Navigation – Plan du site

Violaine Girard, Le vote FN au village. Trajectoires de ménages populaires du périurbain.

Benjamin Chevalier
Le vote FN au village
Violaine Girard, Le vote FN au village. Trajectoires de ménages populaires du périurbain, Editions du Croquant, coll. « Sociopo », 2017, 314 p., ISBN : 978-2-36512-110-1.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les trois derniers scrutins présidentiels, les espaces périurbains sont considérés, notamment par les médias, comme le principal foyer de progression du vote Front national (FN). Ce diagnostic, qui repose sur l’idée d’une cristallisation des fractures entre le centre et la périphérie, est largement discuté par Violaine Girard, dans le cadre d’une étude de terrain de plusieurs années menée dès 2003 dans une commune située à 40 km de l’agglomération lyonnaise. Le terrain de cette enquête minutieuse se trouve dans une vallée industrialisée au tournant des années 1970, qui accueille de surcroit une centrale nucléaire. Le secteur secondaire y est donc fortement pourvoyeur d’emplois, attirant au sein de la commune une population nouvelle –40% des habitants de 1990 étaient installés depuis moins de huit ans – et majoritairement populaire puisque, en 2008, 37,5% des ménages actifs appartenaient à la profession et catégorie sociale (PCS) ouvrière.

  • 1 On lira à ce propos l’article de Olivier Schwartz et Paul Pasquali, « La Culture du pauvre : un cla (...)

2Après lecture de l’ouvrage, le titre de ce dernier peut finalement surprendre. Car plus que les logiques profondes du vote FN, ce sont bien les trajectoires de ces ménages populaires qui constituent le cœur de l’étude de la sociologue, la question de l’incidence de ces chemins de vie sur les comportements politiques ne concernant que les trois derniers chapitres, sur les huit composants l’étude. Les trajectoires des travailleurs du village sont ainsi très largement marquées par les métamorphoses récentes de la condition ouvrière. Segmentation de l’emploi, extension du précariat à travers la massification de l’usage des contrats à durée déterminée et du travail intérimaire... : si l’incertitude semble se pérenniser, elle entraine davantage une dualisation du marché du travail qu’un décrochage généralisé. Car, comme le montre l’auteure, de nombreux travailleurs de la ville ont connu au cours de leur carrière une réelle mobilité ascendante, tant intergénérationnelle qu’intragénérationnelle1. De là aussi, sans doute, l’importance que ces ouvriers donnent à la valeur du travail, une inquiétude partagée par les travailleurs pour la santé de l’entreprise, un désintérêt relatif au sein des classes populaires envers les parcours scolaires trop généralistes... C’est ici un fait saillant exposé par Violaine Girard : l’activité industrielle de la vallée provient d’une politique volontariste menée dans l’objectif explicite de favoriser l’émergence locale d’une classe laborieuse loyale et peu attentive aux revendications sociales et syndicales. Parcs locatifs gérés par les sociétés, démobilisation des travailleurs par les réductions d’effectifs, déliquescence de la conscience de classe ouvrière, valorisation de la propriété privée et du respect des impératifs financiers liés... sont autant de moyens historiquement utilisés pour désarmer le Parti communiste et assurer un « excellent climat social », tel que le vante une publicité parue en 1978 pour promouvoir la vallée auprès de futurs chefs d’entreprises. Pour les ménages ouvriers, l’accès à la propriété est, autant qu’un objectif de vie, une valeur collectivement structurante. Dans cet objectif, les ménages investissent temps et épargne, transformant un capital économique longuement accumulé en faire-valoir d’une dignité ouvrière, manière de consacrer l’indépendance conquise grâce au travail et à l’investissement personnel dans l’entreprise. L’accession à la propriété est donc une perspective centrale des projections individuelles, mais qui engage aussi de vastes logiques de solidarité.

  • 2 Elias Scotson, Logiques de l'exclusion sociale. Enquête sociologique au cœur du problème d'une comm (...)

3L’étude de Violaine Girard dévoile ainsi de vastes dynamiques collectives de camaraderies, mais aussi des stratégies de mise à distance des ménages les plus fragiles. Car si, dans ce village, l’entreprise ne permet pas de bâtir une véritable identité collective, c’est bien l’expérience résidentielle qui fait émerger d’amples relations d’entraides. À travers un dense tissu associatif, se dessinent de réelles logiques fraternelles, aussi visibles à travers les divers « coups de main » que se donnent les uns aux autres lors des travaux d’installation dans le parc privé. Cette solidarité, ambivalente, est aussi vectrice d’exclusion. Comme l’avaient noté Elias et Scotson2, la constitution d’un entre-soi résidentiel fort se fonde sur de puissants phénomènes de mise à distance. De la « bonne volonté culturelle » des ménages moyens visant à se distinguer des plus modestes, aux manœuvres communales permettant d’exclure les étrangers de l’accès au parc locatif, en passant par les discours stigmatisant l’assistanat et les classes fragilisées urbaines, l’ouvrage met en lumière les comportements de différenciation à l’œuvre dans l’espace péri-urbain. La sociologue note en effet une triangulation des relations sociales : beaucoup des habitants du village, socialement situés entre classe moyenne supérieure et classe plus populaire, cherchent à se distinguer des plus nécessiteux tout en maintenant une certaine distance sociale à l’égard des plus fortement dotés en capitaux culturels et économiques (enseignants…). L’accusation d’assistanat émise par les plus stables est un incontournable de cette stratégie de distinction, supposant la dépendance des ménages fragilisés aux dispositifs d’assistance. Cette accusation est lourde de conséquences dans un environnement socio-culturel faisant de l’indépendance la pierre angulaire de la dignité individuelle. L’ouvrage décrit ainsi comment la commune assure, elle aussi, les solidarités envers les individus connus, veillant à maintenir les indésirables hors de cette entraide institutionnelle. On remarque en effet que nombre de jeunes couples ayant grandi dans le village se voient régulièrement proposer une place dans le parc locatif. De la même manière, de nombreuses jeunes femmes bénéficient d’un emploi public – souvent temporaire – offert par la ville, notamment dans les services de l’enfance où comme animatrice dans le centre de loisirs de la commune. En revanche, le maire s’évertue à limiter la construction de logements sociaux, développant une vision minimaliste du « social », visant à réguler autant que possible l’arrivée de nouveaux habitants venus de Lyon, sur lesquels pèse une lourde stigmatisation visant à assurer une « sociabilité exclusive » ainsi qu’une « fermeture de l’espace résidentiel » (p. 221).

  • 3 Sur le vote populaire FN, on conseillera Gérard Mauger, Willy Pelletier (dir), Les classes populair (...)
  • 4 Le terme de gaucho-lepénisme désigne le comportement électoral des populations d’abord positionnées (...)

4Les trois derniers chapitres de l’ouvrage se concentrent donc sur la dynamique du vote frontiste dans le village. Si l’auteure ne nie pas une certaine radicalisation des positions politiques, notamment celles du maire et de son premier adjoint, analysées précisément dans le dernier chapitre, elle relativise l’ampleur d’une vague FN qui déferlerait dans l’espace périurbain français3. L’analyse des derniers scrutins tenus dans le village montre certes une importante proportion de citoyens votant pour l’extrême-droite, mais la puissance de ce vote est à observer à la lumière de l’abstention. Ainsi, lors des élections européennes de 2014, en pourcentage des inscrits, les scores du FN n’étaient plus que de 13,6% (contre 34,3% des suffrages exprimés). Le vote frontiste s’inscrit donc dans un contexte de profonde défiance envers les élites politiques nationales, même s’il cohabite avec un enracinement fortement orienté en faveur de la droite traditionnelle. Le village est en effet marqué par l’influence tutélaire d’une famille politique locale historiquement liée à l’UDF (Union pour la démocratie française) et au RPR (Rassemblement pour la République) – puis à l’UMP (Union pour un mouvement populaire) – et indissociable de l’industrialisation de la vallée orchestrée par un intense lobbying politique auprès du président Giscard d’Estaing. Ce reliquat d’autorité notabiliaire souligne que le vote frontiste périurbain ne correspond souvent que très imparfaitement au glissement d’un extrême à l’autre, relativisant fortement la pertinence explicative de la théorie du « gaucho-lepénisme »4. La sociologie électorale de la vallée est en effet durablement ancrée à droite. L’importance que les ouvriers de la vallée accordent au travail, leur implication morale dans l’entreprise, la rareté de l’emploi public périurbain, l’émiettement des structures productives et la valorisation de l’auto entreprenariat expliqueraient ainsi la préférence collective des électeurs pour la droite, qui parfois coexiste avec un vote frontiste certes notable, mais finalement profondément versatile (p. 249).

5Cet ouvrage de Violaine Girard se révèle finalement précieux pour qui s’intéresse aux questions de mobilité et de stratification sociale, et, bien sûr, aux dynamiques politiques du Front national. Riche en références analytiques, exhaustif dans son propos, accessible autant qu’exigeant, préférant la clarté au jargon, c’est un ouvrage à mettre entre toutes les mains, remarquable de pédagogie et d’intelligence.

Haut de page

Notes

1 On lira à ce propos l’article de Olivier Schwartz et Paul Pasquali, « La Culture du pauvre : un classique revisité. Hoggart, les classes populaires et la mobilité sociale », Politix, n° 114, 2016, Violaine Girard s’appuyant beaucoup sur les travaux de ces auteurs.

2 Elias Scotson, Logiques de l'exclusion sociale. Enquête sociologique au cœur du problème d'une communauté, Paris, Fayard, 1997. Cet ouvrage, paru originellement en 1965, montre comment l’exclusion d’une population nouvellement installée s’appuie sur un rapport de force bénéficiant aux habitants les plus anciennement implantés.

3 Sur le vote populaire FN, on conseillera Gérard Mauger, Willy Pelletier (dir), Les classes populaires et le FN, Editions du Croquant, coll. « Savoir/agir », 2017.

4 Le terme de gaucho-lepénisme désigne le comportement électoral des populations d’abord positionnées à gauche et qui, notamment via la question migratoire, bascule vers le vote FN. Cette théorie présentée en 1995 par Pascal Perrineau est cependant contestée. Pascal Perrineau, « La dynamique du vote Le Pen. La poids du “gaucho-lepénisme” », in Pascal Perrineau, Colette Ysmal (dir), Le vote de crise. L'élection présidentielle de 1995, Paris, Presses de Sciences Po, 1995, p. 243-261.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Chevalier, « Violaine Girard, Le vote FN au village. Trajectoires de ménages populaires du périurbain. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23814

Haut de page

Sujet

Politique

Pauvreté - précarité

Travail

Stratification sociale

Logement

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page