Navigation – Plan du site
La pharmacie centrale de France

La pharmacie centrale de France

Une coopérative pharmaceutique XIXe siècle
Nicolas Sueur, La pharmacie centrale de France. Une coopérative pharmaceutique XIXe siècle, Tours, Presses universitaires Francois Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 2017, 411 p., ISBN : 978-2-86906-498-0.
Notice publiée le 16 novembre 2017

Présentation de l'éditeur

La "Big Pharma" souffre aujourd'hui d'une image négative, entachée par les scandales sanitaires, le lobbying éhonté et la quête illimitée du profit au mépris de la santé publique. Pourtant les entreprises pharmaceutiques nées en Europe (et plus particulièrement en France) au cours du XIXe siècle ont contribué à l'amélioration de l'état sanitaire des populations. Ce livre nous plonge dans la genèse de cette industrie, au travers d'une entreprise emblématique : la Pharmacie centrale de France.
Fondée en octobre 1852 par un pharmacien parisien, François Laurent Marie Dorvault, la Pharmacie centrale de France est devenue en 50 ans la plus grande fabrique, et en même temps la plus grande maison de vente de produits chimiques et pharmaceutiques française. Au début du XXe siècle, elle emploie 630 personnes, compte 1 701 actionnaires et traite avec 10 943 clients, parmi lesquels 9 443 pharmaciens établis en France et 850 à l'étranger ! A son origine, la Pharmacie centrale est une entreprise qui n'admet comme actionnaires que des pharmaciens diplômés.
En fondant cette entreprise de type coopératif, Dorvault affirme vouloir sauver le laboratoire du pharmacien en s'appuyant sur l'industrie. En réalité, il accélère les mutations du métier. De préparateur, le pharmacien se transforme en débitant de produits dont il ne maîtrise plus la fabrication. En renforçant l'industrialisation du secteur en amont, et le monopole du pharmacien en aval, l'entreprise redéfinit l'identité professionnelle du pharmacien : une activité commerciale articulée autour d'un diplôme.

Haut de page

Auteur

Nicolas Sueur

Nicolas Sueur est agrégé d'histoire. Il enseigne l'histoire-géographie au lycée Sait-Charles à Marseille et est chercheur associé au LARAH (Laboratoire de recherches hisoriques Rhône-Alpes). Cet ouvrage est issu d'une thèse soutenue à l'université Lyon 3 en 2012, laquelle a obtenu le prix de l'Académie de la phramacie.

Haut de page