Navigation – Plan du site

Catherine Coron, Louise Dalingwater (dir.), Wellbeing. Challenging the Anglo-Saxon Hegemony

Bertrand Pauget
Wellbeing
Catherine Coron, Louise Dalingwater (dir.), Wellbeing. Challenging the Anglo-Saxon Hegemony, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « Regards économiques », 2017, 189 p., ISBN : 9782878547115.
Haut de page

Texte intégral

1Catherine Coron et Louise Dalingwater ont coordonné un ouvrage en anglais portant sur le bien-être et dont le titre apparaît des plus audacieux. En effet une traduction possible est « bien-être : défier l’hégémonie anglo-saxonne ». L’idée sous-jacente est que le bien-être possède une unité de sens qu’il s’agit de questionner. Les ouvrages situés dans cette perspective sont assez rares et l’initiative mérite d’être saluée. L’ouvrage est court (189 pages, références incluses) et organisé en dix chapitres inégaux en qualité.

  • 1 Les lecteurs pourront se référer au manuel produit par Sen : Arrow Kenneth J., Sen Amartya & Suzumu (...)
  • 2 Pigou Arthur C., The economics of welfare, Londres, Palgrave Macmillan, 2013 (1920).
  • 3 André Orléan, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, 2011.

2La perspective des auteurs est orientée, sans ambiguïté. L’idée principale soulignée par Catherine Coron et Louise Dalingwater en introduction est que le bien-être pourrait constituer un vecteur de normalisation fondée sur des valeurs anglo-saxonnes. Le bien-être y est présenté comme une morale individuelle emprunte de néo-libéralisme. Les auteures épousent une perspective économique classique afin de mieux la critiquer. La fin de l’introduction apparaît plus convaincante en proposant une mise en perspective de type historique sur la notion de bien-être. Elle y est présentée comme la reprise et l’approfondissement de la notion de bonheur, inscrite notamment dans la constitution américaine. Pour autant, certaines questions auraient mérité de plus amples développement et laissent le lecteur insatisfait. Peut-on se contenter de l’analyse de l’œuvre séminale d’Amartya Sen1 pour représenter l’ensemble de l’économie du bien-être ? Peut-on utiliser des indicateurs donnés par l’État pour « mesurer » le bien-être individuel ? Il faudrait pour cela plonger plus profondément dans la lecture des grands classiques de l’économie comme l’œuvre d’Arthur C. Pigou2 dont la liaison entre l’individuel et le collectif constitue le soubassement. Le chapitre 2 que Nadeera Rajapakse consacre à Sen intéressera donc surtout ceux qui ne le connaissent pas mais pourra laisser des lecteurs plus avertis dans l’expectative. Pourquoi ne pas avoir choisi de développer davantage les approches synthétisées par André Orléan dans L’empire de la valeur3 ? En effet, l’un des reproches faits à l’économie du bien-être est de sous-estimer la place des relations sociales dans le processus de construction de la morale et de la valeur.

3L’idée de lier bien-être et morale semble pleinement justifiée, notamment à la lecture du chapitre d’Anne Brunon-Ernst consacré à Bentham, philosophe peu connu du grand public francophone. On voit ici poindre les connections entre l’utilitarisme (le fondement du bien-être anglo-saxon) et la morale.

  • 4 Alain Supiot, La gouvernance par les nombres : cours au collègue de France (2012-2014), Paris, Faya (...)

4La deuxième partie de l’ouvrage s’attelle à décrire les définitions du bien-être chez les Anglo-saxons, aux États-Unis (chapitre 3) et au Royaume-Uni (chapitre 4 rédigé par Catherine Coron). Aux États-Unis, une constellation de définitions est proposée puisque chaque communauté s’est dotée d’outils pour décliner sa version du bien-être à l’américaine. Dès lors, Marie-Christine Pauwels s’interroge sur l’impératif sociétal que constitue le bien-être. Cette perspective ouvre une brèche dans le projet de l’ouvrage en favorisant une perspective plus sociologique. Elle propose non pas une morale mais ce qui semble davantage être une éthique. La troisième partie de l’ouvrage décrit le rôle et l’influence de la politique (au sens large du terme) sur le « débat du bien-être ». Le chapitre 5 (de Simon Lee) propose une réflexion sur la notion de bien-être au temps de l’austérité budgétaire. Toutefois, il aurait été appréciable de voir questionné le rôle des chiffres dans la société, comme l’a fait Alain Supiot4. Car c’est autour des outils de mesure que se joue peut être l’unité de la définition du bien-être, comme cela est évoqué au chapitre 3. Le chapitre 6 (de Houari Mired) analyse les relations entre la gouvernance et le bien-être. Au chapitre suivant, Louise Dalingwater reprend une posture critique et ses propos sont en résonance avec le chapitre 5.

5Les trois derniers chapitres donnent à voir des regards décalés (comparaison France-Grande-Bretagne ; bien-être chez les Navajo ; apport du confucianisme) pour revisiter la notion de bien-être. Le lecteur y trouvera des éléments intéressants, même si nous n’en avons pas toujours partagé les interprétations. La notion de bien-être peut être ainsi abordée suivant un manque (chapitre 8 écrit par Catherine Coron et Jean-Luc Coron) ou des notions voisines (harmonie, auto-régulation).

  • 5 Rifkin Jeremy, The third industrial revolution: how lateral power is transforming energy, the econo (...)

6Au total, l’ouvrage dirigé par Catherine Coron et Louis Dalingwater apparaît cohérent au regard de la perspective envisagée. Il comble indéniablement un manque dans la littérature. Dans le prolongement de cet ouvrage, plusieurs questions pourraient constituer des pistes de recherche futures. La mesure du bien-être en tant que métrique comptable (que ce soit au niveau des entreprises avec les tentatives de mesure du « capital humain » ou au niveau national avec le très médiatique rapport Fitoussi-Stiglitz) sont-elles amenées à s’imposer ? Une économie post-carbone, telle qu’envisagée par Jeremy Rifkin5 par exemple, amènera-t-elle d’autres visions du bien-être ? En d’autres termes, l’arrivée d’une civilisation devant composer avec des impératifs écologiques majeurs balayera-t-elle les anciennes formes de morales dont celle du bien-être ou un nouveau syncrétisme est-il à attendre ?

Haut de page

Notes

1 Les lecteurs pourront se référer au manuel produit par Sen : Arrow Kenneth J., Sen Amartya & Suzumura Kotaro (dir.), Handbook of social choice and welfare. Vol. 2, Amsterdam, Elsevier, 2010.

2 Pigou Arthur C., The economics of welfare, Londres, Palgrave Macmillan, 2013 (1920).

3 André Orléan, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, 2011.

4 Alain Supiot, La gouvernance par les nombres : cours au collègue de France (2012-2014), Paris, Fayard, 2014.

5 Rifkin Jeremy, The third industrial revolution: how lateral power is transforming energy, the economy, and the world, Londres, Palgrave Macmillan, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Pauget, « Catherine Coron, Louise Dalingwater (dir.), Wellbeing. Challenging the Anglo-Saxon Hegemony », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 24 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/23845

Haut de page

Rédacteur

Bertrand Pauget

Maître de conférences à l’Université de Karlstad (Suède), il est titulaire d’un diplôme de troisième cycle en histoire et d’un doctorat et d’une habilitation à diriger des recherches en sciences de gestion. Ses travaux de recherche se situent à l’interface de plusieurs disciplines dans le secteur de la santé.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page