Navigation – Plan du site
La militance LGBT aux États-Unis

La militance LGBT aux États-Unis

Sexualité et subjectivité
Guillaume Marche, La militance LGBT aux États-Unis. Sexualité et subjectivité, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « SXS Sexualités », 2017, 372 p., préface de Michel Wieviorka, ISBN : 978-2-7297-0928-0.
Notice publiée le 21 novembre 2017

Présentation de l'éditeur

Dès les années 1960, les mobilisations homosexuelles ont acquis une visibilité considérable, au point que l’une de leurs principales revendications, l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, a enfin été satisfaite dans plusieurs pays. Ce qui ne signifie pas pour autant la pleine reconnaissance des droits des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres. Mais qu’en est-il aujourd’hui du cœur des revendications initiales – la sexualité – dans le mouvement LGBT ?
Aux États-Unis, depuis les années 1990, la reconnaissance politique des questions portées par les militant.e.s s’est traduite par une professionnalisation du mouvement et non par une mobilisation plus forte de la base. Et l’institutionnalisation de la militance LGBT a coïncidé avec la disparition de la revendication sexuelle. L’étude des dynamiques de mobilisation et de démobilisation proposée ici montre que la place plus ou moins importante de la sexualité dans les objectifs et les formes d’action joue un rôle déterminant dans l’implication des acteurs sociaux.

Haut de page

Auteur

Guillaume Marche

Guillaume Marche est professeur de civilisation américaine à l’Université Paris-Est Créteil et membre de l’équipe de recherche IMAGER. Ses recherches portent sur les mouvements sociaux contemporains aux États-Unis, en particulier sur le mouvement LGBT, les identités sexuelles et les rapports entre le culturel et le politique. Ses travaux récents concernent également les formes infrapolitiques d’intervention dans les espaces publics à San Francisco (graffitis, végétalisation, nudité, etc.)

Haut de page