la médiatisation du champ politique et ses conséquences tant sur le recrutement de son personnel, sur les pratiques des acteurs et sur le fonctionnement du champ en général, convoquant en grande majorité des exemples issus du contexte français. Grégory Derville rappelle que la communication, loin de constituer un phénomène récent, est anciennement liée aux activités politiques et essentiellement due à une croyance entretenue chez les politiques par les communicants en la nécessité de leur action. Ainsi, derrière des phénomènes vécus comme naturels, l’auteur insiste sur le fait que c’est bien souvent l’action de ces acteurs de la communication, du marketing politique et des sondages qui se manifeste.

6La nécessité de séduire un public large, pas toujours politisé, a contribué à transformer le recrutement du personnel politique. L’accession à une visibilité médiatique serait un prérequis nécessaire afin de concourir à une carrière politique. L’auteur rappelle toutefois, études à l’appui, que les médias ont au contraire une forte tendance au respect de la hiérarchie du champ politique en consacrant les acteurs bénéficiant déjà d’une légitimité politique et ayant une chance de victoire. L’existence d’un décalage entre le temps long de l’action politique et le temps court des médias encourage les acteurs politiques à réagir dans l’urgence, sous l’œil des journalistes, parfois par des actions ou annonces spectaculaires, ce que l’auteur désigne par le « coup d’éclat permanent ». La légitimation des sondages comme traduction de l’opinion publique amène les politiques, autant que les journalistes, à s’y référer et à davantage prendre en compte les conséquences immédiates des décisions et des événements sur l’opinion publique. Désormais, le quotidien serait une campagne électorale permanente où le décideur se doit de confirmer continuellement l’assentiment de ses électeurs. Cette évolution pose bien sûr de nombreuses questions sur les usages des sondages comme aide la décision ou comme moyen de légitimation de certaines politiques. Aux discours optimistes et alarmistes, l’auteur oppose que les recherches sur l’impact des sondages sur les processus de décision sont rares et que les sondages d’opinion publique se prêtent à plusieurs lectures et peuvent servir tant aux décideurs politiques qu’à leurs opposants. Cette influence est bien plus palpable lors des campagnes électorales lors desquelles elle s’exerce nettement sur les stratégies des candidats. Quant au risque de dérive démagogique, l’auteur rappelle que celui-ci n’est pas nouveau et que les décideurs n’ont pas attendu les sondages pour adapter leurs actions et leurs discours à leurs différents publics.

7Grégory Derville relève néanmoins que sur les discours l’influence des experts en communication est manifeste. Ceux-ci ont progressivement délégitimé l’art oratoire classique, considéré comme hermétique en faveur d’un nouveau type de discours, plus concis, plus familier, illustré d’anecdotes et de témoignages, proche du format en vigueur dans le champ médiatique. Ces experts donnent d’ailleurs des chiffres précis quant au nombre de mots qu’une phrase doit compter et au temps qu’un discours doit durer, sans réelle preuve à l’appui. De même on assiste à une modération de la dimension partisane des discours dans un but d’élargissement de la base électorale.

8Toutes ces évolutions posent des questions quand au fonctionnement du champ politique au temps de la médiatisation et de la communication. À l’heure du développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, il semble que les formes de participation politique des citoyens se diversifient et se dégagent des formes traditionnelles de l’engagement partisan en se tournant vers une conception plus directe et collaborative. L’auteur prend toutefois le soin de ne pas se prononcer sur l’avènement d’une démocratie numérique en raison de la permanence des pratiques traditionnelles de la participation politique et des disparités en termes d’accès, de compétences et de comportements face à internet.

9Grégory Derville propose avec cet ouvrage, certes peu original, un état des lieux qui a le mérite de ne pas proposer de réponse tranchée sur le pouvoir des médias mais davantage d’ouvrir à des réflexions sur les contraintes que la médiatisation exercent sur les comportements politiques et le rôle politique des communicants. Sans prétendre à l’exhaustivité, il convoque nombre d’analyses d’horizons divers et souligne, outre leurs limites, leur utilité à destination de celles et ceux qui s’intéressent à ce sujet.

Haut de page

Notes

1 Grégory Derville, Le Bébête-show comme processus de communication politique : son public, son contenu, son impact, thèse de doctorat en Science politique, sous la direction de Pierre Bréchon, Grenoble, Université Pierre Mendès France, 2 vol., 666 p.

2 Elihu Katz, Paul Lazarsfeld, Personal Influence, New York, Free Press, 1955, 400 p.

3 Maxwell McCombs, Donald Shaw, « The Agenda-setting Function of Mass-media », Public Opinion Quarterly, n°36, 1972, p. 176-187.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Parruitte, « Grégory Derville, Le pouvoir des médias. Mythes et réalités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23792

Haut de page

Rédacteur

Florent Parruitte

Doctorant en Science Politique à l’Université Paris Nanterre et membre de l’Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220-CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page